Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Vovonne

    Partagez
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 3 Mai - 12:20

    Bonjour,

    Je suis Yvonne, mais tout le monde m’appele Vovonne. Parfois ça me gêne quand mon mari crie du fond du jardin et qu’on peut entendre : « Viens Vovonne » on dirait qu’il dit : »Viens Bobonne ».
    Ca fait rien, c’est quand même pas grave.

    J’ai un ordinateur depuis deux mois. C’est mes fils qui me l’ont offert pour qu’on soit plus ensemble. Ils habitent à Paris et ne viennent plus nous voir. Avec l’ordinateur, ils disent qu’on peut voir les petits-enfants grandir en regardant les photos. L’ainé des fils est venu un week-end entier pour que j’apprenne à m’en servir. Leur père, y veut pas en entendre parler.
    J’ai tout écrit les explications dans un carnet à ressort dont j’ai tout un stock parce que ça coutait deux euros les dix chez Aldi.
    Je sais lire le courrier en appuyant sur la bonne touche (je préfère quand c’est Bruno le facteur qui m’apporte des vraies lettres en papier et les publicités de chez Atac) et je sais chercher des choses sur Gogol.

    J’ai tapé voyage étrange et comme il y avait beaucoup de choix, au hazard je suis arrivée ici.
    J’ai lu, j’aime bien lire même si restée assise longtemps me fait mal au dos. J’avais demandé voyage étrange à cause d’un rêve.
    Ici, tout le monde voyage. Moi aussi je suis allée au gouffre de Padirac avec le club, j’ai bien aimé même si il y avait trop de marches.

    Excusez moi d’écrire longtemps surtout que je fais beaucoup de faute. Je suis pas beaucoup allée à l’école, c’est pour ça.
    J’écris chez les invités parce que sinon il faut donner un mot de passe et mes fils ont dit : « c’est con-fi-den-tiel , tu dois donner à personne et t’en rappeler toujours ». C’est pas difficile de s’en rappeler toujours, c’est le nom de mon chat. Félinxe est un matou très placide. J’ai mélangé le nom de Félix mon mari avec le linxe qui est comme lui un grand chasseur. Ce que j’aime pas avec mon chat c’est quand il rentre la nuit et croque sur la descente de lit un mulot. Les os qui éclatent me réveille chaque fois et si je fais pas attention je marche le matin sur l’arrière-train du mulot parce que le chat ne le mange jamais. Ca fait une tâche de sang malepropre sur la descente de lit.

    Il faut que j’aille nourrir les bêtes et je vois que je ne me suis pas encore présenté. Je reviendrai à un autre moment parce qu’il faut aussi que j’éclaircisse les salades qui poussent trop vite.

    Vovonne
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 3 Mai - 15:04

    Je dois me présenter. J’ai 72 ans et je suis pas grande en taille. La coiffeuse qui vient à la maison m’a coupé les cheveux mais comme elle fait d’habitude que les coupes hommes, c’est pas beau. Ca m’a couté comme les coupes homme : 12 euros. J’ai acheté chez Aldi une couleur chatain et finalement c’est pas une bonne idée parce que mes cheveux poussent vite comme des radis, en quinze jours, et j’ai des racines comme un casque de chantier. Félix dit que l’ordinateur m’a tourné la tête, que j’étais mieux avec mon chignon blanc et que le type Gogol de l’ordinateur n’est pas malin de donner des envies de jeunesse dès qu’on regarde les choses de la mode. De toute façon Félix c’est pas un dieu des compliments mais là c’est drôle parce que ça faisait longtemps qu’il m’avait pas regardé et dit quelque chose sur moi.

    J’habite un vrai village qui ressemble à votre faux village en haut de l’écran avec les mêmes toits d’ardoise sauf qu’il y a pas des montagnes mais des champs de colza. Avant il y avait pas de colza mais maintenant tout le monde en fait c’est pour les bio-carburants. Nous ont faisait de l’avoine et du blé c’était moins jaune et ça servait pas à faire rouler les voitures.
    Je suis à la retraite mais j’ai gardé quelques poules et lapins. Ca m’occupe. J’ai pas changé les clapiers des lapins parce que j’écris ici et je sais que je me le reproche alors c’est pas la peine de me dire que je perds mon temps. Du temps j’en ai jamais eu parce qu’il fallait travailler dur pour élever nos garçons. Pas un qui a voulu l’exploitation. On a loué nos champs et on reste à la ferme.

    J’ai vu que les faux noms des gens qui écrivent dans votre village s’appellent des pseudos, je vois pas bien à quoi ça sert parce que celle qui s’appelle en faux Wapiti les gens disent Frédérique. Celui qui en faux s’appelle Lahaut c’est en vrai Renaud et tout comme ça. Dans mon village les gens ont pas des pseudos, ils ont des surnoms. Un peu comme moi Yvonne je suis devenue Vovonne.
    Y’a par exemple le Gouteur d’eau, c’est Jules. Il est bien vieux maintenant, c’est lui qui donnait l’emplacement des sources. Y’a le Willy, c’est un surnom à la mode et on l’a toujours appelé comme ça parce qu’il a un tracteur John Deer alors ça fait américain. Son vrai prénom c’est Bastien. Y’a Baratte aussi, c’est Madeleine et comme elle est costaud depuis petite, elle a eu ce nom quand elle était enfant et c’est resté.
    Notre village est devenu un village de vieilles gens , pas comme celui-là.
    On se querelle mais c’est parce qu’on se connait depuis nos aurores. Nos aurores, ça fait des lustres. Un lustre, faut dire que c’est pas un plafonnier, c’est un temps de cinq ans entre deux recensements autrefois. C’est Monsieur le Maire qui est un érudit qui nous a appris ça au dernier conseil.

    Je crois que pour rester ici il faut avoir été dans d’autres pays et le raconter avec des photos alors je sais pas si on va me dire de plus écrire.
    Mes fils ont voyagé avec leurs femmes dans beaucoup d’endroits comme à Bali, c’est très loin et en Mongolie, c’est plus à droite sur la carte et encore en haut de la carte en Islande là ou un volcan a fait de la fumée et tout d’un coup plus de fumée. Nous avec le club on va aller en Juin en Arles et c’est en France alors ça va pas pour vous.

