Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    dernier soubresaut arqué

    Partagez
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Mer 10 Juin - 13:46

    carmencita a écrit:il faut qu'Agathe me fasse une liste de tous ses prétendants, afin que je m'y retrouve.
    Carmencita, je te corrige si tu le permets…

    Il faut qu'Agathe me fasse une liste de tous les prétendants de JULIETTE, afin que je m'y retrouve…

    Ma poule, puisque Mamina te le dit, tu peux la croire.

    PS : j´ai oublié de préciser que je destinais cet épisode à IooI


    _________________
    Agathe

    carmencita

    Localisation : Hyères Var

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par carmencita le Mer 10 Juin - 16:51

    Glatch a écrit:
    carmencita a écrit:il faut qu'Agathe me fasse une liste de tous ses prétendants, afin que je m'y retrouve.
    Carmencita, je te corrige si tu le permets…

    Il faut qu'Agathe me fasse une liste de tous les prétendants de JULIETTE, afin que je m'y retrouve…

    Ma poule, puisque Mamina te le dit, tu peux la croire.

    PS : j´ai oublié de préciser que je destinais cet épisode à IooI
    ah! bon, si c'est pour Ioolala itou Iolala io le tyrolien de la tyrolienne, je comprends mieux.
    encore un qui va devoir décrypter les caprices non de Marianne, mais d'Agathe.
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Mer 10 Juin - 17:12

    ???

    Ma poule je le redis… nous sommes dans la rubrique « nos plumes s´envolent » et il s´agit de fiction, de Juliette et non pas d´Agathe, ni de ses « caprices ».


    _________________
    Agathe
    avatar
    IooI

    Localisation : Île Moon's Terre

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par IooI le Mer 10 Juin - 20:09

    carmencita a écrit:Mais je ne crois pas à la fiction

    Bah, vérité, fiction, tant qu'il y a de l'Amour.

    IooI, le vrai.


    _________________
    J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
    avatar
    IooI

    Localisation : Île Moon's Terre

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par IooI le Mer 10 Juin - 20:14

    carmencita a écrit:je la sais capable d'envoûtements pour ces messieurs.

    Envoûtement, dixit le P'tit Robert : charme, fascination, séduction.
    IooI, envoûté.


    _________________
    J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.

    carmencita

    Localisation : Hyères Var

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par carmencita le Jeu 11 Juin - 13:12

    IooI a écrit:
    carmencita a écrit:je la sais capable d'envoûtements pour ces messieurs.

    Envoûtement, dixit le P'tit Robert : charme, fascination, séduction.
    IooI, envoûté.

    Voilà, finalement, j'avais raison.
    Bon, lorsque j'en aurai le temps, je ferai envoler ma plume.
    J'attends l'inspiration.
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Jeu 11 Juin - 13:47

    carmencita a écrit:Bon, lorsque j'en aurai le temps, je ferai envoler ma plume.
    J'attends l'inspiration.

    Excellente idée, belle envolée, ma Poule.

    Au cas, où tu sècherais, je t´offre un rôle dans la FICTION TGF, si tu veux.


    _________________
    Agathe

    carmencita

    Localisation : Hyères Var

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par carmencita le Jeu 11 Juin - 19:25

    Glatch a écrit:
    carmencita a écrit:Bon, lorsque j'en aurai le temps, je ferai envoler ma plume.
    J'attends l'inspiration.

    Excellente idée, belle envolée, ma Poule.

    Au cas, où tu sècherais, je t´offre un rôle dans la FICTION TGF, si tu veux.
    Merci ma cocotte, mais je vais essayer de me débrouiller seule, comme une grande fille que je suis.
    Ceci dit, lorsque j'aurai sorti de ma tête tout ce qui n'est pas utile, je me remettrai à écrire.
    Je vais me formater.......................
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Jeu 11 Juin - 23:52

    carmencita a écrit:Merci ma cocotte, mais je vais essayer de me débrouiller seule, comme une grande fille que je suis.
    Je n´en attendais pas moins de toi, ma poulette !
    Allez... un épisode qui t´est dédié, Carmencitissima, ainsi qu´à Wapitissima, Fabizanissima et à tout le forum pendant qu´on y est! (excepté Glatch qui n´a rien à voir là-dedans). Attention, la pente est raide, ce soir.


