Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Partagez
    avatar
    geob

    Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Message par geob le Mar 9 Juil - 15:50

    Le chevalier de Volnay a 25 ans, il est taciturne, il ne sourit jamais, il affiche toujours un visage sévère : c'est le commissaire aux morts étranges ! Son adjoint, c'est un moine étrange, joyeux et volubile : son père ! Son père qui a échappé à la potence pour son goût des sciences, de la rationalité,  et son refus de croire en Dieu, ce qui, dans ce Paris du XVIIIe siècle, est fort dangereux ! Un Paris dans lequel on aurait pas aimé vivre : sale, puant, avec tous ces sceaux d'aisance balancés par les fenêtres, ces ruelles transformées la nuit en coupe-gorge.

    J'ai lu par hasard la première aventure de ces personnages créé par Olivier Barde-Cabuçon, "Casanova et la femme sans visage", alors quand j'ai constaté qu'il y avait un nouveau opus, " Messe Noire", je n'ai pas manqué de le prendre. J'ai commencé à le lire vers 18h, puis, après le dîner, j'ai continué. Les heures ont défilé rapidement. Je me disais allez ! encore un chapitre avant d'aller au lit ! Et, de chapitres en chapitres, je l'ai terminé à 2h du matin !

    Le style de O.B-C est très visuel, pour ne pas dire cinématographique, en quelques mots il installe une atmosphère qui fait oublier au lecteur le siècle dans lequel il vit : il est plongé totalement dans ce Paris de Louis XV, et il devine, avec les apartés pré-révolutionnaires du commissaire aux morts étranges - quoique superfétatoires-, que c'est un monde qui avance vers le chaos.

    Voici le début du 1e chapitre : "Feux follets et autres diableries"

    Une cloche sonna dans le lointain. Le crépuscule avait enveloppé le cimetière d'un fin voile noir, estompant les formes des pierres tombales et des stèles. UNe pluie fine et glacée murmurait doucement, détrempant le sol des allées. Le moine effleura le visage de l'homme du bout des doigts et se releva lentement.
    - On dirait qu'il est mort de peur...
    - Il y a de quoi, murmura le sergent du guet en tendant les bras pour désigner les feux multicolores qui semblaient flotter en l'air dans le lointain.
    En ce mois de décembre 1759, le Paris de la mort s'étalait sous leurs yeux....


    Bonne lecture ! diablotin 
    Messe Noire de Oliver Barde-Cabuçon-/ Actes Sud -collection Actes Noirs

    On peut lire sans problèmes le premier, "Casanova et la femme sans visage" chez le même éditeur, dans la collection de poche.


    Maadadayo !
    avatar
    geob

    Re: Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Message par geob le Mer 8 Juin - 11:26

    ]Humeur Noire à Venise

    , toujours chez le même éditeur, est le troisième volume que je viens de lire des aventures du Commissaire aux morts étranges, et de son père, un moine bien surprenant.
    Dans le deuxième chapitre se déroule un assassinat dans une chambre close, fermée de l'intérieur, avec plusieurs personnes devant la porte pour empêcher toute tentative d'introduction. Si on lit attentivement ces deux premiers chapitres, on comprend vite ce mystère de la chambre close ! Et puis on se dit que ça ne peut être aussi simple, alors on attaque le troisième chapitre et on se laisse embarqué dans cette Venise qui respire l'Histoire, qui tend des pièges, qui trouble et fascine. O.Barde-Cabuçon excelle à installer un climat inquiétant, bizarre. Mais au final, le moine validera la justesse de ma réflexion.


    Tuez qui voulez

    est le dernier volume des aventures du Chevalier de Volnay et de son père. O.Barde-Cabuçon prend ses personnages qui s'en reviennent en France, après leurs aventures vénitiennes. Dès que je le vois en rayon à la bibliothèque, je m'en empare dare dare !!!
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Message par fabizan le Mer 8 Juin - 13:21

    Tu donnes envie de les lire Géob sourire


    _________________
    Fabienne
    avatar
    geob

    Re: Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Message par geob le Sam 16 Juil - 11:07

    Tuez les tous.


