Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Partagez
avatar
Globecroqueur

Localisation : Pau, France

Génial !

Message par Globecroqueur le Mar 5 Mai - 23:18

Shab bekheyr Agathe, Chetoree ?
Ça alors, génial, voilà que tu es repartie là-bas ! Figures-toi que j'ai failli faire comme toi cet été...
Je vais suivre tes nouvelles aventures d'un œil ....persan cette fois !! J'étais "en Iran" ces dernières semaines...
Bon , va me falloir trouver le temps de lire tout ça, avant que tu en rajoutes...
Khoda hafez.
Phil
avatar
venezia

Localisation : Var

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par venezia le Mer 6 Mai - 13:43

Bonjour Glatchounette ,
enfin je peux lire tranquillou sur mon ordi.
J'ai de nombreuses pages de retard...Quel voyage !!! mais tu as du te geler ma pauvre....Merci de nous raconter si bien ton périple .
Et ce pauvre Achille mais il est fragile ce bel homme !!!
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Mer 6 Mai - 23:04

Bonsoir à tous,

Fichtre! Suis complètement overbookée cette semaine et je pagaie pour tenir le rythme. Même pas eu le temps encore d´aller saluer en grandes pompes la chouette poignée de nouveaux du forum (IooI Chéri, tiens-toi bien! même si ton coeur fait des bonds de constater qu´on est voisins dans le Wap village ...)

Bref, j´ai tout remixé ce soir et j´ai finalement l´intention de placer la conclusion du I, mentionnée hier, à la lettre R. Sans ca, je redoute le déséquilibre doublé d´une Indigestion de longueur. Je sais que personne ne comprend rien quand je radote de la sorte, mais le principal est d´arriver au bout sain et sauf, n´est-ce pas ?

Salut Phil ! oui, comme toi, l´Iran nous a pris dans ses filets une nouvelle fois. D´ailleurs il en est question (comme c´est original !) à la lettre I.
PS : Réserve-moi un des tes carnets, bien sûr. On s´arrangera avec les Iban&co en MP !


Iranian people

Avertissement :
Dieu, mon pote, tu sais tout le respect que j´ai pour toi depuis quelques jours… D´ailleurs, tu es toujours invité à ma garden-party ce weekend et, comme me le signalait ma copine Mamina, si tu pouvais te contenter d´apporter du soleil ou tout au moins d´éloigner la mousson, je demanderai à quelqu´un d´autre de se charger des entrées. Ce que je voulais surtout te dire, c´est que tu n´es pas obligé de lire la partie qui va suivre. Tu reprendras à la lettre K. Enfin, tu fais bien comme tu veux… Je te connais pas trop et si tu es du genre susceptible, ça risque de barder pour ma pomme. Ce serait dommage qu´on se fâche déjà, d´autant que de bons amis ne sont pas forcés d´avoir le même avis sur tout, tu trouves pas ?

Leçon du jour :
Aujourd´hui, franchissons l´Araz pour partir à la rencontre de quelques Azéris, installés du côté iranien. Je l´ai déjà évoqué à plusieurs reprises (le rabâchage a parfois du bon) : le fleuve en question marque la frontière actuelle mais comme dans beaucoup d´endroits de la planète, le tracé fut décidé de façon plus ou moins arbitraire et ne correspond pas à la réalité ethnique azérie.

Ainsi, sans qu´on ne les ait mis à la porte, bon nombre d Azéris vivent hors des frontières de l Azerbaïdjan (en majorité dans le nord de l´Iran, à Tabriz par exemple). Il y aurait 20 à 30 millions d´Azéris en Iran (et quelques 8 millions en Azerbaïdjan !). Quand j´emploie le terme « Azéri », que l´on se trouve sur une rive ou sur l´autre de l´Araz, je parle du même groupe ethnique. Pour résumer : les Azéris d´Iran sont chez eux, même si leur pays ne s´appelle pas Azerbaïdjan...

(On suit toujours dans le fond de la classe ? Je vous préviens, c´est le genre de sujet classique qui tombe régulièrement au contrôle de connaissances. A vos stabilos et autres surligneurs !)

