Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Partagez
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Skyrgamur le Sam 16 Juil - 10:03

    s


    Dernière édition par Skyrgamur le Sam 16 Juil - 10:07, édité 1 fois
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Skyrgamur le Sam 16 Juil - 10:06

    Albatros a écrit:

    Alors, vous pouvez bien penser et dire tout ce que vous voulez...                                                                            
    Moi je crois absolument aux paroles (et promesses) d’une femme politique ! rêveur Albatros

    Comme moi à celles des hommes politiques...


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Sam 16 Juil - 11:30

    Skyrgamur a écrit:
    Albatros a écrit:

    Alors, vous pouvez bien penser et dire tout ce que vous voulez...                                                                            
    Moi je crois absolument aux paroles (et promesses) d’une femme politique ! rêveur

    Comme moi à celles des hommes politiques...

    Euh... à moins que tu n'aies absolument pas lu dans leur intégralité, les assez nombreux messages que j'ai déjà posté dans cette discussion... je pense qu'il est extrêmement facile de pouvoir deviner que je crois tout autant aux belles paroles et aux jolies promesses des hommes politiques, qu'à celles des femmes politiques ! ange
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Skyrgamur le Sam 16 Juil - 11:43

    Si, si, j'ai tout lu.
    Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent (ou qui y croient). clin d'oeil


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mar 19 Juil - 22:18

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ?  pensif
    Acte V, scène 3

    Le quotidien régional d’information "Ouest-France" titrait aujourd’hui dans un article diffusé en ligne :

    « Brexit. Lourdes conséquences pour l’industrie automobile britannique. »

    En introduction de cet article, dont voici le lien : http://www.ouest-france.fr/europe/brexit/brexit-lourdes-consequences-pour-lindustrie-automobile-britannique-4375845

    On peut y lire ceci :

    "Depuis vingt ans, la Grande-Bretagne est devenue une base arrière de production pour de nombreuses marques.
    Mais la sortie de l’Europe va bouleverser la donne ; et fragiliser l’industrie automobile du pays."


    Une désertion de plusieurs constructeurs faisant partie de l’un des possibles scénarios, on peut également y lire cela, en guise de conclusion :

    "Le scénario catastrophe serait un déplacement de nombreuses productions vers d’autres usines. Au pire, ce seraient plus d’un million de voitures (!) qui pourraient être fabriquées ailleurs en Europe, et en Turquie. Déjà, General Motors (Opel) vient d’indiquer clairement son option de quitter le sol britannique. Ce serait pour produire en Pologne et en France (pour l’utilitaire construit en collaboration avec Renault). Nissan pourrait se rabattre en France (dans le cadre de l’alliance avec Renault) et en Espagne. Honda et Toyota pourraient s’orienter massivement vers la Turquie. Plus d’un million de voitures construites en moins au Royaume-Uni, ce serait une baisse de 63 %.

    Une catastrophe économique pour le pays."


    A la lecture de ce très intéressant article, j’aurais envie de dire la chose suivante : j’ose espérer que les salariés britanniques qui en Angleterre travaillent dans le secteur de la construction automobile, n’ont pas eu la singulière et bien étrange idée de... voter pour le Brexit ?! clin d'oeil mon dieu !

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Sam 23 Juil - 9:26

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ?  pensif
    Acte V, scène 4

    Après s’être rendue le 20 juillet à Berlin, la toute nouvelle Premier ministre britannique Theresa May s’est dès le lendemain rendue à Paris.
    Ah, ah, ah... sachant pertinemment que les négociations à venir avec l’Union Européenne seront à Bruxelles certainement longues et extrêmement difficiles, la très rusée Madame May (elle n’a pas été choisie pour rien) tente prudemment de jouer la montre, avant d’invoquer l’article 50 qui signera de manière officielle la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. En espérant sans doute que le "temps donné au temps" fasse en sorte que les choses puissent d’ici-là se déliter naturellement d’elles-mêmes, tout en misant sur les probables dissensions et faiblesses du couple Franco-Allemand !

    Question : Pourquoi avoir choisi en tout premier lieu Berlin, avant de se rendre à Paris ?! pensif
    Simple hasard, ou... très habile stratégie ?  clin d'oeil


    Quoi qu’il en soit, le message que lui a alors adressé le président François Hollande en la recevant au Palais de l’Elysée, a été d’une limpidité absolue concernant le point extrêmement crucial des futures négociations entre Londres et l’Union européenne :

    « Il n’y aura pas d’accès au marché intérieur européen sans liberté de circulation des personnes. »

    « Le Royaume-Uni a accès au marché intérieur car il respecte les quatre libertés des biens, des capitaux, des services et des personnes.
    S’il veut garder cet accès, il doit respecter la libre circulation des personnes. »


    Il me semble que l’on ne puisse pas vraiment être beaucoup plus clair que cela ! ange Et je pense qu’il est parfois bon de bien rappeler en les figeant presque dans le marbre, les règles fondamentales que doivent (et devront) respecter les pays qui envisagent des accords bilatéraux avec l’Union Européenne dont la Grande-Bretagne fera très bientôt partie, puisque tel en a démocratiquement décidé son peuple via l’historique référendum du 23 juin 2016.

