Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Debriefing II

    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Sam 1 Juin - 11:32

    Les Témoins de Jehovah en Thaïlande


    1


    Parfois je les remarque dans le quartier Montparnasse, toujours en binôme, abrité derrière leur présentoir à roulettes garni de revues édifiantes. Ils ont l'air heureux, ils se parlent, sourient, et quand vous passez devant eux, et pour peu que vous jetiez un coup d’œil impavide sur leur matériel et leur présence incongrue,   ils essaient alors de capter votre regard pour se sortir de leur entre-soi.

    Il fut un temps où l'Etat français les avait considérés comme une secte - d'où leur inscription au fer rouge sur le registre de l'opprobre général. Malgré cela, ils ne baissèrent pas les bras ; ils portèrent cette accusation qu'ils qualifiaient d' outrageante et attentatoire à la liberté religieuse devant les tribunaux ; ils furent déboutés, néanmoins l'Etat finit par passer sous les fourches caudines de la cour de justice européenne qui leur donna raison : non, ce n'était pas une secte. Dans ce genre d'affaires, nous avons tendance à nous croire supérieur du haut de notre laïcité portée comme un étendard, plus intelligents que tout le monde mais, pour ma part, malgré les avis définitifs et tranchants des conseils convenus de mes relations qui exprimaient avant tout une sourde inquiétude face à des gens qui croyaient en Dieu, où plutôt une incompréhension mêlée de commisération, j'acceptai de leur parler sans la moindre crainte car, fondamentalement,  la suite me confirma ce que je savais déjà : les Témoins de Jéhovah fonctionnent bien comme une secte sereinement assumée, du moins d'après mon regard de mécréant, toujours rétif aux croyances religieuses actuellement sur le marché de la manipulation des esprits. Alors parler avec ces gens ne me posait - ne me pose - aucun problème, je sais qui je suis, ce que je pense, en outre je sais aussi ce qu'ils peuvent me communiquer, donc pourquoi avoir une appréhension à côtoyer des croyants vraiment spéciaux de par leurs exigences, et dont leurs réponses aux questions convenues - eh oui - que vous leur posez sont de plus en plus élaborées, structurées, documentées.

    Je savais à qui j'avais à faire. Bon, il faut dire aussi que ce n'était pas un type du genre américain, comme ces Mormons à bicyclette que l'on croise quelquefois dans Chiang Rai, toujours en duo, toujours avec un pantalon noir et une chemise blanche ou comme ce pasteur Témoin de Jéhovah en compagnie d'un de ses coreligionnaires, les pieds dans un cours d'eau, qui baptisait vigoureusement des Akhas en leur maintenant la tête sous l'eau, tandis que sur la berge des membres de son ethnie attendaient leur tour, sous un air de guitare similaire à "Michael est de retour, alléluia", jouée et chantée par une jeune femme bien contente de rester au sec. Ce jour là, je me rendais à une cascade au sud ouest de Chiang Rai, je vis cette scène "biblique" du bord d'une petite route ombragée mais je ne fis qu'un arrêt de quelques secondes, et je ne sortis même pas mon appareil photo.

    Je veux bien parler de spiritualité, ça dépend avec qui. En l’occurrence, ce fut avec une coréenne d'une quarantaine d'années, cheveux courts, énergique et souriante. Nous avions des cabines voisines aux sources d'eau chaude de Ban Phasoet....
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Sam 15 Juin - 11:12


    LES TEMOINS DE JEHOVAH    


                                                               

    II





    La "hot spring" de Ban Phasoet est un endroit fort agréable, situé dans un jardin toujours entretenu, non loin d'un parc national. Les deux employées qui s'occupent de la piscine et des cabines me connaissent bien. L'une d'entre elle est une Akha : petite, les jambes musclées comme tous les membres de son ethnie habitués à monter et à dévaler des collines, mère de trois enfants... déjà ! pense-t'on à la voir apparemment si jeune, elle a beaucoup d'humour mais elle se méfie de moi parce qu'un jour, devant moi, elle ferma une cabine sans l'avoir préalablement nettoyée, elle s'était juste assurée que rien n'avait été oublié à l'intérieur.  J'eus un sourire ironique qui ne la déstabilisa pas -et d'ailleurs je constatai par la suite que c'était sa technique, disons... pour aller au plus vite. Elle décida alors de m'attribuer celles que j'appréciais. Et à chaque fois elle me mettait à disposition une cabine qui n'avait pas été utilisé de la matinée - je te la réserve, m'informa-t-elle. En effet, j'observai en entrant qu'il n'y avait pas une goutte d'eau dans le bassin, aucune trace d'humidité dans l'espace-douche. Mais bon, l'eau à 85° doit éliminer pas mal de bactéries... et voici pourquoi je n'ai jamais été traumatisé par cette histoire de nettoyage ou pas et puis je n'ai jamais voulu les ennuyer - sa collègue thaïlandaise est quand même plus courageuse-, en plus il y a des grandes chances qu'on va se revoir et il ne s'agissait donc pas de créer des antagonismes qui laissent des traces.