    Pour le mot de passe confidentiel ça me fait penser que le facteur m’a apporté une lettre de la Redoute avec un tampon rouge « pli confidentiel », j’ai sûrement gagné le droit de participer au grand tirage alors je vais voir.../...
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Lun 3 Mai - 15:35

    Qu'est-ce que je suis contente Vovonne que tu sois venue habiter au village....
    D'abord parce-que comme ça je ne suis plus la plus vieille ensuite parce-que t'as l'air plutôt sympa et j'aime bien ta façon de raconter ta vie !
    Avant, on avait une copine qui venait souvent nous voir ici, plus jeune que toi (excuse !) mais qui habitait comme toi au milieu des colzas, au milieu des toits d'ardoises et sa fille avait quelques animaux genre chat, lapins etc.... hé bien, tu vas la remplacer ! Sa maison est libre, va y'avoir du ménage à faire car la poussière s'y est mis.
    Tu vas la lui garder en attendant son retour et p'tête même que vous vous entendrez bien !
    Gros bisous Vovonne, tes fils ont eu une super bonne idée !!!
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Lun 3 Mai - 17:23

    C'est gentil de nous rendre visite, Vovonne, et de nous raconter un peu ta vie, ton village...
    Merci. Et sois la bienvenue parmi nous.

    Et tu sais, ton voyage en Arles, c'est bien aussi.
    Il n'y a parfois pas besoin d'aller loin pour voyager,
    pas besoin de chercher trop loin pour trouver un petit village sympa où poser ses net-valises...


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    vovonne
    Invité

    vovonne

    Message par vovonne le Lun 3 Mai - 17:50

    C'est impressionnant cette machine, je lis que deux personnes ont écrit au milieu de ma lettre. Mais oui j'avais pas terminé. Je suis quand même contente de vos deux messages.

    Je mets ma suite maintenant :


    …/… Aux informations ils parlent toujours du réchauffement de la planète, je sais pas où ils vont pêcher ça parce qu’ici le froid mord encore. Félix a rallumé le poêle parce que quand j’ai froid j’ai le bout des doigts qui devient bleus et la goutte au nez même si je suis pas enrhumée. J’ai remis les grosses chaussettes et je me sens confortable dans les sabots en plastique rose que ma belle-fille a rapporté de Bali où c’était encore moins cher que ceux de Aldi. Elle a dit que c’était des imitations de Croque. C’est souple en tout cas et assez haut pour que la terre boueuse du poulailler n’atteigne pas mes talons. Par contre ça passe dans tous les trous et je suis obligée de faire la cigogne pour secouer la terre.
    Tout à l’heure j’irais dire bonjour à Baratte qui est dans la maison de retraite pas loin du village. Elle s’ennuie de sa ferme mais comme elle tombe tout le temps et qu’elle veut pas de l’alarme autour du cou pour prévenir, ses enfants l’ont mise là où elle est en sécurité.

    Nous avec Félix on a dit qu’on resterait chez nous jusqu’au bout. On fait très attention parce que nos garçons parlent de temps en temps de la valeur de la ferme, qu’elle a un potentiel énorme et que si on prenait un appartement dans la ville on aurait une vie aisée et on serait moins isolé. JAMAIS.
    La ferme elle a été construite par l’aïeul de Félix en 1870 et on va pas l’abandonner comme ça. Quand on sera mort, ils vendront, on s’en doute bien mais on sera pas là pour voir ce crève-cœur.

    L’autre jour au champ de foire, y’avait des hollandais. Je m’en méfie d’eux parce qu’ils achètent toutes les masures du coin. Le René il dit qu’il y a quelques années leur gouvernement leur donnait de l’argent s’ils s’installaient ailleurs qu’en Hollande parce que leur pays est trop petit et s’envahit d’eau. Je sais pas trop si c’est vrai, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup d’hollandais.
    Ils viennent même avec leur camion de tuile, leurs sacs de ciments. Comme si dans notre pays on était trop arriéré et qu’on avait pas tout ça.
    J’ai bien peur que notre ferme devienne un jour une ferme hollandaise. Et j’en ai si peur que cette année j’ai décidé de ne pas planter une tulipe. Ni une rouge, ni une jaune.

    Y’a pas qu’eux qui convoitent notre bien. Un jour de l’année dernière, y’a un homme, dans une énorme voiture haute sur pattes avec des grosses roues, qui s’est arrêté. Il cherchait des petites tuiles comme celle de notre grange qui est entrain de s’effondrer.
    « J’vous en donne 1 euro les quatre »
    « Elles sont pas à vendre »
    « Vous pourrez refaire le toit avec des neuves de Montchanin »
    « Ben non, on refait rien et tant pis si ça s’écroule c’est comme ça »

    On aurait un paquet d’euros, mais j’aime pas qu’on nous force la main. Nos tuiles, elles viennent de la tuilerie d’à côté qui existe plus depuis longtemps et qui a été rachetée y’a un quart de siècle par des anglais qui ont tout rénové comme dans l’ancien temps. Reste encore les wagonnets et dans le four ils exposent des poteries qu’ils font. Elles sont très belles mais très chères. 8 euros un coquetier par exemple. Tout ça pour mettre un œuf.