    Avant que j´te fasse un récapitulatif du weekend dans les Alpes avec PAF, du sketch de l´avertissement number 2 collé par la Direction à la mytho qui bosse avec Jéjé (numéro 3 équivalant au siège éjectable), je voulais te briefer sur mes retrouvailles avec Hossein parce que je sens bien que tu fais un blocage à ce niveau. J´aurai peut-être pas le temps de faire le tour de toutes les questions aujourd´hui, mais je commence par Hossein, le Doc au regard vert-pistache. Tu vas encore me sortir ton couplet du « quand la fiction rencontre la réalité » !

    Est-ce que t´as déjà vu une crêpe se crasher au sol après que le système de contrôle du pilote automatique de la Téfal ait défailli ? Voilà. Tu sais en gros quelle allure j´avais après m´être pris les pieds dans une tubulure de park-stop l´autre jour, alors que je speedais pour arriver à l´heure au taf. En un éclair de flashback, j´ai revu mon pater qui me répétait sans arrêt de lever les pieds en marchant, si je voulais éviter d´être couverte d´écorchures et de bleus supplémentaires. En fait, trébucher, c´était un truc que j´avais inventé, pour qu´il me hisse sur ses épaules, mon perchoir favori.

    Bref. J´en étais à pester et à me redresser quand une poigne solide m´a porté secours. J´ai capté un « ca ira ? », une voix, un accent, comme un déjà vu... Une fois que j´ai relevé le pif, j´ai découvert que mon chevalier servant n´était autre qu´Hossein.

    - Hossein, décidément, t´en rates jamais une. C´est toi qui m´as fait un croche-pied ?
    - On croit rêver ! Juliette, ça fait des années qu´on s´est pas vus et le premier truc que tu trouves à faire avant de me dire bonjour, c´est de m´accusier de t´avoir fait tomber !
    - On dit accu-ser sans I…
    - Je sais qu´on dit accu-ser. J´ai dit accu-ser. Tiens, ta mauvaise foi et ton sale caractère me manquaient sans que je m´en rende compte.
    - Pourquoi tu dis accu-sier, alors ? Et qu´est ce que tu fous en ville ?
    - J´habite et j´exerce dans cette ville. J´ai déménagé récemment. T´as le temps de boire un café ? je t´expliquerai. De toute façon, je t´aurais contactée sans tarder.
    - Pas maintenant, il faut que j´aille bosser. Ce soir, si tu veux. Tu tombes un pic, mon rencard s´est décommandé.
    - Ben voyons. Je veux bien boucher le trou de ton emploi-du-temps, à une condition…
    - Ca recommence, le chantage ! Annonce la couleur, j´suis à la bourre.
    - Un café c´est trop court, on mange ensemble.
    - Tu m´invites ?
    - Evidemment.
    - Tope-là. On dit 20 heures ? C´est à cette heure que je suis le plus affamée !

    Et voilà. C´est comme ça que je suis retombée dans le cercle infernal Hosseinien. Je dis « infernal » parce que j´en ai pas mal bavé à la fac, quand on était ensemble. Hossein, je l´ai rencontré à la cité U. Il créchait dans le même bâtiment que moi et on se croisait souvent le soir dans la cuisine commune. Son français était encore assez bancal mais on rigolait quand même pas mal. Quand je rentrais de cours, j´étais toujours trop nase pour me cuisiner du sophistiqué, si bien qu´au bout d´un certain temps, c´est lui qui me nourrissait. Il préparait des casseroles de riz à l´iranienne et des poellées de légumes invraissemblables. Sa mère lui envoyait des kilos de pistaches de Téhéran, qu´on partageait en écoutant de la zique dans ma piaule ou dans la sienne.

    Pourtant, il ramait à fond en n-ième année de médecine, alors que je me la coulais douce en dernière année du cursus que tu sais (pour l´avoir suivi toi-même). Le jour où il m´a déclaré sa flamme a précédé de peu celui où il m´a présenté son pote, Mansour, un Téhéranais comme lui, qui suivait les mêmes études et qui créchait un étage au dessus. Dès ce jour, j´ai été prise entre deux feux. Je ne m´attendais ni à l´une ni à l´autre histoire. J´avais d´un côté Hossein le rationnel, l´ambitieux, le calculateur. Et de l´autre, Mansour le doux, l´attentionné, le rêveur. J´ai mis un ptit bout de temps pour piger que le cocktail idéal aurait été une mixture des deux.

