Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Plaisirs divers d'un été...

    Partagez
    avatar
    Pondy

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Pondy le Lun 1 Juin - 10:16

    Les Enfants Abandonnés.


    Les petits enfants qui vivent choyés, aimés, confortablement installés dans leurs existences dépourvues d'inquiétudes, ces grosses inquiétudes qui empêchent de rire, ont parfois des idées de jeux qui ressemblent fort à l'histoire du Petit Poucet revisité.

    Cet été là, ils furent durant quelques semaines des Enfants Abandonnés.

    Le décor :

    La rivière qui serpente dans un sous-bois tapissé de muguet qui a perdu ses clochettes depuis quelques semaines.
    Un sous-bois à peine rayé de soleil où les branches de charme échouées sont autant de bois pour construire l'abri de fortune où des parents épouvantables ont osé laissé des enfants affamés.
    Un chemin menant à un village minuscule

    Cinq petits. Entre dix et trois ans.
    Une grand-mère prête à toutes les inventions qui font vivre les rêves même les plus saugrenus.

    Des jours de pluie, les plus précieux, l'abandon est plus terrifiant quand la boue barbouille les mains, les visages et les pieds.
    Des jours de soleil quand la rivière si peu profonde scintille.

    Du foin dans le champ.
    Des bouses de vaches craquelées de sécheresse au cœur encore frais et odorant

    Un sac à dos avec du pain bien rassis et de l'eau teintée d'antésite comme de l'eau croupie.

    Les parents font la sieste.

    « Allez, Mamido, on y va, allez »

    .../...
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Skyrgamur le Lun 1 Juin - 10:36

    J'ai un BN dans ma poche, une gourde attachée à la ceinture, je suis prête à vous suivre.


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     

    Albatros

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Albatros le Lun 1 Juin - 11:36

    Skyrgamur a écrit:J'ai un BN dans ma poche, une gourde attachée à la ceinture, je suis prête à vous suivre.

    Et moi j'ai, comme presque tous les petits garçons de mon âge :
    Un lance-pierre, un P'tit couteau suisse, un lasso, un piège à lapins, un arc et des flèches, et peut-être même... une carabine à plomb !  gag !
    Car entièrement livré(e)s à nous-mêmes dans une nature "hostile et sauvage", il faudra bien songer à se nourrir en toute autonomie.  
    Jamais pris au dépourvu l'jeune Albatros,  siffleur  qu'il ne faut certainement pas compter laisser mourir de faim  buté l'aime bien trop grailler le bougre ! rire    

    Paré ainsi, je suis donc également tout à fait prêt à vous suivre !  

    Ceci étant, faudrait tout de même pas que l'on oublie tous autant que nous sommes...
    L'indispensable petit bout de tissu, faisant office de "chiffon-torchon-serviette de table".  clin d'oeil
    Car ce n'est pas parce que l'on se retrouvera en pleine nature, qu'il faudra se comporter en véritables petits cochons !!! mort de rire !

    Bon, tu me diras... un simple pan de chemise ou/et le revers de la manche, pourraient tout aussi bien faire l'affaire !   ! rire
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Skyrgamur le Lun 1 Juin - 14:32

    Albatros a écrit:
    Bon, tu me diras... un simple pan de chemise ou/et le revers de la manche, pourraient tout aussi bien faire l'affaire !   ! rire
    Ça, c'est pour se moucher. rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Pondy

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Pondy le Mar 2 Juin - 10:37

    Le chemin : acte 1

    Atteindre la forêt, c'est à peine un demi-kilomètre de marche et, avec cinq petits, grande est la responsabilité. Alors avant d'ouvrir le portail on répète :

    "Attention aux tracteurs, camion de bois et voitures"
    "Le premier qui entend au loin le bruit d'un moteur crie -voiture- et on se serre au bord du chemin"
    "On se tient par la main"

    Le choeur reprend :

    "Oui oui Mamido on a com-pris, on y va maintenant ?"

    Et c'est parti.

    Quand le soleil semble fendre la terre, que le goudron fond et colle, quand j'ai envie de rester dans la fraîcheur des murs de pierre de la maison, je crois  que c'est cette infinie et immense tendresse pour ces enfants qui fait s'agiter mon coeur et bouger mon corps d'ordinaire si paresseux.

    Les bobs bien enfoncés sur les p'tites têtes, on marche. Eux en sautillant et moi, hébétée de chaleur.
    Le jeu ne Doit pas commencer avant la forêt.
    "Jusqu'au bois, Mamido, tu es Mamido et après tu seras une dame qui nous trouve"
    Les enfants tricotent l'aventure et je laisse leur imagination mettre en place ce scénario qui durera tout l'été, immuable, comme les contes.

    Il faut passer la voie ferrée où le train de cailloux de la gravière passe une fois par semaine.
    Les trois grandes filles connaissent bien et montrent aux petits garçons comment écouter si le train arrive. Se coucher à plat ventre et poser l'oreille sur le rail. Une vibration ? Un train arrive.
    On dirait une bande de sioux en alerte,les rails sont brûlants.

