Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Partagez
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Lun 21 Déc - 22:00

    AÏE !
    A quatre pattes, il se frotte le genou venu cogné un affleurement rocheux de la sente. Son pied a glissé sur une plaque de mousse très humide semble-t-il. Bon sang, soit plus attentif, Bougre de Maladroit ! se sermonne-t-il.
    Il se redresse, repart, concentré…

    SPBBLÂÂÂMM !
    Mais c’est pas vrai ! Il pensait pourtant avoir fait attention où il mettait les pieds ! Allongé de son long sur la sente, il regarde sur quoi il vient de buter : une racine tordu lui a fait un véritable croche-patte. Et pourtant, il est persuadé qu’elle n’était pas ainsi proéminente et dangereuse cette racine qu’il croyait collée au sol !
    Cela va devenir compliqué s’il doit chercher des spécimens rares dans un univers de mousses où tous les verts se confondent et qu’en plus le sol est miné de pièges mouvants nécessitant toute son attention pour éviter la chute. C’est qu’il est séquentiel, lui, c’est un mec ! Il ne peut que difficilement faire plusieurs choses correctement en parallèle, il est bien obligé de se l’avouer… même s’il refusera catégoriquement de s’abaisser à un tel aveu en public, et particulièrement devant les Villageoises, se fait-il la remarque dans une moue.
    Il se redresse, s’époussète, se tâte une nouvelle fois le nez toujours aussi désagréablement bouillonnant… et repart, comme dans un ralenti de film, veillant tour à tour à l’emplacement de ses pas et à scruter le sol à la recherche des spécimens manquants, sa grosse loupe en avant.

    Cette fois, il l’a vu faire ! Cette plaque de mousse détrempée s’est littéralement jetée sous son godillot !
    Mais il n’a pu retenir son mouvement et c’est comme s’il avait marché allègrement sur une peau de banane envoyant loin et haut en avant son pied, le faisant basculer en arrière et atterrir au pied d’un arbre dans un creux de racines gonflé d’un coussinet de mousse qui a couiné sous l’assaut de son poids comme si une foule de petits êtres alors écrasés avait hurlé. Voilà qui, par effet de surprise totale, dans un même élan de sens contraire, l’a rapidement fait rebasculer vers l’avant pour atterrir à nouveau à quatre pattes sur la sente, mains et genoux endoloris.
    Sur la sente, rien d’anormal. Il est sûr d’avoir vu une plaque de mousse se glisser sous sa chaussure !
    Au pied de l’arbre, un simple coussin de mousse aplatie de son poids. Il est certain de l’avoir entendu couiner comme le ferait sous la pression une célèbre girafe enfantine ou un jouet pour chien !
    Tout autour, tout n’est que camaïeu de verts mousses, décor de mousses : les rochers, les racines, les bois morts recouverts, les troncs, les branches, dessus, dessous, en pendentifs tels des guirlandes de Noël. Tout chuchote et complote pourtant rien ne bouge.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Mar 22 Déc - 9:22

    Il doit en avoir le cœur net s’il y a quelques lutins dans le coin qui lui jouent de vilains tours ! Et l’idée fuse : ses Douceurs Ensorceleuses pour lutins, mais bien sûr ! Il s’en tape la paume sur le front. Comment n’y a-t-il pas pensé plus tôt ?!
    Il a eu la bonne idée de les prendre avec lui. Il retrouve le sachet au milieu du bazar de ses poches à la limite de l’explosion, l’ouvre délicatement et émiette un morceau sur le tapis de mousse aplatie et tout autour de lui.
    Il n’a pas à patienter long avant de voir les mousses se mettre en mouvement et dévoiler tout le petit monde magique qu’elles recèlent. De minuscules bras attrapent prestement les miettes, des bouches miniatures croquent goulument dedans, des yeux encore plus minuscules apparaissent, des corps se dévoilent, des langues se délient, des sourires sont visibles…

    Ébahi, il découvre une multitude de petits êtres minuscules, les plus grands atteignant à peine quinze centimètres, tous fins, de peau grise, marron ou plus souvent verte, qui paraissent vêtus de mousses diverses, en guise de combinaisons, robes, jupes, manteaux ou simples capes. De minuscules têtes à la chevelure fournie et frisotante de couleur assortie arborent des chapeaux de champignon, des bonnets de mousse, des couronnes de minuscules fleurs blanches ou des chapeaux de paille de brindilles emmêlées. Tout un petit monde qui, lorsqu’immobile, forme le tapis végétal de cette forêt de mousse. Des branches dégringolent également les lichens qui se révèlent être eux-mêmes êtres vivants à multiples jambes et gras, au corps végétal, au visage dévoilé dans un creux de silhouette. Certaines boules de mousse également paraissent ne pas être vêtement mais corps végétal d’où émergent des yeux, une bouche ; point de membres, c’est par la roulade qu’elles se meuvent et s’approchent pour goûter les délices que notre ami a dispersé autour de lui.
    Et tout ce petit monde, qu’il contemple la bouche bée et les yeux écarquillés, commence à babiller de voix si fluettes et douces, à danser autour de lui, osant même lui grimper dessus et tentant quelques œillades aux cils de biche…
    Il en aurait presque le vertige de ce camaïeu de mousses qui grouille autour de lui dans un chuchotement festif. Il se sent comme ensorcelé, envoûté, prêt à succomber à la tentation de s’allonger pour contempler cet univers vert le fêter et l’absorber.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Mar 22 Déc - 21:00