    Et ouais, déjà à cette époque, j´étais jamais contente. Même gamine, d´ailleurs! Quand ma mère me demandait « tu veux des fraises et des framboises ? », je répondais systématiquement « des deux » parce que je supportais pas qu´on me force à manger des fraises sans framboises et inversement. Idem pour Hossein (la barquette de fraises) et Mansour (celle de framboises).

    En gros, on jouait à Jules et Jim, version perse. Mansour m´attirait comme un truc magnétique, mais j´avais l´impression d´appartenir à Hossein. On déambulait ensemble des après-midi entières en ville. Au bout d´un mois de ce manège à trois, bien que voyant Mansour se consumer de désir pour moi, j´ai craqué pour Hossein. Notre première nuit d´amour, on l´a passée dans sa piaule. Crois-moi ou pas, ça a été le plus grand fiasco du siècle !

    Je sentais que Mansour, à quelques portes de là, était défoncé de dépit. J´étais tombée dans les bras d´Hossein tout en ayant le sentiment d´avoir fait une mauvaise pioche. Tu l´as dit... jeune et con à la fois ! A partir de ce moment, j´ai déclaré ouverte ma guerre (secrète) à Hossein qui brisait le rêve de Mansour ainsi que le mien, inavouable. On passait notre temps à nous déchirer, puis à nous rabibocher en nous envoyant en l´air. Entre temps, il avait appris à m´apprivoiser au plumard et je me réappropriais mes droits en prenant la clé des champs cinq jours sur sept. Même Tonton Freud y aurait perdu son latin!

    Pour finir, Hossein et moi, on ne se supportait plus qu´en position horizontale. En position verticale, je cogitais trop et j´avais la tête pleine de Mansour. J´ai tenu un an à ce rythme. Et puis j´ai pris mes clics et mes clacs et suis partie à l´étranger. Hossein, qui avait esquissé des montagnes de projets avec moi (m´emmener en vacances dans son pays, me présenter à sa famille... la Totale maybe!) s´est retrouvé sur le carreau à la veille des exams, qu´il a fini par décrocher, tout comme Mansour.

    Alors, imagine un peu sa tête quand je lui ai raconté au resto que je rentrais d´un séjour en Iran et que j´avais kiffé à fond. Au lieu de ressasser notre rancoeur passée, on est retombé dans les bras l´un de l´autre. C´est physique, en fait. Un peu comme s´il s´enduisait le corps d´un onguent attrape-Juliette chaque fois qu´il me croise. Dès que je chope son regard, que j´effleure un des ses doigts, c´est sa main qu´il me faut, son bras, sa bouche et puis bien plus... évidemment !

    Quand au matin on reprend notre souffle, Hossein me raconte le Doc qu´il est devenu et le cabinet qu´il vient d´ouvrir en centre-ville, le far-Ouest amoureux avec son ex-femme et ses désillusions. Il dit que de toute façon, après moi, il n´a plus jamais cru à l´Amour total... au mieux aux saisons de la Passion. Il murmure qu´il croyait tout juste être venu à bout des sillons béants que j´avais labourés en lui... qu´on s´est retrouvés. Il a surtout fait d´énormes progrès en français, pour me sortir des énormités pareilles !

    Hossein est aussi petit et trapu que PAF est svelte et élancé. Si PAF vote la vie, Hossein vote la survie. Si PAF dit Amour, Hossein répond Passion. Si PAF est payé pour penser analyses marketing, Hossein rétorque idéaux. PAF contemple des horizons dégagés, Hossein est perpétuellement le dos au mur. Et moi, dans tout ça ? Suis la glandeuse de la bande, surfant sur la vague d´anti-fatalisme en attendant qu´une lame me déchire : casse-gueule comme pas possible, tu l´as dit.

    Y en a un (je sais plus qui) qu´a écrit « nos vies sont une guerre ». S´il savait comme il gère trop la problématique, le bougre !


    _________________
    Agathe

    carmencita

    Localisation : Hyères Var

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par carmencita le Ven 12 Juin - 7:37

    Glatch a écrit:
    carmencita a écrit:Merci ma cocotte, mais je vais essayer de me débrouiller seule, comme une grande fille que je suis.
    Je n´en attendais pas moins de toi, ma poulette !
    Allez... un épisode qui t´est dédié, Carmencitissima, ainsi qu´à Wapitissima, Fabizanissima et à tout le forum pendant qu´on y est! (excepté Glatch qui n´a rien à voir là-dedans). Attention, la pente est raide, ce soir.