    Bon dieu ! Comme je suis étourdi ! Tuez les tous précède Humeur noire à Venise ! Ce n'est pas bien grave de l'avoir lu après, mais si je l'avais lu avant, j'aurais vite compris la raison de la mélancolie, du cafard qui pèsent si lourdement sur le coeur du moine : Hélène !
    Tuez les tous se déroule comme les deux premiers à Paris, un Paris toujours au bord d'une échouffourée, d'une émeute, où l'on peut recevoir à tout moment le contenu d'un pot hygiénique sur la tête, un Paris qui fait peur, un Paris qui inquiète une royauté gangrénée par son entre soi et son ignorance, ou plutôt son mépris de la réalité tant elle se sent intouchable. L'histoire commence par un meurtre, il y en aura deux autres exécutés de la même façon. Le Lieutenant Général Sartine s'angoisse à propos d'un charivari annoncé mystérieusement par des affiches interdites par la police, une de ses journées où il ne fait pas bon représenter les ordres établis, les ordres coercitifs et moralisateurs, une de ces journées où le peuple a tous les droits avant de retrouver sa condition, après s'être furieusement défoulé. Alors Sartine compte sur son commissaire aux affaires étranges. Mais survient dans cette histoire le chevalier d'Eon, une intervention liée au premier meurtre, du coup cela prend une dimension qui dépasse les prérogatives du chevalier de Volnay et de son père, le moine, dont on connait son mépris de l'autorité, de toutes les autorités. Le chevalier d'Eon fait partie du "Secret du Roi", apprend le commisaires aux affaires étranges. Le "Secret" du roi? Bon sang ! Je n'ai pas eu besoin de me précipiter sur Wickipedia pour que me revienne vite en mémoire ce bonheur de lecture que m'avait procuré les trois volumes de Gilles Perrault sur cette histoire vraie, que j'ignorais complètement au début des années 90, cette diplomatie parallèle créé par Louis XV sur ses propres fonds, sous le nez de ses ministres, et qui employait seulement une trentaine de personnes. Au salon du Livre, j'ai rencontré Gilles Perrault et discuté avec lui. Je lui ai fait par de mon enthousiasme et je l'ai chaleureusement félicté pour son travail littéraire et historique. La vache ! Il souriait jusqu'aux oreilles lorsque je l'ai quitté pour continuer ma visite du Salon


    Entretien avec le diable

    (dernier volume... pour l'instant !)
    Sur le retour de Venise, cette fois-ci c'est le chevalier de Volnay qui est dans la mélancolie,  parfois estompée par le visage d'une autre jeune femme, sa jeune amoureuse qui l'attend à Paris. Entre Venise et Paris son coeur balance, il refuse de choisir, heureusement, si je puis dire, des évènements sordides vont le faire revenir sur terre, avec son fameux père qui, lui aussi, retombe dans sa mélancolie, sa nostalgie inextinguible d'Hélène.

    Nos héros voyagent dans un carrosse conduit par un cocher sur les deniers de la famille Cordula (Humeur noire à Venise). Après avoir quitté l'Italie, ils sont obligés de s'arrêter dans une vallée encaissée, une vallée ignorée du monde. Ils vont demander asile pour une nuit à l'Abbaye qui domine lugubrement le village. Comme il est écrit sur la quatrième de couverture, on pense à Le nom de la Rose, enfin, un petit peu,  l'Abbaye ne joue pas un rôle primordial dans l'histoire, on n'oublie pas aussi l'exorciste qui offre à Bardet Cabuçon la possibilité d'écrire des scènes effrayantes, et moi j'indiquerai aussi le Petit Chaperon Rouge, au rôle très intriguant. Contes, superstitions, forêt magique où l'on peut se perdre en un claquement de doigt, donc tout ce qu'il faut pour attirer des gens aussi rationnels que le moine et son fils. Durant leur séjour, le commissaire aux affaires étranges et son père vont devoir se dépatouiller avec trois assassinats. Ils n'auront de cesse de trouver le coupable. Quand Violetta (Humeur Noire...) arrive dans ce village en carrosse, avec deux hommes de main vénitiens à la mine patibulaire. Son but? Faire revenir le Moine et son fils à Venise. Bien sur, nos deux héros finiront par trouver l'auteur des trois assassinats mais, originalité de cette histoire, ils tomberont d'accord sur la façon de le traiter - je suppose que tous les lecteurs aussi. A la fin du livre, plusieurs indices laissent à penser que Bardet Cabuçon nous sortira bientôt une nouvelle aventure du commissaire aux affaires étranges.

    J'ai trouvé tous ces volumes à la bibliothèque de Paris. Autrement le dernier vaut 22,50€. Avant la loi Lang, il aurait coûté 18€

    Contenu sponsorisé

    Re: Messe Noire, de Olivier Barde-Cabuçon

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 5:41