Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Partagez
    avatar
    geob

    Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par geob le Dim 11 Oct - 15:46

    Cher ami, puisque nous sommes entre deux voyages, il est temps pour nous de s'interroger sur l'état du monde. Tenez, hier, j'ai rencontré notre connaissance commune qui vitupère contre la Suisse, à propos de l'arrestation de Roman Polanski.- Allons donc !
    - Oui, lui qui avait applaudi à l'arrestation de Pinochet à Londres, il renâcle parce que, dit-il, mettre en taule un type de 76 ans parce qu'il a eu des relations sexuelles avec une mineure, il y a 30 ans de cela, et que cette victime abandonne les poursuites et demande à ce que l'on n'en parle plus, à ce que l'on la laisse tranquille, sans compter qu'il avait fait 45 jours de prison et indemniser la dite victime de plus de 500 000 dollards. Ah c'est trop facile ! Ce n'est pas à la victime de décider ce que doit être la marche inexorable de la justice.
    - Parfaitement ! Pour Battisti, soupçonné de crime de sang, il y a vingt ans, c'est exactement pareil ! Et puis, notre ami a aussi applaudi à l'arrestation de Klaus Barbie, même 50 ans plus tard ! Mais vous savez ce qu'il a osé me dire ?
    - Non !
    - Mettre sur le même plan ce qu'a fait Polanski avec Pinochet, Battisti, Barbie, c'est une monstruosité ahurissante ! Pour notre ami, une société qui ne sait plus discriminer, comprendre, réaliser le degré de gravité ou non d'un acte, et qui décide que tout est égal et que tout se vaut, est une société qui ne fabrique plus des citoyens capables de penser par eux mêmes, mais des citoyens qui ne se pensent que dans leurs fonctions de consommateurs occupés rien qu'à leur bien être.
    - Effarant ! Le pire, à propos de cette jeune fille américaine, notre ami a eu le toupet de me demander pourquoi personne n'a évoqué sa mère qui a accepté de l'envoyer, toute seule, dans une villa hollywoodienne faire des photos avec ce cinéaste ! C'est pourquoi il a été satisfait de lire dans Libération, l'article d'une écrivaine, Simone...machin chose, j'ai oublié son nom, qui écrit carrément que l'on doit protéger les jeunes filles de leurs mères et non de Roman Polanski. Parce que cette mère, mannequin raté, a voulu réussir par procuration ! En plus, cette adolescente avait déjà eu des relations sexuelles avec son petit ami, apprend-on autre part. Et alors ? La loi est la loi, elle dit qu'elle est mineure, donc c'est un délit ! Nous vivons dans un monde parfait, où nous n'avons plus à réfléchir sur un acte répréhensible, la loi réfléchit pour nous !
    - Bravo ! Le comble, notre ami commun m'a demandé pourquoi je ne suis pas scandalisé par le fait qu'en Inde, au Pakistan, et d'autres pays, on oblige des petites filles de dix ans à se marier avec des hommes de 30, 40 ans, voir plus !
    - Mais c'est leurs traditions, leurs lois à eux ! Décidément, il ne veut rien respecter, notre ami ! Heureusement que nous, nous avons compris que nous vivons dans un monde parfait ! Vivement que je prenne l'avion pour ne plus rencontrer notre ami commun qui ne comprendra jamais que ce qu'a commis Polanski est aussi grave que la dictature de Pinochet !
    - Et j'ajouterai aussi grave que la Shoah ! Polanski est un monstre qui doit payer !
    - Bravo ! les Etatsuniens ont raison de ne pas rendre cet acte imprescriptible, pas comme chez nous, en France, où nous avons besoin d'une restauration morale !
    - Nous sommes d'accord : dura lex sed lex !