    Avant que j´te fasse un récapitulatif du weekend dans les Alpes avec PAF, du sketch de l´avertissement number 2 collé par la Direction à la mytho qui bosse avec Jéjé (numéro 3 équivalant au siège éjectable), je voulais te briefer sur mes retrouvailles avec Hossein parce que je sens bien que tu fais un blocage à ce niveau. J´aurai peut-être pas le temps de faire le tour de toutes les questions aujourd´hui, mais je commence par Hossein, le Doc au regard vert-pistache. Tu vas encore me sortir ton couplet du « quand la fiction rencontre la réalité » !

    Est-ce que t´as déjà vu une crêpe se crasher au sol après que le système de contrôle du pilote automatique de la Téfal ait défailli ? Voilà. Tu sais en gros quelle allure j´avais après m´être pris les pieds dans une tubulure de park-stop l´autre jour, alors que je speedais pour arriver à l´heure au taf. En un éclair de flashback, j´ai revu mon pater qui me répétait sans arrêt de lever les pieds en marchant, si je voulais éviter d´être couverte d´écorchures et de bleus supplémentaires. En fait, trébucher, c´était un truc que j´avais inventé, pour qu´il me hisse sur ses épaules, mon perchoir favori.

    Bref. J´en étais à pester et à me redresser quand une poigne solide m´a porté secours. J´ai capté un « ca ira ? », une voix, un accent, comme un déjà vu... Une fois que j´ai relevé le pif, j´ai découvert que mon chevalier servant n´était autre qu´Hossein.

    - Hossein, décidément, t´en rates jamais une. C´est toi qui m´as fait un croche-pied ?
    - On croit rêver ! Juliette, ça fait des années qu´on s´est pas vus et le premier truc que tu trouves à faire avant de me dire bonjour, c´est de m´accusier de t´avoir fait tomber !
    - On dit accu-ser sans I…
    - Je sais qu´on dit accu-ser. J´ai dit accu-ser. Tiens, ta mauvaise foi et ton sale caractère me manquaient sans que je m´en rende compte.
    - Pourquoi tu dis accu-sier, alors ? Et qu´est ce que tu fous en ville ?
    - J´habite et j´exerce dans cette ville. J´ai déménagé récemment. T´as le temps de boire un café ? je t´expliquerai. De toute façon, je t´aurais contactée sans tarder.
    - Pas maintenant, il faut que j´aille bosser. Ce soir, si tu veux. Tu tombes un pic, mon rencard s´est décommandé.
    - Ben voyons. Je veux bien boucher le trou de ton emploi-du-temps, à une condition…
    - Ca recommence, le chantage ! Annonce la couleur, j´suis à la bourre.
    - Un café c´est trop court, on mange ensemble.
    - Tu m´invites ?
    - Evidemment.
    - Tope-là. On dit 20 heures ? C´est à cette heure que je suis le plus affamée !

    Et voilà. C´est comme ça que je suis retombée dans le cercle infernal Hosseinien. Je dis « infernal » parce que j´en ai pas mal bavé à la fac, quand on était ensemble. Hossein, je l´ai rencontré à la cité U. Il créchait dans le même bâtiment que moi et on se croisait souvent le soir dans la cuisine commune. Son français était encore assez bancal mais on rigolait quand même pas mal. Quand je rentrais de cours, j´étais toujours trop nase pour me cuisiner du sophistiqué, si bien qu´au bout d´un certain temps, c´est lui qui me nourrissait. Il préparait des casseroles de riz à l´iranienne et des poellées de légumes invraissemblables. Sa mère lui envoyait des kilos de pistaches de Téhéran, qu´on partageait en écoutant de la zique dans ma piaule ou dans la sienne.

    Pourtant, il ramait à fond en n-ième année de médecine, alors que je me la coulais douce en dernière année du cursus que tu sais (pour l´avoir suivi toi-même). Le jour où il m´a déclaré sa flamme a précédé de peu celui où il m´a présenté son pote, Mansour, un Téhéranais comme lui, qui suivait les mêmes études et qui créchait un étage au dessus. Dès ce jour, j´ai été prise entre deux feux. Je ne m´attendais ni à l´une ni à l´autre histoire. J´avais d´un côté Hossein le rationnel, l´ambitieux, le calculateur. Et de l´autre, Mansour le doux, l´attentionné, le rêveur. J´ai mis un ptit bout de temps pour piger que le cocktail idéal aurait été une mixture des deux.