    Ce jour là, j'arrivai comme souvent entre 11h30 et 12h. Il n'y avait personne derrière le guichet où on achète les tickets. Elles étaient sans doute parties acheter de la nourriture aux restaurants mitoyen du parc, sous l'agréable fraîcheur des grands palmiers. Je vis sur le tableau les clés restantes, que la numéro 31 était prise, je m'emparai de la 32. (les cabines les plus agréables qui me sont toujours attribuées). Elles étaient dans le troisième bâtiment - trois cabines par bâtiment. J'entrai dans la mienne, il y avait des chaussures devant la porte de la numéro 31 et de la numéro 33. J'ouvris les robinets d'eau chaude et froide, puis je vins m’asseoir sur le banc dans l'espace commun,  en attendant que la moitié du bassin se remplisse - je laisse toujours la porte ouverte. J'entendais des conversations en thaï, la porte de la 31 s'entre-ouvrit et je vis le dos d'une dame en robe verte qui continuait sa conversation avec une autre jeune femme, en maillot de bain d'une pièce - les thaïs ne se baignent jamais nus-, qui essayait de se cacher derrière la porte entre ouverte. Dès qu'elle celle-ci fut fermée,  la dame se tourna vers moi et réalisa qu'il y avait un farang assis sur le banc en pierre. Elle eut un mouvement de surprise mais me salua aussitôt en anglais. Cheveux courts, sourire franc, elle dégageait un dynamisme contagieux. Echanges habituels en ces circonstances, elle fut tout de même étonnée de ma longue fréquentation des sources d'eau chaude depuis tant d'années Et voici la jeune femme qui était avec elle, elle apparut telle une naïade avec ses longs cheveux mouillés, aussitôt la dame lui présenta le "farang", tout en sortant un sèche-cheveux de son sac. Elle le tendit à sa relation bien plus jeune qu'elle (il y a une prise électrique sur le mur), il y avait du boulot pour sécher cette superbe chevelure. Ce qui me frappait surtout c'était ses yeux immenses, elle me regardait avec une intensité d'entomologiste observant une fourmi qui ne savait plus où aller. Je les pris en photo, elles posèrent pour moi bien volontiers mais la dame me parla ensuite de... Jésus ! Allons bon ! Elle me montra des... disons des prospectus,  un fascicule, je feuilletai négligemment par politesse et je me disais oh merde je suis tombé sur des témoins de Jéhovah !

    La dame plus âgée est une coréenne. Non non, me dit miss "grands yeux", moi je suis thaïlandaise ! Et je m’aperçus qu'elle avait une approche très relative du dénommé Jésus, la coréenne était juste une amie. Des enfants? Même pas en rêve! Elle veut juste être libre, je ne lui donnais pas tort puisque le système solaire va exploser dans trois milliards d'années, alors faire des enfants...

    La coréenne demanda à la thaïlandaise de prendre mon numéro de téléphone parce qu'elle voulait qu'on se revoit plus tranquillement. Je ne crois pas en Dieu, dis-je. C'est pas grave, no problems ! J'acceptai, puis, indiquant que le bassin de ma cabine serait bientôt rempli, je me devais de prendre congé et je réintégrai ma dite cabine après moult salutations enjouées.

    Une semaine plus tard, je reçus un coup de fil. Rendez-vous dans le café face à la "gold clock-tower". Revoir miss "grands-yeux" m'agréait fort...


    Maadadayo !
    Dolma
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Dolma le Ven 5 Juil - 16:03

    Voilà bien longtemps que 'la semaine plus tard' est passée... Alors tu la racontes quand ta rencontre ?
    Tu nous fais languir, c'est pas sympa clin d'oeil
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Ven 5 Juil - 16:40

    rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Sam 6 Juil - 10:33

    Les Témoins de Jéhovah


                                                                      III

    Jusqu'à la fin des années 80, début années 90, il était quasiment impossible de  boire un expresso en Thaïlande -peut être dans les grands hôtels et les palaces? En tout cas, le seul café que l'on vous servait était du genre café américain, du jus de chaussettes. Et puis une année, je vis pour la première fois l'enseigne Starbucks à Bangkok. Alors  fleurirent plusieurs compagnies vernaculaires avec leurs plantations de caféiers, leurs torréfacteurs, des cafés s'ouvrirent un peu de partout, toujours bien décoré et confortable, où même les cappuccinos s'affichaient  sur les cartes. Dans Chiang Raï idem, mais pas que, ainsi sur les routes de campagne  aux alentours, des oasis de fraîcheur se proposent aux curieux et amateurs de bon café - aussi bon qu'en Europe, et d'ailleurs aussi cher si on ne connait pas les bonnes adresses. Bon, il faut que j'arrête de parler de café, revenons à ma dame coréenne. Elle avait demandé à miss "grands yeux" de prendre mon numéro de téléphone pour pouvoir convenir d'un rendez-vous où nous prendrions le temps de discuter.

    Les jours suivant, après plusieurs coups de fil, nous nous donnâmes rendez-vous au Pangkorn coffee, face à la tour-horloge dorée qui fait la fierté de la ville. A ma grande surprise, je rencontrai quatre personnes, toutes coréennes, mais pas de "miss grands-yeux". La dame coréenne vint avec son mari, beau visage fatigué, douceur et bonté incarnées, coiffé d'un chapeau de paille et arborant des lunettes de soleil très foncées. Et il y avait leurs amis, un jeune couple étonnant : lui, flué par rapport à sa compagne, il portait une casquette de tweed et de petites lunettes rondes ; elle, d'emblée, me fut sympathique, elle était souriante et visiblement intéressée par cette rencontre. Bien entendu, eux aussi témoignaient pour Jéhovah ; tous les quatre avaient en main une tablette... Samsung ! Cela permit de résoudre quelques problèmes de compréhension, tout en ralentissant les échanges.
    - Mes amis viennent de Chine, me renseigna la dame coréenne
    Je fis montre d'un vif intérêt, encore plus quand ils me précisèrent qu'ils y avaient vécu 10 ans ! A faire quoi? Du prosélytisme dans ce pays communiste ! J'en revenais pas, ils avaient l'air si tranquille, si heureux, ils ne donnaient pas l'impression d'avoir été entravés dans leur mission d’évangélisation de ces masses populaires mais, à mon avis, pour un résultat minimaliste et peu gênant pour le pouvoir de Pékin. Bien entendu, ils n'étaient pas les premiers témoins de Jéhovah, ils avaient sans doute été accueilli par leurs frères et sœurs chinoises, puisque c'est ainsi qu'ils s'appellent entre eux. Dans ce monde individualiste, du chacun pour soi, je percevais chez eux ce sentiment de sécurité et de solidarité que leur procure leur communauté, leur secte.