Par une assez belle journée d´avril (sans neige), Achille et moi étions occupés à remballer nos passeports dûment tamponnés dans nos sacoches et à franchir courageusement la frontière (point de passage de Julfa, voir lettre J pour de plus amples informations), habitués que nous étions depuis notre atterrissage à Bakou à nous débrouiller seuls comme des grands, lorsque qu´un homme claudiquant, nous a abordés pour nous indiquer la bonne direction. En effet, j´étais sur le point de m´égarer et... de reprendre joyeusement le chemin de l´Azerbaïdjan, alors que le but était d´en sortir. La honte ! me direz-vous. J´aimerais vous y voir, tiens, ahuris devant des panneaux bilingues azéri-farsi. Précisons pour ma défense que je venais de me scotcher le foulard que l´on sait sur la tête et qu´il me fallait un petit temps de réadaptation, aussi minime soit-il.

Nous n´avions pas encore foulé le sol iranien... que, comme à la maison, chacun de nous vaquait déjà à ses propres activités : Achille cherchait un bureau de change pour se munir de rials et moi des toilettes pour évacuer le çay (thé) du matin.

Je la refais en plus sérieux :
Nous n´avions pas encore foulé le sol iranien... que le petit homme, aussi charmant que bancal, avec qui je m´entretenais sur tout et n´importe quoi en attendant que les douaniers épluchent mon passeport (avec un zèle inimaginable ! à croire qu´il n´avaient jamais eu de spécimen électronique entre les mains... alors l´ovni biométrique, n´en parlons pas !) se proposait de nous venir en aide. Je lui ai demandé s´il était azéri ou iranien. Il m´a répondu qu´il vivait à Téhéran, mais qu´il serait tout de même en mesure de nous renseigner. Entre temps, il s´était déjà formé un attroupement de chauffeurs de taxi, style foule de supporters avant un match de foot à domicile, nous promettant, tous autant qu´ils soient, le tour de la terre pour deux rials !

Je partageais paisiblement un paquet de nounours Haribo avec la maman, la femme et le fiston de notre bienfaiteur pendant que les hommes s´affairaient au guichet du bureau de change. M´astreignant à prendre un air ultra détaché, telle une Angelina Jolie en mission humanitaire en Afghanistan pour le compte de l´UNHCR, je sentais toutefois l´asphyxie me gagner, alors que certains chauffeurs me houspillaient pour faire des affaires (comprendre « me rouler dans la farine ». Le reflet de mes yeux trahit mon incapacité génétiquement transmissible à négocier).

Heureusement qu´Indiana-Jones-Davood-Mohammady est ressorti rapidement avec Achille. Notre sauveur, IJDM donc, nous a accompagnés un bout de chemin avec sa famille. C´est tout juste s´il n´a pas insisté pour nous emmener jusque chez lui, à Téhéran, où il enseigne, parait-il, l´anglais à la fac ! D´ailleurs je ne vois pas trop dans quel coin du coffre il nous aurait casés parce que la voiture était pleine à craquer. Résigné, acceptant le destin et surtout le fait que c´est vers Tabriz que nous allions, il a en revanche mis un point d´honneur à nous débrouiller un moyen de transport : en l´occurrence un taxi que nous allions partager avec une mamie hyper coquette, le tout au tarif local et non pas au prix spécial-touriste, proche de celui pratiqué à Paris-Place-du-Trocadéro !

A la limite, je me demande s´il est utile de relater ce genre d´expériences, parce qu´elles sont tellement banales en Iran qu´on s´en préoccupe comme de son premier hidjab. Mais il faut vivre au quotidien cet élan de générosité collective pour en prendre vraiment la mesure.

Pour nous, le contraste était d´autant plus fort que nous débarquions d´Azerbaïdjan où nous n´avions pas rencontré autant de générosité désintéressée. C´est seulement en repassant le frontière en sens inverse que nous allions avoir l´occasion de goûter à l´hospitalité et la gentilesse des Azéris. (rendez-vous au S).



Passage de la frontière Azerbaïdjan-Iran

Un autre jour, alors que nous flânions à Tabriz, du côté de la Mosquée Bleue, une paire de jeunes nous a abordés dans un anglais plutôt fluide. Le courant est passé instantanément avec Nasrin et Amir, deux étudiants en traduction. Bien que ne nous connaissant que depuis une petite vingtaine de minutes, Amir s´est mis à taquiner Nasrin (foulard noir, long manteau noir et pantalon noir, regard noir mais rieur) tout en nous prenant à témoin, sur sa manie de croire au ciel, aux merveilles du paradis et au grill de l´enfer alors que, comme vous et moi, elle n´a encore jamais eu l´occasion de visiter les lieux !

