Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Partagez
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Jeu 15 Jan - 9:07

Longtemps que je le dis qu'il faut que je désensable ce carnet pour le refaire vivre par ici...
Promesse de 2015 : je vais trouver le temps, petit à petit, mais sûrement.

Avec une pensée pour nos guides, Tranquille et Khalane, et pour tous les Maliens alors croisés et appréciés.
Avec une pensée pour nos compagnes de route, nos amies depuis si longtemps non recroisées.

7 ans déjà...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Jeu 15 Jan - 9:11

Le Mali. Un voyage désiré et programmé depuis longtemps, plusieurs fois repoussé mais jamais perdu de vue.

Pourquoi le Mali ?

L’appel de l’Afrique ; une envie d’Afrique noire, au-delà du Sahara déjà rencontré.
L’envie irrépressible de marcher sur les traces de « L’Esclave de Dieu » de R. Frison Roche, René Caillé, premier Européen revenu vivant de Tombouctou la mythique. Un livre, une histoire qui m’ont marquée.
La vision du Sahel apportée à travers les reportages entourant le Paris-Dakkar ; l’envie d’aller voir cela de plus près, plus lentement et moins bruyamment, à hauteur d’homme (et non d’hélico)…
L’attirance presque inexplicable du pays Dogon, simplement croisé à travers quelques photos. Deux mots entourés de magie : "Pays Dogon".

Le Mali, un voyage court (2 semaines), intense, émotionnellement et physiquement éprouvant (j’ai eu la bonne idée d’y être malade pendant 15 jours !), une Expérience… qui a pris du temps pour être pleinement digérée. (L'est-elle seulement aujourd'hui, en 2015 ?)
D’où les délais et la difficulté pour écrire ce carnet de voyage, qui me paraît désespérément dérisoire, incomplet, mal écrit…  

Un carnet chronologique tenu au quotidien m’a paru impossible tant se sont bousculées et répétées les expériences, les découvertes, inscrites dans des journées relativement identiques dans leur déroulement. C’est d’ailleurs la première fois que je n’ai pu le rédiger sur place, là-bas, chaque jour. L’inspiration n’y était pas. Le Mali, le pays Dogon ne peuvent pas se raconter comme cela. Vous me pardonnerez donc le caractère parfois très brouillon que le tout va prendre. La narration sera parfois linéaire, plus souvent en tableau impressionniste…
avatar
Wapata

Localisation : les pieds dans mon lac, la tête dans mes montagnes

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapata le Jeu 15 Jan - 13:41

banane chouette on retourne voir Tranquille banane


_________________
Patrick / Pádraic

"Veux tu vivre heureux ??? Alors voyages avec 2 sacs : l'un pour donner, l'autre pour recevoir." [Johann Wolfgang Von Goethe]
http://wapata74.wordpress.com/
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Skyrgamur le Jeu 15 Jan - 13:47

Merci Wapiti


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Jeu 15 Jan - 17:15

1/ UNE SEMAINE DE MARCHE AU PAYS DOGON

Il y a des périples qui commencent bien avant l’arrivée en terre étrangère. Celui-ci est un classique des vols charters, mais une première pour nous.
Un rendez-vous nocturne au T3 de Roissy CDG, synonyme de nuit blanche, un transfert impromptu en bus vers l’aéroport de Lille… une longue attente dans une petite salle d’embarquement bondée, sans info, sans nourriture, longtemps sans eau… un décollage sans cesse retardé… une arrivée à Mopti/Sévaré avec plus de 8 heures de retard (un record paraît-il)…
17 h locales, 35° ambiants, soleil couchant, sol brûlant de latérite poussiéreuse. Mali, nous voilà enfin !  