    Je bavarde, je bavarde, enfin façon de dire, j’écris plutôt. C’est comme les rédactions quand j’étais enfant, j’étais bonne sauf l’orthographe mais j’aimais ça.
    J’ai vu en bas de l’écran qu’il y avait des invités comme moi, mais eux ils écrivent pas peut-être que c’est interdit. En plus j’ai perdu mon nom, j’étais Vovonne et quand j’allume je suis Anonymous. J’ai dû faire une mauvaise manipulation.
    Je m’en vais et il y aura peut-être quelqu’un qui m’aiguillera là où j’ai le droit. Mes fils me disent que sur des endroits comme celui-là y’a des gens qui s’appellent modérateurs. Bizarre comme tout doit être modéré : ce qu’on écrit, ce qu’on boit, ce qu’on dit. Pour ce qu’on pense, bernique, personne peut nous empêcher…/…
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mar 4 Mai - 8:51

    …/…Cet été mon garçon, l’aîné, il va en Chine avec sa femme. Ils emmènent pas le petit alors on va le garder. On est très content, surtout Félix qui va l’emmener pêcher avec lui à l’étang.
    Le petit, il a 8ans, il fait encore pipi au lit alors ça va faire des lessives. Sa mère m’a dit ça au téléphone, j’en revenais pas. Pauvre gamin, il lui ont tout fait pour que ça s’arrête. Le réveil à minuit, deux heurs, cinq heures. Des couches de grand, un guérisseur, un spychologue, un spychiatre, des granules, des comprimés, il a tout eu pour plus pisser et ça a pas marché.

    Je lui ai pas dit qu’il fallait le laisser tranquille, j’veux pas me mettre en mauvais terme avec ma belle-fille. Elle est de la haute et me prendrait de haut. Déjà qu’elle est une Mâdame. Mon fils veut que j’enlève ma blouse quand ils viennent. Il dit que ça lui fait honte. Honte de sa mère et puis quoi encore. Comme il vient si peu et que j’ai peur qu’il vienne plus du tout je mets les beaux habits le matin de leur arrivée. Félix est agacé mais il dit jamais rien. Il tortille sa moustache comme un fou deux jours avant alors je sais.

    J’aurais jamais cru qu’un jour on viendrait à craindre nos enfants. C’est ma misère cachée ça. On les met au monde, on les fait grandir, ils font de bonnes études et puis, plus rien. On ne vaut plus rien sauf là pour garder Quentin. Quentin, il veut être agriculteur quand il sera grand. Je ris dans mon ventre quand il dit ça devant sa mère. Elle pince les lèvres –on verra, on verra-

    Je vois bien quand on passe à table comment elle fait. Discrètement elle soulève le verre, elle tourne la fourchette, on sait jamais j’ai peut-être gratté le fumier avec.
    Elle dit qu’elle n’a pas très faim, bref, elle est agaçante mais mon fils l’a prise pour femme alors je respecte.
    Quand je vais nourrir les poules avec Quentin elle lui crie aux oreilles : « mets tes bottes » Même les œufs qu’on ramasse, elle a pas confiance des fois qu’elle décapite un poussin.

    Enfin je suis pas là pour médire et Quentin, on va en profiter trois semaines et lui donner des bonnes joues et faire remonter les coins de sa bouche dans le bon sens.../...
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mar 4 Mai - 13:07

    …/… Je suis pétrifiée de froid presqu’à regretter de ne plus faire le pain. Maintenant on a Alain notre boulanger qui passe le mardi et le jeudi dans sa camionnette. Il vient de l’Hérault, c’est pas loin de la mer. Il dit qu’ici le climat est rude que sa femme a du mal. Sa chance à lui c’est d’avoir pu reprendre la boulangerie et son logement avec le soutien de la commune.
    Notre village a des envies de renaissance. On a aussi l’épicerie où on trouve tout ce qui dépanne comme les bouteilles de gaz et l’eau.
    L’eau c’est notre gros problème, on peut la boire si on veut mais elle a trop d’arsenic. Avant elle en avait pareil mais y’avait pas de normes européennes.
    Maintenant on reçoit une circulaire qui nous prévient des dernières mesures d’arsenic et c’est toujours plus haut que ce qui est autorisé à Bruxelles là où ils décident de nos vies rurales.

    Les gens du village, ils disent tous que ça c’est des bêtises, qu’ils boivent l’eau du robinet depuis toujours et que ça va pas changer mais quand on est chez Aldi, on se voit tous, souvent et dans les chariots c’est plein de bouteilles par six. Chez Aldi elles sont par deux litres pour 17 centimes.
    Avec Félix jusqu’à l’année dernière on prenait l’eau du puits mais il a eu un épisode de grande diarrhée. Le médecin il a dit que c’était notre puis, alors du coup, on prend aussi les bouteilles de chez Aldi, parce que la Cristalline de chez Atac, elle est plus chère et que de l’eau, ça reste de l’eau.

    La nourriture, ç’est toujours le plus important de ma vie. Je me nourris en nourrissant ce que j’aime. Alors j’en reviens à ma belle-fille qui a jamais faim et qu’à moi aussi elle me coupe l’appétit.
    Elle devrait être contente, on a jamais mis du Rondup dans la terre de notre potager ni aucun produit Monsanto d’ailleurs. Pas par conviction, on s’en fout de leurs histoires politiques mais juste parce que la nature apprécie le naturel, nature-naturel, normal. Et le produit naturel, c’est l’huile de coude. Je bêche, je sarcle, j’arrache les mauvaises herbes, j’arrose, je récolte, je fais les bocaux et les pots de confitures. La dernière fois qu’ils sont venus, j’avais sorti de la confiture de rhubarbe et par malchance c’était écrit sur le pot –rhubarbes 2003-
    « Mais c’est périmé ». J’ai eu beau expliqué que le sucre naturel est un conservateur, que le pot fermé était bon, rien à faire. Ma belle fille l’a ouvert, a reniflé et a laissé sur la table.
    On a mis trois semaines à le manger, c’est qu’on mange plus beaucoup de confitures maintenant.

    J’arrête d’écrire pour aujourd’hui. Félix est allé à la coupe de bois ce matin et il a installé le banc de scie dans le hangar, je l’entends qui débite et faut que j’aille ranger les bûches…/…
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Mar 4 Mai - 23:46

    Hé bé ma chère Vovonne, tu en as des choses à nous raconter !
    C'est plus facile hein d'en dire plus à des gens qu'on ne voit pas, qu'on ne fait qu'imaginer et surtout qui ne vont pas te contredire !
    Et puis j'ai l'impression que tu te tais depuis longtemps... alors maintenant il faut que ça sorte !
    Il me parait bien brave ton Félix, c'est bien de pouvoir vieillir à deux...
    Bonne soirée, à demain...

