Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Irlande, amour toujours

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Lun 24 Mai - 15:26

    Lilie, Bardak, deux p'tites nanas qui ont le talent pour faire passer, en mots, en images leur amour pour une terre.
    Le site : ben dis donc en deux langues ! Pas trop de blablas, c'est vrai et cependant un chouette préambule.
    avatar
    tcvoyageur

    Localisation : Lyon

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par tcvoyageur le Mar 25 Mai - 23:15

    Lilie a écrit:... http://lesbaladesirlandaisesdelilie.wifeo.com/ est prêt pour le visionnage, et sera mis à jour régulierement...

    Super ton site Lilie !! Evidemment qu'il est désormais dans les favoris !!! Quel plaisir de revoir tous ces beaux coins !


    Je suis presque sûr d'avoir déjà vu les joueurs de xylophone de Grafton Street !


    _________________
    Thierry

    "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Et bien tant pis, je n'ai donc pas d'avenir
    avatar
    tcvoyageur

    Localisation : Lyon

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par tcvoyageur le Mar 25 Mai - 23:19

    Lilie a écrit:The Dockers, lieu sacré, interstice dans le temps, un autre monde, une parenthèse dans Dublin.
    Parenthèse hélas fermée si je ne m'abuse ?

    Ca fait partie des nombreux endroits dont j'ai longtemps entendu parler et qui n'existent plus lorsque j'ai la possibilité d'aller les voir "en vrai"


    _________________
    Thierry

    "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Et bien tant pis, je n'ai donc pas d'avenir
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Jeu 27 Mai - 22:42

    Sur mon site de balades irlandaises, volontairement je ne mets pas de coucher de soleil, ou seulement s'ils ont un intérêt, parce que je me dis que de toute manière un coucher de soleil en photo, en Irlande ou ailleurs, c'est beau et que ça ne traduit pas le pays.

    Je regardais une discussion fraichement remontée sur VF, sur les couchers de soleil.
    Ben vous savez quoi? Ils sont rares ceux qu'arrivent à la pointe de rayon de soleil de ce que mes yeux témoignent en Irlande depuis des années, surtout maintenant que j'ai l'Atlantique par la fenêtre.

    Le ciel irlandais, vous le savez, il change d'humeur plus vite que le temps qu'il faut à un Irlandais pour enfiler sa pint. En parlant de pint, la Guinness vous savez, si elle est noire, c'est que pour la faire on prend un peu des nuages gris du ciel d'ici.
    Aujourd'hui au réveil, me suis dit que le bleu ciel énervant était finalement parti. 2h plus tard c'était à nouveau cet inhabituel ciel bleu devenu habituel pour le cru 2010. Lunch sur la plage ensoleillée, pis vers 15h il a fallu allumer la lumière, le ciel était bouché et à 17h c'était des trombes d'eau, de cette pluie coléreuse inhabituelle par ici, si bien qu'il a fallu que je prenne ma voiture pour aller au sport à 400m de chez moi. 1h30 plus tard en sortant de la gym, le ciel bleu était revenu, et maintenant que je vous tapote, le soleil baisse gentillement sur la mer qui reflète le bleu du ciel, bien que la première soit encore plus bleue que ce qu'elle miroite.

    Vous le savez donc, que le ciel irlandais a ses humeurs.

    Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que c'est Picasso qui est aux commandes et se charge de l'habiller, selon son inspiration. J'avoue que depuis des semaines, il manque un peu d'inspiration, c'est fade, c'est plat, c'est bleu, des fois quand même il se délire, mais pas comme d'habitude, pas comme "avant 2010". Aurait-il perdu son inspiration ? Je me le demande.

    Parce que Picasso sur sa toile irlandaise, il produit ses plus beaux tableaux de maître, une folie de formes, de couleurs, de lumières surnaturelles. Il prend son pinceau, et ça part dans tous les sens ! Souvent il donne un côté "brushé" à son tableau, d'autres fois, toutes aussi fréquentes les nuages sont tellement bas qu'on a l'impression qu'on pourrait les manger comme des marshmallows gris si ces derniers existaient, et si l'on prenait seulement la peine de se munir d'une double échelle. Picasso sur ses toiles irlandaises, il défie les lois de la lumière, il fait des trucs de ouf que même la Nature elle n'arriverait pas à faire, et pourtant ça sonne beau et ça sonne "ouah !".