    Pour éviter leur discours sectaire le plus longtemps possible, je captai l'attention de la jeune femme qui revenait de Chine. J'eus l'intuition qu'elle n'était pas obsédée par la Bible, qu'elle devait exercer  sa curiosité sur d'autres sujets. Alors je sortis de ma besace culturelle mon admiration sincère de la culture asiatique, et coréenne en l’occurrence, en citant les noms de quelques cinéastes et écrivains, en particulier celui du cinéaste Bong Joong Ho à propos de son film "Memories of murder" (comme le hasard fait bien les choses, il vient de recevoir la Palme d'or du festival de Cannes pour son dernier film "Parasite").  Oui, elle avait vu "Memories of murder" me dit-elle en se se penchant vers moi, elle me parla de cette fin visuellement si banale et pourtant si saisissante qui laissait pantois les spectateurs quand les lumières se rallumaient dans la salle. Elle aussi avait donc apprécié ce film, j'étais ravi. Mais la dame coréenne nous recadra : et Jéhovah alors?

    Pour jouer si j'ose dire le jeu, je leur posai la question sur le sang des autres qu'ils refusent, tout en sachant que leur réponse était déjà toute prête. Le coréen à casquette de tweed et petites lunettes rondes s’agitait sur sa tablette tandis que la dame coréenne s’évertuait à me faire l'article. Je l'écoutai d'une oreille distraite, mais je compris que l'autre cherchait des documents en français pour me convaincre qu'ils avaient raison de refuser les transfusions. Effectivement, il me tendit enfin sa bibliothèque mobile : la page était pleine de photographies d'hommes en blouse blanche dont les noms anglo-saxons ne me disaient rien du tout mais ils avaient l'air d'être si sérieux, si importants - avoir l'air, c'est exister dans un monde étouffant de conventions. Je parcourus ensuite les textes en français qui évoquaient les progrès de la recherche scientifique, ce que je veux bien croire, nous sommes au XXIe siècle, j'ai déjà oui-dire par ailleurs que l'on peut remplacer le sang par un liquide machin-truc, je ne sais plus trop quoi, mais cela me passionnait modérément, je lisais en diagonale tout en m'apercevant que la dame coréenne avait pris mon smartphone posé sur la table et me le manipulait avec à côté son smartphone. L'inquiétude me gagna, qu'est-ce qu'elle trafiquait sur ces deux appareils?

    Je rendis la tablette au coréen venu de Chine, sans commentaires superflus qui m'auraient entraîné dans une controverse ennuyeuse. La dame coréenne reposa mon smartphone devant moi. Là aussi, je ne fis aucun commentaire mais je n'en pensais pas moins : elle aurait pu me demander la permission, non?

    Une heure et demie plus tard, vint l'instant de se dire au revoir. La dame coréenne me proposa de nous revoir avec une de leur sœur qui parlait français. Ah mais oui, pas de problèmes, avec plaisir !

    De retour dans ma chambre d'hôtel, j'ouvris mon smartphone : il y avait une notification pour l'application Line. Je constatai avec stupeur que la dame coréenne était dorénavant sur ma liste de contacts ! Avec sa photo, seule, et une autre avec son mari et son fils. Bon sang ! Quelle sorcière ! Comment avait-elle fait? J'appelai mon ami musicien, féru en ces matières, pour lui expliquer ce qui m'était arrivé.
    - Oh c'est très simple, me dit-il, elle a certainement scanné ton QR.
    - Quoi?
    -  Elle a scanné ton QR !
    Et le béotien de s'exclamer :
    - C'est du propre !...

    En tout cas, je peux maintenant lire un nom ( ou son pseudo ): Sunny !  Précédé de trois idéogrammes coréens - je suppose. Grâce à Line, Sunny put me communiquer plus facilement notre prochain rendez-vous avec une de ses sœurs qui parlait français. Comme celle ci était très busy, Sunny me téléphona pour se décommander une ou deux fois, et je répondais toujours que cela ne me posait aucun problème.

    Enfin arriva le bon jour, et je choisis une matinée...




    Madadayo




    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Sam 6 Juil - 10:46

    Elle t'a aussi piqué tes contacts pour leur insuffler la bonne parole ?


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Mer 10 Juil - 10:08

    Les Témoins de Jéhova



                                                                      IV


           Cette fois-ci, je ne suis pas arrivé en avance au Pankhorn Coffee. D'ailleurs je n'étais pas pressé, la matinée était superbe, il y avait peu de circulation, et j'ai garé ma moto à quelques centaines de mètres du café. En m'approchant, j'ai constaté derrière la vitrine que Sunny était déjà là, en compagnie de sa sœur qui parle français : ce n'était pas une coréenne ! Une blanche ! Elles portaient toutes les deux la même robe informe, comme une chasuble mais avec des manches jusqu'aux coudes, semblant être taillées dans de la toile de jute, enfin tout pour dissimuler - ou nier?- leur corps, leur féminité.

    Elles m'ont vu arriver. Sunny m'a fait un signe de la main, l'autre tourna la tête vers moi et afficha un sourire radieux. Bon sang ! Elle m'a paru bien charmante avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus-azur, et puis... elle me rappelait un visage, le visage d'une actrice américaine, je ne veux pas dire que c'était le sosie mais il y avait une petite similitude, une vague ressemblance : je pensais à Helen Hunt. Alors elle sera pour moi Hélène dans ce court récit, Hélène, une française échouée en Thaïlande pour évangéliser les ethnies ignorées des bouddhistes !