Ce retard nous valut un long trajet nocturne sur la route puis la piste qui mènent à Bandiagara puis Sangha. Dommage, cette route est magnifique paraît-il. Long trajet silencieux, les corps sont marqués par cette journée de près de 40 heures.
Sur cette piste, en pleine nuit, une senteur, une des rares qui ait atteint mon appareil ORL avant qu’il ne soit mis hors service... le puissant et piquant parfum des oignons sauvages. Il n’y avait pas besoin d’yeux ce soir là pour comprendre ce qui nous entourait : une multitude de champs de cette culture typique du pays dogon.
Arrivés à Sangha vers 22 h, nous ne nous faisons pas prier pour avaler le dîner et nous glisser dans nos sacs de couchage sur la terrasse du toit, sous un ciel étoilé. La nuit sera bonne pour tous, à peine perturbée par le premier chant du muezzin qui hurle sa rengaine dans un haut-parleur à deux toits de là.
Un peu plus tard, c’est dans une cacophonie de chants de coqs, de bêlements et de rires d’enfants que nous ouvrons les yeux sur ce paysage magique du pays dogon qui rosit au soleil levant. Premier réveil, premiers émerveillements. L’effet de surprise est total. Euphorisant.
Et pourtant, nous le verrons ensuite, ce quartier de Sangha n’est qu’un pâle début de ce qui nous attend.
Mise en bouche de ces matins si semblables mais toujours étonnants, de ces villages dogons de pisé aux couleurs douces et chaudes, de ces paysages magnifiques que constituent la falaise de Bandiagara, ses villages caméléons et la plaine sahélienne qui s’étend à leurs pieds…
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Ven 16 Jan - 8:03

Mise en bouche de ces six jours de marche, de découvertes, de rencontres sur ce tiers nord-est de la falaise.
Il faudra descendre et grimper plusieurs fois de la falaise, parfois en s’aidant des mains, escalader des échelles dogons, simples troncs creusés d’entailles (qui n’a jamais essayé ne peut comprendre le challenge !), marcher sur les sentiers au pied des éboulis, s’enfoncer dans le sable de la plaine…
De Sangha, nous descendrons à Banani, longerons la falaise en passant par Ibi, avant de remonter tout près d’Arou, le village des ancêtres et d’atteindre Koundou Dâ.
Le lendemain, nouvelle descente vers le sentier de la plaine pour rejoindre le conglomérat de roche où sont installés les 3 Yougas : Youga Nâ en bas, Youga Dogourou et Youga Piri, villages aériens et leurs habitats tellem dans la roche, d’où descendent les masques lors de la cérémonie du Sigui…
En descendant de Youga Piri, nous traverserons la plaine sableuse pour rejoindre Tiogou, village caméléon au pied duquel s’étend la verdure des champs et potagers arrosés à la calebasse… puis nous suivrons la piste au pied des éboulis, au milieu des champs de fonio, jusqu’à Yendouma Sogol.
Il faudra remonter encore vers Yendouma Atô, et en redescendre pour filer toujours plus nord-est jusqu’à Wéré… puis vers Damassongo, Ogol Pépé, Yanda... pour finir à Irébane, commune de Bamba ; au passage nous aurons visité quelques mares aux caïmans…

Il faudra accepter
d’être en permanence accompagnés d’enfants rieurs, en haillons et pieds nus, poussiéreux et morveux, qui insistent pour nous tenir la main… enfants parfois épuisants avec leurs « ça va ? ça va ? », « donne-moi bonbon ! donne-moi bic ! », « comment tu t’appelles ? »… mais bambins si attachants avec leurs yeux confiants et leur sourire permanent, leur endurance et leur dureté au mal…
Il faudra s’habituer aux salamalecs en dogon de notre guide à chaque adulte rencontré « Agapô ! Sewo ? …sewo ! …sewo ?… sewo !… » Je ne sais pourquoi, c’est encore plus impressionnant (et amusant) qu’en arabe…
avatar
geob

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par geob le Ven 16 Jan - 15:21


" ...chant du muezzin qui hurle sa rengaine dans un haut-parleur..."

Ouille !

Pour ma part, j'emploierais "hurle" pour cette cacophonie en Indonésie. En revanche, en Égypte j'ai entendu des appels à la prière vraiment magnifiques, des chants qui montaient vers le ciel avec une dimension spirituelle évidente.

avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Ven 16 Jan - 16:47

Un puissant haut-parleur, à 2 toits de là alors que le jour n'est pas levé, je te garantis qu'il "hurlait" celui-là ce jour-là à cette heure-là pour nous, oui.

Par ailleurs, je n'ai que rarement trouvé désagréables ces appels à la prière, quel que soit le pays de leur écoute.
Et même parfois, selon le muezzin, le moment, mes états d'âme et la place... effectivement, cette ferveur spirituelle, je la partageais d'une certaine façon, j'étais touchée.