    Et que Madame May nous a d'autre part très clairement affirmé, que : « Brexit signifiait bien Brexit ! »

    La suite et comme d'hab, au prochain épisode...

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Lun 25 Juil - 18:21

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte V, scène 5

    Voici à la rubrique "M Campus" du quotidien en ligne "Le Monde", un assez intéressant article daté d'aujourd'hui titré « Les universités britanniques face aux incertitudes post-Brexit » qui a été sélectionné et résumé par leur partenaire "Courrier Expat" et ayant pour objet, les craintes des universités britanniques de voir leurs établissements désertés par les étudiants de l’Union Européenne :

    http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/07/25/les-universites-britanniques-face-aux-incertitudes-post-brexit_4974383_4401467.html

    On peut également y lire, que les partenariats pourraient être menacés ! triste
    Je cite :

    "Autre source d’inquiétude pour les universitaires britanniques : l’avenir des partenariats en cours dans le cadre des programmes de recherche européens, tel Horizon 2020, le programme européen pour la recherche et l’innovation. Le quotidien The Guardian fait état d’une enquête confidentielle auprès des universités du Russel Group, qui associe 24 établissements d’élite  dont Oxford, Cambridge, Edimbourg ou encore l’University College de Londres. Selon cette enquête, certains chercheurs britanniques feraient déjà l’objet de mesures discriminatoires en raison des incertitudes qui pèsent sur les futurs financements européens.

    « Les responsables politiques pensent que tout reste “business as usual” tant que les négociations ne sont pas achevées. Ils ont tort : c’est dès maintenant que les problèmes se posent », explique Joe Gorman, un ex-fonctionnaire de la Commission européenne qui a supervisé des projets de recherche et conseille actuellement les universités et les entreprises associées aux programmes financés par l’Union européenne."


    Pour être tout à fait franc... depuis que je m’intéresse à cette bien singulière et assez déconcertante affaire de Brexit, je n’ai très objectivement pas encore eu l’occasion de lire le moindre article de presse qui présente le Brexit comme quelque chose de réellement positif pour le Royaume-Uni et ses citoyens ??!! surpris mon dieu !
    Mis à part le fait, qu’en raison de la dévaluation de la livre britannique face au billet vert et à l’Euro...

    - L’industrie touristique britannique pourrait peut-être tirer son épingle du jeu, en voyant arriver un petit peu plus de touristes étrangers bienheureux de constater qu’un séjour en Grande-Bretagne pourrait leur coûter (légèrement) moins cher,  à condition toutefois que les acteurs de ce secteur (transporteurs, hôteliers, restaurateurs, etc.) ne se mettent pas à avoir la subite envie d’augmenter sensiblement leurs prix et leurs tarifs !

    - Et que les exportations britanniques pourraient éventuellement s’accroître par des produits devenus un peu plus compétitifs par le simple jeu de la dévaluation de la livre. Tout en intégrant le fait, que les importations (strictement aucun pays au monde ne peut totalement s’en passer, dans un monde à l'économie devenue depuis déjà longtemps globalisée) vont bien évidemment coûter plus chères !


    Affaire à suivre, donc...

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mer 27 Juil - 11:51

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ?  pensif
    Acte V, scène 6

    Ce n’est très certainement pas le boulot qui actuellement doit manquer (et manquera encore dans les mois et années à venir) au tout nouveau Premier ministre britannique, Madame Theresa May ! mon dieu ! Et il y a fort à parier que cette Dame au courage exemplaire, doit à l’heure actuelle... déjà avoir une idée assez précise de ce que l’expression populaire française "Avoir du pain sur la planche" peut exactement vouloir dire ! clin d'oeil En effet, non seulement certainement confrontée à l’immense déception des 16,1 millions de britanniques qui lors du référendum du 23 juin 2016 avaient voulu continuer de croire en l’Union Européenne en votant contre le Brexit (alors que 17,4 millions de britanniques avaient voté pour) et probablement à celle de plusieurs dizaines (voire peut-être centaines ?) de millions d’habitants des 27 autres pays membres de l’UE qui au total en comptait au 1er janvier 2016 un peu plus de 510 millions (Royaume-Uni compris)... elle doit actuellement également faire face à l’immense déception qui au sein même du Royaume-Uni, concerne les deux nations farouchement pro-européennes que sont l’Ecosse et l’Irlande du Nord. Deux nations qui de par leurs idées pour le moins assez farouchement revendicatrices, et qui en agissant en quelque sorte un peu, comme ce que l’on pourrait bien gentiment appeler des "trouble-fête" au sein même du Royaume, vont très probablement plus ou moins grandement compliquer la tâche (déjà bien assez ardue comme cela) de Madame May, lorsqu’il s’agira pour elle d’officiellement sortir le Royaume-Uni de l’Union Européenne, en invoquant le fameux article 50. Devant l’ampleur de la tâche qui sans nul doute doit déjà fortement occuper la nouvelle Premier ministre Madame May, nous ne pouvons alors que très sincèrement lui souhaiter un : "Très bon courage à vous, Madame le Premier ministre !" top !

