Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Partagez
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Lun 18 Mai - 12:02

IooI a écrit:Son IooI
Bonjour mon IooI, je t´offre la lettre O comme cadeau de Lundi.

Office du Tourisme de Tabriz

Allez, c´est parti pour un tour de la ville en bus à impériale !
« Bienvenue à Tabriz, la capitale de l´Azerbaïdjan iranien. La ville est située dans une vallée aux pieds du Mont Zahand que vous apercevez au nord, mais en l´occurrence, avec l´orage, on ne distingue pas grand chose... A votre gauche, vous avez la Mosquée Bleue, qui est parfois considérée comme le chef d´oeuvre de la décoration émaillée en Iran. C´est vraiment dommage qu´elle soit en rénovation et que les échafaudages gâchent la vue en partie. A votre droite, le plus grand bazar d´Iran, classé au patrimoine de l´humanité par l´Unesco, véritable labyrinthe au coeur de la ville, 36 km de ruelles où vous aurez tout le loisir de vous faire arnaquer après notre visite, surtout si vous avez l´intention d´acheter un tapis.»



L´entrée de la Mosquée Bleue




Les sommets enneigés au nord de Tabriz

C´est en bateau, que je vous mène comme d´hab, pas en bus ! Be happy, je vais pas vous faire le coup de la visite guidée à travers micro! Au O (!), j´aimerais simplement vous présenter une personne. Un homme évidemment. Un homme sans qui la ville de Tabriz ne serait pas ce qu´elle est, tout au moins aux yeux du visiteur fraîchement débarqué.

Mékong (un peu flemmard sur le Wap´forum ces derniers temps) m´avait vivement recommandé d´aller le trouver dès notre arrivée « Tu verras, il est connu comme le loup blanc là-bas. Toujours disponible et de bon conseil ». C´est donc grâce à lui que je suis entrée en contact avec le fameux Nasser. Par mail au préalable, puis surtout le jour où le taxi collectif en provenance de Julfa nous a déposés dans le chaos du carrefour Namaz.

C´est assez peu original de vouloir parler de Nasser parce qu´il est LA star de tous les forums de voyage. Je n´ajouterai probablement rien de vraiment nouveau à son sujet. Mais plutôt que de perdre du temps à parler de la main qu´Obama, tendue ou pas à l´Iran pestiféré, je préfère vous tirer en bref le portrait d´un Iranien (déjà que le N n´a pas tenu en une seule partie... Wap, il est un peu chiche ce forum, pour celles qui on la folie des grandeurs et l´égo surdimensionné telles que moi. J´en profite pour rassurer tous les inquiets : toutes les étapes ne seront pas aussi longuettes ! Pour certaines lettres, deux lignes suffiront.)

J´ai donc appelé Nasser sans attendre pour lui demander s´il pouvait nous indiquer un logement bon marché. Nasser m´a non seulement donné une adresse d´hôtel mais aussi rendez-vous là-bas sans attendre. J´ai pensé, médisante que je suis, que soit ce type n´avait rien à faire de la journée pour être disponible illico, soit qu´il était du genre zèle égal bakchich, ou alors que dans le meilleur des cas, on aurait affaire à quelqu´un de tout bonnement sympa et généreux !

Comme convenu, Nasser a déboulé dans le hall du petit hôtel qui, au premier coup d´oeil, avait l´air de parfaitement convenir à nos attentes (un lit qui ressemble à un lit, service de qualité, douche avec si possible un robinet d´eau qui s´ouvre, vue imprenable sur le mont Zahand, fenêtres pour la vue, jolis tableaux au mur, micro prix...)

- Tu es sûrement Nasser...
- Salut Agathe. Excuse-moi une seconde, le temps de saluer la beauté à la réception, et je suis à vous.

Et oui, on est bien au pays des Mollahs et des méchants Iraniens qui planquent leur femmes sous des foulards et s´affairent à fabriquer la bombe nucléaire plutôt que de pratiquer l´humour et la légèreté !

Nasser parle incroyablement bien huit langues, passe du francais à l´allemand avec une aisance vertigineuse. Après qu´il ait confirmé à « la beauté » de la réception qu´elle était encore plus belle aujourd´hui que la veille (j´ai naturellement ruminé intérieurement « Achille, prends en de la graine... »), il a proposé de nous emmener jusqu´à son bureau, le fameux Office du Tourisme dont il est le chef.

