Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Partagez
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Sam 11 Fév - 14:02

    PS: je n'aime toujours pas la macédoine, et ne sais pas encore si j'aimerai la Macédoine. clin d'oeil

    Lilie
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Sam 11 Fév - 14:14

    Il doit bien y avoir 40 ans que je n'ai pas mangé de macédoine en boîte, je pense que c'est toujours aussi dégueu beurk !
    Oui Lilie, ça se fait la macédoine maison. Il suffit juste d'avoir du temps. Beaucoup de temps...

    J'ai acheté un bouquin génial qui s'appelle G'Palémo : https://www.amazon.fr/GPalemo-Collectif/dp/2012445314/ref=sr_1_sc_1?ie=UTF8&qid=1486818599&sr=8-1-spell&keywords=geplemo
    Le mien n'a pas cette couverture. Indispensable dans un pays dont tu ne parles pas la langue.


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Sam 11 Fév - 14:28

    Merci pour le tuyau Skyr, connaissais pas. clin d'oeil top !

    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Lun 13 Fév - 11:38

    Réaliser ses rêves et en chérir le souvenir. rêveur

    "14 février 2007


    Ushuaïa. La Terre de Feu.
    Je ne sais par où commencer. Les images se bousculent dans ma tête. Je me réveille tout doucement, les traits tirés par la fatigue. Le soleil perce gentillement les nuages, et j’ai vue sur la baie tranquille d’Ushuaïa, ses montagnes pour la protéger.

    Le voyage de Rio Gallegos, tout moche blède, jusqu’à Ushuaïa est tout simplement magnifique. On passe la frontière Argento-Chilienne et on se bouffe trois heures de piste chilienne avant d’embarquer le bus et nos tas d’os sur le ferry à Punta Delgada, ferry qui nous mène à la mythique Terre de Feu. Deux dauphins nous souhaitent la bienvenue en venant à notre rencontre et nous souhaitent bon voyage d’un coup de nageoire juste avant que nous ateignons l’autre rive. Charmant accueil me dis-je. On refera tamponner nos passeports plus tard en passant la frontière chilo-argentine.

    Paysage désolé, sans habitation, sans arbre, mais à la différence du reste de la Patagonie, quelle faune! Flamants roses sur les étendues marécageuses, aigles sur les bords des routes, guanacos et rheas bien sûr, et tant d’autres oiseaux inconnus de mes yeux. Et puis, le paysage change passé Rio Grande, des arbres, des forêts, des forêts d’arbres morts recouverts de lichen volant au vent. Ca me faisait parfois penser à la forêt d’arbres morts-vivants dans Harry Potter. Et puis d’un coup, sans s’en aperçevoir, on arrive en bord de lacs-mer avec les montagnes et leurs sommets enneigés autour. On se retrouve sur les routes grimpantes et lacetantes de montagne avec, dans le bas ses lacs et sur le versan d’en face, de devant, de derrière, les Majestueuses. Ushuaïa est à une centaine de kilomètres de ces premières montagnes, qu’on aura tout le loisir d’apprécier en contemplant le Grand Jaune allant se coucher dans ses draps orangés.

    Nuit à l’AJ.
    Le lendemain, je me met en recherche d’une tente de camping, à louer ou à acheter. On m’a conseillé de camper dans le parc national de la Terre de Feu, ce que j’ai bien l’intention de faire, bien que je n’ai aucune idée de ce à quoi m’attendre. Tout est trop cher. Je constate effectivement ce dont on m’avait avertie: Ushuaïa, piège à touristes, “piège à neuneus” comme j’ai lu une fois sur un forum de voyageur. Je reviens donc à l’AJ, bredouille. Je laisse mon gros sac et n’emporte que le nécessaire, bien décider à camper dans le parc national coûte que coûte. On m’a dit qu’il devait être possible d’y louer une tente là-bas directement. Quelques provisions au supermarché et en route choucroute!