    Et ouais, déjà à cette époque, j´étais jamais contente. Même gamine, d´ailleurs! Quand ma mère me demandait « tu veux des fraises et des framboises ? », je répondais systématiquement « des deux » parce que je supportais pas qu´on me force à manger des fraises sans framboises et inversement. Idem pour Hossein (la barquette de fraises) et Mansour (celle de framboises).

    En gros, on jouait à Jules et Jim, version perse. Mansour m´attirait comme un truc magnétique, mais j´avais l´impression d´appartenir à Hossein. On déambulait ensemble des après-midi entières en ville. Au bout d´un mois de ce manège à trois, bien que voyant Mansour se consumer de désir pour moi, j´ai craqué pour Hossein. Notre première nuit d´amour, on l´a passée dans sa piaule. Crois-moi ou pas, ça a été le plus grand fiasco du siècle !

    Je sentais que Mansour, à quelques portes de là, était défoncé de dépit. J´étais tombée dans les bras d´Hossein tout en ayant le sentiment d´avoir fait une mauvaise pioche. Tu l´as dit... jeune et con à la fois ! A partir de ce moment, j´ai déclaré ouverte ma guerre (secrète) à Hossein qui brisait le rêve de Mansour ainsi que le mien, inavouable. On passait notre temps à nous déchirer, puis à nous rabibocher en nous envoyant en l´air. Entre temps, il avait appris à m´apprivoiser au plumard et je me réappropriais mes droits en prenant la clé des champs cinq jours sur sept. Même Tonton Freud y aurait perdu son latin!

    Pour finir, Hossein et moi, on ne se supportait plus qu´en position horizontale. En position verticale, je cogitais trop et j´avais la tête pleine de Mansour. J´ai tenu un an à ce rythme. Et puis j´ai pris mes clics et mes clacs et suis partie à l´étranger. Hossein, qui avait esquissé des montagnes de projets avec moi (m´emmener en vacances dans son pays, me présenter à sa famille... la Totale maybe!) s´est retrouvé sur le carreau à la veille des exams, qu´il a fini par décrocher, tout comme Mansour.

    Alors, imagine un peu sa tête quand je lui ai raconté au resto que je rentrais d´un séjour en Iran et que j´avais kiffé à fond. Au lieu de ressasser notre rancoeur passée, on est retombé dans les bras l´un de l´autre. C´est physique, en fait. Un peu comme s´il s´enduisait le corps d´un onguent attrape-Juliette chaque fois qu´il me croise. Dès que je chope son regard, que j´effleure un des ses doigts, c´est sa main qu´il me faut, son bras, sa bouche et puis bien plus... évidemment !

    Quand au matin on reprend notre souffle, Hossein me raconte le Doc qu´il est devenu et le cabinet qu´il vient d´ouvrir en centre-ville, le far-Ouest amoureux avec son ex-femme et ses désillusions. Il dit que de toute façon, après moi, il n´a plus jamais cru à l´Amour total... au mieux aux saisons de la Passion. Il murmure qu´il croyait tout juste être venu à bout des sillons béants que j´avais labourés en lui... qu´on s´est retrouvés. Il a surtout fait d´énormes progrès en français, pour me sortir des énormités pareilles !

    Hossein est aussi petit et trapu que PAF est svelte et élancé. Si PAF vote la vie, Hossein vote la survie. Si PAF dit Amour, Hossein répond Passion. Si PAF est payé pour penser analyses marketing, Hossein rétorque idéaux. PAF contemple des horizons dégagés, Hossein est perpétuellement le dos au mur. Et moi, dans tout ça ? Suis la glandeuse de la bande, surfant sur la vague d´anti-fatalisme en attendant qu´une lame me déchire : casse-gueule comme pas possible, tu l´as dit.

    Y en a un (je sais plus qui) qu´a écrit « nos vies sont une guerre ». S´il savait comme il gère trop la problématique, le bougre !

    Voila, j'ai pris le temps qui m'a pris du temps, de tout lire.
    J'ai tout compris.
    Ma plume en restera là, aucune imagination débordante pour l'instant, de toute manière, je n'ai pas le niveau de george Sand. Mais, je pourrai peut-être trouver une corrélation de Juliette avec la petite Fadette, donc, Juliette prendra un autre prénom dans mon histoire qui n'est pas encore au point.
    D'autant que le soleil de chez moi, incite plutôt à la flemme, dès que je m'assieds quelque part, je m'endors.