Achille était un peu à la traîne parce qu´un disque intervertébral le chatouillait perfidement et qu´il attendait que l´ibuprofène ingéré quelques minutes plus tôt fasse effet. Au premier carrefour, j´ai taquiné Nasser en l´interrogeant sur les résultats de sa séance-compliments auprès de la jolie réceptionniste. Il a souri puis reconnu qu´il se tenait à carreau depuis son mariage et la naissance de sa fille. Mais qu´en des temps encore pas si lointains, il avait été « un sacré Casanova » ! puis a rajouté « mais tu sais, les Mollahs ne nous laissent pas être des Casanova. »

Entre nous, la jeune de la réception, elle était sympa mais, de là à la confondre avec Miss Tabriz... D´ailleurs, je sais que la présomption d´innocence est valable pour tous les individus, hommes ou femmes, perses, azéris ou francais, mais je jurerais qu´elle s´est fait refaire le nez. Il parait que c´est LA mode à Téhéran : se faire refaire le nez parce que trop long, trop droit, trop crochu, trop écrasé, trop aquilin, allez savoir! Depuis la fin de la guerre Iran-Irak, les chirurgiens esthétiques (ils seraient nombreux) courent après la clientèle. Ce n´est ni du cynisme Glatchien, ni Nasser qui me l´a rapporté, mais je l´ai lu dans la presse.

Quand je demande à Achille s´il n´aurait pas 10.000 dollars pour m´offrir à Noel des implants capillaires et mammaires (comment sinon retrouver confiance en soi !), j´ai à chaque fois droit à la même réponse « Peux pas. Y a le lave-vaisselle qu´a lâché et l´imprimante de l´ordi à changer ». Celà dit, le lave-vaisselle et l´imprimante sont interchangeables, il y a toujours une excuse pour que je ne puisse pas rivaliser de beauté avec les Azéries de l´Eurovision (Hello Lili, thank you pour le lien... Je te renvoie au commentaire du télespectateur IooI ! ) et les réceptionnistes de Tabriz.

Nasser dit sans détour ce qu´il a sur le coeur et enrobe son franc-parler d´une bonne couche d´humour. Je riais en pensant à ce qu´il avait chuchoté à Achille avant qu´on aille manger un petit morceau alors que lui rentrait retrouver femme et enfant pour la pause lunch... Achille, dont le dos avait fini par reprendre une forme de dos, éternuait et se mouchait sans cesse puisque sinusite et rhume faisaient également partie des divers diagnostics établis (c´est chouette qu´on ait enfin un Pondyspensaire).

Or Nasser, fin observateur, lui avait conseillé d´éviter d´évacuer ses mucosités dans un restaurant. Car si le fait de sortir un kleenex durant le repas n´a rien d´infamant en Europe, il parait qu´Iran, c´est le comble de la grossierté. Bref ! Je me régalais d´un bol de fromage blanc accompagné de miel et de pain et je voyais Achille qui, agacé, alternait une cuillère pour maman, une reniflette pour papa. Au moment où, n´y tenant plus, il a fait mine de dégainer un mouchoir, la gargote était déserte et nous n´avons pas créé d´incident diplomatique. Nasser n´en a jamais rien su.

L´Office du Tourisme est un havre de paix, de bonne humeur et de rencontres, situé en plein coeur de cette ville tourbillonnante. Vous pouvez y débarquer à n´importe quelle heure de la journée, il y a toujours un verre de thé qui vous attend et de judicieux conseils dispensés par le Maître. Quand il ne recommande pas à trois Polonais (en polonais) tel ou tel hôtel, il accueille (en italien) un couple d´Italiens pressés dont la nana fait la tronche, ou invite un couple de Canadiens (en anglais) à prendre place à nos côtés sur le grand canapé rouge.

Marie et Brian, les Canadiens en question ont quitté le Canada depuis un an et demie à moto. Je papote avec Marie du boulot qu´elle a laissé sans regret derrière elle (deux semaines de vacances par an) et elle s´étonne de nous voir en vie : « Ca alors ! je n´ai encore jamais rencontré de personnes qui soient allées en Azerbaidjan !». Quand elle m´a annoncé qu´il leur restait un an de voyage devant eux, j´ai écarquillé les yeux et c´est moi qui ai failli perdre connaissance.



La rue je-sais-plus-comment vue de l´Office du Tourisme de Tabriz


Nasser

Nous sommes retournés à plusieurs reprises voir Nasser et bavarder avec lui, l´écouter critiquer sans ménagement le pouvoir iranien en place. Un exemple : il trouve aberrant qu´un Ahmadinejad (le président) ait une formation d´ingénieur technicien et prétende diriger le pays, de même que le Ministre du tourisme qui, lui, a étudié la médecine gère un secteur d´avenir tel que le tourisme... Je lui lance « mais Nasser, bon sang, c´est toi dont l´Iran a besoin à ce Ministère ! ». Et il me répond « depuis le temps que je le répète à ma femme! »

Nasser en a ras les oreilles d´allumer la télé et de voir défiler à longueur d´écran « les Mollahs sur la Une, le Guide Supême Ali Kahamenei sur la Deux, sur la Trois Ali Khamenei qui apporte son soutien au candidat Ahmadinejad dans la campagne électorale » ! Il se branche donc sur les chaines turques pour capter les bulletins d´information. De même qu´il préfèrerait que sa femme puisse sortir dans la rue en t-shirt rose vif (une de ses couleurs favorites) plutôt que d´arborer le polo imitation Ralf Lauren pour passer l´aspirateur à la maison.