    Maminouche
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Vovonne

    Message par Lilie le Mer 5 Mai - 1:54

    Pondy? (Pataugas?)

    mmm...

    Bon, bien la venue par ici, qui que tu sois, j'aime
    bien le personnage... et ta plume!

    Au plaisir de te lire entre deux rues,

    Lilie
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Mer 5 Mai - 7:41

    Chère Vovonne,
    je te prie de bien vouloir excuser notre Lilie.
    C'est la benjamine du Village, tu comprends.
    Avec la fougue de sa jeunesse, elle croit toujours qu'il y a des gens qui se cachent derrière de faux surnoms.
    Alors, elle imagine que Vovonne n'est pas ton vrai surnom et qu'en fait c'est une autre Villageoise, surnommée Pondy, qui nous joue une farce... ou qu'une autre amie de la troupe, Pataugas, serait arrivée en catimini et ne voudrait pas être reconnue.
    Haaa, c'est beau la jeunesse ! C'est encore plein de rêves et de malice !

    Tu as vu, d'ailleurs, not'Lilie, elle se cache derrière l'image d'un farfadet irlandais nous montrant ses atours arrière. J'espère que cela ne te choque point, Vovonne.
    Nous, nous sommes habitués à cette image (on appelle cela un "avatar" sur l'ordinateur) et à ses petits délires d'Irlandaise.
    On l'aime bien, not'Lilie, parce que quand elle est là, il ne pleut pas, même si il devrait parce que c'est la région et qu'elle est connue pour cela. Il n'y a que quand elle part en voyage qu'elle attire la pluie avec elle.

    Voilà, continue à nous raconter tout ce que tu veux Vovonne : par ici, on aime bien lire les belles personnes qui écrivent bien.
    Surtout quand elles nous font bien sourire.


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mer 5 Mai - 10:29

    J’allume mon ordinateur ce matin parce qu’il pleut et qu’il fait froid et que devant le poêle mes doigts restent chauds.
    Félix est allé dans le potager pour enterrer les petites bouteilles de bière dans lesquelles il reste un fond. C’est qu’on a un assaut de limaces avec ce temps humide et qu’elles tronçonnent les salades et même les échalotes. Dans une heure on sera débarrassé. On croît que ça avance pas vite les limaces mais c’est faux. Des vraies pochardes. Elles sentent la bière et rentrent dans la bouteille et elles sont tellement bourrées qu’elles ne retrouvent plus la sortie.
    C’est moi qui collecte les petites bouteilles vides dans le village. Après j’achète une grande bouteille chez Aldi, elle n’est pas bonne pour les humains. Je partage dans les petites et Félix les installe en bout de rang. Quand elles sont pleines de limaces, on jette au collecteur de verre. Je ne sais pas si on a le droit de mettre ça au recyclage déjà qu’il faut pas mettre les bouchons mais on le fait quand même.

    Maminouche, c’est votre signature, c’est vos petits-enfants qui vous ont donné ce nom ? C’est joli. Moi c’est Mamita et Félix Papito. Vous dites que je ne suis contredite par personne.
    Je ne suis pas souvent contredite parce que je suis quelqu’un de très silencieux. Je me gorge de silence parce que c’est mieux d’écouter. Les gens qui sont ici, comme vous qui m’écrivez, je ne les connais pas mais si ils sont ici dans ce faux village c’est que comme moi, ils ont trouvé de la place pour écrire comme ils ont envie.
    Depuis que je suis adjointe au maire, je parle encore moins. Je crois qu’il faut agir plutôt que parler et ceux qui passent dans ma ferme, c’est pour parler de leur difficultés, des trous dans la rue, du sanglier qui a démoli la voiture, de ces choses là et il suffit de servir le café, d’appuyer mes mains sur mes joues et d’écouter. Vous devez, vous aussi avoir compris ça depuis longtemps.

    Lilie, vous me semblez jeune et je viens d’apprendre que l’image sous votre prénom, qui a l’air d’être vrai, s’appelle un avatar. Jusqu’à présent, pour moi, je ne connaissais que les avatars qui étaient des ennuis. C’est très drôle cette image, un peu irrévérencieux, vous devez être un peu coquine.
    Vous dites Pondy, Pataugas, qui sont des faux noms j’ai l’impression, des faux noms de femmes. Derrière les faux noms, il y a toujours des vrais gens comme je suis Vovonne même si j’ai eu envie toute ma vie de m’appeler Marie. Marie c’est doux comme prénom.

    C’est vrai, depuis que j’ai trouvé cet endroit, je tape sur le clavier, c’est facile parce que ça me rappelle le minitel qui est rangé au grenier et encore plus loin la machine à écrire Remington où le U et le X se coinçaient sur le ruban. Je mettais au propre les comptes de l’exploitation et j’écrivais les courriers sérieux au ministre de l’agriculture quand nos champs ont étaient inondés en 1958.
    Ca n’avait servi à rien d’ailleurs et on avait dû encore emprunter mais c’est une autre histoire.

    Frédérique, je continue alors à écrire puisque vous me donnez l’autorisation. Ca c’est bien.

    Sûrement à tout à l’heure…/…
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mer 5 Mai - 13:38

    Il parait que j’ai trop de tension, que c’est pour ça que mon cœur s’affole jusque dans mes oreilles. Je suis passée à la pharmacie du bourg prendre l’ordonnance.
    J’ai pas trop de tension, j’ai trop d’énervements et si je suis énervée c’est à cause du souci que me donne la fosse septique. Ca fait 35 ans qu’on l’a, ben ça va plus : nouvelle norme obligatoire en 2012. Willy dit de pas s’en faire parce qu’en 2012 c’est la fin du monde. Mais c’est quoi cette histoire de fin du monde, c’est pas la première fois cette année que j’en entends parler. C’est Maya qui l’a dit et les gens croit à cette bêtise, c’est quand même incroyable.