    Albatros
    avatar
    geob

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par geob le Ven 29 Juil - 10:04


    Dans le cadre de ta chronique, tu devrais nous dire un mot de cette magnifique, excellente, formidable nouvelle de la nomination de Michel Barnier pour négocier avec les Anglais la sortie du "Brexit" ! Michel Barnier, dont on connait sa ferveur européenne, n'est pas bien vu à Londres, et Junker, en le nommant, envoie ce message que U.E ne s'en laissera pas compter par les desiderata britanniques !!!
    Encore bravo !!!

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Ven 29 Juil - 10:26

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte V, scène 7

    Selon un article publié hier en ligne par Jean-Baptiste Duval, journaliste au "Huffington Post" qui titrait :
    « Pour la presse anglaise, nommer Michel Barnier pour négocier le Brexit est une "déclaration de guerre" »

    Une partie de la presse britannique et des banquiers de la City auraient paraît-il assez mal réagi à la nomination du Français Michel Barnier en tant que négociateur de la commission européenne en charge du Brexit. Toujours selon cet article, dont voici le lien :

    http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/28/brexit-city-michel-barnier-_n_11237174.html

    - En tête de la presse tabloïd, rarement pondérée, The Sun dénonce un "eurocrate anti-britannique".

    - Le Daily Mail parle d'une "nouvelle trahison" de l'Europe.

    - Tandis que le Financial Times, la Bible des affaires, manie l'ironie: "Le fléau de la ville de Londres, le Français qui a voulu réglementer l'industrie des services financiers britannique morceau par morceau, le Commissaire de Bruxelles qui a poussé l'ancien gouverneur de la banque d'Angleterre à se taper la tête contre son bureau est revenu."

    - En 2010, The Telegraph, le quotidien le plus vendu, se demandait s'il n'était pas "L’homme le plus dangereux d’Europe" ?!

    - "Juncker nomme Michel Barnier comme Commissaire de l'UE pour la négociation du Brexit."Difficile de trouver une figure plus anti-britannique, déclaration de guerre." aurait même écrit Tom Newton Dunn, journaliste du Sun !


    Waouh... rien que ça ??!! surpris Han!! surpris
    Ah, ah, ah... sans doute s’agit-il tout simplement d’un brin d’humour à la sauce British ! clin d'oeil mort de rire !                              

    Car pour reprendre une phrase devenue très célèbre d’un spot publicitaire passé en boucle à la TV : « What did you expect (à quoi vous attendiez-vous) ???!!! » question pensif  
    Pourrait-on très ironiquement rétorquer à nos amis les journaleux d’une certaine presse British ! langue
    Euh... à la nomination d’un Commissaire européen qui puisse très facilement dire "Amen" au moindre de vos désirs post-Brexit ?! pensif  
    Non mais... et puis quoi encore ?! mon dieu !

    Par le biais d’un référendum une majorité de Britanniques ont très démocratiquement exprimé le désir de vouloir rapidement quitter l’Union Européenne et, qui plus est... "au milieu du gué !" Par le plus grand des hasards, vous n’oseriez pas de surcroit... avoir la bien singulière et très étrange idée d’espérer négocier le Brexit à votre seul et unique avantage, en tirant de manière éhontée et sans la moindre vergogne, la couverture entièrement de votre côté ???!!! surpris

    En fait d’après le "Huffington Post" :
    "si la nomination du Français Michel Barnier passe aussi mal outre-Manche, c'est parce que la City le connaît déjà très bien. De 2010 à 2014, en tant que Commissaire européen au marché intérieur et aux services, il a hérité du dossier de la régulation des banques anglaises. Il en a gardé l'image d'un "fanatique, que la finance dégoûte"."

    Tiens donc ?!                                   
    Ah, ah, ah... personnellement, j’aurais plutôt tendance à dire qu’il s’agit là d’un immense avantage !  clin d'oeil  

    En poursuivant plus loin l’article de presse du Huffington Post, on peut fort heureusement également y lire :

    - "Heureusement pour Michel Barnier, toute l'Angleterre ne sera pas contre lui. Le Financial Times rappelle que la dernière année de son mandat, en 2014, il s'est montré beaucoup plus chaleureux envers la City, une fois son programme de réformes achevé."

    - L'éditorialiste du Telegraph Ambrose Evans-Pritchard, pro-Brexit militant, a même pris sa défense sur Twitter :
    "Contrairement à beaucoup, je pense que Michel Barnier est un bon choix comme chef du Brexit pour l'UE. Je le connais depuis 15 ans. Relativement anglophile. Une branche d'olivier (symbole de paix, NDLR)."


