Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Vovonne

    Partagez
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 5 Oct 2012 - 17:38


    La terre sent la terre et la lumière fait ce qu'elle doit faire, elle éclaire bien, aidée je l'avoue par le soleil qui n'en finit plus d'ensoleiller.
    Même ma figure qui en profite de toute cette lumière et qui oublie sa couleur de poireau malade.

    La voisine m'a dit tout à l'heure : « tiens tu n'es plus atrabilaire ? » Et voilà j'ai appris un nouveau mot que j'écris tout de suite pour pouvoir mieux l'oublier. Je préfère dire que je ne suis pas cramboulis aujourd'hui au moins je me comprends.
    Et pourtant, je pourrais l'être parce qu'il y a matière.

    Parce que, je ne peux pas critiquer le gouvernement et son désir de justice sociale puisqu'on la veut tous la justice et on la veut pour tous. Mais quand je vois la jolie dame qui vit avec le ministre qui doit redresser et qui porte des montures de lunettes qui font une année de salaire d'un ouvrier agricole ben ça m'énerve.
    On pourrait croire que je me penche sur des choses frivoles, mais non, c'est pas du tout frivole quand on veut bien réfléchir. A moins que ce soit pour avoir une meilleure vision d'ensemble je vois pas l'intérêt de pratiquer allègrement ce qu'on reprochait vertueusement à l'autre gouvernement.

    Je me calme, je me calme.

    Mais l'autre truc qui m'énerve, c'est, quand on dort bien au chaud sous la couverture, qu'il va falloir remettre les bûches dans l'âtre sous peu, nos élus votent à 15 des règles de l'énergie et du chauffage. Mais faut dire que j'arrive à comprendre les plus de 500 qui n'étaient pas là. Quand on cumule pleins d'emplois, faut bien dormir à un moment ou un autre.

    Je me calme, je me calme.

    Et l'autre, le président qui est à Malte, que je sais même pas où c'est, pour discuter avec les autres pays méditerranéens, ça doit tellement l'embêter de dégringoler qu'il décide comme un grand de repousser les élections cantonales et régionales. Ca doit le rassurer, c'est pour ça. Faut toujours remettre à plus tard ce qu'on pourrait faire le lendemain.

    Je me calme, je me calme.

    Et voilà, j'ai pas réussi, je sens des bulles d'énervement exploser dans mon crâne.
    Les journalistes tiens, eux c'est pire d'énervement.
    Fri tibet , fini, chevaline, fini, handballeur fini, échirolles fini, faut que ça valse d'horreurs en honte, faut vendre du papier, de l'audimat.
    J'ai lu qu'on était de tels abrutis qu'il ne fallait pas plus de trois informations par jour à reprendre en boucle trois jours.
    Ca oui, des veaux qu'il disait le général. Chez nous sont élevés sous la mère, c'est plus tendre.

    Crédiou, ça va mieux.

    avatar
    geob

    Re: Vovonne

    Message par geob le Mar 9 Oct 2012 - 15:55


    C'est drôle, tous ces gens qui font une fixation sur les lunettes de miss Pulvar ! Moi, je trouve que ça lui va très bien. Si elles coûtent une année de salaire d'un prolo, ce n'est pas de sa faute ! Vu l'argent que son travail lui procure, elle ne va tout de même pas s'acheter une paire de lunettes "sécurité sociale" pour faire peuple. Tiens, ça me rappelle une anecdote que racontait Léo Férré : un anarchiste a eu l'imbécilité de lui dire qu'un anarchiste ne roule pas en Rolls, et le chanteur de répondre :
    - Avec le pognon que je gagne grâce à mes chansons, tu veux que je transporte ma famille dans une 2CV pour faire anar ?
    L'anarchiste, Ferré l'a envoyé sur les roses, à vrai dire pire que ça !
    Pour revenir à Pulvar, c'est une journaliste remarquable. A chaque fois que j'ai vu ces interventions dans l'émission de Ruquier, mais sur internet, je trouvais que ces questions étaient toujours très élaborées, structurées, pertinentes, elles cernaient et ensuite allaient au fond du sujet proposé, le mettait à nu ; d'ailleurs Guillon en a fait l'expérience, et ne sachant que répondre il avait réagi comme un gamin dans une cour de récréation en imitant Montebourg - j'avais trouvé ça d'un minable, et il a confirmé cette impression sur scène avec son histoire de l'handicapé sur le fauteuil roulant ! Parfois, j'écoutais Pulvar sur France Inter, le matin avant 7h quand j'étais réveillé, et aussi ses chroniques remarquables sur les livres qu'elle avait lus. Au fond, je me demande si on ne lui reproche pas de faire trop bien son métier, mais surtout, de la part de ses collègues "petit-bras", d'être une jolie femme !!!
    Ma sœur ainée m'a dit l'autre jour qu'elle est écœurée par miss Bachelot qui va gagner 20 000€ sur D8 ! Une honte ! s'indignait ma soeur. Alors, moi, je lui ai demandé si c'est elle qui payait ? Après tout, on est pas obligé de regarder D8, non ?
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mer 10 Oct 2012 - 18:08



    Ai-je tout bien fait pour être une femme en bonne santé ?

    -Manger cinq fruits et légumes :

    Alors voyons, une salade, des poireaux en sauce blanche, une poire, une soupe et une pomme, c'est bon.

    -Marcher, c'est bon pour la santé :

    J'ai fait une balade dans les pâtures détrempés et cueilli des roses des prés en abondance. C'est bon

    -Boire avec modération :

    Aujourd'hui que de l'eau pas d'apéritif ni de vin : c'est bon

    -Pour votre santé, évitez de grignoter :

    mauvais point, j'ai englouti la tablette de chocolat.

    -Bouger plus et limiter les aliments gras, salés, sucrés.

    Bouger plus que quoi, y disent pas et j'ai rien limiter, ni en gras, ni en salé, ni en sucré, encore un mauvais point.

    -Penser à vous faire vacciner :

    pas fait et ce ne sera pas. C'est plein de cochonnerie dans un vaccin, c'est la voisine qui le dit et elle a raison, l'année dernière j'ai fait le vaccin de la grippe et j'ai été malade quinze jours.