    Ca m’arrangerait notez bien. Plus de normes de fosse septique et plus de ferme vendue aux hollandais quand on sera mort.
    Mais comme j’y crois pas, je suis très énervée et mon cœur s’emballe. Félix s’est renseigné, ça vaut une fortune une nouvelle fosse et si on change pas, quand les contrôleurs passeront ce sera 150 euros d’amende et l’obligation de changer. On va les trouver où les sous avec nos retraites. C’est pas la MSA qui va nous aider et j’ai jamais vu le banquier du Crédit Agricole prêter des sous aux agriculteurs en retraite. Eux ils prêtent aux jeunes pour la moissonneuse, le tracteur, les semences et comme ça les jeunes y sont étranglés avec leur dette. Y’a cinq ans c’est Bernard qui s’est étranglé pour de bon avec une corde dans sa stabulation. Et c’est haut une stabulation et sa charpente en fer elle risquait pas de casser sous son poids.

    Quand on a pris la suite de l’exploitation, voilà presque 50 ans on allait dans la cour. Les cabinets étaient en bois. C’était pas pratique et le papier journal ça essuie rien. Après on a fait installé la salle de bain et les cabinets dans la maison et on épandait dans le jardin. Un bon compost quand même.
    En ville personne n’y pense parce qu’ils ont le–tout-à-l’égout-, d’ailleurs ça sent mauvais en ville dans certains endroits et personne ne s’en inquiète, ils ont des grandes stations d’épuration aux eaux lourdes, sales, malodorantes mais comme c’est loin des immeubles, qui pensent à la pollution ? Ben personne et nous ici, y nous embêtent pour quelques cacas et douche par semaine.

    Je me calme, je me calme parce que tout un coup, je repense à quelque chose de drôle qui n’a rien à voir avec tout ça.../…
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Mer 5 Mai - 19:46

    Puisque tu nous racontes tes énervements, vas-y aussi pour les drôleries !
    Ceci dit, je compatis pour ta fosse septique ! quelle affaire !
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Vovonne

    Message par Skyrgamur le Mer 5 Mai - 20:28

    Bonjour Vovonne,

    je lis toujours vos lettres avec beaucoup de bonheur car vous êtes une femme de bon sens.
    Vous savez profiter de l'instant présent, de ces tous petits riens tous simples qui sont le sel de la vie. Vous n'êtes pas envieuse de "ceux de la ville". Pour vous, Arles, c'est le bout du monde. Vous avez compris qu'il ne s'agit pas de "faire" la Thaïlande (ou autre pays lointain) pour en mettre plein la vue à la Germaine, mais que le bonheur est souvent au bout de la rue ou du chemin.
    Vous ne parlez jamais de vos enfants, hormis un peu de votre aîné. Que font-ils ? Pourquoi ne viennent-ils pas vous voir ? Vous n'êtes pas assez bien pour eux ? Ils ont honte de leurs origines ? Honte des cabinets au fond du jardin ?Honte d'avoir couru dans le pré derrière les vaches "pour leur faire tourner le lait ? Honte d'être allés dénicher les oeufs au cul de la poule ? Honte d'avoir donné la pâtée aux cochons ? Honte que vous vous soyez "saignée aux quatre veines" pour leur payer des études afin qu'ils deviennent des "Môssieurs" et qu'ils épousent de belles (et fortunées) dames et que leurs mioches fréquentent de bonnes écoles ? Honte de la gadoue dans la cour qui salit leurs belles chaussures en croco que leur employée de maison (c'est le nom de la bonniche à la ville) fera briller pour qu'ils brillent, eux aussi, à la prochaine réception où ils iront faire admirer les beaux bijoux de Madame. Madame la belle-fille se rend-elle compte que c'est à vous et à Félix qu'elle les doit ses bijoux ?
    Et votre tablier, combien de fois se sont-ils réfugiés dedans quand Félix les grondait ? Combien de fois a-t-il servi à essuyer leurs larmes quand ils revenaient de "faire un tour en vélo", les genoux tout égratignés ? Ce tablier qui a essuyé vos mains blanches de farine ? Farine à gâteaux, farine à cadeaux odorants et sucrés ?

    PS : Pour les cabinets au fond du jardin, j'avais une sacrée trouille quand petite, je devais y aller le soir chez ma grand-mère et qu'il faisait tout noir. Heureusement que la Miss venait m'accompagner.
    J'aimais bien le papier journal, c'est vrai que ça n'essuyait rien, mais ça permettait de lire un bon moment tranquille une fois qu'on avait reconstitué la page !!!


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    tcvoyageur

    Localisation : Lyon

    Re: Vovonne

    Message par tcvoyageur le Jeu 6 Mai - 13:32

    Bonjour Vovonne

    à mon tour de vous souhaiter la bienvenue au village, même si cela peut paraître un peu ridicule de la part d'une personne qui n'y vient que rarement
    Il faut croire que je suis un peu comme votre fils qui délaisse le petit village dont il est originaire pour passer tout son temps à la ville.

    Et comme ces satanés juniors, telle la ch'tite Lilie (j'aime bien me qualifier de jeune parfois ), j'avoue me demander si derrière Vovonne, il n'y aurait pas quelqu'un de déjà connu au village, qui se cache pour nous raconter toutes ces histoires.
    Que ce soit le cas ou pas, j'aime beaucoup vos écrits et la "cruelle" vérité de vos histoires. Donc continuez à nous enchanter par ces souvenirs (qu'ils soient autobiographiques ou non).

    PS : Même si ce sentiment (d'avoir affaire à une "usurpatrice") est très vivace, dites-vous bien qu'il ne s'agit en aucun cas d'un reproche de ma part. Au contraire, je trouve ça génial. .
    Après tout, dans tout ce qu'ont écrit Romain Gary, Emile Ajar, Shatan Bogat et Fosco Sinibaldi, rien, je pense n'a véritablement trahi Roman Kacew.