    Ouf... nous voilà donc enfin un (tout petit) peu rassurés : certains journalistes anglais paraissent tout de même être quelque peu réalistes ! sourire

    Albatros


    Dernière édition par Albatros le Ven 29 Juil - 10:43, édité 2 fois
    avatar
    geob

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par geob le Ven 29 Juil - 10:41


    Oups ! Étourdi que je suis ! J'ai oublié de mettre l'article de Jean Quatremer, correspondant de "Libération" à Bruxelles depuis septembre 1990, spécialiste des questions européennes. Et donc, à priori, on peut lui faire confiance.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Quatremer


    Voici son réconfortant article, très court à lire :

    http://www.liberation.fr/planete/2016/07/27/michel-barnier-un-mister-brexit-bien-peu-anglophile_1468933

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Ven 29 Juil - 10:45

    geob a écrit:
    Dans le cadre de ta chronique, tu devrais nous dire un mot de cette magnifique, excellente, formidable nouvelle de la nomination de Michel Barnier pour négocier avec les Anglais la sortie du "Brexit" ! Michel Barnier, dont on connait sa ferveur européenne, n'est pas bien vu à Londres, et Junker, en le nommant, envoie ce message que U.E ne s'en laissera pas compter par les desiderata britanniques !!!
    Encore bravo !!!

    Ah, ah, ah... une fois n'est pas coutume... quelle parfaite "synchronisation d'idées" entre nous, Geob ?! surpris clin d'oeil rire
    Car au moment même où tu publiais ton message, eh bien... je m'apprêtais à tout simplement publier le mien (message N° 35) !!! gag !

    Pour la petite histoire... j'ai alors balancé mon message avant d'avoir lu le tien.

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Ven 29 Juil - 10:50

    geob a écrit:Oups ! Étourdi que je suis ! J'ai oublié de mettre l'article de Jean Quatremer, correspondant de "Libération" à Bruxelles depuis septembre 1990, spécialiste des questions européennes. Et donc, à priori, on peut lui faire confiance...

    geob a écrit:Voici son réconfortant article, très court à lire...

    Tu vois que finalement... on peut quelquefois arriver à être exactement sur la même longueur d'onde ! clin d'oeil

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Lun 1 Aoû - 8:53

    Faisons aujourd’hui un petit peu relâche dans cette chronique exclusivement dédiée au Brexit, en laissant place une fois n’est pas coutume, à l’humour irlandais ! sourire
    Après tout... Monsieur Boris Johnson qui comme tout le monde le sait à présent, est un très grand "spécialiste" de la courbure des bananes, de la forme des concombres et de la taille des préservatifs (du moins, du temps où il haranguait avec une très grande passion les foules à ce sujet) n’est pas vraiment le seul à me faire rire ! mort de rire !

    Le grand bazar du Brexit a en effet suffisamment inspiré deux humoristes du célèbre trio irlandais "Foil, Arms and Hog" (très populaire en Irlande) pour qu’ils puissent avoir envie de réaliser une vidéo satirique réellement désopilante à son sujet, qu'ils ont intitulé "What The Fuck is Brexit ?"

    Alors, pour celles et ceux qui comme moi sont vraiment sensibles à ce genre d’humour... clin d'oeil
    Voici un lien conduisant à cette vidéo publiée sur dailymotion, par le magazine d'information "Le Point" : http://dai.ly/x4mck7c

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mar 2 Aoû - 8:20

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ?
    Acte V, scène 8

    « Le Brexit hypothèque le projet de brevet européen »
    Titrait hier dans l’un de ses articles diffusé en ligne, le quotidien d’information économique et financière "Les Echos".

    Et hop... une nouvelle assez néfaste et assez importante conséquence (une de plus) du Brexit ! flop !
    Et voici pour celles et ceux que cela intéresse, le lien conduisant à l’article complet :

    http://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/0211175113276-le-brexit-hypotheque-le-projet-de-brevet-europeen-2018158.php#

    Dans l’introduction de cet article, on pouvait y lire ceci :  

    « Le référendum britannique fait planer une menace sur le brevet unitaire européen, censé entrer en vigueur en 2017.

    Cela fait trente ans que les professionnels l'attendent. Tout le dispositif est prêt : les appels à candidatures de personnel closes, les locaux réservés... Mais, à quelques mètres de l'arrivée, le brevet unitaire européen, qui devait entrer en vigueur en 2017, pourrait bien être une victime collatérale du référendum britannique sur le Brexit. »

    « Pour que le brevet européen soit mis en place, son traité doit encore être ratifié par la Grande-Bretagne alors même que la population britannique s'est clairement prononcée contre l'Union européenne », explique Christopher Weber, avocat associé au cabinet spécialisé en propriété intellectuelle Kather Augenstein, à Düsseldorf. Je ne vois pas comment cela serait possible. »


    L’on s’aperçoit donc au fil des jours et des très nombreux articles de presse, que les réelles conséquences de ce Brexit sont non seulement excessivement nombreuses, mais surtout... très majoritairement négatives pour tout le monde, Union Européenne et Royaume-Uni compris. désappointé

    Sans que les partisans du "Out" en aient d'après-moi été tout à fait conscients au moment de prendre leur décision de vote, ce référendum Britannique du 23 juin 2016 semble donc avoir ouvert une énorme « boîte de Pandore » qu’il sera très probablement assez difficile de pouvoir rapidement refermer ! mon dieu !