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Sam 17 Jan - 7:10

avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Sam 17 Jan - 7:13

Il faudra prendre le rythme.
Le rythme des journées de marche : le lever avec le soleil, le départ rapide sitôt les sacs bouclés et le petit-déjeuner avalé, les 3 ou 4 heures de marche matinale, la longue pause de mi-journée avec sa sieste incontournable dans la torpeur ambiante (ou quand il fait trop chaud pour pouvoir bouger, parler, penser ou même dormir !), la deuxième marche difficile tant il fait encore chaud en fin d’après-midi, l’arrivée au bivouac à la nuit tombante, la « douche » avec un demi seau d’eau dans la fraîche brise nocturne, le repas toujours copieux et excellent de Tigué notre cuisinier, la courte veillée avant la longue nuit magnifiquement étoilée, fraîche et réparatrice sur les terrasses ou dans les cours des campements… nuit juste perturbée par des aboiements intempestifs, les djembés et détonations de funérailles festives, les coqs déréglés, les voisin(e)s bavard(e)s… et surtout par ma toux persistante.

Le rythme africain.
Le rythme de nos pas de marcheurs au long cours… le rythme lent de l’âne qui tire la charrette, le rythme tranquille du troupeau de chèvres ou de zébus qui rejoint le puits ou un hypothétique pâturage (en cette période de saison sèche, que peuvent-ils bien trouver à brouter ?)… le rythme effréné du poulet bicyclette qui courre pour échapper à on ne sait quoi…
Le rythme des femmes qui pilent le mil, bébés dans le dos ; celui des enfants sur la pompe du puits ; celui des vieillards allongés sous un arbre ou la togouna
Le rythme des rencontres, des salutations, des chants…
Mais aussi le rythme endiablé du djembé et des danseurs dogons, sacrés athlètes, que nous découvrirons le dernier soir de cette randonnée dogonne.
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par mamina le Sam 17 Jan - 10:40


Et c'est grâce à ce carnet et à Wapiti que quelques mois plus tard je partais aussi au Mali.
Accueillie à Bamako par Joël, le frère de Tranquille, pour les premiers jours vers Mopti et ensuite guidée par Tranquille lui-même sur les chemins du pays dogon...
Nous avons passé qques jours dans leur village, dans l'auberge qu'ils venaient de construire pour loger les touristes, véritable apport financier dans cette région si pauvre...
Et maintenant ? ils survivent avec en plus la peur de la menace de guerre...
Je revis des moments inoubliables à travers tes écrits, merci Wap' !
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Sam 17 Jan - 16:53

Un aveu : je me régale à désensabler tout cela ! rêveur

Et vivement le temps (futur) où le calme et la sécurité seront revenus dans ce coin du monde pour qu'on, pour que je, puisse y retourner...
Le Pays Dogon à la période des pluies... voilà qui me tenterait bien (moustiques et palu en moins).


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Dim 18 Jan - 9:32

Le Pays Dogon, c’est donc d’abord cette falaise ocre de Bandiagara qui s’étend sur plus de 100 kilomètres et haute de 300 mètres par endroits. Falaise percée de failles, constituée d’éboulis de rochers énormes, camaïeu de roses, d’ocres, de noirs avec quelques pointes de verdure, arbustes, baobabs, kapokiers…
…et surtout ces villages accrochés à ses flans ou posés sur son plateau. Villages de rocs, de terre et de bois, donc eux-aussi dans les tons ocres, villages caméléons qu’il nous faut chercher longtemps du regard avant de les deviner là où pointe l’index de notre guide – qui lui peut presque compter le nombre de greniers visibles ! – Construits à partir d’habitats troglodytes originellement colonisés par le peuple Tellem et qui servent actuellement surtout de sépultures aux Dogons… ou construits plus bas, au pied de la falaise en bordure de la plaine, parfois entourés de la verdure éclatante des champs d’oignons, de potagers, des manguiers et autres espèces arboricoles locales.