Un soir, alors qu´on allait prendre congé et attendre notre fameux bus pour Rasht et Masouleh, sa femme et sa fille ont poussé la porte de l´office. Présentations, tchin-tchin autour d´un verre de thé. La petite Elena, deux ans et des kilowatts d´énergie avec couettes, au véritable regard de biche, m´a fauché en douce un mini paquet de nounours Haribo. La femme de Nasser avait rendez-vous ce jeudi soir (veille de weekend) à 21h00 chez le dentiste. Je me suis étonnée des horaires pratiqués par les médecins. Mais en Iran, chacun survit comme il le peut grâce au système D. Un ou plusieurs petits boulots (Nasser, lui, boursicote un peu sur le marché de l´or en hiver, durant la basse saison touristique) et ceux qui ont un emploi le pratiquent jusque tard dans la nuit si nécessaire, les horaires de travail n´étant pas réglementés.

La liste des critiques, voire des révoltes contre le régime en place et la situation du pays est longue hélas. Et si personne ne dit STOP, ça va devenir plus morose qu´un discours de campagne préélectorale à la Ahmadinejad! Voté à l´unamité en ce début de semaine : un sourire pour conclure. Selon Amir rencontré à Tabriz, les Azéris seraient un peu aux Iraniens ce que les Belges sont aux Français et les Autrichiens aux Allemands : victimes de leurs railleries. En cherchant sur le net, parce que je n´en avais aucune en souvenir, j´en ai trouvé une (de blague):

Un biologiste iranien travaillait depuis plusieurs années sur la corrélation entre la taille des cerveaux et l´intelligence des différentes personnes disséquées. Un jour, il comença l´étude de l´Azéri. A sa grande surprise, le cerveau de l´Azéri n´était composé que d´un tube reliant les deux oreilles. Il passa plusieurs semaines à essayer de comprendre quels étaient les liens entre les différentes régions de son cerveau et les différentes formes d´intelligence... en vain. Un matin, il décida le tout pour le tout et coupa le tube en son milieu. Les deux oreilles de l´Azéri tombèrent !

Si un Perse pouvait nous lire et confirmer ces dires et surtout nous faire rire avec d´autres blagues, je pense que la journée et la semaine ne seraient pas perdues !

Bises à tous

PS : le P sera court. Le Q sera court. Le R ne sera pas long. Le S non plus. Pour le reste, nous aviserons en temps venu.


Dernière édition par Glatch le Lun 18 Mai - 14:00, édité 1 fois


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Lun 18 Mai - 12:29

IooI, je t´offre la lettre O comme cadeau de Lundi.

Mmm, non merci, t'y causes un peu trop de ton guide.
Sans compter que tu m'y traites de "télespectateur"... pouah !

Bref, je ne prends que la dernière photo (celle qui m'empêche de me mettre en colère...), que je m'en vais croquer pour mon déjeuner.
Grôôarrr, mon Agathe à pleines dents.

IooI


_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Lun 18 Mai - 12:40

IooI a écrit:
Sans compter que tu m'y traites de "télespectateur"... pouah !
Grôôarrr, mon Agathe à pleines dents.
IooI

"Télespectateur"... de l´Eurovision!
Oh la la, si c´est pour te faire un cadeau de lundi et recevoir en échange la susceptibilité du lundi... C´est ptête bien qu´il nous faut des vacances. Plus que 11 lettres jusqu´au Z.

PS: Gare aux plombages en mangeant.


_________________
Agathe
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Lun 18 Mai - 16:39

Ha, Ha, trop drôle ta blague de fin sur la différence de cerveaux entre Azéris et Iraniens. Dis donc, pas mal du tout Nasser ! banane
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Lun 18 Mai - 18:42

Patand a écrit: Dis donc, pas mal du tout Nasser !

Je vois venir le coup que ce carnet va devenir un site de rencontres Françaises - Iraniens. Entre Lili qui kiffe Amir et toi que Nasser met en émoi!

Moi, zéro risque, je suis casée. Y a Mr Glatch qui veille, même s´il s´est levé du mauvais pied ce lundi matin...


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Lun 18 Mai - 19:09

Glatch a écrit:il s´est levé du mauvais pied ce lundi matin...
Mais il t'accueille dans ses bras ce soir.
Ronron...


_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Lun 18 Mai - 23:03

Moi aussi je suis bien casée, mais il n'empêche que ton Nasser est pas mal su tout. :zouav:
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mar 19 Mai - 23:13

Pots-de-vin

Allez... j´ai promis de faire court pour cette étape (à hauts risques de dérapages sur pente savonneuse ). Tant mieux parce qu´avec le long weekend qui s´annonce, et les nombreux ponts du mois de mai qu´on a traversés, la démobilisation sur le forum risque d´être importante.