    _________________
    Thierry

    "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Et bien tant pis, je n'ai donc pas d'avenir
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Jeu 6 Mai - 18:28

    Bonjour les gens du village d’ici,

    Vos réponses au milieu de mon bavardage sont très plaisantes. Ca fait comme un puzzle.. Bien sûr que je suis une usurpatrice. Vovonne existe en vrai de vrai et je suis sa plume. Quand on habite un si petit village que le mien on trouve d’autres occupations que le tricot et le macramé. Je deviens Vovonne et je transcris le plus fidèlement possible l’existence qui est la sienne.
    Lutin islandais (l’autre nom est trop compliqué), il faut toujours parlé avec pudeur des enfants mais promis, je raconterai des bribes de leur vie même si elle ne s’imbrique plus vraiment dans la mienne.
    Thierry, d’autres que vous ont compris qui écrivait et j’avoue m’amuser follement à utiliser les mots simples et si liquides de Vovonne.
    Je continue dans le coin des invités, c’est le coin où Vovonne se sent le mieux, vous voulez bien ?
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Jeu 6 Mai - 18:39

    .../...

    On a un parisien qui habite à l’ancienne gare. C’est un original, il est très sympathique. Lui, il a pas de douche, pas de confort, il dit qu’il laisse tout dans son jus. Ca c’est bien une expression de parisien. C’est le gigot que je laisse dans son jus pas ma maison. Bref, sa passion c’est d’accumuler des trésors. Et ses trésors c’est tout ce qu’il trouve dans les brocantes du coin.
    Parfois il fait des barbecues géants et on est invité.
    La semaine dernière on a beaucoup ri parce qu’il pleuvait des cordes, alors, il avait mis un parasol au-dessus de son barbecue. Son barbecue c’est une baignoire sabot rempli de bois, dessus c’est un grillage de clôture à mailles serrées. Ca fait un feu d’enfer puis des braises parfaites pour griller du pain sec et y’a plus qu’à faire fondre le fromage et tout déguster à l’abri dans le capharnaüm de la salle des pas perdus. Y’a plus beaucoup de place d’abord parce que c’est une petite gare et ensuite parce qu’il y a pleins d’objets anciens dans leur jus eux aussi.

    Je sais que nous ne sommes pas très charitable mais ici, on appelle parisien toute personne qui vient d’une très grande ville et si un parisien achète une maison, qu’il installe une chaudière à bois déchiqueté, il devient le parisien-écolo et il ne le sait pas parce qu’on ne lui dit pas mais entre nous c’est comme ça qu’on parle de lui et tout le monde sait aussitôt de qui il s’agit.
    Faut pas voir de la méchanceté là-dedans, c’est plus des moqueries. On en voit qui arrivent et achètent des brouettes en bois comme celle d’antan. Des brouette d’opérette quand il y en a en acier galvanisé chez Weldom pour pas cher.

    Le parisien, celui-là c’est un vrai de vrai, arrive le lundi de Pâques et repart à Paris le premier Octobre. Entre temps il achète un coq et cinq poules et quelques jours avant son départ on va tous plumer les poules qui finissent au congélateur puis en route vers la capitale. Quand il arrive, c’est fête au village, ça veut dire que la belle saison s’installe. Il sort sa mobylette, accroche sa remorque et éternellement vêtu d’une salopette marron à poche sur le ventre qu’il gardera jusqu’en octobre, il sillonne notre campagne.
    Il aime les ronces, les orties et toutes les mauvaises herbes, mais cette année il apprécie beaucoup moins le lierre qui bouscule les tuiles de la gare qui, joueuses glissent au sol les unes après les autres.

    Pour le coup, ça peut plus rester dans son jus et il va le déglacer avec son porte-monnaie.

    .../...
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Jeu 6 Mai - 20:00

    .../...
    Nous sommes 30 habitants dans notre village, c’est moins nombreux qu’ici où il y a 58 villageois. L’été on arrive à 38. Nous nous sommes regroupés en communauté de villages et au total nous atteignons le grand chiffre de 104 habitants. La mairie ouvre le mardi, jeudi après-midi et samedi matin.
    Dans notre village à nous, il y a des clans. Trois clans. Ceux de gauche avec l’agriculteur biologique qui a 80 vaches, ceux de droite avec les chasseurs et la grande exploitation de 500 vaches et ceux qui n’ont pas envie d’être dans un clan ou dans un autre.

    On parle ici comme aux informations des arabes et de la burqa et les esprits s’échauffent. A moins d’aller à la ville à 50 km d’ici, on n’en voit pas un mais quelquefois j’ai très honte de ce que j’entends. Honte à atteindre Moho presque au noyau de la terre. Un des voisins avait une rage froide parce qu’un agent immobilier a fait visiter la maison du René qui est mort l’année dernière.
    C’est une toute petite maison dont le toit est à refaire. Elle vaut 25000 euros a dit l’agent immobilier. Quel voleur, ça en vaut même pas 15.
    Un couple de noirs est venu visiter. La femme portait un manteau marron sur un boubou rouge et bleu et son mari était normal avec une casquette à oreille d’épagneul parce qu’il faisait du vent.
    Le voisin est venu à la maison, il était furieux et il a dit : « si c’est ces black qui achètent, je monte un mur en rondin contre leur clôture, si haut que pas un brin de persil ne poussera dans leur jardin tellement ils auront de l’ombre ». Ils ont pas acheté.
    Dommage, notre village serait plus riche.
    Des hontes comme ça, heureusement c’est pas souvent.

    C’est en forgeant que l’on devient forgeron mais ce n’est pas en se mouchant qu’on devient moucheron, ce serait bien de devenir tout petit quand on entend des méchancetés comme ça.