Koundou Dâ, Tiogou et Yendouma Atô
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Dim 18 Jan - 9:40

Le Pays Dogon, c’est aussi cette plaine sahélienne, infinie, qui s’étend à perte de vue jusqu’au Burkina.
En cette saison sèche, c’est une vaste étendue de latérite, de sable et de touffes d’herbes sèches, de tiges résiduelles de mil,… Palette de jaunes, d’oranges, de roses et de rouges, parsemée de touches vertes que constituent les baobabs, acacias, nîms… De ci, de là, perchés sur des plateformes sur pilotis, des brassées de foin hors de portée des bestiaux, comme des nids à gros oiseaux…
En saison des pluies, cette plaine se transforme paraît-il en une étendue verte sans fin, couverte de champs de mil et de sorgho, de pâturages, vivante du travail de ses cultivateurs Dogons et de ses éleveurs Peuls. Nous avons dû mal à l’imaginer.
Paysage sahélien où l’eau n’est pas rare comme au Sahara, mais nécessite un effort tout de même. Il faut aller la chercher dans les sources cachées de la falaise, la puiser aux puits profonds de la plaine ou dans les marigots aux eaux boueuses dont le niveau descend de mois en mois jusqu’aux prochaines pluies.  




Au-dessus de tout cela, imaginez un ciel africain de saison sèche, un jour laiteux, le lendemain d’un bleu éclatant… qui vire au violet sur certaines photos. Et toujours ce soleil implacable qui noircit les peaux, chauffe les pierres et les têtes, blanchit la vision et surexpose les photos. Heureusement que le vent nous a souvent accompagné, parfois légère brise respirante, parfois plus lancinant et chargé de poussière et de sable. Son absence peut peser terriblement sur les corps offerts à l’astre solaire et peinant dans le sable…
Un ciel africain de nuits étoilées où dansent la Voie Lactée, Orion, la Grande Ourse… la Croix du sud ? Nos repères de septentrionaux sont faussés ; pendant des heures, enfouis dans nos sacs, nous chercherons à retrouver les constellations connues, souvent gênés par cette lune ascendante de plus en plus aveuglante.


avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Skyrgamur le Dim 18 Jan - 11:37

Je lis aussi. clin d'oeil

Sur les photos, ça représente quoi les pictogrammes à droite de ton nom ?


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Dim 18 Jan - 11:56

top !

Les pictogrammes correspondent à la licence Creative Commons que j'applique dorénavant à mes photos, et donc les autorisations de reprise et de partage de ces photos.
A lire ainsi :

CC = une licence Creative Commons est attribué à cet objet (image ici)
le petit bonhomme "BY" = si vous reprenez cette image, merci de nommer l'auteur original (Wapiti74 clin d'oeil) et de préciser si vous l'avez modifiée ; c'est la clause d'attribution
le $ barré "NC" = interdiction d'utiliser cette image dans un objectif commercial
la flèche en rond "SA" = autorisation de modifier éventuellement, et de partager cette oeuvre, dans les mêmes conditions (c'est-à-dire en n'autorisant pas l'exploitation commerciale et avec référence aux auteurs originaux, donc Wapiti74 toujours clin d'oeil )


Pour découvrir les combinaisons possibles et 6 licenses qui en découlent : http://creativecommons.org/licenses/ . On peut y lire :

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
CC BY-NC-SA
Cette licence permet aux autres de remixer, arranger, et adapter votre œuvre à des fins non commerciales tant qu’on vous crédite en citant votre nom et que les nouvelles œuvres sont diffusées selon les mêmes conditions.


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Skyrgamur le Dim 18 Jan - 12:04

Merci pour les explications.


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Lun 19 Jan - 9:25

Le Pays Dogon, c’est aussi son peuple. Peuple originaire du pays Mandingue, qui a laissé ses frères Bozos pêcheurs au bord du Niger et est venu s’installer dans cette région. Devant la menace Peule, ils ont investi les rochers ; aujourd’hui ils redescendent vers la plaine nourricière. Peuple de cultivateurs. Peuple animiste à la cosmogonie trop compliquée pour que je la comprenne ou vous la raconte. Et malgré l’Islam arrivé il y a bien longtemps, ils continuent de croire en les fétiches, les divinations des tables du renard, les pouvoirs des masques… Notre guide se disait ouvertement « musulman zigzag » pour exprimer cette double culture, double croyance. Il nous a démontré qu’il était profondément attaché aux coutumes de son peuple, et en était très fier.
Un peuple aux conditions de vie rudes, et pourtant si joyeux de vivre. Paradoxe de l’Afrique profonde. Déstabilisant, déroutant et pourtant réjouissant, ressourçant.