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Jeu 4 Aoû - 9:42

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ?  pensif
    Acte VI, scène 1

    Travailleuses véritablement infatigables au sein de leur implacable société, les abeilles sont responsables de la pollinisation de plus de 80% des plantes, des fleurs et des fruits de la planète. Tout le monde (ou presque) est donc bien conscient que ne plus du tout les voir dans nos champs, pourrait alors avoir d’irrémédiables et très fâcheuses conséquences pour l’humanité toute entière, puisque les trois quarts des végétaux qui nous nourrissent en dépende ! mon dieu !

    Sachant tout cela depuis bien longtemps... je n’ai pu alors en lisant ce matin un article de la presse en ligne, m’empêcher d’effectuer un très troublant petit parallèle avec le sort qui dans le cadre du Brexit, pourrait assez prochainement être réservé aux consommateurs de fruits et légumes britanniques. Dans la mesure où les dizaines de milliers de travailleurs saisonniers agricoles (qui dans leur immense majorité sont des étrangers) n’auraient ainsi, restriction de la « libre circulation des personnes » oblige... plus vraiment la possibilité de travailler aussi facilement qu’actuellement, en Angleterre !  triste

    Car l’une des principales raisons ayant motivé le vote en faveur du « Out » concernait bien l’apparition d’une assez vive inquiétude au sein même de la population britannique, vis-à-vis de l’actuelle « liberté de circulation des personnes », non ?!  clin d'oeil

    Voyons à présent ce que dans son article en ligne nous disait hier à ce propos, le quotidien d'information « Direct Matin »...    
    *Pour celles et ceux que cela intéresse, voici le lien menant à l'article complet :
    http://www.directmatin.fr/monde/2016-08-03/le-royaume-uni-prive-de-fruits-et-legumes-cause-du-brexit-735667

    « Le Royaume-Uni privé de fruits et légumes à cause du Brexit ? »

    De nombreux producteurs de fruits et légumes s’inquiètent des conséquences du Brexit. Pour eux, il faut un régime adapté pour les travailleurs saisonniers, au risque de voir de nombreux produits de saison disparaître des étalages. Et pour cause, en cas d’activation de l’article 50 qui enclencherait le processus de sortie de l’Union Européenne, les travailleurs saisonniers, étrangers pour l’immense majorité, ne seront plus en mesure de venir au Royaume-Uni. Pour les principaux producteurs de primeurs, le risque est dès lors de voir de nombreuses productions se tourner vers l’étranger.

    « L’industrie risque de fermer »

    Selon les chiffres communiqués par le Guardian, 90% des fruits et légumes britanniques sont cueillis, triés et emballés par 60 à 70.000 travailleurs venus de l’étranger, notamment d’Europe de l’Est. « Si nous n’avons pas la liberté de circulation, et qu’ils ne mettent pas en place un système de permis, alors l’industrie risque de fermer au Royaume-Uni », a notamment déclaré John Shropshire, président de G’s, l’un des principaux producteurs nationaux de légume, qui emploie notamment 2.500 travailleurs saisonniers.

    Pour John Shropshire, « aucun Britannique ne veut d’un emploi saisonnier dans les champs. Ils veulent des contrats longs, et un travail moins exigeant physiquement ».
    À ses yeux « le gouvernement britannique doit décider s’il veut que nous puissions produire des denrées alimentaires ou pas ».


    Un peu plus loin dans ce même article, on peut également y lire ceci :

    Pourtant, les fruits et légumes ne sont pas les seules victimes possibles du Brexit. Le directeur général de la "National Federation of Meat & Food Traders" estime que l’industrie britannique de la viande est, elle aussi, tributaire des travailleurs saisonniers. «On ne peut survivre sans leur apport. Allez dans n’importe quel abattoir, ou dans n’importe quelle usine de transformation, vous verrez que les travailleurs saisonniers polonais ou portugais aident les abatteurs et font le sale travail, comme l’éviscération». »

    A la lecture de cet assez inquiétant article, ne trouvez-vous pas...

    - D'une part, comme un petit air d’une assez troublante ressemblance avec la bien tragique histoire de nos abeilles ?! pensif  

    - Et d'autre part, qu'une aussi triste nouvelle méritait bien un changement d'acte (passer de l'acte V à l'acte VI) dans cette chronique ?! gag !