Mes neurones n´ont fait qu´un tour et ma mémoire m´a renvoyée aux quelques lignes, lues dans un certain guide de voyage français, assez médiocre d´ailleurs, dans lequel l´auteur prend le soin d´expliquer au voyageur, en long et en large, ce qu´il faut faire et surtout ce qu´il ne faut pas faire quand on voyage en Iran :

« 1. Ne pas affirmer en public que l´on ne croit pas en Dieu, cela pourrait être mal perçu.
2. Eviter les jugements hâtifs et les leçons de morale sur la situation du pays. Le sentiment d´appartenance demeure très vif. »

Ah bon ? Ca ne se fait pas de mettre tout le monde dans le même panier et de prendre son interlocuteur pour un abruti ? Tiens tiens, merci le guide. Glatch, elle, dans ce genre de circonstances, commence par prendre le pouls de la situation, observe un court instant les parties en présence, se fait son petit topo sur la question et pour finir, se fie beaucoup à son instinct ainsi qu´à sa légendaire naïveté.

Devant la Mosquée bleue, l´ambiance était gaie et légère. Amir a proposé de passer l´après-midi en notre compagnie et de déambuler dans Tabriz. En prenant la direction du centre ville, alors qu´Achille et lui échangaient leurs histoires d´expériences respectives sous le drapeau (sujet de discussion classique entre mâles) et discutaient de millésimes de whisky, Nasrin me questionnait sur mon appartenance religieuse. Je lui expliquai que mes parents m´avaient baptisée, à un moment de ma vie où je n´étais pas encore en mesure de protester, puis m´avaient expédiée, tout aussi autoritairement, tous les mercredi matin au catéchisme, de façon à ce que je me fasse ma petite idée en matière de religion et saisisse le pourquoi du comment.

J´ai poursuivi mes explications, puis confié à Nasrin que, à bien y regarder, l´athéisme est tout à fait compatible avec une vie de femme normale...

- L´athé quoi ????
- L athéisme. Ou la non-croyance, si tu préfères. Le fait de nier l´existence d´un Dieu.
- Tu plaisantes ? Tu veux dire par là que tu ne crois pas en un Dieu, peu importe lequel ?
- Non. Oui. Pourquoi ?

Dans le même temps, Amir expliquait à Achille que, grâce au piston paternel (le père étant un militaire haut gradé !), il n´avait pas eu besoin de passer par la case armée et qu´il préfèrait de loin se consacrer à ses études ainsi qu´à l´art de la fiesta et du traffic d´alcool.

A cette étape de la discussion, Nasrin aurait eu grand besoin d´un petit remontant, au mieux d´un masque à oxygène. Voyant l´allure que prenait notre conversation, elle a reprimé un haut-le-coeur puis rétorqué que, si ce n´était pas Dieu qui mettait (to put en anglais) les foetus dans le ventre des mamans et qui tricotait le cordon ombilical, alors qui est-ce, s´il te plait?!!!!

Je comprenais bien son propos. A savoir que, bien sûr que non, ce n´est pas Dieu qui avait planté les graines, puis arrosé Charlotte, neuf mois durant, dans mes entrailles... mais que Dieu était bel et bien à l´origine du monde. Qui d´autre sinon lui ?!

J´étais en forme ce jour là et argumentais que je comprenais que la religion soit une source de réconfort ou de sérénité pour beaucoup, voire un moyen de dominer la peur de l´Au-delà pour d´autres, mais qu´à moi personnellement, elle n´apportait strictement rien. Qu´au contraire ! en Allemagne, elle me privait même d´une partie de mon salaire, denier du culte oblige (ou presque, si on ne râle pas... Ce que je n´ai pas manqué de faire en débarquant dans la Bavière catholique !).

Les conversations parallèles allaient bon train, confidences par-ci sur le front féminin, questionnements par-là du côté masculin. Et puis il a fallu prendre congé de ce couple hétéroclite avant d´aller risquer notre vie, une fois encore, sur les routes enneigées de l´Alborz, lors d´un trajet nocturne en bus.



la Mosquée bleue de Tabriz (Iran)


A défaut d´une pléthore de photos, je vous renvoie ce soir à une enquète apparemment surprenante et fraiche qui vient de paraitre sous la plume d´un journaliste franco-iranien. Il promène, parait-il, le lecteur dans l´envers du décor de la République islamique. Aux dires de l´auteur, Armin Arefi, l´Iran serait entre autre LE pays de la drague !!! (« Dentelles et tchador. La vie dans l´Iran des Mollahs »)


Dernière édition par Glatch le Jeu 7 Mai - 8:32, édité 1 fois


_________________
Agathe
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Lilie le Mer 6 Mai - 23:48

Nous n'Irans plus au bois... (cherche pas, c'est le cerveau qui court-circuite).