    C'est horripilant de voir comme on nous bourre le crâne, ça m'enlève ma liberté sans avoir l'air d'y toucher. Comme de la propagande. On me sert ces sornettes toute la journée, au poste, à la télévision. Je me demande si les gens, ils s'en rendent compte.
    On leur souffle bien gentiment leur conduite.
    Comme de la vie tenue en laisse pour notre bien.

    Ceux qui font la propagande ce sont des illusionnistes à la solde des gouvernants.
    Tiens d'ailleurs à propos de gouvernement, il m'a bien fait rire notre président avec sa refonte de l'école qu'il refond rien du tout.
    Moi, je dis qu'on va fabriquer que des mauvais qu'auront le bac et qui seront chômeurs. On dira aux enfants qu'ils sont bons même s'ils sont nuls pour pas leur faire de la peine et on les fera plus redoubler parce que ça coûte cher et que ça sert à rien.
    Plus de devoirs à la maison non plus que des fois, des papas ou des mamans puissent en aider certains que dans d'autres familles ils peuvent pas et que ça serait pas juste.
    C'est bizarre quand même de chercher à araser au plus bas et de pas donner le goût de tendre les bras vers les branches les plus hautes.

    Oui je crois qu'on en est là, tout faire pour fabriquer des petits robots consommateurs qui gagnent juste de quoi vivre et jouer au loto pour rêver.
    Un monde nouveau et médiocre car, grâce à la médiocrité pour tous, on devient tous semblable et chacun se tait parce qu'il ne sait plus se faire entendre.
    De toute façon une révolution c'est la manipulation d'un peuple pour, en définitive changer de classe dirigeante. On l'a appris à l'école avec la révolution française. La bourgeoisie a détrôné la noblesse et le peuple a servi de levier et de chair à canon et pareil en Chine et en Russie.
    Pis maintenant on le voit dans le printemps en arabité.
    C'est pour ça que le chômage cà permet d'avoir des assistés et donc de la chair à canon. Voilà ce que je dis.

    Mais peut-être que je vois pas bien, j'ai pas de pulvarilux faut dire et pour le temps qui passe je n'ai que ma kelton qui a trente ans et le verre fendu que si je fais pas attention il est toujours trois heures moins dix.
    Et bravo à moi, j'ai pas parlé des montres de Mr Cahuzac.




     


    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Jeu 11 Oct 2012 - 14:59



    Si les chênes n'étaient pas en feu, je ne pourrais pas croire à l'automne. La fenêtre est ouverte et un bourdon paresseux ose encore se frotter les pattes sur le tournesol géant et amorphe qui décore ma cour.
    Ainsi va le temps.

    J'utilise ma Rémington cadeau pour écrire ma poésie poétique et après je ferai une reliure quand j'en aurai écrit beaucoup. La poésie c'est bien parce que ça remplit vite des pages. Un poème sur les nuages, une page, un poème sur les fleurs, une page, un poème sur la pluie, une page. Mes poèmes, ils font dix lignes pas plus. C'est pas des vrais vers même si ça rime parfois.
    Pour le reste des histoires pas poétiques, je garde l'ordinateur.

    Maintenant que je vais plus à l'aquagym où c'est plein de rombières qui veulent garder le ventre plat et les cuisses fermes, où ça sent l'eau de javel et le déodorant narta et où il faut obéir à la monitrice sinon on se fait remonter les bretelles du maillot de bain, je vais à la cyberbase.

    C'est drôlement bien et j'ai appris que sur mon ordinateur y'a un dessin, qu'on dit -logo- qui s'appelle internet explorer et qu'il y a un espace en blanc où on peut écrire une question, c'est gougole, un mot de ce genre.
    On peut tout demander et on a des réponses à tout. Quand j'ai fini d'écrire ce que j'écris maintenant, je vais essayer. A la cyberbase, on a fait un exercice, il fallait taper un mot dans la bande blanche, j'ai tapé le mot okras que j'ai lu dans le livre que la voisine me prête.
    Et dans tout l'écran c'était rempli d'okras. Comme de la magie. Parce que ce mot, il était pas dans mon dictionnaire Larousse.
    C'est plus excitant d'apprendre tout ça que d'agiter les jambes en tenant dans les mains une bouée qu'on appelle frite et de regarder les autres piailler et glousser pour se faire croire qu'elles sont contentes quand je sais qu'elles sont là pour s'occuper et tromper l'ennui. Moi, ça m'a barbé l'aquagym. Je garde le club et l'informatique comme activité.

    La dame informaticienne qui nous donne les cours, elle dit qu'internet c'est une fenêtre sur le monde. Je suis pas sure que ce soit si malin que ça d'ouvrir la fenêtre et de faire entrer dans sa maison l'incurable bêtise du monde.
    Mais il faut être de son temps alors je vais ouvrir toutes les fenêtres en évitant le courant d'air.

    Je me demande si c'est important d'être à la mode et si je dois être obligée de penser pareil qu'on me répète au poste. Un même mode de pensée et une même mode de penser.
    Je crois que je ne suis pas dans le moule, et que je suis une vieille grognon et que je râlerais toujours contre ceux qui ont plein de coussins dans leur fauteuil de vie et qui en veulent encore plus et, peut-être encore pire, pour ceux qui ne veulent pas qu'on en enlève un seul, même un petit.
    Des gens qui se cramponnent à leurs niches et à leurs privilèges. C'est comme ça, j'y ai droit et c'est tout.
    Moi je dis, non, c'est pas tout parce qu'il existe le mot -fraternité- que personne s'en sert de ce mot qui est tout démodé.
    C'est un beau mot pourtant, je dis.



     
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 12 Oct 2012 - 14:21



    C'est bien d'avoir du temps, comme ça je peux écrire tranquillement toute la colère que j'ai dans ma tête. Il y a quelqu'un qui a écrit ici que l'information était de la consommation. Je suis bien d'accord mais j'ai envie de demander ce qu'est l'information quand elle n'est dite qu'en partie.

    Parce que je vois bien que les manifestations n'ont aucune répercussion dans les journaux ou au poste. Celle que les syndicats ont organisé en début de semaine et celle des retraités qui a eu lieu jeudi.
    Et pis aussi quand on dit rien sur yamina qui a pris un avion que ça coûte huit ans de smic pour aller en Afrique et pis aussi quand le gouvernement décide de pas taxer les œuvres d'art et pis aussi quand on nous ressert le mariage des homosexuels que ça ne coûtera pas un sou comme mesure et que ça occupe les gens, comme ça, ils regardent pas la question du budget qu'ils sont trop bêtes pour comprendre et que si ils comprenaient ça serait comme la guerre des rues.
    Quand l'information est faussée c'est presque comme de la propagande je dis.