    Albatros
    avatar
    geob

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par geob le Dim 14 Aoû - 10:26


    Magnifique et sublime geste de Elisa Di Francesca ! Ce n'est pas une française qui aurait osé monter sur le podium olympique avec le drapeau de l'U.E. !!!! Tous les autres sont tellement assommants avec leurs... "p'tits drapeaux", comme le chante Henri Tachan !!!

    https://fr.news.yahoo.com/jo-2016-escrimeuse-italienne-brandit-drapeau-l-ue-143957469.html

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Jeu 18 Aoû - 13:42

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif  

    Flash spécial !


    Une bien incroyable info sous la forme d’un fabuleux Scoop ? surpris                                                                                          
    Ou une calamiteuse intox sous la forme d’une inadmissible fausse rumeur ?
    mon dieu !  

    Si cette rumeur dont nous parle aujourd’hui sur son site en ligne RFI (Radio France International) s’avère être absolument véridique, et non pas une simple intox de très mauvais goût comme le net et les réseaux sociaux savent très souvent si bien en créer... certains Britanniques auraient alors de quoi être profondément ulcérés, tandis que bien d’autres personnes dont je fais partie, seraient tout simplement... Mort de Rire de chez Mort de Rire, à... s’en rouler par terre de RIRE !!! mort de rire ! mort de rire ! mort de rire ! mort de rire ! mort de rire !   

    Car cette vraie-fausse "rumeur-info-intox" (?) actuellement démentie par l’intéressé lui-même, ne consiste ni plus ni moins à nous informer, que l’une des personnalités politiques britanniques par qui le Brexit est arrivé... Monsieur Nigel Farage (cet ancien leader de l’UKIP qui a promptement démissionné peu après  les résultats du référendum connus) chercherait à......... obtenir la nationalité allemande grâce à sa femme, de nationalité germanique ???!!!  surpris Han!! surpris

    Cette affaire serait alors d’autant plus cocasse, que ce très grand europhobe avait le 7 juin 2016 et lors d’une émission diffusée sur la chaîne de télévision ITV consacrée à l’immigration et à l’économie, avancé ses arguments en faveur du Brexit en brandissant son propre passeport sur le plateau TV, tout en affirmant avec la plus grande des fermetés que celui-ci devrait être uniquement britannique et non pas européen ?! clin d'oeil

    Nul doute que les médias se feront dans les très prochains jours...
    L'immense plaisir de nous confirmer ou de nous infirmer cette rumeur pour le moment, disons... assez persistante !
    clin d'oeil

    Voici le lien conduisant vers l’article de RFI (qui nous apprend entre autre, que "Cet été, certains Britanniques n'ont qu'une préoccupation : acquérir une double nationalité.") :
    http://www.rfi.fr/europe/20160818-brexit-britanniques-quete-passeport-europeen

    Et celui-ci conduisant vers un article du site en ligne de la chaîne TV Public Sénat :
    http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/debat-brexit-farage-cameron-croisent-fer-questions-migratoires-economiques-1380299  

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mer 31 Aoû - 9:28

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte VI, scène 2

    A en croire cet article en ligne du quotidien d'information "Le Monde" :

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/08/30/brexit-a-londres-le-gouvernement-profondement-divise-sur-la-strategie-de-sortie_4989598_3214.html

    Avec l’approche du pas si lointain automne, il semblerait que le très célèbre et bien fameux fog londonien soit déjà revenu au-dessus de la capitale anglaise ?! mon dieu !
    Du moins et pour le moment... au-dessus de la classe politique, du Royaume de Sa Très Gracieuse Majesté ! pensif

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Lun 5 Sep - 9:25

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte VI, scène 3

    « Ce week-end, le gouvernement japonais a jeté un froid en publiant, en pleine réunion du G20 en Chine, une possible fuite massive des grands investisseurs japonais établis au Royaume-Uni "si les lois de l'Union cessaient d'être applicables au Royaume-Uni après son retrait". »

    Nous apprend cet article en ligne, du quotidien français d’information économique et financière « Les Échos » :

    http://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/0211255887862-tokyo-menace-londres-dun-exode-dentreprises-post-brexit-2024684.php

    Ceux qui le liront s’apercevront alors que contrairement à ce qu’aimeraient nous faire croire certains, le fait pour un pays d’appartenir à l’UE ne présente certainement pas que des inconvénients ! Et cette récente demande nippone très clairement présentée sous la forme d’une réelle exigence, pourrait très bien ne pas être un cas isolé.

    Via cet exemple japonais, l’article a le mérite de très clairement rappeler (pour celles et ceux qui toutefois l’auraient oublié) que... les groupes manufacturiers, les constructeurs automobiles, les grandes banques, les géants de la pharmacie et certainement bien d’autres investisseurs étrangers qui (pour l’instant) sont (toujours) implantés au Royaume-Uni, n’ont qu’une SEULE et UNIQUE idée en tête (qu’ils présentent même comme étant une condition sine qua none) : le Royaume-Uni post Brexit doit contre vents et marées, absolument pouvoir continuer à bénéficier des actuels accords de libre-échange existant au sein de l'Union Européenne ?! Ce qui semble être assez improbable (du moins sous leur forme actuelle) dès la sortie définitive de ce pays de l’Union Européenne.