    Petit commentaire
    En écrivant ce dialogue, je voyais deux personnages autour d'un guéridon, sur lequel reposaient deux ballons de rouges, en train de discourir sur l'actualité, comme on le voyait dans "Charlie Hebdo" avant Philippe Val. Les deux personnes représentent la vox populi, donc ils ne reflètent pas ce que je pense, en revanche on peut me trouver un petit peu dans "notre connaissance commune", qui intègre aussi les propos de Alain Finkelkraut auxquels je souscris à 100 %. Quand un personnage dit que l'affaire Battisti, poursuivi par la justice italienne pour un crime de sang depuis plus de vingt ans, est "du pareil au même" avec celle du cinéaste, je ne fais que reprendre les propos de Yves Michaud, philosophe (!) - aussi pour la comparaison avec Pinochet ! On trouvera peut être exagéré que, puisque l'amalgame semble être le socle de la pensée d'aujourd'hui, je fais évoquer la Shoa. Exagéré ? En tous les cas, ce n'est pas de mon fait ; souvenez-vous des propos de la mère de ce fils massacré par ce qu'on a surnommé "le gang des barbares", qu'a-t-elle crié après l'énoncé du verdict qu'elle trouvait honteux ? Textuellement : "c'est la Shoa qui recommence !" Bien sûr, une mère qui perd son enfant dans des conditions aussi atroces exprime sa douleur, mais en tant que juive elle se devait de ne pas participer à la banalisation de ce crime à l'échelle industrielle, cette monstruosité qu'on ne doit pas oublier, jamais. Comment a réagi Julos Beaucarne quand sa femme a été sauvagement assasinée ? En écrivant une lettre bouleversante, que Claude Nougaro dit dans un enregistrement, tant la grandeur d'âme de cet homme avait ému, frappé l'opinion à cette époque. Voici donc les effets de l'amalgame : on réduit tout au même niveau, ce qui permet de banaliser l'effroyable ! En parlant de Julos Beaucarne, je ne fais que montrer que devant un drame les gens ne réagissent pas de la même façon, que la grandeur d'âme n'est pas donnée à tout le monde, ni à moi, et que toutes les douleurs sont respectables.
    En ce qui concerne le manque d'intérêt du rôle de la mère de cette jeune fille américaine, cela m'a toujours frappé. C'est pourquoi j'ai été agréablement surpris de lire cet article...écrit par une femme !


    http://www.liberation.fr/cinema/0101595269-le-desir-la-jeune-fille-et-la-mere

    lahaut

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par lahaut le Dim 11 Oct - 19:58

    Sujet grave mais je pense que tout crime ou délit doit être jugé selon que l'on est puissant ou non , riche ou pauvre même si cela s'est déroulé il y a bien longtemps !!(en ce moment certains politiques y échappent grâce aux lois d'amnisties !)
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par Dolma le Mar 13 Oct - 9:39

    Si Polanski s'appelait Tartanpion, ça fait belle lurette que les juges auraient enfoui le dossier au 150e sous-sol de leur bureau, mais se faire un peu de pub, ça ne peut que faire du bien, alors ils y vont à donf !

    Ressortir 30 ans après une affaire classée par la mère et la fille c'est juste un peu étrange.

    Dolma
    avatar
    geob

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par geob le Mar 13 Oct - 15:53

    http://univerval.free.fr/beaucarne.htm
    En cliquant sur ce lien, vous découvrirez la lettre de Julos Beaucarne, sa réaction devant l'effroyable meurtre de sa femme.
    avatar
    tcvoyageur

    Localisation : Lyon

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par tcvoyageur le Mar 13 Oct - 23:12

    En voilà un post intéressant !!!

    Geob, heureusement que tu as ajouté ton commentaire. Ne te connaissant pas très bien, je ne savais pas à quel degré prendre tes écrits.

    Voilà mes réactions (en reprenant des extraits d'écrits de chacun)
    geob a écrit:devant un drame les gens ne réagissent pas de la même façon
    100% d'accord !
    Le problème est qu'en France, chacun veut réagir sur tout. On a donc tendance à laisser parler tout le monde sur n'importe quel sujet et trop souvent hélas même lorsque les "parleurs" ne connaissent rien au sujet (ou juste une partie d'information qui sortie du contexte en change totalement la substance).