    Elles se sont levées à mon approche, on s'est serré la main. Elles m'ont assigné le fauteuil le plus confortable, je n'ai pas protesté. Le visage de Sunny affichait un air satisfait, alors que celui de Hélène exprimait une joie enfantine. C'était intéressant, me dit Hélène, nous étions en train de réfléchir sur des versets de la Genèse, nous avons eu chacun notre point de vue mais nous avons fini par tomber d'accord. Voilà, leur contentement faisait plaisir à voir, je souriais en permanence en forçant sur mes zygomatiques, cela encouragea Hélène à sortir de son cartable en cuir quelques revues des Témoins de Jéhovah et elle les étala devant elle, sur la table. J'en ai feuilleté une par curiosité, elle était imprimée dans une langue que j'ignorais. C'est en lahu, m'a-t-elle précisé. Les Témoins de Jéhovah impriment leurs fascicules dans toutes les langues du monde, cela démontre qu'ils ont une assise financière conséquente. Leurs fidèles y contribuent puisqu'ils financent eux-mêmes leur... prosélytisme !

    Hélène a sa voiture, elle paye son essence, se rend chez les ethnies toute seule pour leur enseigner Jésus, les encourage à lire la Bible.
    - Vous êtes bien accueillie?
    - Oui, pas de problèmes.
    - Vous parlez le lahu?
    - Oui, je me débrouille...
    - Chapeau ! dis-je, sincèrement épaté.

    Quelquefois, elle reste pour assister à des crémations pour soutenir les familles endeuillées, montrer que Jésus ne les abandonne pas et que les morts vont au paradis. Je me demande si les Akhas, les Lahus, Lisus, etc, ne se fabriquent pas un syncrétisme religieux en s'accaparant de quelques histoires édifiantes pour les intégrer à leurs croyances, juste pour remercier ces gens venus de si loin alors que les bouddhistes les rejettent?

    Hélène étayait ses propos en cherchant dans sa Bible les versets adéquats. Elle arborait son livre comme un talisman, un "doudou", une bouée de sauvetage devant mes questions doctrinales agaçantes, mécréantes. Alors elle tournait des pages avec fébrilité jusqu'à ce qu'elle trouve une réponse pertinente - pour elle mais pas pour moi.

    Mais comment en êtes arrivée là? Hélène a tout abandonné en France. Elle était ingénieur en informatique, elle a démissionné, vendu sa maison, et maintenant elle vit sur son pactole tout en finançant ses missions qui lui apportent tant de gratifications. Oui, mais après? L'avenir ne lui fait pas peur, la communauté, les frères et les sœurs se soutiennent, mais cela lui manque de parler français. Ah ! Tiens !  Sunny avait-elle une idée en tête?

    Sunny nous écoutait parler. J'ai dis Hélène qu'elle devait s'ennuyer puisqu'elle ne comprend pas le français. Hélène transmit ma remarque. Non, non, pas de problèmes dit Sunny, continuez ! J'ai donc continué...



    Maadadayo !
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Dim 21 Juil - 11:14


    Les Témoins de Jéhovah

                                                                       

    V



                                                             

    Épilogue


    Tout à coup, un sentiment inattendu me gagna : la compensation ! La voir ainsi désespérément accrochée à sa bible me désolait sans pour autant m'attrister mais... je l'avoue, cela me peinait quand même.

    Nos échanges néanmoins courtois finirent par m'ennuyer profondément. Une forte envie de la provoquer me gagnait, oh lui balançait quelques saillies, pornographiques comme il se doit ! Qu'on se rassure, je sais me tenir. Pourtant, j'arrivai à la déstabiliser sur un point précis : pourquoi les chrétiens (encore juifs) ont-ils jugé nécessaire de quitter leur communauté juive? Parce qu'ils n'ont pas réussi à convaincre de ne plus rendre obligatoire la pratique de la circoncision si profondément ancrée dans leur culture, une pratique jugée barbare par les autres peuples, comme les grecs. Cela fait partie de la tradition juive, pas question de l'abandonner, et donc impossible de propager leur foi dans les autres pays ; c'est pourquoi les premiers chrétiens décidèrent de se séparer d'eux et de partir évangéliser ailleurs. Si ils le furent quelque temps, ou si peu, les juifs avaient abandonné depuis belle lurette le prosélytisme. Mais non, mais non, me dit Hélène un peu affolée. Je citais plusieurs sources, elle rougit comme une enfant pris les mains dans le pot de Nutella. Elle tournait frénétiquement les pages de sa bible. Ah ! Voilà ! dit-elle Elle avait trouvé une réponse qui me stupéfia : les chrétiens se sont séparés des juifs parce que c'est un peuple déicide !!! Mais d'où elle sort, sa Bible? Quelle est cette version? Accuser les juifs d'avoir tuer le fils de Dieu est le fondement de l'antisémitisme, alors la Bible serait antisémite? N'importe quoi !

    Je constatai que Hélène était rassurée d'avoir pu me contrer, je laissai passer. A vrai dire, je m'en fichais pas mal mais je continuai à lui expliquer mon impossibilité, et je le regrettais fort - mais oui -, de ne pas croire en Dieu car la vie est plus facile pour ceux qui croient alors que nous, pauvres mécréants, nous savons que la phrase la plus stupide qu'on ait jamais écrite est celle-ci...
    "L'espoir fait vivre"
    ...et donc pour nous la vie est ici et pas ailleurs, alors autant ne pas perdre son temps puisque...