    C’est un bruit inhabituel qui le fait sortir de sa torpeur contemplative. Une cavalcade étouffée de sabots qui se rapprochent vite, très vite. Lui qui trouvait cette forêt étrangement vide de vie animale, il appréhende maintenant ce qui lui arrive dessus à une vitesse phénoménale et qu’il ne pourra pas éviter, posé qu’il est au milieu de l’étroite sente. Du brouillard, la masse sombre qui lui parait immense déboule droit sur lui… mais s’arrête net à moins de deux mètres, naseaux fumants.
    Stoïque, en apnée, il jauge la bestiole. Quatre pattes, un poitrail massif, un beau pelage brun, une encolure magnifique, un museau familier, presque amical se dit-il, portant bois fièrement. Le regard non pas menaçant mais plutôt curieux et gourmand du nouvel arrivant permet à notre ami de relâcher la pression un peu et de respirer. Il se dit qu’il a face à lui le petit renne des dessins de Noël, sauf qu’un renne ce n’est de toute évidence pas, tout cervidé qu’il est.

    Dans un geste instinctif, notre ami tend sa main ouverte vers les naseaux, présentant sa paume encore parsemée de miettes de douceurs. Le museau s’abaisse et s’approche, renifle mais ne lèche pas et la tête se relève en se secouant dans un « non » sans équivoque. Un raclement de sabot avant et ce que Lahaut croit prendre pour un clin d’œil ponctuent la scène, faisant pouffer de rire l’assistance lutine de mousses.

    Que me veut-il ? Que vais-je faire de lui ? Là, assis, je suis bien petit et sans défense, même s’il a l’air sympathique. Comment vais-je poursuivre ma quête florale maintenant qu’il est là ? Me laissera-t-il me lever ? Assailli de questions, il tente de se relever sans quitter des yeux le cervidé qui attend patiemment avec son air… lutin, ne peut-il s’empêcher de penser.

    Une fois à la verticale, son mètre quatre vingt dix plus rééquilibre un peu les proportions, mais il ne se sent pas de poids pour lutter contre un animal d’un tel gabarit qui viendrait à lui vouloir du mal. Il faudrait lui aussi l’ensorceler…
    Mais oui ! Il extirpe tant bien que mal de sa poche l’autre petit sachet et dévoile un appât à renne volant, priant pour que celui-ci fonctionne aussi sur un non-renne a priori non-volant.
    L’ouverture du sachet a provoqué instantanément un mouvement d’encolure qu’il prend pour un « oui ». Il approche à nouveau sa main, paume ouverte présentant la substance gélatineuse qui pourrait de loin, mais alors de très loin, ressembler à quelques lichens gluants. Sans savoir vraiment comment il a eu cette idée et d’où lui vient ces syllabes sans sens, pendant que le cervidé lape et mâchouille l’appât, il chuchote : « palaa kotiin ». L’animal se lèche les babines après cette friandise, le bouscule d’un coup amical de museau sur le torse et s’en repart en trottinant par où il est arrivé, comme si de rien n’était.

    Ce ne sera que plusieurs mois plus tard, en repensant à cette scène, qu’il fera le lien avec le lichen magique que le Maitre Lutin Niclö lui avait donné lors de leur première rencontre à la cabane de Korvantuturi pour renvoyer le renne de Nils, et la formule magique que sa mémoire avait donc su conserver… aussi mystérieusement que cela puisse paraitre.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Mer 23 Déc - 10:18

    Bon, et maintenant ? Il a renvoyé l’animal qui pouvait être dérangeant, il a à ses pieds un parterre mousseux d’adoratrices lutines (ce ne peuvent être que des femelles pour se laisser ensorceler de la sorte, pour minauder et danser et chanter en le chérissant comme un dieu !), et il n’a toujours réalisé que le tiers de sa cueillette…

