Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    La vieille dame et l'écologie

    Partagez
    avatar
    geob

    La vieille dame et l'écologie

    Message par geob le Sam 17 Aoû - 10:56

    Voici une histoire réjouissante que l'on m'a envoyé par courriel. Un problème : qui en est l'auteur ?
    Beaucoup de blogs la reprennent, quelques sites aussi, mais d'indication supplémentaire macache !
    Plutôt que de privilégier un blog ou un autre, autant la mettre telle quelle dans le Village.
    Après tout, tout le monde ne fait que la faire suivre !


    Seuls les + de 45 ans peuvent comprendre !
    MAIS TOUT LE MONDE PEUT LE LIRE.

    A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.
    La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit :
    " Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !"
    La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique : "Je suis désolée, il n'y avait pas de mouvement écologiste de mon temps."
    Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :
    "Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps ! "

    Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : Les bouteilles étaient recyclées...
    ...mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

    Elle ajoute :
    De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs.
    On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.
    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés.
    On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde.
    On avait un réveil qu'on remontait le soir.
    Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas : on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu' EDF en produit.
    Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
    On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto-portées On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.
    On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.
    On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.
    On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
    On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.
    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24.
    Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient... pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui...

    ALORS TON MOUVEMENT ÉCOLOGISTE N'EN N'EST PAS UN !

    Tout ce qu’on regrette,
    c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes qui critique la vieillesse,
    qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail,
    qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe,
    qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées,
    qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel… (pensent même que c’est un grand couturier),
    qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc.

    Mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La vieille dame et l'écologie

    Message par Invité le Sam 17 Aoû - 12:36

    Pas besoin de décalage de génération pour voir à quel point les gens et les modes de vie sont décalés !

    Vois, Geob, rien que le fait de relayer ce mail montre que tu es, fondamentalement, un citadin.
    Autrement dit: un consommateur de Nature à tes heures oisives, et qui découvre alors, dans le meilleur des cas, les coulisses amusantes de ce qui lui est habituellement présenté comme une carte postale idéale... ou une galère.

    Je suis effrayée de voir le nombre de réalités propres à chacun, dans un monde de cohabitation apparente.
    Nous ne vivons décidément pas dans une réalité, juste dans une impossible tentative d'adéquation qui est souvent appelée par le plus grand nombre, par commodité ou par crainte : liberté.
    avatar
    geob

    Re: La vieille dame et l'écologie

    Message par geob le Lun 19 Aoû - 10:55

    Dernièrement, j'ai passé un agréable week-end chez un ami de 35 ans, dans la maison de sa compagne, au fin fond de l'Essonne, entourée de champs de blé - la moisson n'était pas terminée. Leur village n'a aucun commerce, et si on n'a pas une voiture... c'est bien embêtant, voir impossible ! La première nuit, j'ai eu un choc en éteignant les lumières de ma chambre : le noir total, oppressant ! De minuit à 7h du matin, pas une lumière publique dans le village ! Vers 2 h du matin, j'ai entr'ouvert les volets, et la sombre clarté du dehors m'a rassuré. Pour vivre à la campagne, il faut s'y accoutumer ; en attendant, effectivement, je suis un citadin et j'aime ça... surtout à Paris !

    Bien sûr, j'apprécie de me retrouver dans la nature, ça fait du bien, et je ne pense pas en être un consommateur. Lorsque j'y suis, il ne faut surtout pas me dire "oh que c'est beau !" J'aime bien me laisser imprégner, ressentir la nature, et ce sans une réflexion, une analyse, une description qui viendraient me séparer de la dite nature !!!

    Quant au texte, je l'apprécie beaucoup parce qu'il ouvre un champ de réflexion politique très intéressant, bien que je n'adhère pas totalement à son propos.
    Ainsi, je me souviens, alors que je n'étais encore même pas adolescent, que ma mère passait entre deux rouleaux un petit morceau de tissu pour l'essorer, au dessus de la machiné à laver. Je lui ai demandé à quoi sert cette sorte de petite serviette de toilette. Bien entendu, elle m'a envoyé balader. Aujourd'hui, je doute fort que Cécile Dufflot ait la nostalgie de cette époque, et qu'elle aimerait abandonner ses "tampax" pour revenir à ce linge que les femmes mettaient entre leurs cuisses.
    Je ne prends que cet exemple pour témoigner que je n'ai pas cette nostalgie d'une époque où il y avait une majorité de paysans en France, où la vie quotidienne n'était pas facile - à nos regards du XXIè siècle -, et que je suis pour le progrès, ou du moins, un progrès qui contribue à améliorer les conditions de vie de tout le monde - d'ailleurs, il suffit de constater que l'espérance de vie augmente, malgré tout, chaque année !  
    Bien entendu, ce progrès qui consiste à améliorer des objets qui existent déjà, à leur ajouter des gadgets inutiles, bref, à programmer l'obsolescence de ce qu'on produit, ça, je m'en tape ! Nous vivons dans un système fermé, les ressources de la terre sont limitées, et en prenant en compte le fait que les espèces qui vivent sur notre planète ont une durée de vie de huit cent mille à un million d'années, il n'y a aucune raison pour que l'homme échappe à cette statistique, d'ailleurs l'homme doit disparaître,  comme dirait Cioran - après tout, nous n'avons que 40 mille ans et nous avons encore le temps de faire des dégâts à la mesure de notre orgueil suicidaire.

    J'abrège, je pense que Pétain aurait, lui, entièrement adoré cette histoire de vieille dame et d'écologie. " Seule la terre ne ment pas ", disait-il.

    Qui va doucement, va longtemps !  la star ! 


    (écrit rapidement en buvant en express dans un café qui a la wifi ! Oui, tu as raison Pataugas, chacun est dans sa réalité pour une raison très simple : chacun défend son intérêt !)

    Contenu sponsorisé

    Re: La vieille dame et l'écologie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 10:36