Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Vovonne

    Partagez
    avatar
    geob

    Re: Vovonne

    Message par geob le Mer 20 Fév - 4:35


    Pour comprendre Vovonne dans le texte, un lien bien utile

    http://frolois-21.kazeo.com/ethnographie/quelques-mots,a2043332.html

    Je me demandais ce qu'elle voulait dire avec ce mot : pangniat !
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Mer 20 Fév - 10:11


    Vovonne.... je t'aime....

    Ecris, écris et écris encore... tu auras plus de légèreté pour supporter tes journées

    câlin
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Lun 4 Mar - 11:49



    Y'a beaucoup de gens qui disent que l'aventure est au bout du chemin.
    J'ai enfin compris pourquoi, sauf que la vraie phrase devrait être : la mésaventure est au bout du chemin. Faut être un optimiste pour parler d'aventure.

    Bref, je suis partie dans ma voiture qui tournait comme une horloge sans clic-clic et sans tap-tap.
    Clic, clic, c'est avant crash-crash pour les plaquettes de frein usées et avant que les disques soient rayés et tap-tap, c'est les amortisseurs qui n’amortissent plus.
    Ma voiture ronronne, il fait bien chaud, je me fais l’autoradio toute seule puisqu'il ne fonctionne plus.
    Je me parle, me pose des questions et me réponds. Tout va bien.
    Pas de gorge serrée, pas de yeux qui piquent. Ca roule ma poule.
    Un radar annoncé, pas de problème, une entrée de village, pas de problème, une voie rapide, pas de problème. Respectueuse que je me dis.

    Peu à peu, il fait blanc, une chevelure de brouillard s'entortille sur le capot. Je m'accroche un peu plus au volant, crispée je dirais. Je ne pense plus, je conduis.
    Et là, surgit dans ma tête : didiou, didiou, j'ai laissé le gaz allumé sous la casserole où je réchauffe le café de la veille. J'en suis sure, j'ai pas bu de café avant de partir, j'ai oublié.

    Un coup d’œil dans le rétro, personne, le clignotant et je me gare sur l'étroit bord herbeux.
    Faut que je téléphone à la voisine.

    Mon téléphone affiche : -urgence seulement-.
    C'est quoi ce bazar. Urgence, ben oui, c'est urgent, ma maison va prendre feu.
    Mais quelles urgences, les pompiers ? La police ? Je vais quand même pas faire le 15.
    Je me vois pas dire au docteur régulateur d'appeler la voisine pour aller éteindre le gaz sous la casserole.

    Je sens tout net que je m'affole, je transpire sous les bras et j'ai le cœur dans les oreilles.
    Et pire encore, comme je n'ai jamais su rentrer les numéros de téléphone, je les écris sur un papier et celui de la voisine, l'est resté sur la table.
    J'ai roulé quoi ? Peut-être 150 km. Je vais faire demi-tour, ça sera plus sage. Sauf que je n'ai pas le courage. Si je retourne au village, je repars pas, je me connais.
    J'ai le guide de la route dans mon vide-poche mais ce qui me manque, là et maintenant, c'est le guide pratique de la bonne réflexion.

    J'y suis pas en Normandie. Arrête de margouner Vovonne, décide que je me dis

    Oui mais je fais quoi ?
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Vovonne

    Message par Skyrgamur le Lun 4 Mar - 12:27

    Tu roules un peu plus loin, tu vas bien trouver un endroit où le réseau te permettra d'appeler la voisine.


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Sam 9 Mar - 13:30




    Ouf, j'ai trouvé une solution .

    Suffisait que j'aille dans une station service. Total sur l'autoroute avec une boutique.
    Qui peut bien faire ses courses dans un magasin d’autoroute je me suis demandée.
    A la caisse, j'ai demandé un bottin. La jeune dame, elle en avait pas.
    Et comment je fais pour appeler ma voisine si j'ai pas son numéro qu'il est restée sur la table de ma salle que je lui ai dit.
    « Cherchez sur votre Iphone vous trouverez »
    « Mon Iphone, c'est quoi ça ? »
    « Votre téléphone tiens pardi »
    « Mais il indique urgence seulement »

    J'en avais la gorge serrée et la jeune femme m'a dit de patienter le temps d'encaisser les litres de carburant de tous les voyageurs de l'autoroute qui faisaient la queue en s'énervant derrière moi.
    Alors je me suis promenée dans les quatre allées de la boutique. On vend là-dedans des gâteaux et des boissons et des sandwichs et des souvenirs. Des chopes avec la tour Eiffel, des nounours avec la tour Eiffel, des sous-verres avec la tour Eiffel. La chope était très belle, comme si la tour Eiffel était sculptée dessus. 25 euros, c'était cher pour boire de la bière que j'aime pas.