Le Pays Dogon, ce sont ses femmes. Mais là, je ne vous en dirais pas beaucoup plus, je suis trop marquée par les mots enchanteurs de Douya ; je vous renvoie à ses textes magiques qui m’ont accompagnée durant ce périple : Une journée de la femme Dogon

avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Lun 19 Jan - 9:47

Au milieu de cette semaine particulière : une journée à Yendouma Sogol, le village natal de notre guide. Une journée pour vivre – presque – au rythme d’un village.

Arpenter les ruelles de terre à l’heure où les femmes reviennent du puits avec leur provision d’eau ou de bois sur la tête, bébé dans le dos. Elles sont belles, à l’allure fière, seins nus dans leurs pièces de tissus ; elles sourient toujours ; avec jusqu’à 50 kilos de charge sur leur nuque, elles crapahutent avec une vitesse et une assurance qui nous dépassent. Car parler de « ruelles » est trompeur. Dans ces villages dogons accrochés à la falaise, ce ne sont qu’espaces entre maisons ou greniers, sentiers de pierres polies par le passage, parfois même échelles dogonnes à escalader…
Retrouver ces mêmes femmes un peu plus tard, toujours bébé dans le dos, en train de piler le mil des deux repas quotidiens, entourées de bambins dans leur cour de maison ou en groupe chantant et riant sous un arbre dans un coin du village. Travail laborieux et rythmé qui les occupent plusieurs heures par jour.





avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par fabizan le Lun 19 Jan - 13:00

Je viens de lire le joli texte de Douya, et me pose une question :

Que font les hommes pendant que ces femmes travaillent sans relâche ? question


_________________
Fabienne
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Lun 19 Jan - 13:14

C'est une bonne question, Fabizan. bravo

C'est bien connu : ils vaquent lentement et sûrement vers rien ou pas grand chose, ils soutiennent de leurs corps affalés les murs de pisé et poteaux de bois, ils palabrent, ils goûtent le dolo, ils mâchent des noix de cola en refaisant le monde...

Plus sérieusement, à la saison des cultures, ils sont aux champs ou s'occupent des bêtes de somme ; en cette saison sèche et plutôt désœuvrée, le mystère reste entier...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par fabizan le Lun 19 Jan - 16:58

Il faut d'urgence implanter une antenne du MLF en pays Dogon pensif


_________________
Fabienne
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Mar 20 Jan - 8:10

rire


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Mar 20 Jan - 8:15

Aller à la rencontre des écoliers qui nettoient dans une cacophonie indescriptible leur cour de terre rouge avant de s'entasser par cinquantaine dans de minuscules salles de classe très silencieuses. Ils ont à peine de quoi écrire, sont serrés sur leurs bancs, mais comme partout en Afrique ont soif d’apprendre et sont très fiers de nous accueillir avec un chant de bienvenue en français. Les leçons se récitent ici encore debout bien droit, bras croisés sur la poitrine, comme à l’époque coloniale ; une leçon mal apprise attire des coups de bâtons…
Croiser partout d’autres gamins de tous âges, courant, criant, riant, pompant aux puits, portant une charge sur leur tête pour aider leur mère… ceux qui ne sont pas à l’école ce matin parce qu’ils sont du cours de l’après-midi… ou ceux qui ne sont pas scolarisés car trop jeunes ou de familles trop pauvres… Petite fille de 5/6 ans avec son petit frère de quelques mois dans le dos… Jeune berger peul s’occupant de son troupeau, les bras pendant de chaque côté de son bâton en travers ses épaules…

Juste à côté, une visite au dispensaire très récemment construit. Le choc. Des murs neufs, qui abritent des salles vides. Vides de matériel médical. A peine une chaise, un bureau, une table de soin, quelques armoires… pratiquement vides. Stupéfaction. Nos 6 pharmacies de randonneurs-voyageurs sont plus et mieux garnies que le dispensaire de ce pays. Le médecin nous explique qu’ils manquent de tout. Là où le paludisme sévit, ils n’ont pratiquement pas de quinine ni d’antalgiques ; rien pour soigner les infections intestinales si courantes, notamment chez les enfants ; à peine de quoi soigner les plaies et infections oculaires, elles aussi si courantes. Le dénuement quasi-total. Et nous sommes venus les mains presque vides ; ce ne sont pas les quelques pilules que nous laissons qui vont changer les choses. Et pourtant, si, le médecin insiste : ce sont ces quelques médicaments laissés par les Français de passage qui alimentent son fonds, rien de plus ! Une promesse que l’on se fait : à notre retour, on finance et expédie un colis pour Yendouma Sogol. Un appel que je vous fais : si vous allez dans ce coin du pays dogon, emportez avec vous une provision d’antalgiques (aspirine), d’anti-inflammatoires, de quinine (et autres anti-palu), de compresses, de collyres, de crèmes antiseptiques (Bétadine…), de « cocktails » gastro-intestinaux, d’antibiotiques à large spectre… Dans vos sacs de voyage, cela ne coûte qu’un peu de place, envoyé de France, cela coûte une fortune en frais de poste,… là-bas tout cela sera un véritable trésor pour l’équipe soignante et les malades !
.
.
.
.



