Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Quelle galère parfois...

    Partagez
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Lilie le Mer 5 Mai - 2:34

    En avance, puis a la bourre... c'est l'intention:

    Нет повода не выпить

    Slainte!

    Lilie
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par mamina le Jeu 20 Mai - 0:32

    Quelqu'un a des nouvelles de notre Adeline ?
    Si tu te connectes, fais un petit coucou !
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Lilie le Jeu 20 Mai - 12:09

    Je l'ai apercue connectee quelques fois sur le village d'en face depuis qu'elle est partie.

    Lilie
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par bardak le Lun 24 Mai - 12:31

    Salut tout le monde...

    Je reviens juste de ma petite expédition provinciale alors je me suis dit justement que ce serait cool de venir faire un petit coucou par ici. Je suis rentrée hier soir après 30 heures de train, alors aujourd'hui, j'avais rien envie de faire. Juste me poser, regarder mes mails, écrire un peu ou beaucoup, tranquillement installée dans un café sympa. Plus tard y a plein d'étrangers qui vont squatter ce café, mais à cette heure là, y a que des russes et c'est chouette.

    Et puis finalement, j'ai ouvert ma boite mail et ça m'a gonflé. Je me suis complètement déconnectée pendant deux semaines et c'était vraiment chouette, j'ai pas tellement envie de replonger tout de suite dans le quotidien. Alors, j'ai refermé aussitôt la page et je me suis dit que j'allais plutôt venir me balader par ici.

    Je suis un peu triste d'être rentrée de tout là-bas. Après la Kalmoukie, sa steppe, ses bouddhas et son charmant marionettiste qui a fait fondre mon coeur, après Volgograd, ville grise construite entièrement pour la grande gloire de l'URSS, après Astrakhan, son petit centre charmant, tellement rare en Russie, et surtout cette magnifique Volga dont je ne me lasse pas... Moscou m'apparaît bien fade avec sa réalité tellement moscovite.

    Ah, oui alors, c'était chouette cette petite expédition... un peu court mais tellement magnifique. Mais c'est pas grave, je sais que je vais y retourner. Je suis tombée amoureuse d'Astrakhan et, dès le deuxième soir, installée tranquillement sur un banc, en admirant le coucher du soleil sur la Volga, j'ai soudain eu l'impression que je ne pourrais jamais être heureuse ailleurs qu'ici. C'était presque suffocant comme sentiment. Il y avait un truc qui m'avait saisi soudain et qui s'insinuait en moi. Je pensais à ma vie et je savais que c'était ici qu'il fallait que je la continue. Sur ce petit morceau russe, perdu au milieu du delta de la Volga, dans ce petit endroit plein de moustiques et d'humidité, dans ce lieu qui sans raison avait fait chavirer mon coeur. Les chances que je m'y installe un jour sont assez maigres, mais peu importe. J'ai laissé beaucoup de moi là-bas, et je sais qu'un jour je prendrai le temps d'aller rechercher ces petits morceaux d'âme que j'ai abandonnés en chemin.

    Je quitte la Russie dans un peu moins de six jours... et je ne suis pas sûre que je vais pouvoir me faire au retour. Tu avais raison Lilie, parfois c'est vraiment dur de rentrer... A l'idée du départ, j'ai l'impression que je pars en exil... faudra bien que je m'y fasse cependant. En attendant de repartir, j'écrirai... en russe, c'est ma nouvelle lubie. On n'a pas les bons mots en français pour tout dire.

    Pff, et voilà, je tombe encore dans la mélancolie... mais j'y peux rien... c'est ce pays qui me donne toujours envie de pleurer... parce qu'il a tout pour qu'on le déteste et que pourtant, je ne peux m'empêcher de l'aimer... profondément.