    D'accord pour nos vies sont une guerre, je dirai perpétuelles, c'est pourquoi les ans pèsent si lourd, et que dès les 70 printemps, si on rel^che l'attention, on plonge.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Invité le Ven 12 Juin - 20:47

    Juliette, j’y crois pas, je te retrouve ici!!!!

    J’t’explique : je cherchais sur le net, un village sympa, un peu éloigné de tout pour être seule, vraiment seule.
    Je tombe sur ce forum, je vois qu’il y a 38 membres et j’me dis « c’est quoi ce truc », je lis un peu tout et ? et ? je Te lis. J'me dis "non! c'est pas possible"
    Je relis et là, je vois Hossein. Et pan, c’est bien la Juliette que je connaissais.
    Parce que Hossein, avant qu’il ne soit tien, il était mien hein ! faudrait pas oublier. Une capture franche et rude de ta part. Que ça à fait un coup de couteau dans notre amitié qui datait du lycée.
    M’enfin, tu racontes un tas d’histoires de tes mecs, sont bien gentilles et même très sages. Si-si Carmencita c’est véridique ce qu’elle raconte, mais elle tait tellement plus hot !!. Ok, Juliette , je n’en parlerai qu’avec ton aval.
    Je te vois déjà rougir, parce que je suppose que tu rougis toujours n'est-ce-pas ?
    La pinède à Hyères par exemple, la boîte romantica au Cap d'Agde re-par exemple, les vacances en stop vers la Norvège rere-par exemple. Chutt je dis rien..

    Chuis ravie de te retrouver.
    J’te donne mon portable 0614630669. Je ne l’emmène pas avec moi ce week-end mais tu peux dès lundi.
    Les autres,zavez l'air sympa mais c’est pas la peine de m’appeler, j’vous connais pas encore

    Laetitia C.
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Ven 12 Juin - 21:22

    pondy a écrit:Ok, Juliette , je n’en parlerai qu’avec ton aval.
    Parle Laetitia,

    je suis face au miroir...Dès que je me vois rougir, je te fais signe.

    Mais il va falloir en noircir des lignes !


    _________________
    Agathe
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par mamina le Sam 13 Juin - 2:17

    Ah ben vous pouvez en parler de ce deux là ! Juliette et Laetitia ! je ne suis pas prête de les oublier nos quinze jours de vacances au camping « Tous à
    poil » » à Agde…

    Pour une fois nous avions décidé avec Marcel de changer nos habitudes et de faire comme tous les voisins du quartier, aller mater les fesses plates, les seins qui tombent et les zézettes riquiquis sur les plages de nudistes… on nous avait dit qu’on pouvait y aller tranquille, sans complexes avec tout ce qu’on voyait de moche là-bas…

    Et voila t’y pas que nos voisines les plus proches c’étaient ces deux donzelles, tout juste si Marcel a pu garer correctement son camping-car quand il les a vu ! il était rouge comme tout sous son bob, il en avait les yeux tout retournés…

    Faut dire que comme effrontées c’étaient les championnes, et ça riait, et ça interpellait tous les hommes qui passaient dans le coin… même avec mon Marcel, « oh M’Sieur Marcel on a la table qui plie, on a le gaz qui fuit, le matelas qui gonfle plus » et cet imbécile qui se précipitait… moi, j’suis pas sortie du camping-car, pas question de quitter mon paréo d’Argelès quand elles étaient dans le coin…Des jeunesses qui me faisait passer pour une vieille peau !

    Et puis, la vie qu’elles menaient, couchées à pas d’heure, du coup réveillées que l’après-midi, puis elles se pomponnaient, se maquillaient, musique à fond, se moquant de tous ceux qui passaient, faisant la bringue dans le dancing du coin « le Romantica » j'crois bien, pour rentrer avec un homme différent chaque nuit… oui, oui j’ai tout vu… et surtout tout entendu… ça je peux pas raconter !!! mais j’en ai appris des choses !

    D’ailleurs, tout n’était pas perdu et Marcel, ça le frétillait, de ce côté-là au moins on a passé de bonnes vacances !


    Puis, y’a eu deux gars qui sont arrivés un matin, un bien bronzé, sûrement pas un gars d’ici, et un autre plus français… pendant deux jours ils ont fait que boire, sortir, faire la java et après c’est passé aux disputes, les filles se sont fâchées, les gars ont crié, même que Marcel a failli intervenir quand ils en sont venus aux mains, de la jalousie surement… ch’ai pas trop ce qui s’est passé, ils sont partis le jour même où le gérant les a fait déguerpir, sûrement pour faire la fête ailleurs…

    En tous les cas, c’était la fin pour nous aussi ! je suis rentrée crevée car pas une nuit au calme, je suis rentrée blanche comme un torchon car je n’ai pas osé me faire bronzer devant ces belles demoiselles,, vous parlez de vacances !!!!