    La plupart des media (généralistes) en sont d'ailleurs les principaux responsables en lançant une information étudiée par le petit bout de la lorgnette. Nous ne sommes absolument pas dans un monde d'informations, mais de désinformation.
    Les discussions de comptoir ne me gênent pas, sauf quand elles sont télévisées et diffusées au travers d'émissions qui se veulent culturelles rendant leur contenu officiel ou réel.

    Mais revenons à ce qui nous intéresse. Ce n'est pas l'affaire Polanski qui a de l'intérêt. C'est la manière dont elle a été traitée (entendez par là "déformée" et "diffusée") par les journalistes et une cohorte de "bien pensants" de notre cher pays...A la fin, tout français ayant entendu un bout d'information (celui qu'on a bien voulu lui donner) a désormais son avis sur la question et le transmet aux autres par tous les moyens qui lui sont donnés. Et l'information (la rumeur devrais-je écrire ) circule d'un interlocuteur à l'autre (modifiée au fur et à mesure).

    Quand j'étais enfant, on appelait ce jeu, le "téléphone arabe". Il y a cependant une différence de taille. Dans mon jeu, l'information était petit à petit transformée et la réelle différence se faisait sentir après plusieurs transmissions. De nos jours, lorsque l'information est diffusée pour la première fois (par les media), elle est déjà tronquée ou déformée.

    Par exemple, Dolma (ne m'en veux pas ), mais j'ai relevé des erreurs dans ce que tu as écrit
    Dolma a écrit:Ressortir 30 ans après une affaire classée par la mère et la fille c'est juste un peu étrange
    1) L'affaire n'est pas ressortie 30 ans après (à part dans les media ). Son instruction continue depuis le début et Roman Polanski se sachant sous un mandat d'arrêt américain évite soigneusement de retourner aux Etats-Unis (même pour y récupérer en 2003 l'Oscar qu'il venait de remporter pour "Le Pianiste")

    2) La mère et sa fille n'ont pas "classé" l'affaire (elles ne le peuvent pas). Et si une fille "violée dans son enfance" souhaitait que la plainte soit retirée et préférerait qu'on ne parle plus de cette histoire 30 ans après, c'est peut-être aussi parce qu'elle a énormément souffert des suites de l'affaire à l'époque et aurait préféré que toute cette histoire ne lui revienne pas en pleine figure, qu'elle ne soit pas obligée de retourner témoigner, etc...
    Cela ne signifie pas pour autant qu'elle ait pardonné (contrairement à tout ce que j'ai pu entendre ici et là).
    J'ai d'ailleurs parcouru un article de presse dont le titre racoleur était "...Je n'ai pas de rancoeur envers lui...". Si l'on se fatigue à lire l'intégralité de l'article, on découvre que la phrase complète est "Je n'ai pas de rancoeur envers lui, ni aucune sympathie non plus. C'est un étranger pour moi..." Voilà ce qui fait notamment partie de ce que j'appelle la désinformation.

    lahaut a écrit:Sujet grave mais je pense que tout crime ou délit doit être jugé selon que l'on est puissant ou non , riche ou pauvre même si cela s'est déroulé il y a bien longtemps !!
    Je pense (mais je peux me tromper) que tu as écrit l'inverse de ce que tu voulais dire.

    A mon avis, tu voulais dire quelque chose du style "...tout crime ou délit doit être jugé que l'on soit puissant ou non...", souhaitant que tout le monde soit égal devant la justice (et qu'il n'y ait pas de privilèges).
    Tu as écrit l'inverse, présentant (à tort je suppose) comme un souhait ce que Jean de la Fontaine critiquait dans "Les Animaux malades de la Peste"
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir


    Effectivement, on se rend compte que nous ne sommes pas (toujours) égaux devant la loi et que l'argent ou la célébrité de l'accusé génèrent souvent une réaction (parfois favorable, d'autres fois défavorable) de la part des magistrats.