Peu importe le nom qu´on lui donne (pots-de-vin, rémunération pour service rendu, clientèlisme, financements illicites, achat de voix par la famille Aliyev etc. ), la corruption est généralisée en Azerbaïdjan. Et le pays se tiendrait, à quelques places près, en tête du hit-parade mondial.

Bien entendu, le fléau s´étend au delà des frontières de l´Azerbaïdjan. Prenons pour exemple la France : ici on l´appelle Chiraquie, Jean-Tibérisme, Elf africain, Sarkozysme des Hauts-de-Seine etc. A Ilmmünster, je n´ai pas d´exemple connu, vu que je ne sais pas comment ma fille s´y prend quand il s´agit de rémunérer le petit copain pour le kit de solutions du devoir de math.

Je n´ai ni l´intention de vous infliger un cours d´économie (que même si j´en rêvais, j´en serais bien incapable !) ni de vous assomer avec une étude approfondie sur la corruption dans les pays du Caucase.

On retiendra simplement, pour ce qui est de la partie théorique, que l´Azerbaïdjan, pays en transition (politique, économique et sociale) est un terrain fertile où poussent à foison les mauvaises herbes. L´abondance de ressources naturelles d´une part et la redistribution inégale des richesses d´autre part, l´abscence d´instances de contrôle enfin, rendent le pays plus vulnérable que d´autres.

Je dirais, au risque de me répéter, qu´en voyageant à travers le pays, pour peu qu´on ait laissé ses oeillères à la maison, on se rend vite compte que tous les Azéris n´ont pas les poches pleines d´or (noir). Pour simplifier nous appellerons gentils les trois-quart de la population, modeste et honnête, et méchants les clans de bandits, à l´âme moins pure, et qui ont recours à la solution du bakchich à plus ou moins grande échelle.

Pour ce qui est de la partie pratique, elle est composée de trois mini-exemples que nous allons passer en revue, avant que ne sonne la cloche de la récré.

Exemple 1 :

Le méchant était déguisé en gentil. Nous l´avons croisé le jour de notre arrivée à Bakou, dans la queue du service des visas au ministère de l´intérieur (Je reviendrai ultérieurement à cette première journée et au problème d´obtention des visas). Nous étions affairés à tenter d´obtenir un deuxième tampon qui nous permette de sortir puis de rentrer une nouvelle fois en Azerbaïdjan. Je prenais mon mal en patience dans la bousculade générale, lorsque le méchant m´a proposé, pour une modique somme, qui correspondait en gros au tiers du budget de notre voyage, d´accélérer la cadence de la démarche. J´ai dit « non merci » et le méchant est redevenu visiblement gentil.

Quel cas venons-nous de mettre en évidence ?
Celui du délit de pot-de-vin envers l´administration douanière.

Exemple 2 :

Nous attendions depuis cinq bonnes minutes pour traverser une artère principale de Bakou. Je me suis profilée derrière Achille qui venait de trouver un créneau d´un dixième de seconde et j´ai couru comme une dératée. En bondissant sur le trottoir d´en face, j´ai entendu un méchant ventripotent hausser le ton. En reprenant mon souffle, j´ai pu observer la scène qui se déroulait devant mes yeux. Le type en question, un conducteur de Lada, mettait toute sa hargne à insulter, ou tout au moins à enguirlander, un gentil (au superlatif : exemplaire) fonctionnaire de police qui refusait d´empocher, au vu et au su du tout Bakou, le billet de 50 manats qu´il lui fourrait dans le décolleté (de l´uniforme). Evidemment dans le (méchant) but d´éviter le PV pour entrave à la circulation.

Quel exemple venons nous d´aborder ?
Celui de la tentative de corruption envers un agent de régulation.

Exemple 3 :

Cet exemple nous a été rapporté par le (gentil) propriétaire de la pension où nous logions à Bakou. Achille s´étonnait que certains sites, à fort potentiel touristique, restent vierges et désertés (les flammes naturelles de Yanardag au nord de Bakou, les volcans de boue au sud de la capitale pour ne citer que ces deux là). Notre guide de s´esclaffer ! Et de nous raconter que pour devenir entrepreneur en Azerbaïdjan, il faut être né magnat du pétrole ou pistonné. Dans le cas contraire, les obstacles sont multiples et souvent insurmontables. Avant de penser à monter une affaire et d´en exposer le projet à qui de droit, un (méchant) représentant du gouvernement vous attend en vous saluant d´un « Salam... taxes ! ». Si vous feignez l´innocence, voire la gentillesse, on vous tape sur les doigts à coup de « taxes... taxes ». Tant que vous n´êtes pas passé à la caisse, votre projet aura peu de chance de voir le jour. De même qu´il n´est, parait-il, pas rare de voir pousser les premières fondations d´un bâtiment avant que le permis de construire n´ait été délivré !