    Picasso, il n'est pas seulement peintre en Irlande, il est poète dans sa composition quand il nous pond son ciel à chaque instant. Il est chef d'orchestre quand au nord il fait jouer les bleux violacés, au sud les gris et les noirs, à l'ouest le soleil baissant, et à l'Est les nuages roses.

    Picasso, c'est dans le ciel irlandais que je l'admire le plus, tous les jours. Avant 2010 en tout cas.

    Je crois que je vais ajouter une page "ciel irlandais" sur mon site, parce que le ciel en Irlande, il vaut largement les cliffs of Moher, le Kerry, ou le Donegal.

    Lilie


    Résumé pour la Majorité Singulière : Le ciel en Irlande, c'est super méga beau même que c'est Picasso qui le peint !

    lahaut

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par lahaut le Ven 28 Mai - 1:41

    La majorité singulière te remercie pour le résumé !!
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Ven 28 Mai - 10:49

    Toi Lilie, on voit que t'as pas les yeux en rase-motte.
    Quel lyrisme céleste.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Lun 31 Mai - 4:45

    The Dockers,
    Un Dimanche après-midi, Mars 2004

    Première fois dans ce pub. Assise à la table du fond, Sunday Independant sous les yeux, dans le coin, avant les chiottes des mecs.

    Il fait noir. C'est normal, coupure de courant. Deux hommes sont là, dans le coin opposé. Je ne les vois pas, n'entends que leurs mots dublinement accentués. Et si je tourne la tête à droite, je ne vois que la première petite partie du pub, où le jour s'infiltre et par où la lumière vient timidement éclairer les lignes de mon cahier. Cette petite pièce par laquelle on entre depuis la rue, que j'ai à peine osé regarder et que j'aurais dû alors qu'elle était encore sous la lumière électrique.

    "Je ne suis pas une touriste, moi !"

    Ah bon...

    Y a tout plein de trucs dans cette première partie du pub. Plein d'autographes, un vieux maillot sale jaune et bleu, des disques d'or qui dorment, Westlife le seul que j'ai eu le temps de regarder suffisemment longtemps pour que mon cerveau imprègne et comprenne.

    J'ai commandé une Guinness. Au bar, y a un mec et une nana, le mec a prononcé le premier mot que j'ai entendu en pénétrant ce lieu : "Ireland", qu'il devait raconter à sa future conquête pas Irlandaise je crois bien. Entre le mec, la nana, et moi, y avait une locale, cheveux longs, blonds, ondulés, avec son verre de j'sais pas quoi, toute seule au comptoir. Le barman m'a servi et a ensuite repris son activité : regarder Fair City sur la petite télé au-dessus du bar.

    Ca ferme, pas de courant dans la rue, faut que je parte. Quel dommage.

    *************************************************************************************
    Phibsboro, même jour

    Ecouter un best of de U2 va peut-être m'aider à me replonger dans cette atmosphère si particulière...

    En sortant, j'ai vu que dans le hall, face à la porte, il y avait des photos des Dublinois les plus célèbres du monde. Photos en noir et blanc de Bono et de ses potes. Du moins, le noir et blanc des photos peut-être n'était-il dû qu'au manque de luminosité du pub, au manque de courant tout simplement ?

    Quel étrange instant cette coupure d'électricité, quand au moment où les deux télés se sont éteintes, une alarme d'un bâtiment gauchement voisin s'est enflammée, quand tout semblait s'être arrêté, tout semblait être en suspend sauf la conversation des deux hommes dans l'ombre. Avant la coupure, j'avais eu le temps de voir sur le mur derrière eux, des écharpes aux couleurs de pays. Quatre écharpes pour être exacte, dont la troisième lisait "Allez la France", aussi sale que ses colocatrices de mur.

    Il n'y a pas de carrelage, pas de moquette, juste une sorte de terre battue défoncée, je crois. C'est tout p'tit. Y a quand même une arrière salle, celle où j'étais, celle où étaient les deux hommes dans l'ombre. Mais c'est quand même tout p'tit.
    De la table où j'étais, stratégiquement, je voyais tout le pub avant que la lumière ne s'éteigne. Le petit barman accoudé au comptoir à regarder Fair City, les trois clients de l'autre côté du comptoir qui sont partis avant que l'électricité ne se fasse la malle elle aussi, pis en faisant glisser le regard vers la gauche, la vitre en petits carreaux culs de bouteilles qui ne laisse entrer que la lumière, qui ne laisse s'infiltrer ni s'échapper aucun regard. En continuant vers la gauche toujours, c'est la porte sans poignée. Le regard se cogne contre le mur sur la gauche, fait le coin, est donc obligé de se rapprocher et revient vers l'arrière salle.