    Il est environs treize heures quand le bus me dépose au camping du Parc National, près du lac Roca. Là, je loue la tente pour la nuit, pour moitié moins cher que ce qu’on m’avait proposé à Ushuaîa même. J’y laisse quelques affaires et emporte mon sac allégé direction... je ne sais pas!
    “Je ne sais pas où je vais mais une chose est sûre: j’y vais!” pourrait être le leitmotiv de ce voyage. Deux ans de préparation sans savoir où me mènerait ce voyage mais avec la détermination de “le faire”. Et me voici dans le parc national de la Terre de Feu, à Ushuaïa, ces mots qui font rêver des milliers de gens juste en les prononçant. Et moi, en train de vivre ce rêve, ici, dans l’un des endroits les plus australes du monde, à mille kilomètres seulement de l’Antarctique.

    Alors je regarde la carte du Parc sur un panneau, les commentaires des différentes pistes. Mmm... le sentier d’El Guanaco propose deux points de vue, et le début de la piste est à peine à un kilomètre du camping. C’est parti! A ce moment précis, je n’ai aucune idée de ce à quoi m’attendre, ni la difficulté, ni le type de ballade. Je sais juste que ça fait six kilomètres de long, que si je vais jusqu’au deuxième point de vue, fin du sentier, je serai a 973 mètres d’altitude. Ca ne me paraît pas énorme, je m’élance, il est quatorze heures. Forêt. Ca grimpe après seulement quelques mètres. Des racines, des troncs à enjamber ou à éviter, il faut souvent monter les genous jsuqu’à la poitrine. J’ai chaud, j’ai soif. Je m’arrête après seulement vingt minutes de forêt montante. Je n’ai pas encore trouvé mon rythme, je vais un peu trop vite peut-être. Je repars, c’est bon, j’ai mon rythme, mais je m’arrête à nouveau vingt minutes plus tard, je mange une demi banane et je repars. Deux mètres de cours d’eau à traverser sur un tronc d’arbre et on continue la grimpette, avec le soleil qui perce entre les arbres.
    J’arrive au premier point de vue, gros rocher plat dominant la vallée. C’est vraiment chouette, le lac Roca, lac vert, en bas, les montagnes avec les sommets enneigés au loin. Je croise un couple de Brésiliens qui sont sur la descente, ils me disent qu’il y en a encore pour deux heures. Aaah! Mais je vais mourir! Ils ont mis une heure quarante à faire ce que je viens de faire en une heure dix. Je me dis que peut-être j’en ai encore pour moins de deux heures. Mes mollets me font déjà  mal, je suis essoufflée, c’est dur. Mais je n’arrête pas de me répéter ce leitmotiv “je ne sais pas où je vais mais j’y vais”. Pas question d’abandonner. Un rapide coup d’oeil sur la carte et je constate que je suis, en distance du moins, à mi-parcours. Je continue. De la forêt grimpantee et fatiguante encore un peu. Et puis enfin, un peu de plat! De faux-plat mais quand même, ça ne grimpe plus aussi raide, je me dis que ça va me reposer un peu. Et bien non: rapidement arrive un terrain boueux, genre marécageux. Un kilomètre de boue, qui vole jusqu’au mollet de mon pantalon. C’est là que je suis contente d’avoir les Jumelles qui m’arrivent jusqu’à la cheville, waterproof, et qui me garderont les pieds bien au sec tout du long. Il faut s’agripper aux arbustes sur le côté de la piste si on ne veut pas finir au milieu d’un champ de gadoue. Un vrai cross, un Fort Boyard, un Koh-Lanta... mais sans argent au bout. Un autre butin doit m’attendre à la place sans doute. Par (ma petite) expérience, les randos les plus dures sont en général celles qui offrent le plus beau réconfort au bout. Mais ça se mérite.

