Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Une bonne action malencontreuse

    Partagez
    avatar
    geob

    Une bonne action malencontreuse

    Message par geob le Mar 7 Juil - 16:35

    Une bonne action malencontreuse.


    Un soleil ardent, du bleu dans le ciel, tout pour se sentir bien. Il avançait d'un pas nonchalant, les mains derrière le dos. Il s'arrêta devant le passage protégée de la rue du Cdt Mouchotte, près de la place de Catalogne. Il attendit que la situation s'éclaircisse pour entamer sa traversée. Il tourna une nouvelle fois sa tête pour regarder sur sa gauche quand il vit une dame, munie d'une canne, qui s'approchait  doucement de lui pour faire la même chose. Lorsqu'elle fut près de lui, elle lui demanda de l'aider à traverser parce qu'elle avait peur toute seule, elle s'inquiétait de sa lenteur et de la nervosité des automobilistes. Elle avait peut être une soixantaine d'années, un sourire franc du collier et une carnation de peau étonnante pour son âge. Bien entendu, il accepta volontiers, après tout il n'avait pas trop le loisir de faire une bonne action, et en plus elle ne lui coûtait rien, si ce n'était qu'une minute à perdre. Alors il lui tendit son bras gauche, mais elle s'appuya surtout au niveau de son bracelet montre. Pendant une fraction de seconde il admira sa main aux doigts longs soigneusement manucurés, la peau blanche miraculeusement sans tâches de vieillesse. Arrivés de l'autre côté, elle le remercia chaleureusement, et cela lui alla droit au cœur. Mais oui,  il était content, il ne sentait plus la pesanteur de son corps, avoir été utile le rendait léger comme une plume. Il descendit la rue du Cdt Mouchotte tout guilleret, sourire aux lèvres. Ah comme c'est gratifiant de faire une bonne action, de se dire qu'on est une personne bien sous tous rapports,  qu'on agit pour l'autre, pas pour soi.  Évidemment c'est faux, il le savait très bien, il était un être humain comme tous les autres, et donc responsable de ses propres émotions, or la joie qu'il ressentait était une émotion qui ne parlait que lui, de son besoin qu'un miroir invisible lui renvoie une bonne image de lui.

    Un homme d'origine africaine remontait la rue du Cdt Mouchotte, il arborait une monture de lunettes en métal doré, une barbe grise, et un calot vert sur la tête. Il avait une allure remarquable, et d'ailleurs l'heureux homme qui avait aidé une dame handicapée à traverser la rue le remarqua. Au moment de se croiser, l'Africain s'arrêta et d'une voix mélodieuse demanda :
    - Pardonnez moi, monsieur, pourriez vous m'indiquer l'heure qu'il est?
    Oh quel bonheur ! Une nouvelle occasion de rendre service, c'était vraiment une journée à marquer d'une pierre blanche ! Alors il leva son poignet gauche et il n'en crut pas ses yeux :  
    - Nom de dieu ! jura-t-il
    Son bracelet montre avait disparu !

      La date/heure actuelle est Mer 14 Nov - 16:14