    L'autre gouvernement c'était pas mieux mais au moins il disait pas qu'il voulait une république -exemplaire-.
    Exemplaire, mon œil, je suis pas si stupide pour pas voir que le gouvernement, il fait tout pour pas perdre des voix, qu'il descend plus vite que l'autrichien qui veut faire une chute libre et passer le mur du son.
    Et pourtant on a le grand à lunettes avec sa masse de cheveux blancs pour lui faire une auréole de saint qui gagne plein de sous avec une commission pour étudier comme rénover la vie publique. C''est quand même ballot de dépenser tant d'argent pour du rien je trouve, surtout que c'est des sous à nous.

    Parce que je vois bien que les journalistes ils trouvent rien à dire sur notre joufflu ou qu'ils ont la peur de dire ce qu'ils en pensent pour pas perdre leur travail et qu'heureusement qu'il y a eu un autre président et qu'on peut dire encore des choses sur lui.
    L'autre, il fait une conférence privée et hop tout le monde s’intéresse à ce qu'il a dit et celui de maintenant il parle une demie-heure depuis son palais qu'il avait dit d'ailleurs qu'il parlerait jamais depuis son bureau, et tout le monde s'en moque de son blabla sur l’Afrique. Tout le monde c'est les journalistes bien sûr.
    Alors la question que je me pose, c'est quoi être journaliste à notre époque ? C'est juste des gens qui recopient internet et qui donnent des opinions mais jamais des vraies analyses que tout le monde peut comprendre.
    Je suis juste Vovonne mais j'ai des oreilles qui écoutent très bien dans ma commune et dans mon village et comme je suis au conseil municipal j'écoute là aussi. Je vois des gens très désolés et très déçus et très inquiets.

    Faut être mon Félix pour s'en ficher. Lui, il ne voit que la tige de l'embrayage de son tracteur qu'il faut remplacer et que ça existe plus. Et aussi y'a Désir qui est tout content. Pas mon lapin, lui mon lapin il se contente de remuer son nez vigoureusement dès que je lui donne de la luzerne.

    A nous les petites gens, on nous donne du picotin.



    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 15 Oct 2012 - 16:08



    Voilà une nouvelle semaine normale qui commence dans la France apaisée.

    En effet, je suis très contente de voir comme les ministres se parlent entre eux avant de décider. Il faut dire qu'ils sont très forts en concertation, c'est pour ça. Alors quand le ministre de l'éducation prend la parole pour parler de l'herbe qui fait rire, cà fait pas rire vraiment le chef des ministres mais c'est tout à fait normal.

    C'est bizarre que ce soit le ministre qui s'occupe de l'école qui parle de ça.
    Moi, j'aurais imaginé le ministre de la santé ou même notre ministre de l'agriculture pour occuper utilement nos terres en jachère ou la garde des sots, mais non, c'est celui de l'éducation.
    C'est une histoire de morale sans doute.
    En plus, au gouvernement ils sont très forts pour parler de ça pile au moment où la machine à laver a bien blanchi les sous d'une dame qu'elle dit que c'est son héritage.
    Fumer ou pas fumer légalement, le problème c'est même pas ça. Le problème c'est le cafouillage permanent des ministres et ce flou, c'est ça qui me gêne.
    Mais c'est tout à fait normal alors je dis rien que ce serait du mauvais esprit.

    Je vois, du coup, une solution pour les autres problèmes des cités.
    Ça serait une bonne idée de légaliser le trafic d'armes, comme ça le gouvernement il pourrait contrôler ce qui se passe et même pourquoi pas taxer, voyons voir, les cartouches par exemple.

    Oh et pis encore une autre idée. J'ai bien vu comme c'était difficile et douloureux de parler des tournantes, surtout quand les jeunes gens ont une vie bien rangée avec des petits enfants. Les pauvres on va pas les rendre de nouveau précaires avec tout ce chômage, donc, on devrait légaliser le viol, même que ce brave dsk, sûr qu'il serait d'accord.

    Tout est donc bien normal et les gens ils sont drôlement contents.

    J'ai de quoi me réjouir parce que la Qatar il devient membre des pays de la francophonie, c'est une bonne nouvelle d'apprendre que ce minuscule pays va tout faire pour faire avancer la langue française.
    Je me réjouis aussi de voir que l'accueil a été glacial avec le dictateur du Congo et que ces affreux journalistes n'ont jamais parler de la visite des autres dictateurs que notre président il a reçu en douce chez nous à la fin de l'été. C'était normal de dénoncer très fort quand c'était l'autre gouvernement.

    Et oui, aujourd'hui est une belle journée.

    Notre boulanger, Philippe, a un contrôle fiscal parce que le nombre de feuilles de papier, celles qui entourent le pain quand on va acheter ne correspond pas au nombre de pains qu'il a déclaré avoir vendu.
    C'est normal parce que les petits artisans doivent être honnêtes absolument. Les ministres qui reçoivent 6000 euros chaque mois pour leurs petits frais, eux, ils ont rien à justifier, ils ne le veulent pas et c'est normal je trouve.

    Je suis bien rassurée de voir que notre pays tourne bien.

    C'est grâce, en partie, à notre ministre du redressement productif. Maintenant, il se débrouille si bien qu'il est ministre de la trajectoire de compétitivité. Pas de choc, non, non, une trajectoire pour le futur changement, c'est une idée apaisante pour tout le monde.

    Et aussi, il faut pas oublier de parler toujours du terrorisme parce que ça fait peur et avec la peur, on contrôle bien les citoyens mais moi, je dis, qu'il y a aussi du terrorisme intellectuel parce que l'ignorance tue le raisonnement je crois.

    C'est mon opinion et ça n'engage que moi. Bien entendu je reste solidaire de ce petit village. Ils disent pas comme ça ?
    Je suis odieuse j'avoue mais qu'est-ce que je m'amuse.

    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Jeu 18 Oct 2012 - 11:45



    Mon vieux Félix a toujours froid, ses ongles sont tout bleutés et il garde son cache-nez même dans la maison. Dans l'âtre flambe un feu de borde et moi, j'ai trop chaud.