    L'homme est déraciné,
    il erre comme de la poussière sur le chemin,
    qui, emporté par le vent tourbillonnant, se disperse...

    Tao Yuan Ming

    L'avenir de cette femme en Thaïlande. Elle gardera son enthousiasme pour tenter de communiquer sa foi à des gens qui ne demandent rien, en dépensant son argent propre jusqu'à qu'elle n'ait plus rien mais la providence y pourvoira et ses frères et ses sœurs seront toujours là pour l'aider, tandis que l'organisation "Les Témoins de Jéhovah" continuera à s'enrichir. Au fond, elle est heureuse dans sa routine évangélique et grand bien lui fasse.

    Avant de partir, j'ai envoyé un mot sur "Line" à Sunny : une nouvelle fois je regrettai de ne pas croire en Dieu malgré sa charmante sœur française, et je souhaitai bonne chance à toutes ses sœurs et frères.

    Je ne veux vexer personne, quoi ! - principe de précaution.

    Peut être reverrais-je Hélène? Alors je ne manquerais pas de lui chanter cette chanson....




    Maadadayo !
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Mer 24 Juil - 9:26

    Croisière Scandinave


                                                   

    Prologue



    Je suis arrivé à un âge où je me dis que ce n'est pas le moment de faire des économies, de procrastiner, d'avoir de l'espérance, alors il me reste tout de même l'action tant que je peux mettre un  pied devant l'autre sans l'aide d'un déambulateur, et c'est pourquoi  j'ai pris la décision de partir au mois de juillet vers le Nord. Mine de rien, la lecture du livre de Jean d'Ormesson y a beaucoup contribué. Il raconte, au bout de sa vie, mieux que tous les magnifiques choses qu'il a pu contemplées, tous les succès obtenus, toutes les femmes rencontrées, ce qu'il a trouvé de plus fondamentalement beau et sublime c'est... la lumière ! Sous toutes les latitudes, d'un lever de soleil à son coucher, il a baigné sa vie dans la lumière du monde ! Et moi je n'ai jamais vu Lumière du Nord, les couchers de soleil à minuit, et le jour vers 3h du matin.

    En allant au jardin du Luxembourg par la rue de Fleurus, je passe toujours devant "Le club Alliance", une agence de voyage spécialisée dans les voyages en bus. J'ai pris un catalogue, je l'ai feuilleté. Mon attention a été attiré par le programme : "Croisière Scandinave", en 6 jours. Ouh là ! L'Europe du Nord à la chinoise ! Départ de Paris à 14h, traversée de la Belgique, l'Allemagne, et vers 5h du matin embarquement sur un ferry en direction du Danemark ensuite Suède et Finlande avec trois nuits en ferry. Toute une nuit dans un bus, bon, je l'ai déjà fait plusieurs fois en Thaïlande, de même il y a deux ans j'ai voyagé aussi entre Chiang Rai et Luang Prabang au Laos  sur des routes pas souvent goudronnées. Tant pis, on y va, surtout ne jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même, et puis cette lumière du Nord, je veux m'y baigner, respirer aussi l'air pur loin de Paris, voici donc une occasion à ne pas manquer.

    En fait, je suis parti après la première canicule, et je suis revenu à temps pour subir la deuxième !

    Bravo ! Bien joué !...


    (pourquoi ai-je écris compassion ainsi : compensation? mon inconscient me joue des tours)
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Mer 24 Juil - 10:01

    Ça a dû te changer de la chaleur de la Thaïlande. sourire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    fabizan
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par fabizan le Mer 24 Juil - 14:51

    Et alors Geob, tu l'as vu cette lumière du nord ?


    _________________
    Fabienne
    Dolma
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Dolma le Ven 26 Juil - 8:55

    Geob qui part à la rencontre de la lumière du Grand Nord bravo  en voyage organisé surpris  !

    Voilà qui nous promet 2 carnets : l'histoire de la découverte de cette lumière et l'histoire du voyage organisé parce que ça aussi ce doit être une aventure super content

    Alors on attend...
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Mar 30 Juil - 10:24

    UN


    Paris, 10 juillet 2019 - 14 H


                           Oh bon dieu ! Cette multitude autour du  bus, place Denfert Rochereau. Pourtant je le savais bien qu'il y aurait au moins quarante participants mais, l'espace d'une fraction de seconde, l'idée de faire demi-tour m'a traversé l'esprit. Allons, on y va, tu as payé tout de même. J'ai embarqué le dernier, j'avais au téléphone une amie qui me souhaitait bon voyage, et un des chauffeurs sur le trottoir s’impatientait car je restais dehors le smartphone sur l'oreille. Alors, vous venez avec nous ou quoi? A bientôt ! dis-je, j'ai raccroché et je suis monté dans le bus. L'accompagnatrice a coché mon nom sur sa liste, j'ai trouvé une place à côté d'une femme au teint basané, cheveux noirs frisottés : une brésilienne ! O Brazil !  Tes habitants resteront dans ma mémoire comme les gens les plus charmants que j'aie jamais rencontrés !
    - Je m'appelle Salenza, dit-elle en me tendant sa main.
    -Geob... Bom Dia