    « Ensorceleuses » c’est ce qui est écrit sur le paquet des douceurs lutines qu’il a émiettées ? C’est ce qu’on va voir. Il se penche et en direction de son auditoire admiratif lit dans un murmure le vocabulaire barbare de sa fiche : bul-ga-ria-in-qoui-nanss-bal-gar-ka. Vont-elles comprendre le français ? se demande-t-il… Pfff, faut arrêter mon vieux, c’est même pas du français !
    Il répète une deuxième fois l’opération de dictée, en parlant un peu plus fort, de peur de ne pas avoir été entendu la première fois mais sans vouloir risquer se faire entendre à des kilomètres à la ronde dans cette forêt calme quoique chuchotante et à la résonance croissante dans la brume qui s’opacifie de minutes en minutes. Il observe alors un léger mouvement de foule qui se confirme au fil des secondes : les mousses se dirigent en dansant, lentement, vers sa droite. Plus le temps passe, plus la tendance est marquée, et aidé de sa loupe il remarque à son encontre des signes de bras et de mains l’encourageant à les suivre.

    Que fait-il ? Il décide de croire qu’il a bel et bien ensorcelé ces êtres moussus et qu’elles le mènent vers ce qu’il a demandé ? Ou il reste prudent et ose suspecter qu’elles tentent, telles des sirènes, de l’écarter de la sente  pour le perdre dans il ne sait quel piège magique de cette forêt ? Doit-il les suivre ou au contraire les laisser s’éloigner pour repartir plus tranquillement en quête de son côté ? Un regard inquisiteur alentours lui laisse deviner que ce qu’il cherche ne va pas être facile à dénicher dans cet univers de mousse paraissant de plus en plus hostile. Il a peut-être intérêt à suivre son instinct et les appels lutins… ce qui lui a toujours plutôt bénéfique ces dernières années, s’il y réfléchit bien.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Mer 23 Déc - 20:59

    C’est décidé, il part à droite. Le premier pas engagé, il a l’impression que les masses mousseuses accélèrent le mouvement. Il essaime régulièrement quelques miettes de Douceurs Ensorceleuses pour motiver de nouvelles bonnes volontés aux alentours. Malgré l’accélération, c’est à pas lents qu’il avance entre taillis fournis, buissons de ronces, blocs de pierres, bois mort en décomposition et racines externes. Il est très attentif à chaque fois qu’il repose son pied, histoire de ne pas écraser d’âmes lutines « amies » ou de ne pas se faire surprendre par une nouvelle savonnette mousseuse.

    Arrive le moment où la foule miniature en fête n’avance plus et danse autour de lui et ce bosquet. Du haut de son altitude, il ne voit rien et se demande où est le piège. Pour vérifier il s’accroupit, loupe en première ligne… et là ! Sous le buisson, oui ! Une très jolie et très particulière petite fleurette qu’il n’avait encore jamais rencontrée nulle part… sauf sur sa fiche botaniste ! La comparaison avec son petit calepin lui confirme : voilà bien l’orchidée rare dont il a besoin. Pour peu, il sauterait de joie, mais ce serait risquer un massacre… et crier victoire trop tôt, il le sait. Avec moult précautions mais une certaine célérité néanmoins, il ne faudrait pas que cette apparition s’évanouisse avant qu’il ne l’attrape, il capture la belle et la glisse dans une petite pochette, vite mise en sécurité dans son pantalon.

    Tout en se touchant un instant le nez bouillonnant qu’il croit sentir comme ayant doublé de volume mais ne voit toujours pas clignoter en louchant autant qu’il peut, il se redresse ravi. Même s’il lui semble que la forêt ne chuchote plus mais en est venue à grincer désagréablement dans une ambiance maintenant embrouillardée qui empêche toute vision à plus de vingt mètres, il se dit que puisque le stratagème ensorceleur semble fonctionner, il ne voit pas pourquoi il en changerait. Mais qu’il se trouve chanceux et futé encore une fois, le Lahaut ! Vite, trouver la troisième plante et se sauver d’ici avant de ne voir son nez exploser ou les forces lutines plus maléfiques lui foncer dessus !
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Skyrgamur le Mer 23 Déc - 22:02

    C'est palpitant. sourire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Jeu 24 Déc - 9:08

    A nouveau, en émiettant encore plus de Douceurs Ensorceleuses sur « ses troupes » il dicte donc à mi-voix vers ses « assistantes magiques » le dernier élément de sa liste de courses bulgares : « ara-lia-iz-vo-ra-ssmi-la-xia », en croyant bon d’ajouter : « salsepareille » au cas où.
    La troupe en transe se remet en marche, lentement mais sûrement, s’enfonçant toujours plus loin dans le taillis dense, ce qui n’est pas sans lui poser quelques problèmes, lui le grand gaillard qui ne peut se faufiler entre les racines aériennes ou sous les branches, et qui commence à se demander comment il fera pour retrouver son chemin une fois la troisième plante conquise…
    Lentement, en tentant d’oublier son pif et l’environnement grinçant, il avance tant bien que mal, tout en continuant à émietter ses Douceurs à intervalle régulier… jusqu’au moment fatidique où il secoue une dernière fois le sachet, proprement nettoyé de tout son contenu. Oups ! Il espère que cela va suffire et que l’objectif est proche…