    On y distingue deux ombres d'où sortent les mots dublinement accentués, on arrive au coin puis au mur d'en face, face à moi. Tiens, il fait noir, mais je remarque quand même un ventilateur au plafond. Il ne marche pas mais c'est sans doute à cause de lui que ça ne sent pas la fumée ici. Ou c'est peut-etre que je suis trop près des chiottes... D'ailleurs, quelle idée m'a prise de m'asseoir ici ?! J'entends tout ce qui se passe dans les toilettes de ces messieurs : jets de pisse, jets d'eau dans le lavabo, discussion des deux compères de l'ombre qui se sont suivis jusque dans les chiottes pour continuer leur conversation... Mais si ! Je sais ce qu'il m'a prise de m'asseoir ici ! Je suis rentrée, direction le bout du comptoir pour commander, juste avant la séparation entre les deux minis pièces du pub. Puis mes yeux ont repéré cette petite table rectangulaire et sa banquette deux places, là-bas dans le fond. L'idéal pour être tranquille et garder un oeil sur toute la populace (peu nombreuse) de l'endroit !

    Cet endroit, comme quelques autres précieux pubs irlandais où le te temps semble rester en suspend, où tout parait s'arrêter dès lors qu'on en franchit le seuil, dès lors qu'on s'accoude au vieux comptoir, dès lors où l'on pose son cul sur un vieux tabouret tellement imprégné de l'odeur de tabac froid que même le pire pet guinnessisé y serait camouflé.

    Merci The Dockers, pour ce moment magique, un de plus à Dublin, un de plus en Irlande. Il m'a fallu mettre les pieds dans ce pub pour re-écrire. Merci de m'avoir redonné le courage de griffoner et d'avoir fait disparaitre la fainéantise. Merci de m'avoir redonné l'envie.

    Je n'y croiserai sans doute jamais U2 mais j'y reviendrai. Non pour chasser les stars mais pour savourer l'instant présent... et une Guinness, entourée de mots dublinement accentués.

    *************************************************************************************

    Lilie

    Résumé pour la Majorité Singulière : Ma première fois au Dockers, pub dublinois.


    Dernière édition par Lilie le Lun 31 Mai - 14:21, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Lun 31 Mai - 10:53

    Une ambiance joliment restituée, Lilie !
    Je t'y imagine très bien, observatrice invisible, à la place qu'aurait choisie un chien de berger. Apparemment absorbée dans des pensées mais en réalité à l'écoute de tout ce qui se passe autour.
    La Guiness était bonne ?
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par bardak le Sam 5 Juin - 19:19

    Après les -Stan de ce matin... je viens de m'offrir une bonne tranche d'Irlande et ça fait du bien!

    J'adore ta façon d'écrire Lilie, j'adore ta façon de parler de ton Irlande... ça donne tellement envie d'aller y faire un tour. P'têt pour bientôt d'ailleurs... à force de t'entendre parler de toutes les merveilles qu'on peut y trouver, j'ai placé l'Irlande en tête de ma prochaine escapade européenne. Je ne sais quand elle aura lieu, mais elle aura lieu.

    Et c'est vrai que le ciel, il est spécial en Irlande. Et il est beau en plus...

    Bravo pour ton site, je me suis régalée en regardant les photos... j'ai hâte que la partie sur le Irish sky soit prête... J'espère qu'on aura droit encore à quelques uns de tes souvenirs Irlande-esque et pub-esques... j'aime trop les lire...


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Ven 11 Juin - 14:38

    j'ai hâte que la partie sur le Irish sky soit prête...

    En attendant que je m'y attele... Dimanche:





    la star !

    Lilie
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Wapiti le Sam 12 Juin - 9:02

    Waouh !


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Jeu 11 Nov - 2:03

    ... en attendant de rajouter des bafouilles par ici, en attendant de mettre a jour mon site (pas les photos qui manquent pourtant mon dieu ! ), je vous presente Dusty, a qui il faudra que j'aille rendre visite au printemps...