    Alors je persiste à suer et à galérer dans cette boue. Pas le passage le plus difficile des six kilomètres (pas reposant pour autant), mais pas le plus agréable non plus. Sortie de ce terrain plus ou moins plat, m’y voici: au pied du mont. Abrupt, caillouteux, raide. J’évalue la distance, environs un kilomètre de piste jusqu’en haut, puis la difficulté. Je me dis qu’il va me falloir environs une heure pour atteindre le sommet. Je n’en peux plus. Mes jambes me font un mal de chien, la plante des pieds, les orteils, un mal de chat. Je regarde autour de moi et la vue est déjà magnifique. Je ne sais pas ce qui m’attend là-haut mais ça doit valloir la peine, au sens sale (pourquoi propre? je suis dégueulasse à ce moment de l’ascension). Alors j’entame cette piste caillouteuse par le flanc de la montagne, dangeureuse aussi si on manque d’attention.
    Vite, il me faut compter mes pas par série de dix pour me motiver à avancer. Mon sac pèse une tonne sur mes épaules endolories. Qui y a rajouté des poids d’altère sans que je ne m’en aperçoive? Qui, hein? Il devrait pourtant être plus léger puisqu’il y a une banane et trois-quart de litre d’eau en moins... moins ma polaire que je viens d’enfiler parce que le vent commence à souffler frais, doit pas y faire chaud là-haut. Trois Argentins d’Ushuaïa feront la fin du trajet avec moi. Je suis seulement au tiers du mont et je m’arrête tous les vingt mètres. C’est trop dur, je suis exténuée. Là, je croise un couple de blonds cinquantenaires, sur la descente. Merde! Si eux y sont arrivés, il n’y a pas de raison pour que je n’y arrive pas! Ca me remotive, et je repars. C’est dur. Très dur. Très très dur. De plus en plus. Un, deux, trois, ... huit, neuf, dix pas. Allez, je vais jusqu’à ce piquet jaune et je m’arrête, pas avant! ça doit faire dix séries de dix pas, vas-y poulette! Je regarde mes pieds, les pas se font de plus en plus courts. Je pense aux alpinistes, à ceux qui se tapent des sommets de quatre ou six mille mètres. Mais comment ils font bon sang?!

    Je m’approche du sommet. Je croise deux argentins de Buenos Aires, Carlos et Victor. Il me reste quinze minutes ils me disent et il y a aussi deux Français au sommet. Un petit coup d’oeil et le paysage autour de moi est à couper le souffle, je n’ai pourtant pas besoin de ça pour me le couper au point où j’en suis! Cinq minutes plus tard, je croise le couple français. En haut c’est grandiose selon eux, trois cent soixante degrés d’un paysage magnifique, on voit les avions qui se posent au loin sur la piste d’Ushuaïa, tous les sommets, ... Et enfin, m’y voilà! Sur la crète, les pieds dans la neige éternelle! La piste continue encore un peu puisque je suis dans une petite bassine. Il fait froid, j’enfile ma veste de rando. Et me voici sur le toit du monde!

    Ah! Nature, Mère Nature, que tu es belle! Merci! Merci d’exister! Merci de m’avoir donner la chance de vivre cette vie! Je peux mourir demain, j’aurais vu le plus beau paysage de ma courte vie! Pfff... Je suis sans mot. Trois cent soixante degrés d’une beauté inouïe: lacs verts, mer, montagnes, sommets aux neiges éternelles, ciel bleu, soleil de plomb. Et puis, arrivant, de je ne sais où, un aigle, majestueux, passe à une dizaine de mètres de moi, si petite dans cette immensité. L’émotion est trop forte et je lâche une petite larme. La nature a ça de beau que sa pureté m’émeut à chaque fois. Et pis, après tant d’efforts, quel plaisir d’y être arrivée! Et Dieu sait si “y” en vaut la peine! Il m’a fallu trois heures de peine et de volonté pour atteindre ce point d’une beauté sans pareil. Je ne voudrais pas le quitter mais ça fait déjà une heure que j’y suis et il est plus prudent de redescendre maintenant.