    Il bénéficie de quelques petites minutes encore d’aide, avant de commencer à observer un ralentissement, puis une stagnation de la troupe, qui pour autant ne reproduit pas la danse victorieuse de tout à l’heure, mais au contraire se disloque et semble se désintéresser de lui, reprenant l’apparence de simples et immobiles plaques de mousses diverses ou filaments de lichens suspendus aux branches. Le battement chaud de son nez et les grincements désagréables alentours prennent alors tout l’espace rétréci par le brouillard maintenant opaque et presque palpable, focalisent l’attention de ses sens et pensées.
    Avec une violente claque auto-assénée à l’arrière du crâne, il se secoue : Non, non, non, mon Vieux, ne pas paniquer ! Reste concentré ! Ce ne peut être bien loin, tu as de la salsepareille sous le nez, à portée de mains, cherche bien !
    Tentant d’oublier tout le reste, il visualise et tente de mémoriser la photo et les notes de son petit carnet, relève sa loupe et scrute en détail toute la végétation qui l’entoure. Rien. Un pas dans la direction suivie jusque là. Rien. Deuxième pas. Toujours rien… mais pas d’espièglerie mousseuse sous ses pieds, c’est déjà ça aussi, relativise-t-il. Encore un…
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Skyrgamur le Jeu 24 Déc - 9:11

    Faut demander l'aide des petits lutins bleus pour la salsepareille


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Jeu 24 Déc - 9:29

    Oui, mais entre la Bulgarie de cette année et les fins fonds de la forêt canadienne de l'an passé, il y a un grand écart... clindnoel


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Skyrgamur le Jeu 24 Déc - 10:03

    Ils sont partout les petits schtroumpfs


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Jeu 24 Déc - 19:17

    TTCHCHOUFFFF !

    Il n’avait pas vu la branche basse et il vient de se faire littéralement gifler par les lichens qui la colonisent ! Sous la surprise, il n’a pas veillé à la dépose de son pied, qui se laisse surprendre par la spongiosité d’une grosse mousse mouvante. Le voici à nouveau posé brutalement au sol sur son séant. Il tente de se relever, mais sa main glisse sur la mousse qui file entre ses doigts et il se retrouve en plus mauvaise posture encore.
    Ca y est, c’est reparti pour la lutte, apparemment ! Il lève les yeux au ciel d’exaspération… Et là, ou plutôt là-haut, à la limite de la visibilité permise par le coton fumeux qui l’entoure, dans le creux de ce tronc, cette cascade de feuilles vert luisant, c’est… Mais oui ! C’est ce qu’il cherchait ! Pas étonnant que la rébellion mousseuse reprenne ici, si près du but : il arrivait directement dessus !
    Allez Lahaut, que la Force soit avec toi ! Tu dois oublier ces galipettes, ton nez désespérément encombrant et gênant, cet environnement grinçant et de plus en plus menaçant, te relever, faire les deux pas qui te séparent de cet arbre, cueillir cette salade-sans-pareille et faire demi-tour rapido !
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Ven 25 Déc - 11:17

    Il commence par une grande inspiration-expiration à la Padméou. Avec encore plus d’attention au moindre de ses gestes pour éviter les pièges moussus vivants, il finit par se relever. Le voilà à deux pas et à bonne hauteur de la plante convoitée, si c’est bien elle qui correspond. Il doit encore s’approcher pour vérifier. Par deux fois il tente un pas et évite de justesse une entourloupe qui l’aurait remis par terre. C’est comme s’il titubait sur place. Son calepin de voyage face à lui à bout de bras, la loupe en direction de la plante à bout de bras également, en se tendant au maximum, il tente une vérification à distance.
    C’est bien elle ? Ca y ressemble… Oui, mais est-ce bien elle ? On va dire que c’est elle… Et si ce n’était pas celle-là ? La potion magique risquerait de ne pas fonctionner ! Mais si les forces lutines l’empêchent d’avancer, c’est bien que ce doit être elle, non ? Les forces lutines savent-elles ce qu’il cherche au fait ? Ha oui, c’est vrai qu’il a soufflé le nom de cette plante aux êtres ensorcelés tout à l’heure… Bon, il faut te décider, Lahaut, tu prends ou pas ?