Du Glatch toujours top ! ... mais j'espere que t'as bien fait ton plan d'ecriture parce qu'a force te t'amuser a nous ballader en avant, en arriere dans le labyrinthe des 26, tu dois bien te douter qu'une fois pose le point final du Z (pas deja, hein!), nous nous empresserons de reprendre ton abecedaire de haut en bas, a la passoire, un bloc note a cote, pour noter tous les renvois, et verifier de leur pertinence... rire

Lilie
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Jeu 7 Mai - 8:37

Lilie a écrit: j'espere que t'as bien fait ton plan d'ecriture

Salut Lilirlandaise!

et merci!
Un plan de QUOI aurais-je dû faire ????
Si quelqu´un avait la bonté de me souffler la lettre qui vient après le I, ça m´aiderait déjà bien...
Ce s´rait pas le Y ou Z par hasard?


_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Jeu 7 Mai - 21:18

De agathe@glatch.eu
A Dieu@amitie.ciel
Objet : rappel

Copain Dieu,

Ca va ? T´as vu, je t´avais prévenu que le I de Incroyance n´allait pas t´emballer. Mais au moment où je conversais avec Nasrin dans les rues de Tabriz, je pouvais franchement pas deviner que tu allais me sauver la vie deux fois pendant le voyage et que j´allais brusquement croire aux miracles.

Le mieux, c´est que tu trouves à t´occuper demain pendant le J (où il est question d´un flirt torride avec un douanier azéri) et qu´on se retrouve, comme convenu, après-demain au K.

Bizz



Salut les zautres qu´êtes pas Dieu,

gardez le pour vous parce que, si Achille s´en rend compte, il m´étrangle. Je suis allée fouiller dans la poubelle pour repêcher un des clichés ratés où il pose avec Nasrin et Amir. Comme la photo est nulle et surtout, qu´il ferme les yeux pour m´énerver quand je dis à tout le monde de la fermer, de sourire et de regarder vers l´objectif, il n´a pas jugé utile de me demander mon avis avant de la mettre au vide-ordure.

Voilà, je vous présente donc les jeunes Azéris (d´Iran), Nasrin et Amir.





_________________
Agathe
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 11:18



Contrôle de connaissances intermédiaire.


Allez, ça roupille pas mal ces dernières heures. A vous de bosser un peu en ce jour férié français. Si la moyenne de la classe est bonne, vous aurez droit à l´histoire du J d´ici ce soir.
Remise des copies dans l´après-midi!


1. Qui dirige l´Azerbaïdjan actuellement ? Justifiez votre réponse !

2. Quels ingrédients faut-il pour faire du çay ?

3. Commentez ces photos. Quel est ce monument ? Que vous inspire-t-il ?





4. Quelle relation pouvez-vous établir entre cette photo et la précédente ? Quelle nuance introduit ce nouveau document ?




5. A l´aide de la photo suivante et de vos connaissances personnelles, vous montrerez en quatre ou cinq lignes l´impact du communisme en Azerbaïdjan et ses conséquences sur le mode de vie et les comportements actuels, en particulier à l´enregistrement des bagages au Terminal de Naxçivan.




Le coéfficient attribué à cet exercice est 18. L´épreuve compte pour le passage en deuxième partie de l´Abécédaire.

Bonne chance.


_________________
Agathe
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par mamina le Ven 8 Mai - 12:26

Madame Agathe,

Il semblerait que votre voyage dans ces pays -moitié est, moitié orient- nuit gravement à votre tempérament autrefois plus gai, plus rieur, plus enjoué...
Vous voilà à nous mettre le nez dans notre copie, avec autorité, domination, contrainte... voire même un petit côté dictature...
Vous, naguère pleine de charme, de séduction, de charisme, vous nous imposez, à l'heure où tous les regards se tournent vers notre Président sur les côtes provençales, un devoir des plus fastidieux...
Cependant, pour nous assurer la suite de vos aventures nous allons avec soumission, loyauté, et un brin d'agacement en ce week-end férié, nous pencher sur vos énigmes !