    Et puis, tout d'un coup, il n'y avait plus de file d'attente. J'ai foncé et la jeune femme a tapoté sur les touches de son ordinateur , elle m'a écrit le nom de la voisine sur un papier et m'a dit d'appeler dans les cabines juste là-bas vers les toilettes.

    Effectivement y'avait cinq cabines pour téléphoner.
    Mais ça marche plus avec des pièces. Avant on faisait rentrer la monnaie en suffisance, on appelait, et ça coupait si on avait pas mis assez de sous.
    Il fallait une carte.

    Je suis retournée le dire à la petite caissière qui a soulevé un sourcil. Je crois que je l'agaçais un peu.
    J'ai acheté une carte, j'ai appelé la voisine. Problème réglé.

    Je suis allée aux toilettes.
    Propre, très propre les toilettes. Un côté pour les hommes, un côté pour les femmes et même pas besoin de savoir lire, le petit dessin est très compréhensif pour tout le monde.
    Ca brillait là-dedans, comme du marbre et ça sentait le « fraîcheur boisée » de chez Air-Wick.C'est la même odeur que "rosée du matin " de Fébrèze mais en moins cher.
    Je me suis demandée si j'allais attraper des microbes en m'asseyant sur la lunette. Le sida peut-être ou une autre maladie du sexe et puis tant pis, j'ai pris le risque parce que c'est plus reposant de faire pipi assise.
    Devant les lavabos longs comme des auges, je suis restée perplexe un instant. Il n'y avait pas de robinet.
    Une femme est arrivée, elle a juste passé sa main sous le bec et magiquement l'eau a jailli. J'ai pris mon air décontracté et fait de même. Pour sécher, pas de serviettes. C'était une soufflerie qui faisait un bruit d'aspirateur et j'ai passé mes mains dessous. Ça sèche rien ce truc. J'ai essuyé mes mains sur mon pantalon.

    Je me suis fait un sourire dans les grands miroirs qui n'avaient aucune trace de doigts et je suis sortie d'un air fier et détendu.
    J'ai même agité la main avec un autre sourire pour saluer la petite caissière.
    Elle regardait ailleurs.

    En fin d'après-midi je suis arrivée en Normandie.



    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Lun 11 Mar - 10:13

    Ouf !
    tout s'est bien passé alors ?
    bonnes vacances Vovonne !
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Mer 13 Mar - 9:32



    Mardi

    J'ai laissé pour la journée la maison de mon frère. Il prend davantage soin de sa bouteille de calva que de son intérieur. Sur son visage, c'est déjà le printemps tant son nez arbore de magnifiques bourgeons grenat.
    Ici, en Normandie, c'est comme chez nous. L'herbe détrempée, la boue et les vaches.

    Alors je suis allée à la mer. Je ne sais pas bien si j'aime la mer, c'est que je ne suis pas très à l'aise avec ce mot, ça doit être pour ça.
    Il y avait des petites maisons en bois, bien alignées au bord de la plage. Comme les toilettes qu'on avait avant à la ferme. Percées d'un cœur en bois évidé sur la porte. C'était joli quand même parce qu'elles étaient les seules couleurs vives.

    J'ai roulé mes chaussettes au fond de mes souliers et j'ai marché vers l'eau.
    La sensation du sable frottant mes pieds était agréable. Et puis, les vaguelettes de sable durci m'ont fait presque mal.
    L'eau grise se confondait avec le ciel gris.