    C’est à ce stade de réflexion intense, à force de fixer du regard la guirlande de petites feuilles qui coule du creux de tronc, et l’arbre lui-même, qu’il a ce sentiment étrange de voir en cet arbre un être vivant. Ces nœuds de bois dans le tronc, cette cicatrice tordue presque horizontale, on dirait un visage… un visage sévère voire menaçant qui le toise, d’ailleurs... Se pourrait-il que… ?
    Il se secoue une nouvelle fois : Non, ne te laisse pas envahir par des hallucinations ! Les Ents de Tolkien n’existent pas ! Avance d’un pas, cueille cette foutue plante et part en courant !
    Joignant le geste à la parole, il range loupe et calepin dans une poche, prend une inspiration, tend tous ses muscles et avance un pied en coordination avec un bras, histoire de gagner le maximum de terrain, et de secondes, en un même mouvement. Il a l’heureuse surprise de constater que cette grande enjambée n’a rencontré aucun obstacle majeur et ses doigts touchent les feuilles convoitées, quand…
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Ven 25 Déc - 20:32

    SPBBLÂÂÂMM !
    Dans le coin de son angle de vision, au moment même où sa main se refermait sur les feuilles de salsepareille, il a eu le temps de voir bouger une grosse branche qui, avec une rapidité étonnante, est venue lui asséner un très violent coup en pleine tempe. Puis, plus rien, le silence, le trou noir.

    S’il n’avait pas été inconscient dès cet instant, il aurait pu se voir littéralement décoller du sol sous la force de l’impact et atterrir dans un faisceau de branchages, ployant un temps sous son poids avant de le renvoyer dans la direction d’une autre branche feuillue. Il se serait ainsi vu balloté de branche en branche, d’arbre en arbre, tel un fétu de paille que les êtres forestiers à la peau d’écorce, barbes et chevelures broussailleuses, se passaient comme jouant une partie de tennis avec leurs multiples bras-branches en action. Il en aurait sûrement eu mal au cœur de se voir ainsi jeté et rejeté, virevoltant dans les airs, s’enroulant autour d’une branche pour mieux repartir la tête en bas ou en haut vers la branche suivante…
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Sam 26 Déc - 9:03

    Eurêka ! J’ai trouvé ! Je sais comment piler cette pierre en poussière d’étoile !

    Ce fut la première pensée consciente qu’il eue au réveil, avant d’ouvrir les yeux et de se demander ce qu’il faisait là, au milieu d’une forêt, loin de sa chambre et son lit. Il lui fallut quelques dizaines de secondes avant de recomposer le puzzle de sa vision et de ses souvenirs.
    Au cœur d’une forêt calme et ensoleillée, il se découvre à moitié allongé assis, adossé à une belle roche ronde nappée d’une mousse presque fluorescente qui côtoie un énorme buisson de houx orné de ses baies rouges. A ses côté, son sac à dos semble avoir été littéralement vidé de son contenu, l’ensemble de son bazar réparti sur les deux mètres carrés alentours. De sa tenue vert moulante ne dépasse plus aucune poche difforme, toutes vidées de leur contenu, également réparti sur le sol. D’une main il se tâte ; ouf, il semble qu’il n’ait rien de cassé, juste quelques hématomes, ni mal nulle part si ce n’est à la tête. En enlevant sa cagoule qui lui tient décidément trop chaud, il découvre sous celle-ci un emplâtre de plantes, mousse et salsepareille (et il ne le sait pas parce qu’il ne la reconnait pas, de mandragore également) amalgamées, positionnée sur une énorme bosse quelque peu sensible au toucher et dont il comprend qu’elle est à l’origine de son mal de crâne. Il décide de repositionner l’emplâtre bienfaiteur pendant le temps qu’il réfléchit à l’origine de cette bosse. La branche cogneuse, la salsepareille convoitée, les attaques et l’ensorcellement des lutines des mousses, la rencontre cervidée, sa quête et sa randonnée… tout lui revient en mémoire.

    lahaut

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par lahaut le Sam 26 Déc - 14:55

    Je ne l oublierai pas de sitôt mon voyage en Bulgarie!
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Sam 26 Déc - 20:51

    lahaut a écrit:Je ne l oublierai pas de sitôt mon voyage en Bulgarie!
    Et ce malgré l'absence de belles Bulgares à mater... cherchez l'erreur !
    clindnoel