    Lilie
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Jeu 11 Nov - 11:10

    WAOUW LILIE !!!!
    Une perspective de pur bonheur !
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par fabizan le Jeu 11 Nov - 14:25

    Si je comprends bien Lilie, celui ci c'est un autre dauphin ? tu nous en a avais présenté un il y a quelques temps qui s'appelait Fungi.


    _________________
    Fabienne
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Jeu 11 Nov - 22:20

    C'est bien ça Fabizan. Sauf que Fungi, installé depuis 25 ans dans la baie de Dingle, on en a fait une attraction touristique. Il y a quelques autres dauphins sédentarisés en Irlande, dont Dusty, qui ne sont populaires qu'auprès des autochtones.

    Je vous mets ici une dernière vidéo de Dusty ("nos plumes s'envolent" ça s'appelle ici, non? ), elle a été mise en ligne début Aout 2010, et à ce jour seulement 80 personnes l'ont regardée. Alors que Dusty tient compagnie à 2 nageurs qu'elle cotoie de temps en temps, un banc de dauphins passe au loin. Elle part les rejoindre et...



    Vous trouverez sur ce site davantage d'infos sur les dauphins sociaux des côtes irlandaises, faute de fonds il n'est malheureusement plus mis à jour depuis 2008 : http://www.irishdolphins.com/index.asp


    Lilie, qui du coup va peut-être vous tapoter une bafouille pour se faire pardonner l'écart en images.
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Wapiti le Jeu 11 Nov - 22:47

    Lilie a écrit:Lilie, qui du coup va peut-être vous tapoter une bafouille pour se faire pardonner l'écart en images.
    T'as plutôt intérêt, oui !


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Jeu 11 Nov - 23:05

    The Dockers,
    9 Mai 2004


    Un fond sonore, un match de gaelic football televise. C'est le seul bruit qui accompagne rires et paroles des quatre comperes assis a ma droite. Et puis des pieces maniees, remaniees, jetee dans une soucoupe a cafe sur la table, prises, reprises, enlevees, remises, ... et parfois, l'un d'entre eux lance un air et les autres le suivent:

    - Do you know that song, Thomas? [connais-tu cette chanson, Thomas?]

    Ah! Fucking interdiction de fumer qui a fait disparaitre toute une symbolique des pubs! Ah! The Dockers sans fumee, c'est le Lochness sans son monstre, Disney sans Mickey, moi sans Guinness! Ah! Que ne donnerais-je pas pour me retrouver dans ces endroits que j'affectionne, la tete dans les nuages de fumee! Ainsi, quand le weekend suivant cette stupide ban [interdiction], j'ai atteri au Bowe's, quelle etrangete fut-ce, quelle mauvaise sensation que de sentir le tabac froid, de ne plus voir ni cendriers, ni clopes s'enfilant entre rires, chansons, danses et pintes!

    Le Bowe's, ma maisin, celle qui m'a vu naitre, celle qui m'a offerte ma premiere Guinness. Le Bowe's, c'est pour moi comme une premiere fois au lit: le Bowe's ma guinnessement pris ma virginite. Mais la face du Bowe's a change, tout comme celle de ses confreres, en ce fucking 29 mars 2004. Temps revolus.

    Mais bien sur que mis a part l'atmosphere enfumee, on retrouve toujours ces moments exceptionnels, ces moments faits de gens qui font, que dis-je! Qui sont l'Irlande. Je les aime. Pour me faire aimer ma vie, chaque jour passe ici, je les aime. A chaque coin de rue, chaque coin de table, chaque coin de tabouret (si, les tabourets ont des coins!), ils m'offrent leur pays. Des moments qui pour eux ne sont rien mais qui pour moi sont la realisation d'un reve d'ado. Ils ne le savent pas. Ils ne savent pas ces quatre vieux qu'en jouant aux cartes comme ils le font actuellement, ils me confirment mon amour pour ce paus, me confirment le bon choix que j'ai fait en venant ici.
    Elles ne savent pas les Molly Malone d'Henry Street qu'en vendant leurs choux, pommes, carottes, fraises et raisins dans leurs landaux en baragouinant j'sais pas quoi en Dublinois, elle me font regretter de ne pas avoir vecu ici vingt and plus tot.
    Non, tous ces Irlandais ne savent pas ce qu'ils m'apportent. Un jour, je les remercierai. Comment? Je ne sais pas.