    Sur la plage marchait un couple de vieux. Le monsieur, trois pas devant sa femme qui mettait son pas dans l'empreinte de son mari sans regarder son dos hostile.
    Il y avait aussi des amoureux. Elle, appuyait sa tête sur l'épaule de son compagnon et leurs bras croisés dans le dos se tenaient mutuellement les flancs. Ca faisait comme une armature de papillon.
    Un chien, le leur sans doute galopait la truffe heureuse dans le vent salé, des paquets de poils collés sous le poitrail.
    Et puis, rien d'autre. Que les mouettes ou les goélands qui criaillaient. Je ne connais rien aux oiseaux de la mer, mais on aurait dit des cris d'oiseaux furieux.
    J'ai marché longtemps sur cette longue plage. Mes lèvres étaient salées, mes joues aussi parce mes yeux coulaient, à cause du vent sûrement et aussi de la solitude.

    J'ai renfilé mes chaussettes et mes chaussures avec l'impression un peu douloureuse des grains de sable coincés entre les orteils.
    Je suis rentrée dans le village de mon frère.



    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Jeu 14 Mar - 15:51


    Vovonne, tu racontes aussi joliment la mer que la campagne...
    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Ven 15 Mar - 9:41


    Samedi


    Ici, le repas du soir est à 7 h. Tout pile.
    Ma moitié de frère a posé sur la table en formica, la poêle où grésillait deux côtelettes de porc.
    Posée sur le formica brûlé maintes fois. Sur le cercle bruni et gondolé. Au bon endroit. Tout pile.

    « Sers-toi »
    J'ai piqué ma côtelette et l'ai posé sur mon assiette.
    L'enfance a sauté dans ma mémoire, amère comme chicotin.

    « Tu te rappelles ? »

    « Hummm, quoi ? » a t-il répondu sans lever les yeux, les coudes largement écartés et mâchant avec vigueur.
    « Quand on était ch'tiots, ta mère te servait la côtelette et je te regardais la bouche pleine de salive, j'en avais aussi tellement envie »
    « C'était comme ça, y'avait pas malice, j'étais son fils après tout »

    La boucle est enfin bouclée et le silence s'est installé brouillé par le bruit de ses mâchoires et celui de la bûche s'effondrant de dépit dans l'âtre.

    Il a enfin levé les yeux, tenant l'os ourlé du gras bien grillé qu'il rongeait en tiaffant.
    « Tu manges pas ?, je te la prends alors, faut pas gâcher »

    J'ai décidé à cet instant de partir demain.

    J'ai eu une vie tout entortillée d'amour avec Félix.
    Pour aimer, il faut de l'audace, je crois.
    De l'audace pour croire que le monde des adultes peut être plus beau que celui de mon enfance toute gingenillée.



    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Sam 16 Mar - 16:31

    Lundi


    Alors, au matin, j'ai bouclé ma valise.
    En eau de boudin ça a fini ses retrouvailles.
    J'attendais rien de particulier d'ailleurs, un peu de chaleur c'est tout.
    Avec le feu de borde dans l'âtre j'ai eu chaud sur la peau, pas dedans.  

    J'ai claqué le coffre de la voiture, pas claqué de bises sur la joue mal rasée de mon frère et roule Vovonne, tu vas visiter la Normandie toute seule, bien tranquille à ton rythme.

    Faut un esprit curieux pour visiter les choses qui se visitent. Sauf que j'aime pas qu'on me dise les choses à voir absolument. Je vais où je veux et j'imagine bien que ce n'est pas toujours du visitable.

    Je me suis arrêtée sur la place d'une ville, pour acheter du pain et du jambon.
    Il y avait une grande fontaine au centre de la place avec un dauphin qui crachait de l'eau par le bec, la truffe, le nez, le groin, enfin la bouche si s'appelle une bouche pour un dauphin.
    Je me suis demandée si les dauphins étaient fréquents en Normandie.
    Une dorade grise géante ca aurait été mieux faut dire.

    Cette fontaine, on aurait dit une publicité géante pour les marineland qu'il y a dans le midi. Ces endroits où on dit aux gens : « Regardez comme ils sont bien dans leur grande piscine, voyez comme ils sautent, venez les toucher ils adorent cà ». Des zoos en fait.
    Comme le salon de l'agriculture où vont les péquenauds de parisiens, pour voir des vaches et être bien sûrs que le lait sort des mamelles et pas des packs du supermarché.
    La pierre du corps du dauphin était bien verdie, l'aurait fallu un sablage pour redonner du lustre.
    J'ai mangé mon sandwich assise sur la large margelle et quand le vent se levait j'étais aspergée d'eau glaçée.