    Devant nous, deux autres brésiliennes, et à leur hauteur, sièges à gauche, un couple de la même nationalité, mari et épouse, ils ont plus de soixante ans, ils parlent tous les deux remarquablement le français. Ils ont invité pour ce voyage leur nièce et son amie installées donc devant moi et Salenza qui, comme le couple, vit à Paris dans la maison du Brésil, Cité Universitaire face au parc Montsouris. Continuons les présentations. A ma hauteur, sur la gauche, les deux sièges étaient occupées par les cousines Annick et Patricia, elles savent ce que c'es de voyager avec un sac à dos, se débrouiller toutes seules ;  comme moi, Patricia découvrait le voyage en troupe.  Evidemment, les connaissances ne se sont pas établies d'emblée, les heures longues, longues, dans un bus traçant sa route sur les autoroutes françaises, belges, allemandes, suédoises, ont contribué à faciliter les échanges, mais entre gens de bonne compagnie et d'expérience cela se révéla après tout très naturel.
    Dès que le bus  démarra, l’accompagnatrice prit le micro et annonça le programme, enfin les prémices, et elle passa ensuite le relais à Bernard, l'un des trois chauffeurs - qui deviendra l'unique une fois en Scandinavie - : il nous communiqua quelques détails techniques du voyage, dont celui de l'impossibilité d'utiliser les toilettes du bus pendant le voyage, sauf cas urgent. Cas urgent? Cela voulait dire quoi, demanda Patricia, outrée par cette désinvolture. Bernard expliqua qu'il n'avait pas assez d'eau pour les sanitaires mais, rassura-il, il y aura régulièrement des arrêts dans les stations services autoroutières. Aussitôt, j'informai les plus proches passagers sur l'énormité de cette situation. En effet,  j'avais voyagé en bus en Thaïlande durant des journées, quelquefois des nuits entières, jamais les toilettes du véhicule ne me furent interdites. J'ajoutais que les sièges étaient... vachement plus confortables !

    Bref, cette équipée vers le Nord commençait bien.

    Premier arrêt non loin de la Belgique, sur un site magasins-cafés-restaurants-toilettes à la sortie d'une autoroute au milieu de nulle part, comme ce sera souvent le cas. J'ai jeté un coup d’œil sur la morne campagne, je ne sais pas à combien de kilomètres nous nous trouvions de Waterloo.

    Voici ce bus vert où j'ai vécu six jours : ce fut donc aussi une croisière routière, et les escales étaient les stations d'essence comme ici en Suède

    Debriefing II - Page 5 Thumbn10

    Il a servi aussi à visiter des villes : la dernière, Göteborg.

    Debriefing II - Page 5 1-14010


    Bon, puisque j'y suis, commençons par la fin...
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Mar 30 Juil - 10:36

    J'ai dû voyager 5 ou 6 fois en bus et à chaque fois, impossibilité de se servir des toilettes. Pourquoi sont-elles là alors ??? pensif
    J'ai une amie qui vient de faire Agen-Caen en Flixbus, toilettes ouvertes et impec


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les cartons

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Lilie le Mar 30 Juil - 13:49

    Geob, une question: dans ton prologue, tu ne dis pas pourquoi le voyage organisé. Je veux dire, j'entend bien les arguments de ma mère, adepte des voyages annuels en bus "pour une fois, je n'ai rien à faire! Ton père n'aime pas conduire! On ne s'occupe de rien!". L'inconnu leur fait peur (moi, c'est le manque de liberté qui me fait peur beurk ! ). Mais toi? La Scandinavie te sort de ta zone de confort Thailandaise? Ou aussi envie de te laisser porter? Alors, pourquoi le voyage organisé de la sorte? question

    Lilie
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Mer 31 Juil - 10:29


    Pourquoi ce voyage? C'est une très bonne question, je te remercie de me l'avoir posé. Sans doute pour pallier une lacune européenne, et tout simplement -bêtement?- dire j'ai mis les pieds au Danemark, en Suède et en Finlande, vérifier, éprouver même ce sentiment d'être chez soi partout en Europe. Organisé? Le côté pratique, ne s'occuper de rien, seulement on le paye d'une façon "sartrienne" : "l'enfer, c'est les autres !" Quand le sage montre du doigt la lune, les sots regardent le doigt du sage. Quand le guide montre du doigt quelque chose, les touristes regardent le doigt du guide, et ne voient pas ce qui se passe autour, ou ne découvrent rien par eux-même. Tout cela m'a bien amusé, et, au fond, ce sont tous de braves gens. N'empêche, c'est une expérience que je ne renouvellerai pas... trop de contraintes pour un voyageur nonchalant comme moi, qui aime bien s'attarder là où il n'y a rien à voir.

    (faut pas oublier que j'ai voyagé dans pas mal d'endroits, comme l'Indonésie, l'Inde, la Chine, le Mexique, Guatemala, Belize, Brésil... bon, je ne vais établir la liste complète, juste pour dire que la Thaïlande n'est pas une zone de confort, tout peut y arriver, même le pire, et c'est toujours différent d'une année à l'autre mais les gens sont plus agréables à côtoyer que par chez nous)
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Dim 4 Aoû - 22:15

    Bon Geob, c'est bien gentil de nous poster des photos de 1900 au Luxembourg, mais j'attends (tout le monde) la suite de ton voyage dans le grand nord. clin d'oeil


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Mer 7 Aoû - 11:14

    Croisière Scandinave    

     

                                                               

    DEUX    

                                                       
                                                             
                                                                   
                                                           

    Göteborg



             
    On m'avait dit tu verras, à Göteborg, il y a plein de femmes voilées. Ah bon? Il est vrai que la Suède a accueilli beaucoup de réfugiés mais, au centre ville, pas une femme voilée en vue, et pas beaucoup de monde à vrai dire : la Suède est en vacances de mi-juillet à mi-août, cela équivaut exactement au mois d’août en France.Le black-out estival ! Les seules femmes la tête recouverte d'un  tissu que j'ai vues ce fut à chaque débarquement, après une nuit en ferry. A chaque fois c'est le même scénario : on voit une trentaine ou plus de travailleurs immigrés, vêtus tous d'un tee-shirt de la même couleur,  monter à bord avant que tous les passagers n'aient fini de débarquer. Le nettoyage, c'est pas pour les autochtones !