Nous venons de procéder à la démonstration d ´un cas de corruption qui intervient dans le cas d´un appel d´offre pour un chantier de construction.

On pourrait énumérer des exemples 4, 5, 6 etc. à l´envie. Personnellement, je n´en ai pas plus envie que vous. Elnur, le (gentil) médecin de Lerik, nous racontait que dans la majorité des cas, les (gentils) patients qui espéraient pouvoir être soignés devaient effectuer des paiements illégaux aux (méchants) hopitaux.

L´éducation, l´armée, l´énergie, les tribunaux... il n´y aurait quasiment aucun secteur de la société azérie qui échapperait à la contamination du virus C.

Celà-dit, je suis prête à manifester ma gratitude au plus offrant, celui qui m´aidera à zapper, ni vu ni connu, les lettres qui nous séparent du Z !



Méchants ?


Vendu ?


_________________
Agathe
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Mer 20 Mai - 0:11

Oui ça ne m'étonne pas du tout, des pots de vin, prévarications etc...il y en a partout mais bien évidemment dans ces pays les plus pauvres un peu plus encore. L'Indonésie est pas mal non plus pour ce genre de choses. A l'aéroport, si tu veux une place dans un avion que tu n'a pas réservée, tu dois donner un bakchich, sinon pas d'avion, on te répond que tous les avions sont : fully-book. Tu met 3 ou 4 dollars dans ton passeport tu redemandes une place, et comme par miracle tu a immédiatement une place. Il y a toujours des gentils et des méchants dans ces pays-là.
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Wapiti le Mer 20 Mai - 7:24

Glatch a écrit:Celà-dit, je suis prête à manifester ma gratitude au plus offrant, celui qui m´aidera à zapper, ni vu ni connu, les lettres qui nous séparent du Z !
furax POINT DE VIRUS C. AU VILLAGE, SVP !!
Cette pandémie déjà bien installée sur tous les pays de la planète Terre (et en France, vous croyez quoi ?!?! Bon, je me refuse aussi au cours d'Economie Politique) et sur certains espaces de la Toile (juste en pensant au V... - mais ça la grande majorité des villageois le savent !-) NE peut PAS atteindre le Village, qu'on se le dise !
S'il le faut, je me verrais dans l'obligation d'installer une dictature pour éviter cela. C'est ça que tu veux Glatch, une Wap'dictature ?


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 9:39

Wapiti a écrit:S'il le faut, je me verrais dans l'obligation d'installer une dictature pour éviter cela. C'est ça que tu veux Glatch, une Wap'dictature ?

Ben non. Je vote pour l´anarchie et l´autodérégulation sur le Wap´forum.
Bon, les enchères sont lancées pour celui ou celle qui me rendra le petit service qu´on sait...
Merci d´avance


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 22:24

Quatorze jours passés sur place

Vous allez me dire que ça ne se fait pas de se décerner des récompenses. Mais j´ai bien envie de déroger à la règle. Alors s´il devait y avoir un podium pour celles qui réussissent l´exploit de passer plus de temps à broder sur leur voyage qu´à voyager, je pense que je grimperais fastoche sur la première marche.

Mes pauvres, vous subissez le 17ème jour de mes assauts narratifs. Alors qu´Achille ne m´a supportée que quatorze jours en Azerbaïdjan, lui ! Sur certains forums, vous êtes vite taxés de losers si vous avez passé moins de trois mois quelque part. Entre nous, si on m´avait donné trois mois, je les aurais pris sans rechigner. Après avoir atterri à Tbilissi, j´aurais zigzagué en Géorgie avant d´aller respirer l´air d´Azerbaïdjan. Et quand j´aurais eu besoin de changer d´air, je serais passée en Iran. De Tabriz, j´aurais cheminé lentement jusqu´au Golfe Persique pour enfin aller me pavaner sur l´île de Kich.

Mais avec les « si » et « aurait », on n´avance pas des masses. Au lieu de trop cogiter, j´ai préféré savourer chaque millième de seconde de ces vacances, me régaler de chaque bouchée de dolma et de poisson lavangi, déguster une à une les gorgées de Cabernet Sauvignon. Le plus pâle des sourires azéris m´a confortée dans l´idée que j´avais bien fait de faire le déplacement. Alors ne parlons pas des éclats de rire made in Masouleh. Les petites galères n´en étaient pas. A Bakou, les bourrasques de vent du Boulevard me caressaient la nuque, seules les embardées du chauffeur de taxi entre Rasht et Astara me sont restées en travers de la gorge.