    J'ai roulé en choisissant de tourner à droite à chaque intersection parce que j'aime luyarner.
    J'ai arrêté ma voiture au bord d'un chemin, il y avait une toute petite chapelle dont la porte dégondée béait.
    Quatre bancs et un autel et deux vitraux. J'aime les vitraux, il faut être artiste pour enchâsser ses petits morceaux de verres colorés dans du plomb, on dirait un coloriage de lumière.
    Et puis aussi, j'aime prier. Des fois, j'ai la foi bavarde. La foi c'est de l'imagination et j'en ai beaucoup et ça me plaît de me dire que Félix, il rit là-haut de voir sa grenouille de bénitier assise sur un banc de bois tout usé par des milliers de fesses croyantes.

    Et j'ai redémarré la voiture et encore tourné à droite.
    Tourner toujours à droite c'est pas tourner en rond comme je croyais parce qu'après tous les virondiaux, je me suis perdue.



    avatar
    Vovonne
    Invité

    Vovonne

    Message par Vovonne le Sam 23 Mar - 14:09




    Et voilà, j'ai retrouvé ma maison.

    Finalement je ne retiens rien de ma promenade en Normandie. Des falaises que j'avais tellement vu en cartes postales ou à la télévision que j'ai même pas eu de surprise, de la campagne avec des pommiers, des champs et des belles maisons, des gens comme partout qui sourient ou qui font la tête. Du pain qui croustille comme chez nous, du calva que j'ai pas goûté et que si ça se trouve ça a le même goût que notre goutte et j'aime pas l'alcool qui brûle la gorge.
    Les mêmes odeurs plus celle de la mer que c'était un concentré de cerebos ou la baleine, le même vent, les mêmes bourgeons, ça se ressemblait beaucoup.
    Et pis, bagotter pour bagotter, j'en ai eu assez et ça coûte des sous surtout, même si j'ai dormi dans les boîtes en béton rectangulaires pas belles du tout avec des chambres qui avaient des salles de bain au sol en plastique, au lavabo en plastique et où on peut faire pipi en même temps que se laver les dents.

    J'ai repoussé les volets, repoussé le vide, et...

    Dix mille mercis d'avoir lu.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Vovonne

    Message par Invité le Sam 23 Mar - 19:51

    Ayé!!!! 10000, le nombre arbitraire que je m'étais fixée.
    On se lance les défis qu'on peut !
    avatar
    Solcha

    Re: Vovonne

    Message par Solcha le Lun 25 Mar - 10:22

    Pondy, comme on a dépassé les 10000, nous voici donc en route avec Vovonne vers les 20000... clin d'oeil
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Vovonne

    Message par mamina le Lun 25 Mar - 17:43


    Si j'avais été au courant de cette limite je serais venue y voir un peu moins !!! clin d'oeil

    En route pour le 20000 comme le suggère Solcha ?

    De toutes façons un grand merci pour avoir aussi bien fait vivre Vovonne dans nos coeurs bisou
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Vovonne

    Message par fabizan le Lun 25 Mar - 18:53

    Et comment t'as fait Pondy pour savoir qu'il y en a eu 10000 ? question


    _________________
    Fabienne
    avatar
    Wapata

    Localisation : les pieds dans mon lac, la tête dans mes montagnes

    Re: Vovonne

    Message par Wapata le Lun 25 Mar - 20:34

    et pssitt regarde le nombre de vues clin d'oeil

    (cliques sur "voir les nouveaux messages .... " et tu les verras là )


    _________________
    Patrick / Pádraic

    "Veux tu vivre heureux ??? Alors voyages avec 2 sacs : l'un pour donner, l'autre pour recevoir." [Johann Wolfgang Von Goethe]
    http://wapata74.wordpress.com/
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Vovonne

    Message par fabizan le Lun 25 Mar - 22:56

    Merci Wapata, j'avais jamais remarqué cette colonne sourire


    _________________
    Fabienne

    Contenu sponsorisé

    Re: Vovonne

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 20 Sep - 20:47