    On est trop resté entre nous ici parce que personne n’a eu l’argent pour faire des voyages où on peut rencontrer d’autres gens qui vivent pas comme nous.
    C’est pour ça que mon garçon le plus jeune il vient pas souvent. Sa femme, elle s’appelle Leïla et les deux petits ils sont de couleur abricot.Ils sont pa si petits, ils sont des jeunes, mais ça reste mes petits. J’ai encore jamais entendu des crasses sur eux parce que les gens du village ils osent pas.
    Mon plus jeune garçon est architecte pour le dehors et sa femme elle est architecte de l’intérieur. Quand ils sont de passage ils veulent toujours faire des transformations.
    Ils veulent casser le mur de la salle pour ouvrir sur la cuisine que ça ferait plus grand. C’est un mur de refend et ça serait trop dangereux. Leila m’a apporté un gros coussin en cuir pourpre pour mettre sous mes pieds quand je regarde la télé. Il est beau, on dirait du cuir sculpté et le matou y fait ses griffes, il faut que je lui fiche un coup de pied aux fesses mais, d’un coup de pied à l’autre, il oublie.
    …/…
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Vovonne

    Message par Lilie le Jeu 6 Mai - 22:10

    B'jour Vovonne,

    J'aime bien tes histoires, mais ne m'en veux pas, je continue a pensre qu'un marionetiste habitue du clavier (Loup?) se trouve derriere toi quand tu tapes. Bon, y a bien eu des innondations vers Arles en 1958, j'ai verifie sur Super Nenette. Ce qui m'intrigue, c'est le "…/…" a la fin de tes notes qui ne s'utilisait pas sur le Minitel, et que seuls les habitues raconteurs d'histoires sur clavier utilisent...

    Aie! Me tapez pas! Je sais qu'on s'en fout de savoir qui c'est Vovonne et que y a juste a laisser son imagination s'evader... Mais ch'uis curieuse, c'est po de ma faute!

    Ok, je sors, et je vous laisse lire tranquilement, moi aussi j'adore les histoires de Vovonne!

    Vovonne, au plaisir de te relire, parce que c'en est un de vrai, plaisir.

    Lilie
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 7 Mai - 10:46

    .../...

    Les chats, c’est un peu comme les humains, faut les caresser dans le sens du poil sinon ils crachent. Mon chat, je lui passe une brosse métallique dans l’autre sens, il aime pas mais ça enlève la bourre et les brindilles et après il se gratte moins. Comme les humains, on les agace, quand on veut qu’ils ne regardent pas comme des chevaux à œillères.
    On a gardé dans le champ notre vieille jument, Pépita, jusqu’à sa mort. C’était une percheronne aux paturons énormes. Un jour ses jarrets ont plié et elle était couchée dans l’herbe. Mince, ça m’a fait du chagrin. C’est pas pour dire, mais un animal, je sais bien que c’est pas un humain mais on s’attache. L’équarisseur est passé la ramasser et j’ai pleuré. Pendant quelques temps j’ai eu des yeux de lapin russe, rouge. Je ne sais pas pourquoi on dit des yeux de lapin russe. Peut-être que c’est la couleur rouge comme les communistes.

    Dans mes clapiers j’ai un grand lapin des Flandres. C’est un lapin géant, roux avec des oreilles très longues et dures sous les doigts. Celui-là, c’est pas pour manger, c’est un cadeau de Félix parce que j’en rêvais depuis longtemps. Il est presque gros comme un petit chien et il me connait par cœur. Il a un clapier très grand rien qu’à lui. Je crois que je vais lui acheter une laisse chez Atac avec un grelot et je le sortirai du clapier quand personne ne me verra parce que c’est d’un vrai ridicule de faire ça.
    A manger ça ferait un lapin en gibelotte pour dix personnes au moins. Les autres lapins, c’est mon argent de poche. Je les donne à Mariette quand elle va vendre ses fromages de chèvre et ses lapins au champ de foire une fois par semaine. Les gens achètent et ça me fait un petit revenu supplémentaire que le fisc n’attrapera pas. Aux informations, ils parlent d’économie parallèle mais je considère que mes lapins c’est pas comme le cannabis ou la cocaïne.
    …/…
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 7 Mai - 18:46

    .../...

    Les drogues, ça arrive à la campagne aussi, mais c’est plus souvent l’alcool. Je vois maintenant de plus en plus de gens qui ont les petites voitures sans permis. On pourrait croire que c’est parce que les paysans n’ont jamais réussi à passer leur permis, mais c’est pas ça. La maréchaussée arrête les voitures à n’importe quelle heure du jour et c’est le retrait du permis.

    Je n’ai jamais compris pourquoi chez nous, les agriculteurs il y a tant d’alcoolisme. Peut-être que le vin est très rafraichissant sur les gorges irritées quand on fait les moissons, peut-être qu’on dit trop souvent « viens boire un coup ».
    Quand j’étais petite y’avait les bouilleurs de cru et on faisait notre eau-de vie, 10 litres par bouilleurs, ça fraudait sec, jusqu’à 20 litres d’alcool à 53 %, ça aide pas à pas boire quand c’est gratuit, peut-être aussi que ça noie les chagrins et les solitudes des hommes.
    Ici au village, ya pas si longtemps, et maintenant il est mort, paix à son âme, y’en a un qui ne réussissait pas à mettre la clef dans la serrure et il dormait sur son perron avec son chien qui lui tenait chaud. Un peu comme un clochard des villes, sauf que lui, il avait une ferme mais il ne pouvait pas rentrer.
    Alors les voitures sans permis dans les campagnes sont une mine d’or pour les fabricants. Et ça se traîne sur les départementales ces engins. Félix rouspète dès qu’on en suit une, surtout dans les côtes où il faudrait les pousser. Sont-ils bêtes d’avoir tant bu que maintenant ils roulent à la vitesse de leur tracteur.

    Notre tracteur loge dans l’écurie.C'est une étable parce que c'est pas haut de plafond et qui a pas de basflancs mais on dit toujours ça parce que étable ça fait pauvre.
    Félix le choie comme un nouveau-né et lors de la fête des vieilles mécaniques, il le sort et parade avec d’autres fous de tracteurs. C’est un Fordson Super Major et Félix fait partie de l’association de sauvegarde des vieux tracteurs.

    Ca c’est son occupation favorite. On a chacun notre association. La mienne c’est pour la sauvegarde des feuillus parce qu’ici, ceux qui dirigent la région ont décidé de planter des résineux. Une sottise sans nom dans nos forêts de chênes. Comme si on habitait la montagne. La monoculture des résineux, c’est trop acide et si on continue à enrésiner, nos chênes disparaitront.
    Je me sens très en colère contre les décideurs. On s’est toujours bien battu ici et les campagnes de remembrements n’ont jamais réussi à détruire le bocage, c’est notre bôqueige et un poète, Ronsard, pas celui des ronces, en avait fait un poème qu’on a étudié à l’école autrefois.
    C’est déjà pas rien.