C´en était presque loufoque. Marie et Brian, ce couple de Canadiens ultra sympas, en vadrouille pendant plus de deux ans, et que nous avons croisés lors d´une étape à Tabriz... étaient pressés et filaient, dès le lendemain de leur arrivée, vers Téhéran pour une histoire de visa paskistanais. Nous avons trainé trois jours à Tabriz et environs. J´ai dit à Achille « ils passent leur temps à courir, ma parole ! ».

Nicolas Bouvier a écrit « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas de prouver qu´il se suffit à lui-même. On croit qu´on va faire une voyage, mais bientôt c´est le voyage qui vous fait, ou vous défait. »

Je rajouterais : il y en a qui se passent de voyager et qui se suffisent à eux-même.







PS : je joins pour les curieux les coordonnées du site de Marie et Brian, les motards autour du monde :
http://www.2uprtw.com/index.php?lang=fr


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 22:28

Test de connaissances, nécessaire au passage en troisième (et dernière) partie d´alphabet.



1. Quelle est la couleur des yeux de Nasser et celle du canapé de son bureau ?
Qui a dit « dis-donc, pas mal du tout Nasser ! »?

2. Citez les différentes affections dont souffrait Achille durant le voyage.

3. Etudiez le document qui suit. Comptez le nombre de fenêtres. A votre avis, ce bâtiment a-t-il été dessiné par Michel-Ange ou un compatriote de Staline?




4. Le problème suivant n´est pas directement lié à l´abécédé. Il s´agit cependant, en réussissant ce test, de démontrer vos connaissances de culture générale :
Quel est le nom de l´épouse de Brad Pitt. Est-elle enceinte actuellement ? Si oui, s´agit-il du 6ème ou 7ème enfant du couple ?

Bonne chance à tous!


_________________
Agathe
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par mamina le Mer 20 Mai - 22:58

C'est ce qu'on appelle "botter en touche" quand on n'a plus d'inspiration !!!!!
Et tu crois qu'on va se laisser prendre au piège.... allez ! la suite !
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Wapiti le Mer 20 Mai - 23:03

Glatch a écrit:...On croit qu´on va faire une voyage, mais bientôt c´est le voyage qui vous fait, ou vous défait.
c'est tellement vrai !

Bon, si j'ai bien tout suivi, c'est à Fabizan de se coller au test !
Allez, on attend...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 23:04

mamina a écrit:C'est ce qu'on appelle "botter en touche" quand on n'a plus d'inspiration !!!!!

Que dalle !
J´avais prévenu : "Le Q sera court"


Dernière édition par Glatch le Mer 20 Mai - 23:07, édité 1 fois


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 23:05

mamina a écrit:allez ! la suite !
Et cesse de te défiler dès que l´heure du test a sonné !


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 20 Mai - 23:06

Wapiti a écrit:Allez, on attend...
Voui


_________________
Agathe
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Jeu 21 Mai - 11:04

Nasser a les yeux bleus, non ? question
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Jeu 21 Mai - 17:41

Patand a écrit:Nasser a les yeux bleus, non ? :?-?:

Quel brainstorming intense pour ce deuxième test, dites-donc! Ca promet pour le contrôle final...
Alors, Patand, comme la seule réponse que tu donnes est exacte à 100%, je te mets 20/20 à toi aussi. Bravo!

Maminoche, puisque tu râlais pour le Q, je me suis foulée pour le R. Mais que ce soit clair, le S sera Short.


Ramsar

Ce n´est pas d´être à Ramsar (Iran) mais d´arriver et de repartir de Ramsar qui est intéressant. La ville, située en bordure de littoral, à la frontière des provinces de Guilan et du Mazandaran, était à l´époque du dernier Shah une des stations balnéaires les plus tendance du pays. La seule particularité architecturale de Ramsar est l´ancien et majestueux palais du Shah. Le bâtiment, perché à flanc de colline, a été reconverti en hôtel de luxe (Hôtel Azadi). Sur les photos, en général, on ne montre pas l´extension hideuse de l´hôtel qui dénature hélas complètement l´ensemble. Le mieux est de se tenir sur la terrasse, devant le palais, et de contempler les jardins à la française ainsi que l´interminable promenade pavée qui mène à la mer.



L´ancien palais du Shah d´Iran




La perspective depuis le Palais du Shah


Ne vous attendez pas à trouver les pinèdes et les garrigues de la Méditerranée quand vous réserverez votre séjour au spa de l´hôtel Azadi. Le climat côtier, humide tempéré, est idéal à la culture du thé et du riz. Les flancs de montagnes, verdoyants et boisés sont beaucoup moins défigurés par le béton que ne l´est la Côte d´Azur. Encore faut-il les apercevoir si la brume ne s´étirent pas sur le paysage. Et si la pluie continue ne vous brouille pas la vue et ne vous glace pas jusqu´aux os !