    C'est je sais parce que je m'échauffe toute seule et que j'en ai le bouële noué.
    J'entends au poste notre président qui dit encore pardon pour les vieilles horreurs d'il y a un demi-siècle.C'est pas de la repentance qu'il a dit mais il s'installe comme dans un confessionnal public. On est dans un pays laïc et c'est comme un chrétien qui dit toujours pardon derrière les petits barreaux à croisillons du confessionnal.

    Félix, lui, il était à Oran à cette époque et il dit qu'on parle pas de tous les civils qu'ont été tués par le fln et ni des harkis et que si l'Algérie exprimait aussi ses regrets, ça serait au moins égal.
    Pis après il faudra aussi demander pardon pour les esclaves, même si les esclaves ils étaient attrapés par les gens de leur propre pays. Moi je dis, que le passé est passé, que plein d'époques ont été troubles et que c'est pas parce que ça devient intéressant de parler des arabes algériens parce que le président il va aller en Algérie que ça va supprimer les problèmes de maintenant.

    Parfois je me demande si on est gouverné parce que un bon politicien ne fait pas un bon chef d'état d'abord. Notre président, il gouverne comme un aveugle avec des ministres qui sont tous jaloux les uns des autres et qui font leurs petites annonces chacun dans leur coin.
    Même la jolie dame aux grandes lunettes qui dit que ça serait difficile si son compagnon était le premier ministre parce que c'est un fort en gueule qui mettrait en péril le président.

    Le président, lui, il se balade à Bruxelles où il croit que tout le monde l'écoute et son premier ministre lui il est en Asie. Les autres, ils discutent du budget et rajoute des taxes sur les taxes que ça passe inaperçu. La réunion avec les docteurs se passe pas bien et j'ai bien écouté le poste l'autre soir et celle du gouvernement qui parlait, reconnaissait que les dépassements d'honoraires étaient le plus haut dans l'hôpital public, qu'on le savait mais que les nouveaux textes ne touchaient pas le public. J'ai failli m'étrangler.

    Après, c'était les réclames. Là, enfin j'étais contente parce que j'ai entendu que je pouvais acheter Nivea Vital Soja pour soigner et embellir ma peau mature. Et oui, je ne suis plus une vieille peau, je suis une peau mature.

    On vit une époque formidable.

    Bon, je vais faire la vinaigrette qui accompagne les derniers poireaux que j'ai ramassé tout à l'heure qui achève de cuire en remplissant ma salle d'un fumet réconfortant.
     


    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 22 Oct 2012 - 14:18



    « Il était un petit navire, il était petit navire, qui n'avait ja ja jamais navigué.. »

    C'est une vieille chanson et c'est à celle là que j'ai pensé en voyant notre ministre du redressement improductif dans sa marinière bretonne de luxe. Le journal se sert de lui pour faire sa pub et lui, tout content, il va faire des risettes pendant que les chômeurs, ils s'achètent une marinière à la hall aux vêtements.
    Il est plus que bizarre notre gouvernement.

    Le grand et sage héros s'organise contre les bandes organisées. Quelle idée révolutionnaire. Et s'il commençait par dame Lamblin qui blanchit plus blanc que blanc, je dis une bêtise sans doute mais qu'importe je suis stupéfaite tous les jours par l'exemplarité claironnée au départ et passée aux oubliettes par la suite.

    J'ai dit un tas de fois qu'il y avait des commissions et des rapports demandés à tour de bras et aujourd'hui le dernier rapport qu'on avait demandé à Monsieur Gallois et qui est arrivé sur les bureaux des chefs ne convient pas du tout. Alors, ils vont utiliser des beaux mots pour s’asseoir dessus et le remettre au fond d'un tiroir.
    Et pis aussi, le ministère des écoles il a demandé une commission de pilotage pour la refonte de l'école. Ben là alors, je suis encore stupéfaite, c'est celle qui dirige le magazine Elle qui s'en occupe avec des autres bien sûr mais que quatre directeurs d'écoles. Y'a de quoi se poser des questions.

    Et pis encore, ils reparlent des stades de foot. C'est ce que j'entends quand ils disent salles de shoot. C'est p'têtre un bon système pour les drogués mais quoi ! Y'a des choses plus essentielles à régler dans notre pays je crois. On ouvre des salle de shoot et on ferme les maternités.
    En Corrèze, aussi dépeuplé et pauvre que chez nous, il a fait quoi le président de la région pendant trois ans, qu'il y a un désert médical encore plus énorme que chez nous. Comme la dette de ce département d'ailleurs, je me demande pourquoi.

    Alors, si je me résume, on enlève les titres du cycliste dopé, que c'est une honte d'être drogué pour pédaler et on ouvre des salles de shoot pour que les cyclistes dopés puissent le faire en sécurité. J'ai faux ?
    On fait de la publicité pour des produits français qui sont faits en majorité pas en France.
    D'ailleurs, c'est plus possible de les faire en France, les savoirs faire ont disparu y'a longtemps.
    Quelle époque formidable.
    J'applaudis très fort à tous ces symboles vertueux de notre République.

    Allez Jean Jaurès, t'as pas été assassiné pour rien, j'ai pas oublié que t'as dit qu'il fallait : «  Rallumer tous les soleils » Reste à espérer qu'un jour, nos dirigeants arrêteront de postillonner des copeaux de bois, que ça abîme la langue, quand ils ouvriront la bouche.
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mar 23 Oct 2012 - 16:17



    "Un p'tit coin de paradis, sous un coin de parapluie", encore une chanson qui trotte dans ma tête tellement je suis bien dans ma salle quand la pluie gicle et rebondit sur les pavés de ma cour.
    Je peux continuer à m'énerver calmement !

    Font des commissions pour montrer qu'ils causent avec les gens et après ils en tiennent pas compte.
    Moi je dis, ça sert à quoi ? Ca coûte des sous à nous pour rien, je crois.
    Enfiler des commissions comme on enfile des perles, ça suffit, je trouve.
    Dans les annonces je vois 40 000 emplois aidés de plus, 6000 gendarmes de plus et 170 millions aux collectivités. Aïe, beaucoup de sous encore, c'est où la diminution des frais de l'état.
    Des contrats aidés pour trois ans, ça fait sortir des chiffres du chômage et après, il y retourne le petit jeune.