Toutes nos salutations, Prof' Agathe ! bisou bisou
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Wapiti le Ven 8 Mai - 13:39

mamina a écrit:Cependant, pour nous assurer la suite de vos aventures nous allons avec soumission, loyauté, et un brin d'agacement en ce week-end férié, nous pencher sur vos énigmes !
Mamina, tu n'engages que toi, là ! langue rire

Maîtresse Glatch,
Si je me penche sur votre devoir, vous occuperiez-vous en échange du double paquets de copies que je suis sensée corriger sur le même laps de temps ?
Condition sine qua non... ange

Déjà que goinfre de lutin islandais m'a assigné 20 lignes à copier hier soir au véfistan... pfff ! mon dieu !


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Skyrgamur le Ven 8 Mai - 16:46

Wapiti a écrit:Déjà que goinfre de lutin islandais m'a assigné 20 lignes à copier hier soir au véfistan... pfff ! mon dieu !

copier, pas copier-coller !!!!!!!!!!!!!! dégout dégout dégout dégout dégout

Skyrgamur
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Wapiti le Ven 8 Mai - 22:01

1. Qui dirige l´Azerbaïdjan actuellement ? Justifiez votre réponse !
Ilham Aliyev a succédé à son père Heydar Aliyev en 2003, réélu en 2008 à la présidence de l'Azerbaidjan.

2. Quels ingrédients faut-il pour faire du çay ?
feuilles de thé, sucre, rondelle de citron

3. Commentez ces photos. Quel est ce monument ? Que vous inspire-t-il ?
La Tour de la Vierge d'où une jeune fille a sauté pour échapper à son père incestueux...

4. Quelle relation pouvez-vous établir entre cette photo et la précédente ? Quelle nuance introduit ce nouveau document ?
C'est sûrement le garde à l'entrée de ladite tour, non ?
T'as de ces questions, toi !!!! mon dieu !


5. A l´aide de la photo suivante et de vos connaissances personnelles, vous montrerez en quatre ou cinq lignes l´impact du communisme en Azerbaïdjan et ses conséquences sur le mode de vie et les comportements actuels, en particulier à l´enregistrement des bagages au Terminal de Naxçivan.
Il semblerait que le communisme en Azerbaidjan nuit gravement à votre tempérament autrefois plus gai, plus rieur, plus enjoué... Vous voilà à nous mettre le nez dans notre copie, avec autorité, domination, contrainte... voire même un petit côté dictature... langue
Je suis hors sujet ? C'est pas grave, t'as qu'à écrire HS dans la marge avec ton stylo rouge.


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 22:48

Wapiti a écrit:Je suis hors sujet ? C'est pas grave, t'as qu'à écrire HS dans la marge avec ton stylo rouge.

Mamina, je ne suis ni autoritaire, ni dominatrice, ni dictatoriale, ni contrariante (!) mais ferme.

Wap, tu me sidères! Moi qui finalement pensais garder ma copie sans réponse plutôt que les réponses de ton paquet de vingt copies...
20 sur 20 et à toi le J.


Julfa

Pour ceux qui ont bien potassé le E et qui ont tenu le coup jusqu´au I, il est inutile de répéter que, lorsqu´on promène sa curiosité dans la République autonome de Naxçivan, Julfa est le seul point de passage officiel avec l´Iran. La ville est coupée en deux par un certain fleuve, que vous devriez commencer à bien connaitre. Les Azéris vivent à Culfa et les Iraniens à Julfa. Pour des raisons d´ordre pratique et surtout alphabétique, le C ayant été traité en début de cours, je privilégie l´orthographe de Julfa, sans intention aucune de provoquer une querelle de clocher entre azéris et iraniens.

D´après notre guide allemand consacré à l´Azerbaïdjan**, il est difficile de prendre la mesure du dramatique passé de la ville quand on ne fait que passer la frontière et poursuivre sa route (tout comme nous !). C´est vrai qu´il y a plus rieuse comme cité que Julfa...

La ville était, il n´y a pas si longtemps, un important point de transit commercial entre la Russie et l´Iran, en particulier pour les trains de marchandises qui reliaient Téhéran à Moscou. Dans des temps plus reculés, au Moyen-Age, Julfa était réputée pour sa population d´artisans, des chrétiens pour la plupart. A cette époque, la communauté était aux mains des Perses puis tombait régulièrement entre les griffes des Ottomans et ainsi de suite. Lassé de cette partie de ping-pong, l´un des Shahs mauvais joueurs du moment, un certain Abbas, eut l´idée de mettre la balle dans son camp une bonne fois pour toute et déporta quelques 30 000 de ces familles vers la nouvelle capitale de l´Empire Perse, Isfahan. Pour bien finir le job et surtout passer l´envie aux récalcitrants de rentrer chez eux, il fit démolir leur ville (c´est quoi ça, Mamina, si c´est pas de l´autoritarisme dictatorial, dominateur, cruel et contraignant, hein ?)