La province du Guilan


Achille et moi aurions aimé nous attarder à Lâhidjân, ville célèbre pour son thé et les quelques vieilles maisons boisées aux toits de tuiles qui ont été préservées. Or nous avions survécu au bouleversement climatique iranien à Masouleh, à la descente en taxi collectif depuis le village et échappé à l´embardée sur les routes enneigées. De Rasht, nous avons sauté sous la pluie battante dans un bus qui nous a conduits sans halte jusqu´à Ramsar.

Le mini bus était quasiment plein quand le chauffeur nous a fait signe qu´il nous prendrait encore avant de fermer les portes et de lancer le moteur. Le passager qui avait pris place aux côtés du chauffeur a été prié d´aller s´asseoir à l´arrière et de nous céder le siège du copilote. Contre toute attente, le chauffeur parlait anglais, certes pas aussi aisément que Gordon Brown, mais suffisament pour nous raconter sa vie, son ex employeur, un riche ingénieur allemand dont il était le chauffeur à plein temps vingt ans auparavant.

Entre temps, un des passagers du troisième rang avait délogé celui du premier, pour pouvoir venir se coller derrière nous et engager la conversation. Entre le jeune prof d´anglais qui nous détaillait la rudesse de son travail ainsi que le peu d´estime qu´Ahmadinejad et les mollahs portent à la profession d´enseignant (salaires de misère entre autres) et le chauffeur qui palabrait joyeusement avec Achille sur les vertus de l´Allemagne tout en se pliant aux procédures de contrôles réguliers (qui d´après ce que j´ai cru comprendre correspondent à des sortes de pointage, prouvant que le bus est dans les temps, de sorte à ce que le chauffeur ne se fera ni enguirlander ni pénaliser !), j´ai enlevé des chaussures encore trempées et collé mes pieds contre le radiateur du tableau de bord. Je me suis laissée bercer par le ronron du bus et le concert des voix masculines jusqu´à Ramsar. Collée contre la portière et la vitre, j´avais ainsi tout loisir d´admirer les paysages de plantations de thé qui surplombent les rizières et de rêver que le soleil nous attendrait en bord de mer.

Au lieu de ça, une fois descendus à l´entrée de la ville et après avoir salué la paire d´Iraniens loquaces, nous nous sommes mis en quète d´un logis, plus modeste que l´ancien Palais du Shah, avant que le contenu de nos sacs-à-dos ne soit complètement imbibé de pluie perse.

Nous avons passé le reste de la journée à errer dans les rues de Ramsar, à flâner dans les ruelles du marché. Puis deux jeunes étudiants nous on pris en stop jusqu´à un café du bord de mer. La pluie ne nous laissait aucun répit ce jour-là et j´ai pensé que décidément, je ne suis pas programmée pour me prélasser dans les stations balnéaires. Mon patrimoine génétique (non artificiellement modifié) fait que je suis plus à mes aises en montagne ou à la campagne.



Pleine saison touristique à Ramsar


Le lendemain, la soupe à la grimace avait fait la place à une salade de soleil et de cumulus. Le temps de refaire un tour des lieux sans k-way ni morosité, nous nous sommes mis en marche pour le terminal de Bus. Comme souvent en Iran, même si vous ne sollicitez personne, tout le monde vous propose de l´aide ! Cette fois encore, impossible de passer une minute le nez en l´air à chercher la bonne direction, sans que quelqu´un ne nous interpelle. En l´occurrence, une femme d´une cinquantaine d´années, voilée de façon plutôt conservatrice, nous a proposé de partager son taxi jusqu´au terminal. Elle a non seulement insisté pour nous offrir la course mais elle s´est surtout mise en tête de nous trouver un taxi pour Rasht.

« Techekor vraiment ! » mais c´est dans un bus ou un minibus, le même qu´à l´aller pourquoi pas, que nous aimerions monter. Le transport en bus présente de nets avantages par rapport au taxi collectif : l´ambiance y est souvent chaleureuse et surtout on y est moins pliés en quatre (voir détails dans la rubrique L) . Or cette charmante personne avait décidé que nous étions trop « pas iraniens » (!) pour nous que nous nous abaissions à attendre dans la poussière du carrefour qu´un véhicule bondé arrive.

J´ai rassemblé toutes mes connaissances de farsi, que j´ai assaisonnées d´anglais basique, agité mes deux mains pour bien lui faire comprendre qu´elle aurait pu nous offrir le trajet dans la Mercedes blindée du Guide Suprême, je n´aurais pas accepté ! C´est alors qu´un jeune, à l´allure modeste mais néanmoins affable, est venu nous souffler dans le creux de l´oreille que nous faisions bien d´insister parce que le bus est vraiment « much cheaper » et qu´il n´allait pas tarder à arriver. Je n´ai pas pris cet homme dans mes bras parce que, si je m´étais permis ce geste, je croupirais à l´heure qu´il est dans une geôle de Ramsar... et qu´il faudrait attendre des années avant qu´Obama ne se préoccupe d´informer le monde entier sur les conditions de ma détention.