    - Ah! Thomas! That's a lot of money!
    [ah! Thomas! C'est beaucoup d'argent!]

    Au-dessus d'eux, les echarpes d'Australie, Scotland, une cible de flechette puis a nouveau echapes de rugby "Allez France" et celle du Pays de Galle. Le tout encadre a gauche par le drapeau gallois et a droite, par le drapeau irlandais, bien sur! Il n'y a qu'eux dans le pub sombre, ils chantent tous les quatre. Ils rient. Les pieces clinguent dans la coupelle. Le barman nous tourne le dos, accoude au comptoir, s'enfilant un the.

    Le savent-ils? Tu crois qu'ils savent que je les epie, que je me mele a eux? Sans prononcer un mot, tout juste en leur jetant un regard de temps en temps. Ah?

    - See ya lads! [salut (au revoir) les gars!]

    Le barman salue les deux hommes qui s'en vont. C'est bien que le Dockers ne soit pas dans les guides. Mes pubs preferes ne sont pas dans les guides, meme si j'aime bien certains pubs du Routard. Mes pubs preferes, a Dublin ou ailleurs, sont plein d'une ame pure, ou l'on y croise des gens atypiques, gentils, simples. Vieux souvent aussi. Mais mes pubs preferes sont desormais handicapes. On les a empute d'une partie de leur charme. Ce qui ne m'empeche pas d'y aller toujours aussi souvent...


    Lilie

    Resume pour la MS: Un autre apres-midi au Dockers.

    ps: je precise qu'a l'epoque, je ne fumais plus depuis un an et demi. clin d'oeil
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Jeu 18 Nov - 23:09

    j'ai hâte que la partie sur le Irish sky soit prête...

    Cinq mois plus tard (...), la voici:

    http://lesbaladesirlandaisesdelilie.wifeo.com/irish-sky.php


    clin d'oeil

    Lilie
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Ven 19 Nov - 0:30

    wow, y'a des photos superbes là-dessus !
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Dim 21 Nov - 16:36

    7 avril 2004
    Dublin

    Il est un pub a Dublin, un pub ou tout semble etre musee tellement le choc temporel est enorme des que l'on ose y poser un bout d'ongle de bout de doigt. Que dis-je! Un pub, non! "Ze Pub"! Tire tout droit d'un film historique contant l'histoire irlandaise des annees... 1800! Ce pub, c'est le John Kavanagh's, plus connu sous le nom de "Gravedigers" car, situe a cote d'une ancienne entree du cimetiere de Glasnevin, "Gravedigers" en Francois, ca donne "fossoyeurs" (creuseurs de tombes, croque-morts-buveurs-de-binouze). Ils venaient ingurgiter leurs pintes ici entre deux trous, ou plutot, prenaient deux pintes entre chaque trou creuse...

    Bref, un pub, ou rien n'a change depuis son ouverture, si ce n'est peut-etre l'arrivee de l'electricite... et la clientele. Car meme dans le seul pub que je connaisse qui n'abrite pas de tele, ici comme partout on n'echappe pas a l'invasion des fucking portables... et aussi a l'invasion des fucking etrangers! Oui, oui, je sais, ce pays n'est pas mien et je n#ai pas plus le droit, ou l'interdiction que les autres de frequenter ces pubs affectionnes surtout des locaux, ces pubs ou l'on se rend les Mardis ou Mercredis soirs pour "a few quiet pints", ces pubs tanes, au plancher tellement pourrave qu'on ne sait meme plus si c'est du bois ou de la terre-battue, ces pubs ou les tables en bois ont bu tellement de litres de Guinness en supportant ces si nombreux coudes qu'elles ont du perdre 10,34 centimetres de hauteur, ces pubs noircis par la fumee... Mais c'est comme ca, je n'y peux rien! Ca me fout en boule de trouver trois Francais a cote (l'un resident du quartier, tout comme moi), quand je me pointe au Gravedigers, avec a ma gauche un soixantenaire assis sur un banc et savourant sa Guinness en solitaire, avec a sa gauche trois Irlandais qui au detour d'une phrase se mettent a fredonner un air, avec accoudes au bar deux Irish un peu blindes, qui comme les autres te demandent quand tu vas commander ta tournee si ta couleur de cheveux "red" est naturelle, avec assis a ma droite sur la table qui semble avoir le plus souffert des pinteurs-fossoyeurs-accoudes-pinte-a-la-main, deux irlandaises a l'accent imperceptible, s'enfilant leurs pintes et qui parlent d'un "fucking smelly dog" qui se trouve non loin d'elles entre les quatre murs de la piece, etc, etc, etc.
    Ouai, ca me fout en boule parce que la, j'aimerais bien avoir 30 ou 40 ans de plus pour avoir connu l'Irlande a l'epoque ou elle n'attirait pas les touristes mis a part quelques post-soixante-huitards, a l'epoque ou les routes n'etaient pas routes, a l'epoque ou les pubs n'avaient pas integres a leur decor les pas beaux postes de television, a l'epoque ou... c'etait l'epque ou il y avait encore des fossoyeurs au Gravedigers, l'epoque ou si j'y avais vecu, l'Irlande ne m'aurait pas attiree car inconnue au bataillon des Francais, car pas a la mode alors...