Ceux qui sont déjà allés à Isfahan ont certainement dû arpenter le quartier la nouvelle Jolfa. C´est là qu´on peut enfin savourer un vrai café quand on sature de thé, mais surtout, que la communauté chrétienne prospéra pour ne plus devenir plus tard que l´ombre d´elle même, lorsque les successeurs de Shah Abbas se chargèrent de les persécuter et de confisquer leurs biens (et je présume, de leur faire rentrer une bonne fois pour toute dans le ciboulot que, la prochaine fois, z´auront qu´à pas naître chrétiens).

Deux photos de la Cathédrale Vank prises l´an passé à Isfahan. Il s´agit de l´église chrétienne la plus célèbre d´Iran !






Revenons à Julfa, où il subsiste évidemment peu de traces de ce douloureux passé si ce n´est l´imposante gare. Pas étonnant, si les voyageurs ne s´attardent pas vraiment à Julfa, excepté les écervelées qui s´égarent au passage de frontière... Je le répète, j´étais toute excusée. Du fait de mon déguisement musulman d´une part et d´autre part, parce qu´un douanier azéri venait de me mettre en émoi (et réciproquement).

Si l´un de vous passe un de ces quatre d´Azerbaïdjan en Iran par le poste de Julfa et qu´un bel homme en uniforme, l´air distrait, transcendé et heureux, vous demande votre passeport, c´est que vous avez affaire à mon douanier.

Pour bien comprendre l´effet bénéfique de cette rencontre sur ma psyché, il faut déjà pouvoir imaginer la difficulté que représente le voyage en couple... mixte ! Si, par le plus chiche des hasards, vous possédez la nationalité française, et que vous voyagez en compagnie d´un Allemand dans des contrées reculées, il vous faudra bien souvent remballer votre égo et votre chauvinisme. Pour peu qu´un Azéri, peu physionomiste, vous fasse le coup du « where are you from ? » et que vous jouez la carte de la franchise, vous aurez vite fait de dévisser de votre piédestal. Croyez-en mon expérience !

Pour résumer, je dirais que le fait d´annoncer que l´on vient d´Allemagne soulève les foules et celui de murmurer que l´on est français provoque au pire un hochement de tête, au mieux, un commentaire élaboré style « Ribéry ! Jeanne D´arc ! de Gaulle ! ».

On a beau le répéter, il ne faut pas s´arrêter à la seule image négative (et je suis objective) que notre Président de la République véhicule à l´étranger. Il faut re-gar-der dans le coeur des Français... Même si on n´a ni Boris Becker et ses quinze ex-femmes, ni les ingénieurs Siemens et leur sérieux, ni les hommes d´affaires et leurs BMW, Mercedes ou Audi, on a quand même Alstom et le TGV, Bernadette et ses pièces jaunes, Elisabeth Teissier et sa boule magique, Michel Drucker et son chien, sans compter qu´on a eu Gustave Eiffel et sa tour, et qu´on aura Jean Sarkosy dans quelques tours et le Petit-Louis-deviendra-grand dans plusieurs tours....

Bref, en général, les foules moyen-orientales s´agglutinent autour d´Achille pour le flatter et le féliciter de son appartenance au pays le plus performant de la planète. En attendant que l´effervescence se passe, je reste en retrait et joue la désinvolte.

Or cette fois-ci, il en fut autrement (j´en rends d´ailleurs grâce au ciel et à son locataire, sans lui nous aurions droit à un trou béant au niveau du J). Arrivée à la frontière devant Achille ce jour-là, j´ai tendu mon passeport une première fois à un homme au cheveux légèrement poivré, que je qualifierais a priori d´équilibré, de mûr et de bon vivant. Le Lino Ventura d´Azerbaïdjan en quelque sorte.

Intermède et petit problème de calcul (facultatif... C´est ok, Mamina ?) : sachant que le passeport de chaque Européen sera examiné au minimum cinq fois d´affilée, à raison de dix minutes et 59 secondes par examen, calculez le temps perdu par deux touristes, ne parlant pas le patois local, pour franchir l´Araz, en tenant compte de l´affux des heures de pointe et de la force du vent).