    Quelle affreuse descente! J’ai horeur de revenir d’une rando par le même parcours, surtout si, comme ici, la rando mène à un point final magnifique et que le chemin pour s’y rendre n’offre rien d’exceptionnel. Alors voilà, pendant deux heures durant, je descend, attentionnée pour ne pas tomber ou glisser ou me prendre des branches dans les yeux. Ca me tue les genoux cette descente, mes épaules et mon cou vont se décrocher d’une minute à l’autre. Et pis enfin, j’arrive au pied du lac vert sans embûches. Je rejoins le camping, je tourne la tête hasardement, vers un emplacement de camping vide et là, que vois-je! Les trois aigles que j’ai vu au sommet! (oui, ils étaient trois, deux qui précédaient celui qui est passé à portée de mes mains). Je suis sûre que est eux car il y en a deux ensembles qui de disputent les restes d’un barbecue, et un autre, aux couleurs plus vives, la mère peut-être, en retrait et plus méfiant. Ils me laissent les approcher, les photographier et les contempler tranquillement. Presqu’à portée de main là aussi. Je les reverrai le lendemain, tous les trois, dans le parc près de la rivière Pipo. Je sais que c’était les mêmes, les deux de la même couleur et l’autre plus beau, la tête beige clair, une colerette orangée et les pattes plus vives, à l’écart et toujours plus méfiant. Je me dis que j’ai de la chance non seulement de les croiser une fois, mais de pouvoir les observer de si près et ce à trois reprises dans des lieux diffrents.

    Je suis exténuée quand je rejoint ma tente à minuit après m’être faite draguée – sans succès-  autour d’une bouteille de vin blanc sous une jolie nuit étoilée par Oscar, l’un des deux Porteños croisés dans l’après-midi. Pourtant, sans tapis de sol ni sac de couchage, je ne fermerai pas l’oeil de la nuit, trop froid. C’est seulement une fois la quincaphonie de l’aube passée que je fermerai les yeux deux ou trois heures seulement.

    Je passe la journée du lendemain à me ballader dans le parc, une quinzaine de kilomètres de marche seulement mais avec la fatigue de la veille, la moindre petite côte me fait mal. Pourtant, j’aurai tout le loisir d’observer la faune et la flore du parc: des oiseaux gros, moyens, petits que je ne connais pas pour la plupart (sauf les piverts), des lagons verts turquoises, cascades et rivières, barrages de castors, etc. Je suis revenue à Ushuaïa en fin d’après-midi. A dix neuf heures j’étais couchée, morte de faitigue! La rando d’El Guanaco est certainement la plus difficile que j’ai jamais accomplie, mais c’est de loin celle qui m’a offert la nature et les paysages les plus beaux jamais contemplés par mes deux yeux. Et quand je pense que je ne suis qu’au début de ce voyage, je me dis que vraiment, que de belles expériences notre belle planète va m’offrir! Je ne sais lesquelles, je ne sais où, mais je le sais.
    "

    Lilie


    Dernière édition par Lilie le Lun 13 Fév - 15:24, édité 1 fois (Raison : Pour Dolma, et le confort de tous les autres yeux ;))
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Dolma le Lun 13 Fév - 13:53

    Lilie, il est IMPOSSIBLE à lire ton récit tant il est "compressé"  mon dieu !  ! Ou bien alors c'est un mal de crâne assuré et j'aime pas...
    Tu pourrais pas l'aérer un peu s'te plaît  sourire
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Lun 13 Fév - 13:56

    Et puis Lahaut ne pourra pas le lire. rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Dolma le Lun 13 Fév - 13:58

    Peut-être qu'il pourra lire "14 février 2007" avant d'abandonner pardon
    avatar
    Solcha

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Solcha le Lun 13 Fév - 14:04

    Dolma a écrit:Peut-être qu'il pourra lire "14 février 2007"
    après il va demander où est sa géraldine et sa photo! C'est tout clin d'oeil


    _________________
    ¡ Pura vida !
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Lun 13 Fév - 14:09

    rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Pondy

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Pondy le Lun 13 Fév - 14:40

    Aïe, c'est dense !
    Bé, j'ai quand même lu parce que je suis allée aussi là-bas.
    J'ai marché aussi, peut-être une trentaine de minutes.
    A chacune ses exploits hein !
    Cette ville du bout du monde doit être célèbre grâce au gel douche.
    D'ailleurs elle n'est même pas la plus -au bout du monde-, c'est Punta Arenas au Chili qui l'emporte.

    Dense comme ce barrage de castor


    Vrai de vrai, j'ai marché comme toi

    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Lun 13 Fév - 14:42

    As-tu vu des castors Pondy ?