    Voila le Gravedigers, qui meritait bien ce petit coin de nostalgie apres m'avoir offert, certes, trois pas bonnes pintes de Guinness, mais un bon moment en compagnie d'un adorable Irish from Wesport, un bon moment de milieu de semaine comme je les affectionne tout particulierement, un bon quiet moment particulier a ce pub dublinois.

    Merci les morts d'a cote pour avoir su conserver le Gravedigers (longue vie au Gravedigers!), merci les fossoyeurs-accoudes-pinte-a-la-main.


    Resume pour la Majorite Singuliere: Le Gravedigers, autre pub dulbinois.

    Lilie
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Invité le Lun 22 Nov - 13:30

    Dans un pays catholique conservateur comme il l'était il y a 40 ans, je ne sais pas si tu aurais pu profiter pleinement du Gravedigers. Alors pas de regrets..

    T'avais les cheveux rouges en 2004 ?

    C'est agréable de te lire.
    "Lilie chante son pub" ça résonne mieux que "Lilie fait sa pub"
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par mamina le Lun 22 Nov - 23:00

    Magnifiques cieux irlandais !
    Il faudrait lever la tête plus souvent !

    Quant aux pubs, tu pourrais écrire la même chose aujourd'hui ?
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Lun 22 Nov - 23:24

    pondy a écrit:Dans un pays catholique conservateur comme il l'était il y a 40 ans, je ne sais pas si tu aurais pu profiter pleinement du Gravedigers. Alors pas de regrets..

    T'avais les cheveux rouges en 2004 ?

    C'est agréable de te lire.
    "Lilie chante son pub" ça résonne mieux que "Lilie fait sa pub"

    Salut Pondy,

    L'Irlande est toujours aussi catholique et conservatrice, tu sais. Je n'en parle pas, parce que si je commence, ca me fout en boule... surtout en ce moment, ou je suis moi-meme concernee personnellement par ce conservationnisme irlandais. "Pas de regrets", c'est mon leitmotiv. clin d'oeil


    Oui, j'avais les cheveux rouges, un rouge coca-cola. En France, ca ne passait deja pas inapercu, en Irlande encore moins. Ca me faisait triper, je trouvais ca marrant.

    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Lun 22 Nov - 23:26

    mamina a écrit:Magnifiques cieux irlandais !
    Il faudrait lever la tête plus souvent !

    Quant aux pubs, tu pourrais écrire la même chose aujourd'hui ?
    T'as bien vu Mamina : Non, je ne pourrais pas écrire la même chose aujourd'hui. Du tout. J'ai changé, mes points de vue aussi, et j'ai aussi quelques années supplémentaires en Irlande. Il faut remettre ces textes dans leur contexte : printemps 2004, ça ne faisait même pas un an que j'étais en Irlande, j'étais encore dans ma 21ème année, et je n'avais jamais voyagé.


    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Lilie le Ven 26 Nov - 0:28

    Ceci n'est pas de moi, mais d'un ami tres proche, a l'instant. Et sur le depart:

    http://www.cosmopolight.com/blog/a-lamiable/


    Lilie

    Contenu sponsorisé

    Re: Irlande, amour toujours

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai - 10:17