Le fonctionnaire au sourire charismatique, m´a examinée une minute, de façon extrèmement affable au demeurant, avant de tourner les talons énergiquement et d´aller s´enfermer dans un bureau de verre, en compagnie de trois de ses collègues. Objectif : analyse du contenu des papiers suspects. Ce n´est pas que je l´ai vexé en lui rendant son sourire mais c´est qu´il a du pain sur la planche aujourd´hui, le malheureux douanier.

A ce stade de l´histoire, Achille et moi étions quasiment familiers des pratiques en vigueur dans le pays, notamment après avoir échappé de justesse à un atterrissage en catastrophe sur le tarmac de l´aéroport de Naxçivan. Il avait déjà fallu patienter un long moment et jurer sur le Coran que nous n´étions que des touristes insignifiants et non pas des Richard Sorge en herbe, à la solde du méchant Occident, jusqu à ce que nos passeports nous soient rendus.

Voilà que mon Lino est revenu, le sourire jusqu´aux oreilles. Je n´en jurerais pas mais je crois même que ses joues avaient légèrement rosi. Comment est-ce possible ? J´ai pourtant en horreur la photo de mon passeport, celle où on n´a ni le droit de sourire, ni le droit de pencher un peu la tête pour se donner un genre. Mon douanier borderline a fini par m´avouer le pourquoi de sa stupeur : j´étais la première Française qu´il ait eu l´occasion de voir en live de toute sa longue carrière (sous-entendu « et j´en ai vu défiler, des bouffons ! »).

Autant vous dire que, pour le coup, c´était à Achille de faire la queue... ainsi qu´à la dizaine d´Azéris (d´une banalité crasse). Dommage que je n´ai pu renvoyer le compliment à mon ami parce que, restons honnêtes, il n´était pas le premier Azéri de ma vie. J´ai répondu que j´étais certes flattée, mais que je n´en croyais pas mes oreilles ! « Moi, la very première ?! ». De fil en aiguille, j´ai su que Lino avait appris le Français sur les bancs de l´école et que depuis, il rêvait depuis de voir Paris. Je lui ai confié que j´étais née près de Paris, mais que je me sentais plus lyonnaise (à la limite duchéroise) que parisienne.

Pendant ce temps, la queue s´allongeait et tous ceux qui n´étaient pas nés à Paris, y compris Achille, commençaient à s´impatienter. Si bien que mon ami, d´un léger signe de la main, du style « c´est bon pour cette fois, allez-y ...», a laissé passer tous les trafiquants potentiels de cannabis et de Béluga. Achille lui-même était toléré dans notre cercle restreint. Au bout d´un quart-d´heure, ne sachant plus vraiment quoi raconter, que ce soit en anglais ou en azéri, j´ai eu l´idée de dégainer mon numérique et de faire défiler sur le display les dernières photos de mon séjour à Paris, celui où mes soeurs posent ébouriffées au pied de la Tour Eiffel et où ma mère nous commente fièrement la façade du musée du quai Branly.

Lino, comblé comme jamais, a fait signe discrètement à un de ses sbires de nous apporter du çay. Achille a fait « non, non, c´est trop gentil ! ». Lino a fait « mais si voyons, tout le plaisir est pour moi ! ». Puis il a poussé nos sacs-à-dos qui encombraient le passage des non-Français.

Deux tasses de thé plus tard, je ne savais vraiment plus quoi faire d´autre que sourire parce que je lui avais déjà demandé deux fois s´il avait une femme et des enfants et qu´il n´avait pas compris ma question. Pourtant le courant passait bien entre nous. J´était là, détendue, adossée au scanner à bagages avec mon verre de thé dans une main alors que de l´autre main, j´étais occupée à lui dessiner le trajet des vacances sur une carte aérienne.

Quand Lino m´a prise à part pour me dire que j´étais une « nice girl », je vous raconte pas les picotis et le rouge aux joues ! Achille souriait d´un air limite condescendant, un sucre calé dans le coin de la joue, (n´importe quoi plutôt que d´avouer qu´il commencait à virer jaloux). Ne nous ayant pas autorisés à faire la vaisselle avant de partir, mon admirateur, muni d´un de ses assistants nous a escortés jusqu´au poste de contrôle suivant, afin d´expliquer aux collègues, que « c´est bon », ils pouvaient nous laisser passer !

On nous a même autorisés à prendre des photos du poste frontière et de l´Araz. En hommage et en souvenir de mon ami Lino, je vous joins les clichés pris sous le coup de l´émotion (flous et mal centrés)






** à mon avis, on a rarement fait mieux en matière de guide, je serais ravie d´en donner les références au paragraphe Q pour le cas où certains lecteurs prendraient des cours d´allemand en parallèle. Pour les pressés de partir en Azerbaïdjan, je donne les infos bien sûr en mp.