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Pondy

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Pondy le Lun 13 Fév - 14:44

    Eh non ! Peut-être qu'en me penchant un peu... Sauf que si, en plus de marcher il faut se pencher, c'est définitivement trop.
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Lun 13 Fév - 14:45

    rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Lun 13 Fév - 15:26

    Vous me faites rire, toutes! rire

    Et sorry Dolma, j'ai pas fait gaffe en le postant. pardon clin d'oeil

    Lilie

    PS: j'ai pas corrigé les nombreuses fautes, faut pas pousser non plus! langue
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Lun 13 Fév - 15:59

    Merci Lilie, c'est beaucoup plus lisible. rire
    Il aurait été dommage de ne pas profiter de cette belle et difficile balade au sommet. bravo


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par mamina le Lun 13 Fév - 20:21

    Je suis arrivée plus tard alors la lecture fût des plus agréables !
    Beau souvenir Lilie !
    Décidément t'as l'expérience extrême du camping dans la peau ! clin d'oeil
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Mer 15 Fév - 13:00

    Du temps. Du beau temps. Mmm... Bivouac vers Quiberon?... question J'irais bien randonner dans les Monts d'Arée... Oh! Rando et bivouac dans les Monts d'Arée! frime Ah... sites classés, bivouac interdit dans tous les monts d'Arée...soupir et si la chapelle de la montagne St Michel était ouverte 24h/24h?.... pensif rêveur

    Lilie
    avatar
    Pondy

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Pondy le Mer 15 Fév - 13:50

    Dis Lilie, t'as pas une photo de tes mollets ? A force de marcher, doivent être...très fuselés !
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Mer 15 Fév - 18:59

    Pondy! rire La dernière fois que j'ai "randonné", c'était avec Solcha en Octobre dernier sur les côtes bretonnes... je t'invite à aller lire le récit de cette looooooongue et éreintante randonnée dans les Rencontres villageoises... rire

    Ne t'en fais pas pour mes mollets, vas!... rire

    Lilie
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par mamina le Jeu 16 Fév - 0:39

    Bah ! t'inquiètes pas ! tu trouveras plein de coins tranquilles, voire des jardins accueillants ou des champs à l'herbe moëlleuse...
    Pas de souci ! c'est pratiquement le désert là-bas !
    rire
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Mer 15 Mar - 10:10

    Renouvellement de passeport (en cours mais sera périmé quand besoin) d'un mineur français né à l'étranger.

    1- Sur le site de la communauté de commune qui s'en occupe: "Pour les personnes nées à l'étranger, un acte de naissance délivré par le service central de l'état civil du Ministère des Affaires Etrangères, 11, rue de la Maison Blanche 44941 Nantes cedex 9."

    2- Sur Nantes.fr: "Où demander un acte d'état-civil ? Pour les personnes de nationalité française nées, reconnues, mariées ou décédées à l’étranger, les actes doivent être demandés au Service central de l’état-civil du Ministère des Affaires Étrangères – 11, rue de la Maison Blanche 44941 Nantes cedex 09. Les demandes peuvent également se faire sur le site du ministère des affaires étrangères.'

    3- Après avoir cliqué sur le lien du 2-, j'arrive sur diplomatie.gouv.fr: "1°) Pour l'établissement d'un passeport, vous n'avez plus à fournir votre acte de naissance.

    La mairie* qui traitera votre demande effectuera directement les démarches auprès du service central de l'état civil de Nantes.

    Ce dispositif est mis en place dans le cadre de la sécurisation des titres prévus par le décret n°2011-167 du 10 février 2011.

    Dans ce cas précis, vous n'avez pas à remplir ce formulaire. Toute demande relative à l'établissement d'un passeport
    ne donnera pas lieu à l'envoi de votre copie d'acte de naissance
    .
    "

    4- Je téléphone à la mairie de la ComCom concernée. Répondeur vocal. Pour les passeports biométriques, tapez 1.