    Dans le cas contraire, et le Japon est le premier pays étranger à l’avoir ainsi aussi clairement annoncé, il se pourrait bien que le « Royaume de Sa Très Gracieuse Majesté » ait à faire face à un bien fâcheux et assez massif exode d’entreprises étrangères de son territoire. Et si : « Brexit is Brexit » comme nous l’a assez souvent répété Madame Theresa May, depuis la prise officielle de ses fonctions de Premier ministre du gouvernement britannique. Il parait être assez évident que pour les dirigeants (mais aussi les actionnaires) de ces très nombreuses entreprises étrangères implantées (pour combien de temps encore ?) au Royaume-Uni : « Business is Business » et le sera toujours !  

    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Lun 12 Sep - 9:40

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte VI, scène 4

    Selon cet assez intéressant article en ligne daté d’hier, de RFI (Radio France Internationale) :

    http://www.rfi.fr/europe/20160911-brexit-syndicats-veulent-defendre-droits-salaries-britanniques

    Où l’on pouvait lire ceci, en introduction :

    "La confédération syndicale britannique (TUC) tient à Brighton son Congrès annuel, le premier depuis le vote pour une sortie de l’UE. L’occasion pour sa patronne, Frances O’Grady, d’entrer dans la bataille du Brexit. Première femme à diriger le TUC, elle se dit déterminée à tout faire pour que les négociations du Brexit avec l’Union européenne ne se fassent pas au détriment des intérêts et des droits des salariés."

    Les syndicats britanniques semblent donc également prêts à entrer, dans la fameuse danse du Brexit ! clin d'oeil
    Mais encore bien plus intéressant dans cet article, est d’après-moi... ce que l’on pouvait y lire, en guise de conclusion :

    "« Pas question de devenir le pays des salariés mal payés et précaires à la périphérie de l’Europe », a prévenu Frances O’Grady. Elle souhaite d’ailleurs voir le gouvernement honorer une autre promesse : celle d’inclure les simples salariés au sein des conseils d’administration pour faire revenir les plus grosses sociétés à la réalité alors qu’une étude fraîchement publiée par le TUC révèle que certains patrons gagnent en moins d’une heure ce qu’un salarié moyen reçoit, lui, en un an."

    Une autre façon de dire pour la patronne du "TUC", que dans le sillage du Brexit (qui lors de sa réelle mise en application, sera probablement assez mouvementé) :
    Les problèmes d’ordre "socio-économique" ne devront au Royaume-Uni... certainement pas être mis en veille, ni au rancart pour autant !  

    Albatros
    avatar
    geob

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par geob le Jeu 13 Oct - 10:28


    Même si Albatros ne semble plus voir continuer sa chronique, le "Brexit" n'est toujours pas une affaire qui coule de source. Suivez ce qui se passe chez les britanniques, et vous constaterez que ceux-ci ne sont pas des gens qui baissent les bras facilement, qu'ils regimbent, s'insurgent, bref, de plus en plus comprennent que le "Brexit" est une mauvaise affaire pour eux !

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mar 10 Jan - 11:46

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte VI, scène 5

    Doté d'une formidable et parfois bien incroyable imagination créative quand il s'agit d'oeuvrer dans le domaine de la science, l'être humain semble par contre assez souvent être en réel mal d'inspiration, quand il s'agit de tout simplement agir dans celui du monde "socio-politico-économique" ?! mon dieu !

    Ayant déjà connu moult rebondissements depuis sa genèse, cette bien singulière affaire du Brexit en est pour moi, le parfait exemple. Et c'est en lisant ce matin quelques articles de la presse en ligne, ayant pour (très délicat) sujet celui du Brexit... qu'une bien jolie phrase a alors retenu toute mon attention :

    « Une fois que le génie est sorti, il est impossible de le remettre dans la bouteille. »

    Me paressant être si évocatrice qu'elle m'a à la fois fait sourire et immédiatement séduit, cette phrase est extraite d'un très intéressant texte (rédigé par un membre de la "communauté de contributeurs extérieurs" du nom d'Hamid Bouchikhi, professeur à l'ESSEC) qui est paru hier à la rubrique "Le cercle", du quotidien en ligne "Les Echos". Que les plus intéressé(e)s d'entre vous, pourront retrouver ici :

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-164692-le-genie-ne-rentre-jamais-dans-la-bouteille-ou-pourquoi-le-brexit-est-plus-facile-a-voter-qua-faire-2055641.php

    Et dont voici d'assez pertinents extraits (dont le "petit dernier" me paraît être pour le moins assez déroutant) :

    « Quel que soit le côté duquel on se trouve sur la question du Brexit et sur le bien-fondé du projet européen, la dure vérité est qu'il est impossible d'effacer ou d'inverser l'histoire, afin de restaurer le Royaume-Uni à l'état où il était avant de rejoindre, en 1973, ce qui était alors connu sous le nom de Communauté Economique Européenne. Une fois que le génie est sorti, il est impossible de le remettre dans la bouteille. »