N.B. : ce carnet ayant été rédigé en 2007, je ne sais ce qu'il en est de la situation sanitaire exacte de ce coin-là en cette année 2015... mais les colis de 2008 et 2011 ont été plus qu'appréciés semble-t-il... et vu la situation chaotique du pays depuis les événements de 2013...
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Wapiti le Mer 21 Jan - 8:53

Aller ensuite à la rencontre des « anciens » sous la case à palabres, la togouna, ou adossés à l’ombre d’un mur, d’un arbre… leur offrir quelques noix de cola en guise de remerciement pour nous accueillir dans leur village. Rendre visite au hogon, le plus vieux du village, prêtre du Lébé, le serpent qui vient le laver chaque nuit... un honneur, qui certes nous fait quand même bien sourire, nous autres occidentaux.


Un autre honneur pour nous : que notre guide nous emmène chez lui, et nous présente sa famille, sa mère, sa femme, sa dernière fille, ses neveux et nièces, tante et belles-sœurs. Communauté de femmes et d’enfants vivant ensemble dans la même cour. Pas d’homme en ce milieu de journée, ils ne rejoindront le groupe que pour le repas du soir.
C’est l’occasion de découvrir de l’intérieur une modeste demeure dogonne. Un escalier de roche en guise de porte. Une cour poussiéreuse où piaillent enfants et volatiles près d’un feu, de quelques ustensiles de cuisine, d’un seau d’eau, d’une chèvre. Autour, deux ou trois pièces aux murs de pisé, sans fenêtre, au sol de terre battue, à peine encombrée de quelques nattes, vêtements et objets de vie courante ; c’est là que dorment la nuit les grands-parents maîtres des lieux et leurs petits-enfants, quand ils ne montent pas sur les toits-terrasses. Dans un coin, au sommet d’un rocher, les greniers de la famille, cylindres de pisé couronnés de toits pointus de paille, image médiatique du pays dogon. A l’intérieur, sacs de mil, de sorgho, d’arachide, de fonio, quelques herbes, du poisson séché… le tout caché derrière une belle porte de bois plus ou moins richement sculptée.
Ha ! Qu’il était fier notre cher guide de nous montrer tout cela ! Et il semblerait que nous ayons été les premiers « toubabs » invités dans cette modeste demeure… Un bien beau moment.


S’arrêter aussi chez les artisans et les commerçants ravis de nous montrer leur art.
Les tisserands, derrière leurs métiers, qui réalisent les bandes de tissu de coton que les femmes vont coudre et teindre pour réaliser de superbes bogolans aux motifs nommés « Pluie du matin », « Samedi soir » ou les tenues traditionnelles des hommes (pantalon, tunique, bonnet)…
Les forgerons assis à même le sol, poussiéreux et ruisselants devant leur petit four au feu avivé, à façonner les outils de ce peuple de cultivateurs ou les fusils d’apparat destinés aux festivités.
Croiser des bijoutiers touaregs nomades avec leur petit atelier mobile…
Apprécier le superbe travail du bois à travers les nombreuses statuettes, de femmes notamment (porteuses d'eau, aux bras levés), les masques et les portes de grenier racontant l’histoire du peuple dogon…


Se poser quelques instants sur une plate-forme rocheuse dominant le village et la plaine. Rester contemplatifs en silence, à apprécier notre chance d’être là, d’avoir toutes ces merveilles à nos pieds, d'être autorisés à assister à ce spectacle ancestral et naturel. Espérer pouvoir rester ici des heures pour regarder dans la course du soleil la vie tranquille de ce village si animé aujourd’hui.




Contenu sponsorisé

Re: Pays Dogon et fleuve Niger : quinze jours au Mali

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 23 Mai - 10:40