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Sam 26 Déc - 20:54

    Bon sang ! Les plantes qu’il a cueillies ?! Son cœur bat soudain la chamade jusque dans sa tempe, il s’affole. Aurait-il fait tout cela pour rien ?! Il cherche désespérément du regarde les petits sachets de toile dans le fouillis de son barda jonchant le sol. Rien. Ils ne sont pas là.
    Une petite voix sortie du fin fond de sa conscience lui rappelle qu’il avait pris la précaution de ne pas les stocker simplement dans ses poches mais plus intimement dans son pantalon. Avec une inspiration d’espoir, il glisse sa main en reconnaissance… Ouf ! Ils sont là ! Il extirpe un sachet, puis le deuxième. Puis, voulant les entrouvrir, il se décide à utiliser sa deuxième main, jusque là laissée en repos, et se rend compte que ses doigts sont très fermement serrés, presque crispés à la crampe sur… deux petites feuilles luisantes ! Le butin de sa dernière cueillette que ses doigts ont su agripper au moment du choc et retenir caché au-delà de l’inconscience. Il s’étonne lui-même des pouvoirs de son propre corps humain.
    Il finit par retrouver le troisième petit sac, le truffant de ce butin si chèrement acquis, et vérifie avec soulagement que les deux autres contiennent bien les trésors précédemment cueillis. Il refourre le tout dans son pantalon, puisque une bonne cachette cela semble avoir été.
    Il respire, soulagé, et décide de se reposer un peu, emplâtre vert sur la tempe douloureuse, avant d’envisager de ranger son barda et de repartir vers la civilisation. Combien de temps a duré son inconscience ? Quelques minutes ou heures ? Il n’en a aucune idée, mais à cet instant précis il se dit que cela peut attendre encore quelques dizaines de minutes.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Dim 27 Déc - 10:03

    Au terme de la troisième journée de sa randonnée solitaire, les Bulgares l’ont vu revenir comme si de rien n’était, le sourire bien accroché et juste une ombre violacée sur la tempe qui ne se laisse découvrir que lorsqu’il ôte son bob. Sa randonnée ? Splendide ! Oui, oui, il a bien trouvé la cabane lui servant de refuge la première nuit, et non, finalement, suite à une petite chute, il n’a pas fait la grande boucle initiale et a préféré revenir sur ses pas. Hoo, juste une petite chute, mais il va bien et il est ravi de sa randonnée !
    Et ainsi reprendra-t-il le cours de son voyage touristique en Bulgarie, comme si de rien n’était. Il est à nouveau le touriste lambda, l’habituel touriste normal Lahaut qui profite normalement, comme d’habitude, des lieux et des ambiances de ce pays recélant d’encore plein de trésors à découvrir.

    A son retour, il fit comme d’habitude un album photos… sur lequel il ne fut point question de sa randonnée solitaire dans le Balkan Central.
    Son idée géniale il mit en œuvre et de la poussière d’étoile il put obtenir.
    A son ami lutin il envoya le message convenu en cas de réussite :
    J’ai gagné ma partie de jumanji !
    Il reçut la réponse de rigueur :
    Bravo ! Bonne chance pour la suivante.

    Mi septembre, il mélangea dans une fiole les deux minuscules feuilles de salsepareille avec un volume égal, c’est-à-dire pas bien lourd, du champignon, de la fleurette et de poudre, le tout dans quelques centilitres d’une eau qu’il a pu récupérer dans la cruche qu’il avait emplie juste après avoir reçu le message de recette de son ami lutin, et qui s’était bien évaporée avec cet été caniculaire ! Cela ne faisait vraiment pas bien lourd, à peine une petite gorgée et il espérait que ce serait suffisant… tout comme il espérait qu’il avait finalement fait les bons choix de plantes et que Pullö avait bien trouvé la bonne potion magique !

    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Dim 27 Déc - 21:52

    S’il est toujours en possession de l’enveloppe contenant son billet gagnant à l’euromillions qu’il n’a pas encore validé, il a posté sa lettre au Père-Noël fin octobre, après avoir pris soin de la relire pour en vérifier le contenu.

    Cher Père Noël
    Quand tu descendras du ciel,
    Avec des cadeaux par milliers,
    N'oublie pas mes petits souliers.
    Il me tarde tant que la nuit de Noël soit arrivée,
    Que le marchand de sable puisse passer,
    Que je sois en train de ronfler,
    Alors tu pourras commencer
    Ta distribution de surprises.
    Viens d'abord sur ma maison
    Puisque j’ai été tous les jours bien sage,
    Et que je ne suis plus du tout un trublion.
    Lahaut, le plus adorable membre du Village
    .


    Il était très fier de lui d’avoir eu l’idée de s’inspirer des célèbres paroles et de laisser sous-entendre qu’il dormira profondément quand le Père-Noël passerait. Haha, le Père-Noël, il l’aura un jour, il l’aura cette année, c’est sûr !
    Il n’avait pas cru nécessaire de faire une réelle liste de cadeaux qu’il aimerait recevoir, parce que de fait il avait compris que le Père-Noël cherchait à « satisfaire les vœux les plus chers » comme lui avait à plusieurs reprises expliqué Maitre Lutin Santaclaö, et que de toute façon il n’aurait pas les cadeaux qu’il avait commandés les années précédentes et aurait encore commandés cette année encore…
    Quels étaient « ses vœux les plus chers » cette année ? Comme les années précédentes : satisfaire sa curiosité et connaitre TOUS les mystères de Noël. Et foi de Lahaut, que le Père-Noël y mette du sien ou pas, il les connaitra !
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Lun 28 Déc - 9:19