    On vit avec de l'emprunt et quand j'explique à Gwendoline qu'il faut arrêter avec sa carte cofinoga, qu'elle fait que s'endetter, elle me croit pas. C'est logique parce que si elle est toute mignonne, elle a pas inventé l'eau chaude. Mais le gouvernement quand même, ils ont fait des grandes études.

    Moi, je lis que des gens disent que c'est l'autre président qui a laissé six cent millions de dettes. Pourtant c'est pas ce qu'a dit le président de la cour des comptes que son frère, il est docteur chez nous et qu'il est vraiment un homme gentil et doux, sa sœur elle travaille à la ville et elle est sympathique aussi. Et leur papa, il est mort y'a pas longtemps et que tout notre village, il est allé à l'enterrement. Y'avait une foule si immense avec les grands de la belle société que nous, on s'est fait tout petit.
    De mon temps, quand la France n'était pas en crise, le président, celui qu'était copain de Bousquet, celui des pastilles Vichy, il a laissé 665 milliards de dettes c'est sûr les gens ils étaient contents et pis après, cette somme ça fait des intérêts et encore et encore et on a eu les 35 heures que j'ai jamais connu, la retraite à soixante ans non plus parce que elle était trop petite et on gardait encore l'exploitation pour mieux vivre.

    Dans mensonge, j'entends le mot songe, alors peut-être que c'est pour ça qu'on dit pas la vérité.

    Entre une ministre de l'herbe verte et une porte-parole qui veut refaire les livres d'école parce que des poètes ou des philosophes homosexuels ils ont fait des œuvres qui sont marquées par leur amours, moi je lui demanderais bien si son orientation sexuelle oriente sa politique et je me demande aussi comment sera l'école bientôt.

    Et après, tout le monde s'étonne que les gens sont pas contents.

    Dans mon village vit un couple vieux, encore plus que nous, ils sont pauvres, tellement pauvres, alors, tous on donne le bois pour la cheminée, du cochon, des pommes de terre et des poireaux. On donne ce qui est à nous et on va pas prendre les poireaux du potager des autres qu'ils ont juste ce qu'il faut pour vivre.
    On partage notre bien. La vraie fraternité, c'est ça et c'est pas être généreux avec le bien des autres, comme si on disait « ce qui est à moi est à moi et ce qui est à toi est négociable » qui c'est qui serait d'accord ?.

    La tradition de l'entraide, on a toujours fait et l'humanité c'est pas que pour certains. Je crois que c'est à cause du mot -tradition- qu'on dirait que c'est devenu un gros mot.
    C'est toujours un mot qu'est magnifique quand c'est dans les pays ailleurs, que tous ceux qui ont les sous et qui voyagent, ils adorent regarder et écouter. Chez nous, c'est ancien, rétrograde, fasciste même j'entends. C'est triste quand même je trouve.

    Les journaleux ils ont un mot à la mode que je supporte plus d'entendre, c'est stigmatisation. Pourtant les stigmates ils aiment pas je crois. Ca fait penser à Jésus-Christ, c'est pour ça que c'est réactionnaire mais ils doivent pas savoir, alors à toutes les sauces, j'entends stigmatisation, stigmatisation, c'est horripilant.
    Stigmatiser, ça vient d'où ce mot ? Ca voudrait dire montrer du doigt en référence au disciple Thomas qui avait mis son doigt dans la trace des clous parce qu'il croyait que ce qu'il voyait. Les journaleux, ils savent pas ça et c'est mis au pilori qu'ils devraient dire.C'est ça le mot juste. Mettre au pilori les musulmans, les gens de droite, les homosexuels et tout ce qu'ils veulent mais pas -stigmatiser-. Scrogneugneu, c'est pas moi qui vais les ensougner.

    Voilà, j'ai écrit et je queusonne d'énervement.

    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Sam 10 Nov 2012 - 14:11


    J'étais tellement occupée que j'en ai oublié ma tablette sur le manteau de la cheminée.
    Heureusement elle a pas fondu.

    On a ramassé hier cent trente escargots qui sont entrain de jeûner. Félix va manier le beurre et on a de quoi régaler toutes les papilles gourmandes pour Noël. En plus, faut préparer la future mise à mort du cochon à la fin du mois. Cent soixante kilos qu'il fait cette année. C'est pas une grosse affaire mais je suis obligée de faire des listes pour pas oublier les ingrédients : oignons, persil, ail, échalotes, sac de congélation, tout ça quoi.

    J'ai pas perdu de vue les choses politiques d'en ce moment mais j'avais franchement pas le temps d'écrire même si ça m'énervait. Un jour, une taxe. La bière, le nutella, les poids lourds. Ceux qui transportent le bois, ils sont pas contents parce que forcément leur camion pèse plus de trois tonnes cinq et dix pour cent de taxe en plus ça va faire cher pour eux et pour ceux qui achètent les stères de bois. Mais c'est la trajectoire de compétitivité que ça s'appelle.

    Y'a les trotskistes qui eux vont être contents, leur chanson va devenir à la mode, je le devine. Parce que, j'écoutais, en repassant les chemises de Félix l'autre après-midi et ils disaient à la radio que maintenant on parlait de genre humain. Plus de filles et de garçons, c'est bizarre comme idée.
    Au gouvernement aussi d'ailleurs ils vont se réjouir. Ils vont pouvoir caser encore des copains. La parité n'aura plus de raison d'exister puisqu'on parle de genre humain comme j'ai dit.

    D'ailleurs Willy qui voulait des veaux, il y comprend plus rien. Il a appelé le véto pour voir ce qu'il pourrait faire avec ses deux taureaux qu'il a dû séparer, un dans le pré de la Janine et l'autre dans le pré au René. Le véto, il lui a dit : « Fume mon gars, t'aurais eu même qu'une génisse, j'aurais pu lui faire mon affaire mais tes taureaux, j'my frotte pas et là, désolé mais tu l'as dans l'cul ».
    C'est grossier faut dire. Ben alors, c'est donc pas vrai que les humains c'est des mammifères p'tête parce que on parle de genre humain et pas de genre mammifère.
    Moi, ça me dépasse. Avant, on parlait de -mauvais genre- comme quand les garçons du village d’à côté cherchaient la bagarre au bal, puis on a parlé du -bon chic bon genre-, ça c'est pour les parisiens qui viennent les fins de semaine quand il fait bon, avec leur bottes aigle et leur quat-quat et maintenant c'est -genre humain-. Nous vlà bien.