    Paulette
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Sam 13 Juin - 17:23

    mamina a écrit:Ah ben vous pouvez en parler de ce deux là ! Juliette et Laetitia !

    Salut Josette, euh Paulette,

    j´attends, si tu le permets, la version tant annoncée de Laeticia pour... choisir mon avocat et préparer ma défense.

    Bien à toi

    PS. En espérant, que le Marcel, "ça le frétille" toujours...


    _________________
    Agathe
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par fabizan le Sam 13 Juin - 18:02

    Tu sais Paulette, t'aurais pas dû te priver de bronzette à cause des deux donzelles, tout ça c'est allumeuses et compagnie !
    La "frétillette" de Marcel c'est bien toi qui en a profité, non ? Et puis ne dit-on pas que c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe, crois en mon expérience !


    _________________
    Fabienne
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par mamina le Sam 13 Juin - 19:17

    De la fiction je vous dis... de la fiction !!!! clin d'oeil
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Dim 14 Juin - 8:13

    mamina a écrit:De la fiction je vous dis... de la fiction !!!! :;-):
    Y a que quand tu le dis, toi, Josette, que c´est crédible.
    Quand je me tue le gosier à le dire, personne me croit.

    Elle doit en avoir gros sur la patate, la Laeticia, vu tout le temps qu´elle se laisse pour en parler de son histoire à deux balles...
    Alors qu´elle a mon aval depuis la nuit des temps.


    _________________
    Agathe
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Dim 14 Juin - 14:08

    fabizan a écrit: Et puis ne dit-on pas que c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe, crois en mon expérience !
    Allez un numéro spécial Fabizan, ce dimanche. Avec mes remerciements!


    Je l´ai trop flashé sur ce « nos vies sont une guerre ». Je me le suis imprimé sur mon t-shirt « revivritude » et j´ai effacé le « I love ME ». Au dos, j´ai inscrit « PAF loves JFK » et « Hossein loves Juliette ». Ca suffit amplement pour me redonner confiance. J´ai laissé une petite place au bas du t-shirt au cas où... un numéro Trois m´aimerait sans prévenir.

    Je te glisse vite fait le petit topo promis de la semaine. Hossein m´attend pour aller au cinoche (un film engagé évidemment, le principal avec Hossein étant ne ne jamais se vider la tête mais d´enclencher en permanence la manette « gamberge » ).

    Au taf, j´ai fait une nouvelle connaissance à la cantine hier midi. Une Fabienne. Ca fait du bien parce qu´avec Jane qui a quitté la boîte brutalement (trop en décalage avec cet univers de prédateurs), je me sentais peu entourée de consoeurs fréquentables. Je revois Jane en privé de façon plutôt épisodique parce qu´elle est tellement imprévisible que c´est tout un sport d´arriver à trouver le bon créneau.

    Fabienne est une des deux secrétaires à mi-temps du département « Ressources Humaines ». Ce poste lui colle à la peau. Entre nous, s´il y en a une qui est rescapée de cet asile et ressourcée, c´est bien elle. Elle kiffe de pouvoir « agir au coeur de l´entreprise » comme elle dit. Elle se dit « humaine » et ne saurait jamais rien faire d´autre que tafer pour « les humains ». C´est pas ironique ce que je te raconte. Elle a vraiment la pêche, cette gonzesse.

    Son âge ? J´sais pas trop, à vrai dire. En tout cas, elle le porte à merveille et à des années lumière des préoccupations des belettes péroxydées qui squattent les autres postes de secrétariat. On tapé une bonne petite discu autour d´une salade thaïlandaise (ben ouais, y a des jours où on fait gaffe quand même... disons un excès de moins que tous les autres jours). Elle me lance en partant « c´est dans les vieux pots qu´on fait les meilleures soupes, crois-en mon expérience ». J´lui ai fait « j´en crois pas un mot, crois-en la mienne ! » et on a piqué un fou rire.