    Notre accompagnatrice avait téléphoné à notre guide pour Göteborg, elle lui donna rendez-vous sur le port. Une dame, si j'ai bien compris originaire de Suisse alémanique, monta dans le bus et, aussitôt,  notre accompagnatrice lui  mit entre les mains le micro  pour qu'elle se présente, ce qu'elle fit avec cet humour de patronage toujours très apprécié dans les voyages en groupe. (voir internet)

    Nous fîmes notre premier arrêt pour visiter Masthuggskyrkan (combien de points au scrabble?),  une église luthérienne située sur une colline qui offre d'un point de vue magnifique sur toute la ville. Le bus s'arrêta, tout le monde se précipita dehors, et j'entendais déjà des dames qui demandaient s'il y avait des toilettes dans l'église. Je m'éloignai du groupe pour voir tout d'abord le panorama. Plus personne dehors, ouf !  Alors, avant de rejoindre tout le monde, je pris le temps de respirer l'air de Göteborg, de regarder le port, les quartiers, les toits, les murs... Mince alors ! Pas possible ! Je repérai deux tags soigneusement appliqués avec de la peinture blanche, précis, bien nets...


    Debriefing II - Page 5 1-13510

    Debriefing II - Page 5 1-13610


    Je fis des clichés, puis je rejoignis le groupe dans l'église, me délectant à l'avance de l'effet que produiraient mes photos sur la guide - parce que j'avais bien l'intention de les lui mettre sous son nez car je pressentais chez elle une forme de rigidité morale, bien corsetée. Le groupe était devant l'autel aux fresques très colorées, attentif aux commentaires qu'elle prodiguait. Puis elle passa sur la gauche et s'arrêta près d'une petite armoire métallique devant laquelle trônait un petit cercueil. Elle ouvrit les portes et nous vîmes des vêtements sacerdotaux pour... enfants ! Alors ce qu'elle raconta m'agréa : ici, dit-elle, nous apprenons aux enfants la réalité de la vie, de la mort, nous les habituons, nous les préparons à tout ce qui peut advenir. Et dans le cercueil, il n'y a rien? demandai-je en restant le plus sérieux possible. Mon Dieu ! Non ! s'exclama-telle, complètement effarée par ma question. Pour ma part, j'approuvais cette façon d'éduquer les enfants : la vie, ce n'est pas un jeu vidéo sur des écrans numériques,  il y a la réalité de chair et de sang, ainsi, sans conscience, concentré sur son seul plaisir,  un enfant non éveillé au monde réel pourrait commettre un acte sans réaliser, ou sans imaginer un seul instant les éventuelles conséquences - tiens, jouer avec des allumettes, par exemple.
    La guide ramena le groupe à l'entrée de l'église, en passant par l'aile gauche. Elle raconta je ne sais trop quoi sur le bateau qui flotte dans les airs...
    Debriefing II - Page 5 1-img_11


    ... j'arrivai à la fin parce que je m'étais attardé, intrigué par un immense poster collé sur un mur du passage de l'aile : sur un fond d'une blancheur éternelle, une assemblée de jeunes gens photographiés tous de blanc vêtu, garçons et filles, alanguis comme après une nuit d'amour, vous regardent sereinement si vous prenez la peine de vous arrêter... or ce ne fut pas le cas du groupe qui suivait la guide, et nous ne fûmes que trois ou quatre à nous interroger sur ce poster incongru en ce lieu. Blancheur immaculée de l'innocence, peut importe votre orientation sexuelle, vous êtes les enfants de Dieu semblait nous dire ce poster ! Je ne l'ai pas photographié parce que entre le mur de l'église et le mur intérieur de l'aile il n'y a que deux à trois mètres de largeur, et donc pas assez de recul.

    Lorsqu'il y eut juste quelques personnes, une nouvelle fois attentives aux dernières précisions de la guide, je pus lui parler enfin du poster. Tout de suite, son visage se ferma. C'est choquant, dit-elle, je passe toujours devant rapidement quand je suis avec des touristes, je ne veux pas en parler. Alors je pris mon appareil photo pour lui montrer les photographies des tags, à l'extérieur. Je lui demandai, d'un ton cauteleux, faussement naïf, si "merde" ça voulait dire quelque chose en suédois. Ah je vous jure ! elle resta pantois durant une poignée de secondes, sans pouvoir dire un mot ! Mais où avez vous pris ces photos? me demanda-t-elle, montrez moi !
    Une fois sur le belvédère, je pointais l'endroit où se trouvaient les deux tags. Elle resta un moment interdite, et elle fit demi-tour en marmonnant sans doute en suédois. J'imaginai qu'elle préparait déjà dans sa tête une missive pour la mairie !

    Le bus redémarra, direction l'opéra de Göteborg. La guide nous prépara à une surprise inattendue, quasiment inexplicable. Sur le fronton de l'opéra, il y a cette inscription vraiment mal venue pour un bâtiment de cette nature : PIZZERIA. Si cela ne tenait qu'à moi, nous dit-elle, je supprimerais ces lettres ! C'est de l'art, parait-il, je serais bien contente si on les retirait ! Nous ne pouvions acquiescer, en priant le ciel pour que cela n'advienne pas sur le fronton de l’Opéra de Paris.

    Debriefing II - Page 5 1-14111

    Le bus s'arrêta aux bas des marches qui mènent à l'opéra. Dispersion générale. Je furetais là où aucun membre du groupe n'avait mis les pieds. Et je découvris un duo de statues dont la guide  n'avait soufflé mot : deux jeunes femmes nues l'une derrière l'autre, celle de devant a le visage de la timidité feinte mais aussi de l'acceptation, le visage de celle qui est derrière a l'air plus décidé, et d'ailleurs elle semble obtenir ce qu'elle veut.