    Enfin, tout ça, on s'en fiche, c'est l'automne, la Toussaint est passée mais y'a encore du vent, et à la radio, je comprends mal ce qu'ils disent, on dirait qu'il y a plusieurs Terres. A la communale, j'ai pas appris ça et pourtant ils parlent du vent des Globes. Les journalistes ils sont tout contents parce qu'il y a de l'émotion qu'ils disent.
    Je sais pas si c'est les gens qui sont vraiment émus, parce que après tout c'est qu'une course de bateau ou si c'est les journalistes qui inventent ça pour nous attendrir et qu'on écoute leur reportage jusqu'à la fin.
    C'est sûr c'est plus agréable d'avoir la larme à l’œil pour des marins qui vont naviguer pour leur plaisir que pour les gens du Mali qui sera notre prochain Vietnam qu'il dit Félix.

    Voilà.

     
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Dim 11 Nov 2012 - 10:15

    C'est sûr c'est plus agréable d'avoir la larme à l’œil pour des marins qui vont naviguer pour leur plaisir que pour les gens du Mali ...
    Hélas tellement vrai...

    Merci Vovonne d'être revenue avec ta tablette. sourire


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Dim 11 Nov 2012 - 15:22

    Il y a plusieurs méthodes pour lire le journal.

    Celle de Félix, installé sur une chaise, les pieds chaussés de ses charentaises doublées de peau de mouton retournée posés sur la pierre de l'âtre, suçotant sa pipe, les lunettes glissant sur son nez.
    Il lit et marmonne en même temps. Ça c'est sa méthode.
    Il lit les feuilles en totalité en omettant la page des morts et celle des sports.

    Et il y a ma méthode. Brouillonne comme pour tout, j’attrape les gros titres par dessus son épaule et il déteste et puis ma méthode-épluchage.
    J'aime pas jeter pour rien, alors, le journal me sert à allumer le feu le matin et à protéger ma table des épluchures de légumes.

    Ainsi quand j'épluche des carottes, je lis les nouvelles de la veille. D'un revers de main, je pousse les lamelles de peau orange si un article m'attire. La pelure des pommes de terre est plus couvrante et souvent les épluchures se retrouvent sur la toile cirée.
    Mais hier, j'épluchais une betterave encore chaude et la couleur rouge maculait mon journal. J'avais bien des difficultés à lire correctement parce que le jus rouge gouttait et diluait les lettres en une laide couleur plombée.

    Le titre c'était : « le patron de la CIA démissionne sur des soupçons de liaison extra conjugale. »
    Je suis restée la paume rouge tenant la betterave chaude en l'air et le couteau levé dans l'autre main.

    Ah, une histoire de sexe à l'américaine comme au temps de Monica. J'ai lu et appris, amusée, que ce directeur héros d'Irak parait-il, avait, après trente sept ans de mariage courut la prétentaine avec Laura et qu'il ne pouvait plus être un bon patron. Sont fous ces Américains.
    Chez nous c'est monnaie courante et ça parfume la politique, ça lui met un peu d'humanité, on va dire. Que serait Mitterrand sans Mazarine je me demande, que serait celui de maintenant sans ses femmes qu'il n'épouse jamais, lui qui veut le mariage pour tous.
    Ah, les Américains sont bien puritains, ils n'ont pas raté Monsieur Fmi De La Quéquette. Je lui en veux à celui-là, l'aurait été plus... non non, je me tais.
    J'ai pas pu lire le long article jusqu'au bout parce que, décidément la grosse betterave brûlait quand même ma main. Le jus avait imbibé le papier et l'homme aux yeux bleus en photo en avait perdu les décorations de son habit.

    J'ai vite terminé ma tâche et replié le journal pour le mettre dans le seau à compost. Ça c'est tout déchiré parce qu'il était trop mouillé et toutes mes pelures ont glissé sur mes tomettes.
    La barbe, parce que c'est pas le même rouge et j'ai été obligée de passer la serpillière, si on attend trop longtemps faut gratter.

    Après j'ai fait ma soupe à la betterave que c'est un délice.

    Voilà.
    ___________________
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Vovonne

    Message par fabizan le Dim 11 Nov 2012 - 18:37

    Et oui Vovonne ils sont bizzarres ces Américains et bien hypocrites, ils nous jouent les vierges effarouchées avec leur puratisme et leur morale alors que ce sont les plus grands pornographes du monde dégout


    _________________
    Fabienne
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 12 Nov 2012 - 14:58


    J'ai froid ce matin et ni le feu qui crépite, ni mon châle, ni mes grosses et épaisses chaussettes ne parviennent à me réchauffer. Taper sur ma tablette me donne l'onglet, je dois couver quelque chose.

    Je pensais à Monsieur Jospin qui faisait son rapport sur la moralisation de la vie politique et je pensais que c'était peine et argent perdu.
    Pour le pouvoir, les hommes sont prêts à toutes les bassesses. A droite comme à gauche d'ailleurs.
    Cependant je pensais au seul que j'ai réellement admiré dans ma vie pour sa lutte contre la corruption. Il en est mort et je suis sure qu'on a organisé sa mort. Assassinat je dis.
    C'était il y a vingt ans déjà à l'époque Mitterrand, époque de l'affaire des frégates, de l'affaire urba,de l'affaire Péchinet des écoutes téléphoniques. Une période laide comme la fée Carabosse et une époque où je me sentais vigoureuse et jeune.

    J'ai suivi tout ce qui c'est appelé -l'enquête- conduisant à la conclusion d'un suicide.
    Je n'y ai jamais cru et continue de ne pas croire des conclusions si peu convaincantes.
    Le jour de sa mort, nous étions Félix et moi ainsi que nos garçons au camping où avait lieu la remise des coupes après les courses de canoë kayak.
    C'était une journée magnifique et plein de gens du village étaient, comme nous, venus en ville avec le pique-nique pour suivre notre sportif qui concourait. Jean-Pierre en avait des supporters.

