Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Meurtre au 31e étage, roman de Per Wahlöö

    Partagez
    avatar
    geob

    Meurtre au 31e étage, roman de Per Wahlöö

    Message par geob le Ven 3 Mai - 11:23

    Je n'avais rien lu de Per Wahlöö, cet auteur suédois m'était complètement... étranger ! Pourtant, il semblerait que la série policière sur dix volumes, co-écrite avec sa compagne Maj Sjöwall, dont le commissaire Martin Beck en est le personnage principal, a une renommée mondiale !

    Je viens de finir "Meurtre au 31e étage", que Wahlöö a écrit seul, et je reste encore sur la fin du roman qui m'a complètement bluffé, abasourdi. Je suis resté quelques instants en suspens, le temps de reprendre mes esprits, avant que de pouvoir faire autre chose. Son avant dernier roman, paru en 1964 - bien avant donc tous les polars septentrionaux devenus à la monde -, nous raconte un univers hygiéniste dont la finalité est l'aspiration à une société sans aspérités, sans réflexions discriminatoires, où l'on ne doit voir aucune image de violence, lire aucun écrit qui pourrait ébranler l'ordre social puisque tout parait être réglé pour vivre dans un bonheur obligatoire. D'ailleurs un trust veille à cela dans son immense tour de verre et de métal : ici sont écrits, édités, tous les magazines, journaux, et autres publications du pays.

    L'enquêteur dans cette histoire est le commissaire Peter Jensen, un fonctionnaire qui n'a pas d'états d'âme, on dirait presque un robot si ce n'étaient ses douleurs à l'estomac qui l'empêchent de se nourrir correctement. Il fait son boulot, il obéit aux ordres, il est lui même le reflet de cette société froide, quasi mécanique. Bien entendu, il y a ceux qui n'arrêtent pas de penser contre, et les autres qui sombrent dans l'alcoolisme, un alcoolisme qui est un véritable fléau dans cette société tendue vers un bonheur vertueux.

    Une lettre anonyme menace d'une explosion l'immeuble de cette entreprise d'éditions tous azimuts. Peter Jensen va enquêter, découvrir que les hommes politiques sont reliés à ce trust, d'une manière ou d'une autre. Il finira par arrêter l'auteur de la lettre anonyme, mais était-ce vraiment le bon ? Jensen a-t-il été manipulé par le trust ?

    Wahlöö écrit son histoire sans effets littéraires, ni humour, presque comme un rapport de police. Du coup, quand on arrive aux toutes dernières pages, et qu'on finit par comprendre ce qui va arriver (mais cela ne sera pas décrit, c'est au lecteur de voir, d'imaginer), une fois les derniers mots lus, on en reste pétrifié !

    Per Wahlöö - Meurtre au 31e étage - Rivages/Noir


    ************



    Le commissaire Jensen, en inspectant le gratte ciel de l'entreprise qui possède toute la presse du pays, s'arrête devant un panneau d'affichage où il peut lire les consignes de la direction adressées aux journalistes. Voici le dernier paragraphe :

    Votre mission est d'amuser nos lecteurs, de les inciter à rêver. Ce n'est pas de choquer, d'exciter ou d'inquiéter, pas plus que d' "éveiller" ou d'instruire.

    Entre temps, j'avais entendu parler d'un accrochage de Jean Louis Murat avec une journaliste de magazine "people". Le voici. Les justifications de la journaliste sont similaires à ceux des directeurs du trust au commissaire Jensen.

    Stupéfiant !




    Un dernier mot, pour celles ou ceux qui ne connaissent pas, je conseille vivement le roman de Ira Levine "Un bonheur insoutenable", et, cela va de soi, les romans de Mankel.

    Maadadayo !

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 22:34