    Debriefing II - Page 5 1-14210

    Les quelques passagères qui virent la photo avant de rembarquer dans le bus me demandèrent, étonnées, où je l'avais prise. A gauche de l'Opéra, il y a un petit jardin avec ces deux statues, dis-je, mais pour vous c'est sensé représenter quoi? Oh ! Des danseuses ! D'accord, je pris note mais je résistais à la tentation de zoomer sur les deux mains des statues liées d'une manière explicite... qui n'a rien à voir avec "Gisèle", ou alors cela avait un rapport avec la mythologie - ou tout simplement un fantasme du sculpteur. Pourtant, cette sculpture, il me semblait l'avoir vue quelque part, juste une impression de déjà vu.
     
    En tout cas, je ne la proposai pas au regard critique de notre guide, elle avait suffisamment souffert ce jour là....
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Mer 7 Aoû - 11:34

    Geob a écrit:En tout cas, je ne la proposai pas au regard critique de notre guide, elle avait suffisamment souffert ce jour là....

    rire rire rire

    Ce qui est le plus intéressant dans les voyages organisés, c'est ce qu'on ne te montre pas. clin d'oeil


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob le Lun 19 Aoû - 23:00

    Croisière Scandinave


    Trois


    11 juillet, l'Allemagne dans la nuit.


    La nuit des autoroutes en Allemagne, les arrêts on ne sait où, des lieux qui ressemblent à n'importe quel lieu partout en Europe, c'est la nuit des stations services et des boutiques aux rayons colorés remplis de produits sucrés, salés, nuisibles pour la santé mais si tentants, sans oublier toutes ces choses inutiles que l'on achète quand même, juste un souvenir, et surtout les toilettes propres, fonctionnelles, envahies dès la descente du bus par les voyageuses en débandade et qui finissaient par venir chez les hommes tant la file d'attente était longue et les besoins pressants, urgents, chez les dames.
    Quelque part en Allemagne, des urinoirs avec... vidéo ! La publicité n'a pas de limites, elle s'insinue dans votre intimité.

    Debriefing II - Page 5 1-thum43

    Enfin l'aube, l'aube au bord de la Baltique, traversée par les goélands, silhouettes imposantes entre la nuit et le jour qui se faisait prier,   ils s'interpellaient - railleurs ou pleureurs ? - en vol ou sur les toits des bâtiments du quai où nous devions embarquer pour le Danemark.
    A chaque fois que je les vois,  la musique de Neil Diamond pour le film "Jonathan Livingstone le goéland" réveille ma mémoire d'une époque révolue. Mais je ne voudrais jamais revoir ce film, peut être serais-je aujourd'hui déçu. En tout cas, après avoir vu le film, j'ai acheté le 33 tours de la bande musicale
    .



    Oh quel plaisir de fouler le sol pour se dégourdir les jambes, de respirer l'air iodé à plein poumons, d'échanger quelques mots avec les passagers en dehors du bus. Et hop ! Ne vous éloignez pas, dit le chauffeur, tout le monde dans le bus pour monter sur le ferry !

    Première traversée en ferry, juste une quarantaine de minutes.

    Debriefing II - Page 5 1-thum44


    Il parait qu'un tunnel est en projet entre l'Allemagne et le Danemark. Après tout, il y a bien le tunnel sous la Manche.

    Enfin, arrivée à la première étape de notre "croisière scandinave".

    Debriefing II - Page 5 1-1-0910

    Nous regagnâmes le bus, fallait pas traîner pour le débarquement. Nous fîmes ainsi nos premiers pas sur le sol danois... en bus, comme si nous étions étroitement liés par un même destin, comme si nous étions consubstantiels dans cette errance érigée en finalité suprême.
    Et les premiers Danois que nous vîmes, ce furent des policiers qui vérifièrent rapidement nos passeports,  puis...

    ...En route vers Copenhague, allons voir la Petite Sirène !









    Maadadayo !
    Lilie
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les cartons

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Lilie le Lun 19 Aoû - 23:30

    Ah! On respire un peu en voyant tes deux dernières photos teintées de bleu baltique ! top !

    Quant aux toilettes publicitaires... "Mondieumondieumondieu!"... Peu de temps avant mon départ de France, j'ai découvert que même les divisions de championnats de France de foot sont maintenant affiliées à un sponsor et donc à la télé, journalistes ou pubs, ils disent "En Ligue 1 Conforma, Paris a battu hier soir l'OL 3 buts à 2"... Quelle horreur ! beurk !

    Lilie
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Mar 20 Aoû - 9:34

    C'est comme Bercy devenu Accor Aréna
    A quant l'Elysée-Mc Do ?


    Dernière édition par Skyrgamur le Mar 20 Aoû - 21:23, édité 1 fois


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les cartons

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Lilie le Mar 20 Aoû - 10:57

    Oui salles de concert, stades... beurk!

    Lilie
    Lilie
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les cartons

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Lilie le Jeu 22 Aoû - 22:04

    Geob! Regarde ce que je viens de découvrir! Un programme TV britannique type télé-réalité avec pour concept: voyage organisé en car à travers l'Europe... Je me suis dit que ça pourrait t'intéresser! rire





    LoL

    je file !

    Lilie
    Skyrgamur
    Skyrgamur

    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur le Jeu 22 Aoû - 22:28

    Je crois qu'il est vacciné contre les voyages organisés !!! rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais

    Contenu sponsorisé

    Debriefing II - Page 5 Empty Re: Debriefing II

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 17 Sep - 6:09