    5- Je tape 1. Répondeur vocal m'indiquant les heures d'ouverture du service, incluant le Mercredi de 9h à 12h et merci de rappeler lors des horaires d'ouverture du service, au revoir, et bonne journée. La ligne coupe. Nous sommes Mercredi, il est 9h30.

    6- Je rappelle la mairie de la ComCom concernée. J'attend que le répondeur vocal m'annonce toutes les options de 1 à 4 et je choisis le "sinon, merci de patienter". Je patiente, une dame me répond.
    - Bonjour, je cherche à joindre le service des passeports, j'ai tapé 1, et je suis directement tombée sur un répondeur qui m'a...
    - Oui mais le service des passeports n'est pas ouvert tous les jours Madame.
    - Excusez-moi, mais ...
    - Il n'est pas ouvert tous les jours Madame! Il faut...
    - Attendez! Attendez! Il dit que le service est ouvert le Mercredi de 9h à midi, on est mercredi, il est 9h30.
    - Pour les rendez-vous, mais pas pour le téléphone! Je vais essayer de vous passer quelqu'un.

    Ni aurevoir, sans transition, une autre voix:
    - Service de l'état civil, bonjour.
    - Bonjour Madame. Je cherche à renouveler le passeport de ma fille mineur,e française née dans un pays de l'union européenne. Son passeport est toujours valable mais il sera périmé quand j'en aurai besoin d'ici quelques mois. Sur le site de la Communauté de Commune, il est indiqué (je lis l'écran que j'ai sous les yeux) "Pour les personnes nées à l'étranger, un acte de naissance délivré par le service central de l'état civil du Ministère des Affaires Etrangères, 11, rue de la Maison Blanche 44941 Nantes cedex 9.". Mais quand j'arrive sur le site de Diplomatie.gouv.fr, c'est écrit (je lis à nouveau): "1°) Pour l'établissement d'un passeport, vous n'avez plus à fournir votre acte de naissance.

    La mairie* qui traitera votre demande effectuera directement les démarches auprès du service central de l'état civil de Nantes.". Est-ce que vous pouvez me dire quelle démarche je dois suivre?
    - Vous êtes allée auprès de votre mairie?
    - Euh... non pas encore mais je vous appelle justement...
    - Il faut aller remplir le dossier auprès de votre mairie et c'est eux qui saurant vous dire
    - Non mais justement...
    - Allez à votre mairie et eux vous aideront à faire le dossier
    - Donc en fait, vous ne savez pas répondre à ma question...
    - Allez à votre mairie Madame, et c'est eux qui vous aideront à faire votre démarche.
    - Ok, merci. Au revoir.
    - Au revoir Madame.


    Ca fait 5 ans que je suis rentrée en France, et je ne m'y ferai jamais!!!! furax furax furax Et tout ça, avec la plus grande amabilité du monde! censuré

    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Lilie le Mer 15 Mar - 10:20

    Suis en train de faire des copies d'écran des sites de la ComCom et de diplomatie.gouv.fr, les imprimer, pour les montrer comme preuve à la mairie dont je dépend, en prévision des arguments qu'il va falloir que j'apporte... On marche sur la tête dans ce pays! mon dieu !

    Lilie
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par mamina le Mer 15 Mar - 11:53

    Je suis née à l'étranger en Europe quand même et je n'ai jamais aucun souci pour le renouvellement de mon passeport !
    Je trouve au contraire que c'est de plus en plus facile...
    Par contre, pour un enfant mineur... je ne sais pas !
    Télécharges les formulaires à remplir et vas avec à la mairie où ils délivrent les passeports, prends rendez-vous d'abord ; ici aussi sur rdv
    Courage !
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Skyrgamur le Mer 15 Mar - 12:10

    Tu as bien fait de t'y prendre bien à l'avance...


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Solcha

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Solcha le Mer 15 Mar - 12:57

    La bonne nouvelle pour Kinderette, c'est qu'elle va ressembler un peu plus à la photo de son nouveau passeport! clin d'oeil


    _________________
    ¡ Pura vida !

    Contenu sponsorisé

    Re: Etat d'âme (j'ai pas dit d'ânes) - suite -

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Juin - 17:19