Le carrefour était vraiment agité à cette heure tardive de la matinée. Plutôt que d´attendre bêtement le bus, les mains dans les poches, d´autres personnes ont préféré venir se joindre à notre réunion. Notre généreuse bienfaitrice ne lâchait pas le morceau sous son hidjab et, imaginant sans doute que nous n´avions pas les moyens de nous offrir le taxi, s´était mise en quète d´un chauffeur, qui accepterait de nous transporter pour quelques mille ou deux-mille rials (autant dire des cacahuètes) jusqu´à Rasht. Et pourquoi pas jusqu´à Bakou pendant qu´on y est !

Dans le même temps, l´autre homme, dont nous étions également les protégés, avait dans l´idée de rabattre le caquet de la dame et de nous faire monter dans le bus, quoi qu´il arrive. Je ne sais pas à quoi ressemblent les pourparlers du G20 mais les négociations du carrefour de Ramsar viraient au G40 ! Etant donné qu´il n´y avait personne pour coordonner les différentes actions, j´avais perdu Achille et je me collais (sans arrière-pensée) au type qui me rassurait sans cesse, me faisant signe que le bus allait arriver d´une minute à l´autre.

La conférence battait son plein et la fièvre était à son maximum, lorsque j´ai vu Achille se diriger vers « nous » (moi et le monsieur qui n´avait pas les moyens d´aller à Rasht en taxi) accompagné d´un homme aux cheveux poivrés, à l´allure sportive. Les deux riaient à gorge déployée comme s´ils venaient de remporter un round décisif. Achille a fait les présentations. Son nouveau collègue s´exprimait dans un allemand parfait et proposait de nous conduire avec un autre type (vous suivez ?), quelques kilomètres plus haut sur la nationale, à un arrêt de minibus où les véhicules attendent de faire le plein de passagers pour partir.

- Vous êtes de Rasht ?
- Non. Je suis né à Téhéran, mes parents sont originaires de Bakou, j´ai grandi à Vancouver et je vis à Sarrebruck avec une Française. Je suis venu rendre visite à un ami qui habite Rasht.

Pensant avoir bien assimilé le contenu de sa réponse, j´ai enchainé en changeant de sujet.

- C´est pas jojo le temps, dites-donc...
- Non, c´est même désespérant cette année. Il pleut depuis que je suis arrivé. Le comble, c´est que ma copine m´a dit hier au téléphone qu´il faisait 25 degrés en Allemagne, qu´on avait jamais vu une chaleur pareille pour Pâques !

Un fois que avons eu quitté le carrefour et que nous attendions que le minibus se remplisse, j´ai offert une tournée générale de thé devant un petit stand de fortune. Après avoit refusé poliment une invitation de dernière minute à déjeuner (vous imaginez ? Se donner tout ce mal pour essayer de quitter Ramsar et finalement rester manger !), nous avons pris place dans l´engin tant rouillé que brinquebalant et nous avons filé le long de la Caspienne.




Le G12 au carrefour de Ramsar qui allait devenir G40


_________________
Agathe
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par fabizan le Jeu 21 Mai - 19:14

J'espère que vous ne m'avez pas attendue pour le contrôle de connaissances. J'attendais aujourd'hui jour de congé pour me délecter de la suite des épisodes de Glatch depuis le week-end dernier !
Puis les dates je ne les retiens pas, je suis comme Patand et Lilie, je n'ai vu que les beaux gosses des photos !


_________________
Fabienne
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Jeu 21 Mai - 20:04

Y ' a pas que les beaux gosses que je remarque, quoique....mais le mauvais temps aussi depuis pratiquement son départ à Agathe. LOL La serviabilité des autochtones n'est pas mal non plus. banane
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Jeu 21 Mai - 21:53

fabizan a écrit:Puis les dates je ne les retiens pas, je suis comme Patand et Lilie, je n'ai vu que les beaux gosses des photos !
C´est bien la peine de se fouler, les filles.
A compter de maintenant, je ne mets que des gros plans de "beaux gosses" orientaux avec dates de naissances et contacts email.


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Jeu 21 Mai - 21:56

fabizan a écrit:J'espère que vous ne m'avez pas attendue pour le contrôle de connaissances. !
Fabizan!!

Tu pourrais au moins compter les fenêtres de l´immeuble.
Je les ai bien comptées, moi, en prévision de la correction des copies!


_________________
Agathe
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par fabizan le Jeu 21 Mai - 23:00

J'ai fais un effort pour le bien de la collectivité :
289 fenêtres !


_________________
Fabienne

Contenu sponsorisé

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 24 Juil - 4:43