    L'ancien premier ministre était là, en costume pour remettre les coupes. C'est normal, il était aussi maire de la ville.
    Il marchait dans la foule rassemblée sur les berges et c'est comme ça qu'il m'a serré la main.
    Je jure que ses yeux et sa bouche souriaient, que c'était pas le regard d'un homme qui va se donner la mort une demie-heure plus tard.
    On est rentré chez nous et aux informations du poste on a entendu qu'il s'était suicidé.
    Du pipeau je dis. Cet homme savait trop de choses pas propres et même je l'avais entendu le dire au poste. Il avait ajouté qu'il avait des dossiers et que la lutte contre la corruption était essentielle dans une démocratie.
    Voilà, il en est mort.

    Je crois que c'est le jour de sa mort que j'ai encore plus détesté Mitterrand avec sa bouche aux lèvres fines comme un rasoir et ses yeux qui clignent comme clignent tous les yeux des menteurs. J'ai même eu honte de l'oraison funèbre qu'il avait dite.

    Toute ma longue vie j'ai toujours porté attention au regard des gens et chaque fois que des yeux clignent en me disant quelque chose, je sais sans me tromper que c'est mensonge.

    Le regard, c'est l'âme.

    Je continue à scruter au poste le regard des gens importants qui font des grandes déclarations.
    avatar
    lecteur
    Invité

    à propos de Bérégovoy

    Message par lecteur le Mar 13 Nov 2012 - 4:51


    Ah ce pauvre Bérégovoy ! On peut dire qu'il a été une victime collatérale du "Principe de Peter". En devenant premier ministre, il a atteint son niveau d'incompétence psychologique. Je me souviens de cette scène pitoyable, à l'Assemblée Nationale, quand il brandissait une liste corrompus, pour menacer la droite, mais celle cci hurlait : des noms ! des noms ! Le pauvre ! Il voulait impressionner ! Bien entendu, il avait voulu bluffer.

    Ce qui a tué Bérégovoy, c'est son isolement. Il a cru qu'il ferait parti du premier cercle du monarque républicain, le florentin, celui qui répondit à une ancienne connaissance de jeunesse, un bon gars bien naif, qui lui demandait :
    - On peut se tutoyer ?
    - Comme vous voudrait !

    Tout Mittérand est dans cette réponse. Les gens qui avaient l'heur de lui plaire étaient bien rares, alors Bérégovoy, comme tant d'autres, a rêvé d'être adoubé par le roi François. Comme ce n'était pas le cas, il s'est retrouvé bien seul face à ses problèmes, et ses gentils camarades du parti se sont empressés de l'enfoncer.

    Tout à coup, je me dis que le suicide de Bérégovoy ressemble à celui de Vatel, le cuisinier de Louis XIV.

    En tant que ministre, Bérégovoy n'a cessé de montrer qu'il était bien dans le marigot politique, qu'il se voyait comme un crocodile alors que son destin était celui d'un bouc émissaire ! Bernard Tapie a raconté, dans "Le Nouvel Observateur", une visite dans le bureau de Bérégovoy, alors ministre des finances si je me souviens bien, pour se plaindre des documents des impôts le concernant qui attérissaient dans les mains de journalistes. Alors, devant Tapie, Bérégovoy a décroché son téléphone pour engueuler des hauts fonctionnaires et demander une enquête interne. Voilà, Bernard, qu'il a dit ce brave homme, je vais sévir, tu peux être tranquille !


    En ce qui concerne Robert Boulin, un honnête homme qui a cru pouvoir déranger les crocodiles du marigot politique, lui, il a bien été tué. Son suicide n'est absolument pas crédible. On peut voir les photos de Boulin, quand on l'a sorti de cette mare profonde de 50 cm d'eau, remplie de vase : il avait le visage tuméfié, comme celui d'un boxeur qui a pris des coups pendant tout le combat en 15 rounds !

    Geob
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Vovonne

    Message par Dolma le Jeu 15 Nov 2012 - 18:10

    Pourquoi c'est écrit "lecteur invité" alors que c'est signé Geob et que Geob est un villageois pensif ?

    Dolma
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Jeu 15 Nov 2012 - 18:50

    Parce qu'il a écrit sans être connecté sous son nom de membre, et que dans un tel cas, le serveur refuse que l'anonyme invité utilise le nom d'un membre reconnu. clin d'oeil
    (j'suis pas sûre d'être claire... question )


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Vovonne

    Message par Dolma le Jeu 15 Nov 2012 - 19:49

    Ah bon ? On peut écrire sans être connecté question !

    Zarbi ça surpris

    Bon, si tu l'dis respect

    Dolma
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Vovonne

    Message par Wapiti le Jeu 15 Nov 2012 - 19:53

    Dolma a écrit:Ah bon ? On peut écrire sans être connecté question !
    Uniquement dans ce coin qui porte bien son nom... des "invités" ! clin d'oeil


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Dolma

    Localisation : Je m'balade sur les chemins...

    Re: Vovonne

    Message par Dolma le Jeu 15 Nov 2012 - 19:58

    Ah ok !

    Dolma
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 19 Nov 2012 - 13:40



    J'ai encore des lambeaux de rêve accrochés au fond de ma tête, minuscules, ils s'envolent à chaque seconde et je ne réussis pas à les retenir. Il ne me reste qu'une impression de douceur aussi moelleuse qu'un duvet. Tant pis, ce soir je retrouverai peut-être mon rêve soyeux.

    En attendant le soir, je garde les yeux sur la politique pour que mes neurones restent bien en rang d'oignons comme les wagons d'un train. C'est plutôt un tgv tellement ça va vite d'ailleurs.

    Manifestation à Nantes, pour une histoire d'aéroport qui bitume la campagne, manifestation contre le mariage pour tous ou avec tous, faudrait être précis sur les termes et même enlever le mot mariage qui sacralise une cérémonie qui n'est que républicaine. On pourrait dire union républicaine, ça suffirait bien.

    Et pendant que je dormais si bien, l'élection du président de l'ump n'en finit pas de tourner en eau de boudin. Ça parle de tricherie et ils devraient demander conseil à Martine et Ségolène qui sont maîtresses en la matière. Je me rappelle du congrès de Reims. Je parle pas de l'élection du secrétaire général du ps qui ressemblait plus à l'élection d'un parti staliniste que d'un parti démocrate.
    Enfin ce que je dis, c'est que notre président il doit se frotter les mains et qu'on l'embêtera pas pendant ce temps avec la tva sociale, la règle d'or, la compétitivité et tout ça et que la sombre marine doit aussi se frotter les mains.