    Lorsqu’il glisse la lettre dans la boîte aux lettres locale, il reste quelques minutes pensif, refaisant mentalement le chemin que cette missive prendra et qu’il a lui-même effectué…
    Les services postaux français commenceront par conduire son courrier au Secrétariat de Noël du Centre de Tri du Courrier Perdu de Libourne… où travaille une jolie et gentille postière. Là, dans son bureau secret, un lutin de Noël sera le premier à ouvrir son enveloppe, pour photocopier dans un magiknoëlcopieur sa lettre et la traduire en Noëlli. L’original n’aura alors plus de valeur et sera confié aux fonctionnaires de la Poste française qui lui répondront, ce dont il a cure. La version en Noëlli sera expédiée de nuit par une magikocheum jusqu’au Village de Noël de Rovaniemi, en Finlande… où vit si adorable elfe saamie au doux nom de Solweigh. Là, elle sera triée selon divers critères, qui restent encore pour lui en partie énigmatiques, avant de prendre à nouveau les voies magiques pour rejoindre le « vrai » Village du Père Noël, sous Groenland, où sa lettre sera traitée dans l’Âme de Noël, cette immense ruche lutine où une presque capsule Apollo recueille le pouvoir du Père-Noël pour établir la liste des cadeaux à offrir à chacun, cadeaux qui sont créés, assemblés, rassemblés dans les immenses ateliers de Noël répartis sur diverses terres autour du Pôle Nord…
    Il espère que cette année, suite aux deux précédentes ayant vu ses incursions en zones lutines de Noël, ce sera encore directement le Père-Noël qui s’occupera « à l’ancienne » de lui et sa liste. Il avait longtemps hésité à mettre une petite note en ce sens sur sa lettre, mais il avait finalement renoncé, trop de paires d’yeux lutines et non lutines, lisant ce courrier. C’est fou, cela, un courrier aussi intime que cela qui est lu par tant de monde, c’est quand même pas normal ! s’énerve-t-il quand il pense.

    lahaut

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par lahaut le Lun 28 Déc - 14:11

    Pfff ....j ai mis une caméra devant le sapin..il y a eu des grisaillements au moment où le pere Noël est passé. mais je l aurai le père Noël! Je l aurai !...et il m apporte un billet de l euromillion ...perdant ! L année prochaine je mettrai un piège pour l attraper!
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Lun 28 Déc - 20:58

    lahaut a écrit:...et il m apporte un billet de l euromillion ...perdant !
    surpris Tu l'as malheureusement validé quand il ne fallait pas ?! M'enfin, quel gâchis...
    Il fallait mieux écouter ton instinct lutin...

    lahaut a écrit:mais je l aurai le père Noël! Je l aurai !... L année prochaine je mettrai un piège pour l attraper!
    Peut-être ! clindnoel


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Lun 28 Déc - 21:01

    Une quinzaine de jours avant Noël, il revient au Village dans sa maisonnette pour préparer la grande fête.
    S’il retrouve avec plaisir Colette sa poulette et Joséphine et Napoléon ses poissons rouges, il ressent néanmoins cette tension permanente due à l’impression d’être systématiquement observé, épié, espionné, dans les rues du Village mais dans sa maison-même surtout.
    Depuis le début de l’année, il a appris à faire comme si de rien n’était, à vivre « normalement ». Ainsi continue-t-il donc, un peu plus serein. Son plan est maintenant bien calé, parfait à son goût. Et même si les doutes subsistent, il a foi en son jumeau lutin et en ses propres exploits de l’année.
    Remontant de la cave les cartons de décoration, il positionne son sapin 2015 dans son coin dédié et le décore comme les années précédentes. Cette année, c’est moi qui le fais ! dit-il, fier, en gonflant le torse, et repensant un peu frustré aux deux précédents Noël où sapin et décorations avaient été positionnés par d’autres, sûrement par voie de magie lutine.
    D’ailleurs, cette énigme là, de savoir qui et quand et comment cela s’était-il fait, il aimerait bien la résoudre aussi… Ce ne peut quand-même pas être le Père-Noël pendant la nuit de Noël, il n’aurait pas le temps ! Mais alors, des lutins seraient venus l’aider ? Sortant d’où ? Sûrement pas du traineau du Père Noël, il se serait aperçu de leur présence, il en est certain. Des lutins vivant au Village au milieu des humains ? Il est maintenant persuadé que ceux-là existent. Mais ne devraient-ils pas dormir sous le charme de la poussière d’étoiles la nuit de Noël ? A moins qu’ils n’aient travaillé à sa décoration dans les jours précédant cette fabuleuse nuit… Il reste néanmoins la question de savoir qui a pris le temps de l’habiller de son pyjama de Noël et de le coucher dans son lit les deux derniers 24 décembre… Hou, que c’est frustrant toutes ces questions sans réponse !
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Wapiti le Mar 29 Déc - 9:33