    .../...
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Dim 9 Mai - 10:25

    Tes mots, Vovonne, font résonner à mes oreilles des paroles et des ambiances musicales découvertes très récemment auprès d'une jeune chanteuse de la nouvelle scène française, Marie Cherrier... un petit régal, dont : "Paysage perdu" (Bon Vieux Temps...) par exemple. Mais bien d'autres titres aussi succulents.
    Quelques notes en images de Marie CHERRIER :

    ]


    http://www.mariecherrier.com/ ; http://bennyb45.free.fr/mariecherrier/

    Allez, Vovonne, raconte-nous encore ta campagne, ton village, ta vie et celle de tes voisins... On aime !


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Vovonne

    Message par Lilie le Lun 10 Mai - 2:40

    Salut Vovonne,

    T'en vois plus qu'avant vers chez toi, des "pout-pout" que meme a velo dans les montees, tu les doubles? Vers chez moi, j'en voyais plein quand j'etais petite, pour les meme raisons que tu racontes. Maintenant, y a guere que celle de ma grand-mere que je croise quand je repasse dans ma campagne, j'avais l'impression qu'elles disparaissaient justement.

    T'as des cerisiers chez toi? Felix il en fait encore de l'eau de vie? Tu fais de la compotte et des confitures? T'as des lapins et des poules que t'engraissent pour manger? T'as un chat? Tu joues aux cartes chaque semaine avec les copines? Tu regardes Julien Leperse le soir? Ton Felix il mange de la soupe au petit dejeuner? T'as une cheminee ouverte et un tas de bois pres de ta maison pour l'hiver? Les hirondelles sont arrivees reprendre leur nid dans l'ecurie comme chaque annee? On fait du fromage vers chez toi? C'est quoi le plat prefere de Felix? T'as des pastilles Vichy dans un placard de ta cuisine? Tu bois de la chicoree?

    Racontes...

    Lilie
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Vovonne

    Message par fabizan le Lun 10 Mai - 10:07

    Lilie nous fait sa curieuse, mais je suis sûre que Vovonne va se faire un plaisir de nous en raconter encore et encore sur sa vie.

    Les p'tites voitures électrique, il y en avait aussi une ou deux dans le petit village où j'ai vécu 10 ans et bien sûr pour les mêmes raisons. Un des propriétaires d'une de ces trottinettes, qu'un de mes potes avait baptisé la "jackmobile" à cause du prénom du gars, continuait de rouler alcoolisé et il a trouvé le moyen un jour de se retourner avec. Aucune blessure pour lui fort heureusement et une bonne partie de rigolade pour nous tous.


    _________________
    Fabienne
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 10 Mai - 19:05

    « Un ami, c’est quelqu’un qui vous connait bien et qui vous aime quand même ».

    J’aime bien cette phrase, ça permet à chacun d’avoir un caractère de cochon et pourtant plein d’amis.
    On dit pas souvent untel est mon ami, ou, des amis viennent dîner, chacun reste très discret, on signale juste « on est pris ce soir », c’est tout et ça suffit.
    L’amitié dans notre commune reste invisible, sans démonstration tapageuse. Elle est là partout comme un maillage très fin.
    Quand je m’échine à porter ma corbeille de linge lourde des bleus de Félix, s’il passe quelqu’un sur le chemin, il me le porte jusqu’au fil.
    On a aussi nos inimitiés comme partout, ce qui fait jaser, ce qui donne lieu aux commérages, ça reste poli et caché, et c’est important, il est si petit notre village.
    Faut quand même pas croire qu’on reste refermé sur nous même comme des hérissons apeurés.
    Cette année, on ira à Euroforest, c’est tout les quatre ans et c’est une foire magnifique. On aura même en plus cette année le championnat de débardage à cheval. Y’a quatre ans on était 30000 visiteurs et de tous les pays. On voyage là-bas, avec des italiens, des allemands et même des russes de Sibérie.

    Faut dire que je préfère rester chez moi. Allez à Paris, chez les enfants, ça m’ennuie. Je ne sais plus comment je les ai élevés, j’ai dû me tromper quelque part.
    Quand, eux, viennent à la maison, je prépare les lits, je pose des serviettes, tout est prêt pour les accueillir. Nous quand on monte à la capitale, que la nuit arrive, ils sortent du placard la housse de couette si peu pratique à enfiler dans la couette, les taies d’oreillers et débrouille-toi mémé, comme on fait son lit, on se couche.
    On est pas à notre aise Félix et moi et on a l’impression de déranger. On mange à point d’heure et le matin, on n’ose pas faire de bruit et on attend en chuchotant et en écoutant les bruits de la rue si dérangeants. Comment peuvent-ils dormir avec le bruit du camion de poubelles qui fait un fracas épouvantable et le bruit du clac-clac des chaussures de la dame au-dessus et le bruit de toutes ces chasses d’eau qui se tirent comme si tout le monde sauf eux allait aux toilettes en même temps.
    J’ai un choc chaque fois que nous sortons. On arrive sur un palier, pas dehors, et on est enfermé dans un ascenseur qui s’arrête sans cesse pour prendre des passagers qui disent à peine bonjour.
    Je suis décalée, déphasée, oppressée, étouffée, énervée, déprimée et ai fort affaire pour garder bonne figure.

    Pourtant je suis alerte et pas encore si vieille. 26280 . C’est le nombre d’aubes qui se sont levées en même temps que moi.
    J’aimerais encore respirer la senteur de 365O aurores. Ce sera suffisant et n’en demande pas plus. Le reste sera du bonus.

    Pour les questions que vous me posez si gentiment, je répondrais sans doute demain, si l’envie me prend d’aller voir les voisins.
    Ce sont des parisiens, comme j’ai expliqué qui, après avoir passé les étés au village, se sont installés définitivement.
    Lui est bourru et bon bricoleur, elle, elle s’appelle Pondy et écrit des histoires.
    …/…

    Contenu sponsorisé

    Re: Vovonne

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 8:05