    Peut-être qu'un jour, émergera du brouillard un homme ou une femme tout propre, pas corrompu, intelligent, vif et énergique, honnête qui rassemblera les gens du pays. Je crois bien que je serai déjà morte mais pour les autres ça sera bien.

    Mais on rit quand même dans la grisaille du brouillard qui s'étend dans les pâturages, la belle Audrey quitte le monsieur à marinière. C'est Paul et Adèle qui vont être contents. Ils vont avoir leur papa pour eux seuls sans une belle-mère qui leur donne des ordres. Sauf si leur papa a déjà une nouvelle copine qu'on le sait pas nous les gens.

    J'ai vu aussi dans le journal qu'à la gare de Marseille, ils ont mis des lumières bleues que, comme ça, les drogués, ils voient pas leur veine. Ils auront qu'à demander au bureau de l'information où se trouve la salle de shoot la plus proche et dans la gare y'aura pas des seringues qui traînent.

    Et quoi encore qui fait pleurer ? Je vois rien.

    Pis si, on va donner un chèque pour l'essence aux plus pauvres. C'est ballot, les plus pauvres ils ont pas de voitures. On devrait donner à ceux dont c'est le métier de conduire, les routiers, les taxis les ambulances par exemple. Sinon, je vois pas où on s'arrête. Le prix du pain en fonction des revenus, on peut aussi.

    Moi je dis que la caissière de chez Aldi elle est juste un petit cran au-dessus des plus démunis, elle aura pas son chèque d'essence pour remplir sa voiture toute pourrie comme la mienne et même c'est elle avec tous les autres qui va payer. C'est dur cette histoire et pas très juste faut dire.
    Ce matin elle a dit : « Moi, j'arrête de me crever le cul pour 600 euros par mois », elle était très furieuse et les paquets de pâtes sautaient sur le tapis roulant.
    Tous les clients qui faisaient la queue, ils étaient d'accord.

    Qui c'est qui écoute les petites gens ?
    Personne je crois.
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 23 Nov 2012 - 11:33



    Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que j'ai une oreille bouchée à cause de ma sinusite qui guérit pas, j'ai l'impression de vivre dans une pièce de théâtre et de voir chaque jour les mêmes scènes et les mêmes acteurs.
    Peut-être que je suis aussi une comédienne et que je ne le sais pas.
    Par exemple, je vais au bourg et je me gare au champ de foire. Il y a toujours le même camion de bois qui prend toute la place. Albert est debout le mégot mouillé pend à sa lèvre et lui ne tient en équilibre que par son râteau sur le manche duquel il croise ses deux mains.
    Je rentre à la boulangerie et avec le même sourire je demande le même pain que me tend le même boulanger cocu et triste depuis la fuite de sa femme. Un pain mou que j'achète chaque jour comme tous les villageois, par solidarité.

    La voisine, elle va l'aider parce que, tout seul entre la vente qu'il confie à l'épicière, la tournée des hameaux en camionnette et les fournées, le pauvre boulanger n'a plus la mine enfarinée et tous, au village on a peine pour lui. La voisine, elle dit qu'entre elle et le pain, il y a une histoire d'amour.
    On voit bien qu'elle a jamais eu faim parce qu'une histoire d'amour entre quelqu'un et du pain, ça existe pas. C'est pas de l'amour c'est une nécessité de croûter et c'est plus de la rage d'en manquer du pain.
    Enfin, elle fait comme elle veut la voisine et si ça lui plaît de travailler sans être payée, on va pas lui reprocher.
    Surtout en ce moment où le climat politique est désagréable. Moi, ça me rend pas très contente.

    Heureusement que j'ai attrapé des phrases sur le journal et j'ai ri que ça fait du bien.
    Ca parlait encore une fois de la novlangue.
    Ca disait :
    « Petit Parent 1 quand tu descendras du ciel »
    « C'est la Parent 1 qui a perdu son chat, c'est le Parent2 lustucru qui lui a répondu »
    Et celui qui écrivait dans le journal, il disait que le mariage pour tous allait bouleverser le marketing parce que on dira : « Parent1 Dodu, grandparent 2 Nova et les confitures Bon Parent 2 »

    Faut avouer que c'était drôle.

    Moi, je dis que si un président décide d'une loi de mariage pour tous, ben, les maires ils sont là pour appliquer la loi et point final. Et je dis aussi qu'un président qui dit quelque chose et qui le lendemain change d'avis c'est quand même grave. En plus, un président ça a un agenda très chargé et surtout en ce moment et ben, il a trouvé du temps pour voir une poignée d'associations pour les homosexuels. Il est un peu fragile notre président je trouve. Il se laisse manipuler par ses ministres.
    « Fais ça, dis ça ».

    Pendant ce temps, les soucis continuent pour les gens et Willy il a peur pour ce qui se passe à Bruxelles. Les dindons de la Pac. A Noël, ça manque pas de sel. Les agriculteurs sont un souci mineur pour les grands du monde. C'est vrai que les gens mangent de l'électronique, boivent des informations, alors les cultures et les élevages, tous s'en foutent.

    Bon, je disais que je vivais dans une pièce de théâtre, alors j'ai qu'à me dire que rien n'est vrai, que tout est illusion et que je vais me réveiller.

    Voilà.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Vovonne

    Message par Lilie le Ven 23 Nov 2012 - 12:00

    Salut Vovonne,

    Je viens de lire tes deux derniers billets.

    Juste un truc pour les manif a Nantes: j'ai 30 ans, dont les 20 premiers passes en region nantaise, durant lesquels "l'aeroport de Notre-Dame des Landes" etait polemique et une de quotidiens regionaux au moins une fois par mois. Le projet a du etre lance il y a 40 ans, au cours des annees 70, et depuis lors, cela a toujours suscite dans le departement concerne, de grands debats, sans jamais, pour autant, sortir des frontieres locales.

    Je me demande pourquoi subitement, lorsque le maire de Nantes se retrouve 1er ministre, subitement cette histoire devient d'importance nationale, et meme europeenne! Enfin non, je ne me demande pas pourquoi.


    Lilie
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mer 19 Déc 2012 - 10:21



    Bon noué tortous peu boune ennée 2013
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Vovonne

    Message par Invité le Mer 19 Déc 2012 - 10:43

    Bloavezh mat !

    Contenu sponsorisé

    Re: Vovonne

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 20 Sep 2018 - 20:07