    Gaïané porte le seau. Impératif le seau.
    On l'appelle le seau des découvertes. C'est pour y mettre, des cailloux, des escargots serrés dans leur coquille, du sureau pour faire de l'encre, des coquelicots en boutons pour les déplisser sans déchirer les pétales fragiles, des pâquerettes pour percer le coeur et en faire des colliers, des scarabées noirs à l'éclat métallique et un morceau minuscule de bouse de vache parce que le -scarabée ça s'appelle un bousier et ça mange du caca-
    Mais là, le seau se remplit des pierres du ballast.
    "C'est pour quand on sera dans le bois, pour faire le cercle du feu"

    Les premiers chênes sont en vue, l'ombre bienfaisante glisse sur les dos.
    Nous descendons le sentier desséché accolé au petit pont.
    La rivière chuchote et les enfants chahutent.
    L'histoire peut commencer...
    avatar
    Pondy

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Pondy le Lun 15 Juin - 17:34

    Depuis quelques jours je me demandais pourquoi je n'arrivais pas au terme de mon histoire.
    Pourtant, le décor est planté.
    Les enfants sont déchaussés, les chaussures sont bien cachées dans le sac à dos,les pieds arborent leurs pantoufles de feuillage.
    Ils ont bien supplié pour venir manger chez la vieille dame-pas si vieille-mais quand même- (euhhh, c'est moi) ,ils ont lavé leur chemisette dans la rivière, ils ont piqué le pain sur une branchette, tenté de le faire griller sur le feu qui chuintait lamentablement, dit que la bouse des vaches indiennes est sûrement meilleure pour faire cuire parce qu'elle est plus sèche et que dedans y'a plus du caca mou.
    Ils ont entassé des branches et des fougères pour faire la cabane quand la vieille dame-pas si vieille-mais quand même- ne voudra plus d'eux dans sa maison.
    Bref, impossible de faire une narration qui virevolte.

    Je tournais la question dans tous les sens.
    Et j'ai trouvé.
    Je n'ai pas introduit le sujet !

    Pourquoi tout l'été les enfants ont-ils été des Enfant Abandonnés ?

    La réponse a surgi .
    C'est la Petite Fille qui est la cause de cette frénésie.
    Voilà, c'est ça la petite fille…

    La fillette, c'est Elisa, mais, rien à faire, les cinq petits disent la PetiteFille.
    Est-elle moins présente, moins vivante, moins aimée peut-être, sans prénom ?

    J'crois bien que je vais vous en parler...
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Skyrgamur le Lun 15 Juin - 18:33

    Je commençais à me demander si la narratrice ne s'était pas perdue, elle aussi, dans la forêt. clin d'oeil


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Pondy

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Pondy le Lun 6 Juil - 9:49

    Elisa va bientôt avoir cinq ans.
    "Elle a mon âge" s'exclame petit Jules
    Elisa habite au village, pas le nôtre, un autre pas très loin
    "Alors si c'est pas très loin d'ici, pourquoi elle vient chez nous"
    Elisa ne voit plus ses parents
    "Pourquoi, ils sont morts ?"interroge Gaïané
    Elisa boite un petit peu
    "Elle a mal à une jambe" s'inquiète Louise
    Elisa a peur du noir
    "Moi aussi" carillonne ex Fée Transparente
    Elisa déteste les cigarettes
    "Nous aussi" s'exclame le Choeur et pourtant tu fumes quand même

    Et ma grande, la mine boudeuse déclare abruptement :
    "Nous on n'a pas envie que tu sois la mamido des autres"
    Tout petit Félix s'encorbelle dans mes bras et ne dit rien. Il écoute
    "Et en plus je suis sure que la petite fille prend nos jouets et en plus, je suis sure que tu vas à la rivière avec elle",
    rajoute Louise.

    L'heure est grave.
    Nous sommes assis dans la mousse, celle qui enlace les chênes et qui tapisse le sol.
    Cette mousse dont les enfants se faisaient des perruques et des barbes tout à l'heure.
    Mes petits m'entourent, le plus jeune dans mes bras.
    Mes petits sont inquiets.

    Ce que je donne à d'autres n'enlèvent rien à ce que je leur donne, alors tranquillement je leur raconte avec des mots simples et vrais.

    Elisa vit au village d'enfants. Elle vit entourée de fiches de suivies, d'activités découvertes, d'activités sportives et elle va à l'école
    Au village d'enfants, il y a des maisons et des éducateurs, des psychologues, des animateurs, des infirmières mais il n'y a pas des mamans ni des papas.

    Et les parents d'Elisa ne savaient pas bien s'en occuper, alors ils oubliaient de lui donner à manger, de lui donner un bain ou de lui mettre un manteau.
    Elle n'avait pas de jouets non plus parce qu'elle était punie toujours.
    C'est pour ça qu'elle habite au village d'enfants.

    Comment dire l'horreur de cette enfance, les traces roses des cigarettes écrasées sur son ventre ou sur ses cuisses,
    les coups de chaises brisant la jambe et tout cet amour absent.
    De tout cela, je ne parle pas.

    Elisa vient en vacances, les petites vacances, décalées par rapport à celles des petits.
    Ils ne se sont jamais croisés.

    Cette année, Elisa sera là, avec nous tous. Elle arrive bientôt, avant les autres, j'y tiens, pour qu'elle prenne bien ses marques.
    J'ai une confiance absolue et je sais que le mot partage est un vrai mot que mes petits connaissent.
    Je sais que le jeu, dans l'été qui arrive, ne sera plus -les enfants abandonnés- mais j'ignore ce qu'il sera.

    Et nous, les deux vieillissants, nous allons aussi, très bientôt poser des choix.
    Elisa qui vivrait chez nous toujours ou les voyages qui s'étirent sur des mois....

    Contenu sponsorisé

    Re: Plaisirs divers d'un été...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 25 Mai - 6:58