Dernière édition par Glatch le Ven 8 Mai - 23:53, édité 1 fois


_________________
Agathe
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Wapiti le Ven 8 Mai - 23:06

Glatch a écrit:Wap, tu me sidères! Moi qui finalement pensais garder ma copie sans réponse plutôt que les réponses de ton paquet de vingt copies...
20 sur 20 et à toi le
J.
Bon, les copies (et non non, t'as mal compris : 2 paquets de 30 copies, c'est comme cela que ça marche !), elles partent en chrono super-express dès l'ouverture de la poste demain matin... tu devrais les recevoir vers 12h45 si j'en crois les modalités contractuelles mises en ligne... Débrouille-toi pour qu'elles me reviennent directement au lycée à temps lundi matin (PS : mon cours commence à 8h pétantes, pas de retard admissible, je te préviens !). Adresse du lycée fournie dans le colis.

20/20 banane Hihi ! 'l'a même pas vu que j'avais copié sur la voisine !! rire


Bon, les autres ! Vous notez bien que je vous ai sauvé la mise pour le J, je me suis dévouée. J'espère que vous vous en souviendrez. gag !


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 23:12

Wapiti a écrit:[tu devrais les recevoir vers 12h45 si j'en crois les modalités contractuelles mises en ligne... Débrouille-toi pour qu'elles me reviennent directement au lycée à temps lundi matin (PS : mon cours commence à 8h pétantes, pas de retard admissible, je te préviens !). Adresse du lycée fournie dans le colis.

Bon, les autres ! Vous notez bien que je vous ai sauvé la mise pour le J, je me suis dévouée. J'espère que vous vous en souviendrez.

A 12h45 demain je serai au boulot, Wapitounette. J´espère que tu n´as pas omis de mentionner l´adresse professionnelle!

Tu t´es en effet dé-chi-rée pour le J.
Après le Z, le contrôle de connaissances sera impitoyable.

Rira bien qui rira après Glatch...


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Ven 8 Mai - 23:22

Tiens ? T'avais embauché le même guide que l'an passé ?
Ton IooI



_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 23:34

mon IooI,

que fais-tu de tes prochaines vacances si je t´annonce que je viens avec toi ?
Les jetes-tu à la poubelle?


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Ven 8 Mai - 23:37

Hein ? Mais jeter quoi à la poubelle ?


_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 23:40

ben... les vacances..
plutôt que de les passer avec moi.
Purée, cette question, elle est pourtant simple!


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Ven 8 Mai - 23:43

Youpie ! Mon Agathe va casser la tirelire et on va partir !
Mais sans guide ok ?


_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 23:47

IooI a écrit:Mais sans guide ok ?
tu veux dire à l´aventure (extra-conjugale) ?

C´est Pondy qui va être contente. Elle qui voulait du suspens pour le prochain récit de voyage...


_________________
Agathe
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par mamina le Ven 8 Mai - 23:50

Vous partez en vacances où vous voulez, quand vous voulez... mais après que Glatch ai fini de réciter son alphabet...
IooI, on te surveille, tu ne vas pas nous l'enlever comme ça !!!
avatar
Glatch

Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Glatch le Ven 8 Mai - 23:58

Mamina,

je promets que je finis l´alphabet cette fois-ci...
mais on ne m´aura pas pour le cyrillique ou le braille ou autre!!!
Après, c´est banquise, îles et vacances gourmandes avec IooI


_________________
Agathe
avatar
IooI

Localisation : Île Moon's Terre

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par IooI le Sam 9 Mai - 0:01

Cooool, j'vais même prendre du congé sans solde alors.
Bon, Agathe ma Chérie, j'te laisse terminer ton alphabet. Pour une fois...


_________________
J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
avatar
Patand

Localisation : Vendée

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Patand le Sam 9 Mai - 12:00

pensif Au fait pourquoi " mon petit bout de tissu à fleurs "
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par mamina le Sam 9 Mai - 12:17

Patand... t'es la première à avoir posé cette question ! LOOL !
Tu sais, ici, il faut s'habituer à ne pas tout comprendre !
Nous sommes parfois un peu déjantés, comme tes copains en bas de l'immeuble, mais tu peux toujours essayer ! re LOOL !
Bonne journée ! bisou

Contenu sponsorisé

Re: Abécédaire de voyage. Azerbaïdjan-Iran. Avril 2009.

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 16:59