    Bref, voilà, c'était juste un p'tit coucou et l'occasion de sortir un petit peu tout ce qui bouillonne en moi... j'ai le clavier qui me démange, comme d'habitude quand je suis en Russie. Je vais quand même profiter de mes derniers jours à Moscou, même si je suis bien loin, ici, de la Russie que j'aime... et je reviendrai, parce que quoi que je fasse, il y aura toujours quelque chose ici que je n'arrive pas à trouver ailleurs...


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Lilie le Lun 24 Mai - 12:57

    Petite reponse rapide entre deux taches au bureau:

    Ah!... ces bouts de terre!...

    Profite des 6 jours a venir sans penser au 7eme.

    Lilie
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Invité le Lun 24 Mai - 15:20

    Salut Adeline,

    Tu es comme Pouchkine, l’exil te va bien et devient ta source d’inspiration. Je retrouve la même élégance et le même romantisme.
    Peut-être es tu Maria Ivanovna ? Peut-être y a-t-il dans ce pays qui t’agrippe un Griniov qui attend ?
    Six jours à Moscou c’est aussi la Russie, tu as de la chance non ?
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par bardak le Lun 24 Mai - 16:20

    Ouais, j'ai de la chance. C'est vrai que c'est aussi la Russie et que je suis heureuse d'être ici. J'ai juste un peu de mal à atterrir, ou plutôt à quitter le train. J'ai les jambes un peu engourdies après 30 heures assises à regarder le monde avancer. Il faut que je me secoue, que je me réveille et que je m'active...

    Et puis, c'est pas si mal Moscou. Très moscovite...c'est tout. Mais en creusant un peu, on se retrouve vite dans la Russie profonde, même ici.

    Quoiqu'il en soit, même en passant dix fois par jour devant, il y a des choses ici qui me font toujours des frissons.



    Alors, je crois que je vais aller planter ma tente sur la place rouge et profiter encore de ces derniers instants dans le coin... Il faut juste que le service de sécurité du Kremlin ne me déloge pas brutalement... et que le FSB me fiche la paix... déjà qu'ils m'ont empêché d'atteindre la Caspienne, sont pas romantiques pour deux sous ceux là!


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Invité le Lun 24 Mai - 17:54

    Les chances que je m'y installe un jour sont assez maigres,
    Ouh la, ne sous-estime pas la capacité qu'ont certains rêves à se faire réalité !
    Quand tu rencontres un endroit, il arrive qu'il te rencontre également et se mette alors à tisser, de son côté, des voies possibles, des voies étonnamment faciles...
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par bardak le Mar 25 Mai - 15:38

    Je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est étrange comme parfois les choses s'ordonnent d'une façon qu'on ne croyait pas possible. Il suffit parfois d'être juste là où on doit être pour que tout s'éclaire et que tout s'arrange, avec une facilité effectivement déconcertante. Je verrai bien ce qui se passera dans l'avenir.


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par bardak le Dim 30 Mai - 3:32

    Et voilà, je suis rentrée à Paris et malgré moi, je retrouve mes habitudes d'insomniaque... comme une voix qui murmurerait que je ne pourrais jamais trouver le sommeil tant que je serai loin de là-bas...

    J'ai le regard brouillé, les yeux pleins de larmes... on dit qu'il faut partir pour revenir... mouvement pérpetuel que j'aimerais bien parfois arrêter, pour être là où j'ai envie d'être, au moment où j'ai envie de l'être.

    Alors ce soir, hors de question d'aller me coucher... bien qu'il soit 5h30 du matin à Moscou... parce que cette journée a commencé là-bas, et que tant qu'elle ne se finira pas, je serai toujours un peu en Russie...si je ferme les yeux, je m'éveille à Paris, tant que je ne les ferme pas, la journée a commencé à Moscou.

    ô temps, suspends ton vol, disait le poète... parfois je souhaiterais juste que la terre suspende sa rotation... que le monde suspende ses bruits, que la vie soudain s'interrompe et que d'un moment trop court, on puisse faire une éternité...


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque

    Contenu sponsorisé

    Re: Quelle galère parfois...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 22:06