    Et si Dolma a raison en supposant que l'acharnement des juges est liée à la personnalité de l'accusé
    Dolma a écrit:Si Polanski s'appelait Tartanpion, ça fait belle lurette que les juges auraient enfoui le dossier au 150e sous-sol de leur bureau!
    on peut aussi se dire que peu d'accusés auraient pu proposer il y a 30 ans, 500 000 dollars de dédommagement à la famille pour qu'elle retire sa plainte pour viol. Je ne suis pas choqué que les magistrats de l'époque aient refusé que ce deal puisse clore un tel dossier.

    lahaut a écrit:(en ce moment certains politiques y échappent grâce aux lois d'amnisties !)
    C'est bien possible, mais on se trouve également avec des politiques qu'on dénigre ou qu'on calomnie pour des faits (non répréhensibles au regard de la loi) qui n'auraient fait réagir personne s'ils avaient été le fait de Monsieur Tout le monde.

    L'égalité n'existe pas...et c'est tant mieux. Mais s'il pouvait y avoir un peu d'équité dans ce monde, ce serait merveilleux....

    PS : Je n'ai pas cité toutes les sources (presse écrite, nombreux articles en français et en anglais, émissions de télé et pas seulement les journaux télévisés..) des affirmations que j'ai écrites.
    Mais Internet est un magnifique outil. Vous pourrez vous-même tout retrouver et vous forger votre propre avis (ajoutez y les forums pour voir comment chacun de nous traite l'information qu'il a eue à sa disposition)


    _________________
    Thierry

    "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Et bien tant pis, je n'ai donc pas d'avenir
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par Dolma le Jeu 15 Oct - 10:06

    Un entretien aujourd'hui dans le Nouvel Obs (Bibliobs) avec Yasmina Reza sur cette affaire...
    Il me semble que ses propos sont sages, tout simplement.

    Dolma


    Dernière édition par Dolma le Jeu 15 Oct - 15:32, édité 1 fois
    avatar
    geob

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par geob le Jeu 15 Oct - 15:24

    http://bibliobs.nouvelobs.com/20091014/15279/yasmina-reza-ce-que-je-sais-de-polanski#
    Voici le lien de l'article signalé par Dolma. Pour ma part, je n'ai plus rien à rajouter, à part le fait que lorsque Dolma signale le désir des deux femmes d'abandonner les poursuites, elle n'évoquait bien sûr que le sentiment personnel de ces femmes.
    avatar
    geob

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par geob le Mar 13 Juil - 16:11

    Voilà une bonne nouvelle : la justice suisse n'est pas aux ordres des Etats Unis ! La raison a fini par l'emporter, Roman Polanski est libre de ses mouvements - et sa victime doit être aussi soulagée, elle qui ne veut plus entendre parler de cette histoire !
    Mais les étatsuniens continueront à vouloir le conduire une nouvelle fois devant un tribunal, même si Polanski arrive à l'âge de 100 ans, quelque que soit le juge qui sera élu et trop intéressé à soigner sa publicité.
    C'est très instructif de voir les Etatsunis s'ériger en représent de l'ordre moral, de la justice inébranlable. Il y a une dizaine d'années, un pilote étatsunien, suite à un stupide pari, a sectionné le cable d'un téléphérique en Italie. Résultat : une dizaine de morts ! L'Italie a voulu juger ce crime, mais les étatsuniens se sont vite empressés d'exfiltrer leur pilote qui vit, bien sûr, tranquillement aux Etats Unis !
    Bah ! Ce n'est pas une dizaine d'italiens qui vont déranger ce grand pays !

    Contenu sponsorisé

    Re: Dura lex sed lex, ou le discours sur un monde parfait.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 20 Fév - 14:12