    « Pour le bien ou pour le mal, la Grande-Bretagne a développé des liens forts, dans de multiples domaines, avec le continent au cours des quatre dernières décennies.
    Défaire ces liens sera un chantier titanesque et peut endommager gravement le Royaume-Uni et l'Europe. »


    « Mme May et ses collègues du gouvernement voudraient nous faire croire qu'ils ont un plan pour le Brexit et ne peuvent pas le communiquer au parlement britannique, de peur que la divulgation publique affaiblisse leur position de négociation. Une autre hypothèse, peut-être plus proche de la vérité, serait que Mme May est consciente du dilemme dans lequel elle se trouve et n'a pas encore la moindre idée de la façon de s'en sortir. Si tel était le cas, Mme May ne pourrait de toute façon pas l'admettre, car les gens aiment croire que leurs dirigeants savent et ont des plans même quand ils n'en ont pas. »

    Bonne lecture...
    Albatros

    Albatros

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Albatros le Mer 11 Jan - 10:28

    "To be, or not to be for... the "Brexit" ? pensif
    Acte VI, scène 6

    « Brexit : Theresa May sait-elle seulement ce qu’elle veut ? »

    Ce titre d'un article (du 7 janvier 2017) publié en ligne après avoir été rédigé par une journaliste de l'hebomadaire "L'Obs" pourrait bien déjà, nous laisser songeur ?! pensif Sans parler de son introduction qui aurait de quoi nous laisser quelque peu inquiets :

    « A trois mois de l'ouverture des négociations avec Bruxelles sur l'avenir des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, la Première ministre britannique semble n'avoir toujours pas établi de stratégie de sortie. »

    Une inquiétude qui d'ailleurs pourrait bien très rapidement devenir grandissante, dès la lecture des premières lignes :

    « Arguments infondés", "raisonnement confus", "manque d’expérience" en matière de négociation : l’état des lieux dressé par l’ambassadeur britannique à Bruxelles Ivan Rogers dans sa lettre de démission rhabille pour l’hiver la nouvelle locataire du 10 Downing Street. »

    Puisque l'on y apprend avec stupeur, ce que l'ambassadeur britannique à Bruxelles "Ivan Rogers" qui vient tout juste de démissionner (cela commence réellement à faire beaucoup de démissions chez nos amis britanniques, depuis le 23 juin 2016) pense réellement de Madame Theresa May ?! surpris  

    Quant à la conclusion de ce même article... elle pourrait bien laisser sacrément dubitatifs un certain nombre d'Européens, tout en étant capable de commencer à leur nous donner de terribles frissons dans le dos :

    « Theresa May a-t-elle oui ou non une stratégie ? "Non" répond à "l'Obs" sans hésitation Denis MacShane, ancien ministre des Affaires européennes travailliste. "Elle est piégée. May est sobrement pro-euroépenne. Elle n'était pas favorable à une sortie de l'Union européenne, sans avoir jamais été fanatiquement partisane de l'Europe. Aujourd'hui, elle n'arrive pas à interpréter le vote du 23 juin et elle est terrifiée par les eurosceptiques de son parti et de Ukip" estime-t-il.

    Selon lui, elle serait en vérité partisane d'une sortie politique de l'UE en remettant à plus tard la sortie économique. Mais cette Première ministre qui a déjà gagné en quelques mois la réputation de vouloir tout contrôler sans savoir trancher, n'oserait pas le dire. »


    Voici (comme d'hab) le lien permettant à celles et ceux qui seraient réellement intéressé(e)s de lire l'article dans son intégralité :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170106.OBS3482/brexit-theresa-may-sait-elle-seulement-ce-qu-elle-veut.html

    Avec ou sans nouvelle(s) plus ou moins fracassante(s) démission(s) ?! mon dieu !
    La suite du roman-feuilleton (prenant de plus en plus l'allure d'un véritable roman-fleuve) au prochain épisode... clin d'oeil

    Albatros

    lahaut

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par lahaut le Mer 11 Jan - 10:49

    Dehors les rosbeefs ..... j'étais super content quand ils ont voté pour quitter l'Europe !! .... Une pensée pour notre Napoléon nationale qui a combattu ces censuré hélas sans trop de succés !! triste
    Vive l'Europe sans ces connards d'anglais !!
    La vache folle, ce sont eux !
    les Beatles, ce sont eux !!
    les hoolligans, ce sont eux !!
    le pudding dégueu ,ce sont eux !!
    les gelées infectes servies au petit dej. ce sont eux !!
    Les spices girls, ce sont eux !!
    La famille royale, ce sont eux !!

    Ils se boutent eux même hors de l'Europe , alleluia ...qu'ils gardent leurs cochonneries et rebouchons le tunnel sous la manche mais avant .... renvoyons leur Jane Birkin !!!!

    Contenu sponsorisé

    Re: To be, or not to be for... the "Brexit" ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 3:00