    Ce matin, il n’a pas eu besoin de réveil, il saute sur ses pieds, frais et dispo, pile sur le coup des sept heures, comme par l’effet d’une baguette magique. Il s’en inquiète : c’est le genre de réveil instantané qu’il connaissait en pays magiques… se pourrait-il que ? Non, un regard circulaire lui confirme qu’il n’est pas dans un dortoir lutin mais bien dans sa chambre, dans sa maison, au Village. Il n’a pas besoin de vérifier dans un miroir si son nez clignote, il a bien compris que si tel était le cas, il le sentirait plus qu’il ne le verrait.
    Bon, ce matin est cependant un jour exceptionnel. Nous sommes le 24 décembre ! C’est LE grand jour ! L’excitation le submerge instantanément et le tient survolté toute la journée, qui se déroule somme toute de façon très banale.

    Il essaie d’agir normalement, et commence donc par aller travailler en matinée. Puis vient une après-midi de préparatifs de réveillon, pendant laquelle il fait ses emplettes gourmandes au supermarché local, et prépare sa table de réveillonneur solitaire, se fait tout beau et assume le ménage résiduel pour que sa maison soit toute belle aussi. Cela n’arrive qu’une fois par an, et c’est bien suffisant, se dit-il ! Il ne peut s’empêcher, mine de rien, de chercher des indices de présence de lutins espions pendant ces minutes d’époussetage et de rangement, mais il n’y réussit pas mieux qu’au début de l’année.
    Petite nouveauté cette année, il installe dans un coin du salon une caméra destinée à filmer la nuit de Noël. Cette installation a double objectif, le premier et plus important étant de « tromper l’ennemi » et de faire croire que c’est son plan pour piéger le Père-Noël. Futé le Lahaut : les lutins croyant que là est le stratagème, ne penseront pas qu’il pourrait vouloir veiller ! Le second objectif est de prendre des images, en effet, pour pouvoir éventuellement compléter sa compréhension des phénomènes magiques auxquels il assistera… Et si jamais la potion ne fonctionnait pas et qu’il s’endormait quand-même, il aura les images captées. Doublement futé le Lahaut, n’est-ce pas ?

    Lorsqu’il s’attable devant son dîner de réveillon constitué de bons petits plats tout prêts achetés l’après-midi même et qu’il a juste eu à ouvrir et pour certains réchauffer quelques minutes au micro-onde, il a une pensée pour Pullö qui doit vivre sa première grande journée en zone lutine de Noël. Il est un peu triste de n’avoir reçu aucun message en retour de son :
    Joyeux Noël !
    Mais il se dit que Pullö doit avoir bien d’autres choses à faire aujourd’hui ! D’ailleurs, il doit être en stage quelque part… peut-être bien pas loin, dans le Jura, dans l’atelier de création de jouets où il devait lui-même aller en stage l’an passé… Comment se déroulent le jour et la nuit de Noël en ces lieux ?
    Lui ne connait que la magique effervescence du « vrai » Village de Noël sous Groenland… L’Âme de Noël qui grouille de lutins admirant l’onde verte s’étendant seconde après seconde sur le planisphère du grand écran translucide occupant tout le mur nord… Les quais où les rennes noirs sont attelés aux nombreux traineaux noirs chargés de grands sacs noirs… Les derniers préparatifs, les Maitres Lutins s’équipant de noir, avalant une gorgée de la fiole mystérieuse qui passe de main en main, gorgée ponctuée d’un rot et si typique « Ho Ho Ho ! », la montée dans les traineaux, un Marchand de Sommeil accompagnant chaque Maitre-Lutin Père Noël… Il sourit : à cette heure tardive, vingt heures déjà bien passées, les traineaux du Groenland ont commencé à décoller depuis long, et même le Père-Noël et le Maitre Lutin qui s’occupe cette année de la France ont décollé… D’ailleurs, qui verra-t-il livrer sa maisonnée ? Normalement, ce ne devrait pas être Niclö, qui œuvre habituellement, en dehors des deux dernières années et par sa faute, depuis l’ENA du Svalbard et donc plutôt sur l’Europe de l’Est, l’Asie Centrale, le Moyen-Orient peut-être… Santaclaö lui-même ? S’il a bien compris le message de sa lettre, sûrement… Il reste ainsi de longues minutes, pensif, menton posé sur ses mains devant son diner qui refroidit…

    lahaut

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par lahaut le Mar 29 Déc - 12:24

    Bonnes vacances !...je pars dès ce soir a la recherche de Niclo!

    Contenu sponsorisé

    Re: "Je l'aurai un jour, je l'aurai !" (ou le nouveau conte de Noël 2015)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 24 Juil - 4:42