    Au poil cette nana. Le genre de caractère bien trempé mais équilibré. Sur son front, c´est gravé « le bonheur est dans le pré. Suffit de le saisir. Faites comme moi ! ». Tu rêves que tout est simple et à portée de main quand tu l´écoutes. Aucun zigzag. Bourrée d´humour. Tu me diras je comprends mieux que son état d´esprit soit pas vraiment bancal ces temps-ci. Elle s´est lancée récemment à corps perdu dans le théâtre, corps qu´elle partage le reste de son temps libre avec... son chef !

    C´est ouf, hein ?! Ouais, elle aussi. Sauf que Fabienne, elle est tellement épanouie qu´elle la cache à personne son amourette, ou plutôt l´Amour de sa deuxième vie. Quand elle en parle, elle est à craquer d´émotions. Elle me dit « un monsieur fort sympathique, de mon âge, divorcé et libre de toute attache, comme moi ».

    Apparemment c´est lui qui aurait d´abord flashé sur elle. Elle dit qu´elle aurait été plus givrée que tous les stocks de cabillaud TGF si elle n´avait pas succombé. Alors là, si elle prend pas son panard, elle, c´est que l´Histoire entre hommes et femmes est à réinventer ! Je savais pas que Georges Sandre (sans dec, c´est son nom !) était divorcé et avait des gamins. Un type qui a pas l´air de se la jouer despotique ou je sais-tout. Assez stylé et toujours avenant.

    Ce que je me dis, c´est qu´il se sont trouvés ces deux-là et qu´il n´en font pas des entourloupes mystérieuses comme kitusé. Nan. J´lui ai rien dit pour PAF et moi. Fabienne a l´air d´être capable de garder un secret, mais on se connait pas encore assez. Il suffit d´une gaffe et la rumeur part en étincelle puis en brasier. Je sais trop bien de quoi je parle. C´est pas PAF qui va payer mon loyer, si je me fais virer.

    D´ailleurs à propos de PAF, je résume en deux mots parce que Hossein a horreur de faire le poireau. Le weekend en montagne a été à son image : surréaliste, loufoque et hot hot hot ! Ce chalet, c´est un pote qui le lui a prêté. Une fois que l´Audi de Monsieur a été garée, il a fallu grimper quatre ou cinq kilomètres avec tout le barda. Par contre une fois qu´on s´est hissés dans les hauteurs, y avait personne pour venir jouer les voyeurs, ni pour venir nous dépanner d´ailleurs ! On a passé la première soirée à chercher comme des dingos l´ouverture du gaz pour faire à bouffer. Au bout du compte, on s´est contentés d´une rondelle de saucisson et d´un bout de pain (ce qui me fait penser que PAF n´est sûrement pas le prototype du Monsieur Bricolage).

    Me suis esclaffée en constatant qu´il y avait vraiment un peau de bête devant la cheminée. Si bien qu´avant de la malmener, on a allumé un feu et fait des brochettes de fromage qu´on laissait ensuite fondre sur notre pain, un peu comme les hommes des cavernes. Je te vois venir, barge comme t´es. Tu rêves que d´un truc, c´est de m´extorquer tous les détails concernant le « dessert », pris évidemment devant la cheminée... T´es gonflée parce qu´avec ton mari tout neuf, t´es largement assez équipée pour subvenir à tes propres fantasmes.

    Le plus cocasse, c´est qu´après être partis d´assez bonne heure le lendemain matin, PAF s´est tordu le pied au bout de deux petites heures de crapahutage. Vu le manège et ne sachant pas si c´était du lard ou du cochon, j´ai cru que j´allais devoir le porter sur mon dos ou appeller un hélico. Finalement, on a pu repartir, à pas d´escargot. Sinon, y avait tou-jours un truc. Quand il vérifiait pas qu´une tique lui grimpait pas quelque part sur le buste sous prétexte que « la maladie de Lyme, merci ! » (des tiques à cette altitude... ben voyons), il s´inquiétait en croyant s´enrhumer (sûrement la forme la plus virulente de la peste mexicaine). Finalement on a fait une boucle moins longue que prévu parce que je nous voyais tomber dans une crevasse à force de jérémiades capables de nous porter vraiment la poisse.

    C´était pas plus mal comme ça parce que le temps s´est gâté assez vite et on s´est refugiés dans le chalet au moment où l´orage nous a rattrappés. Je te passe les détails sur le reste de notre emploi du temps... même pas interrompu par la sonnerie des portables (hé hé qui ne passaient pas, au grand désespoir de PAF selon qui « au cas où il y aurait un blème au bureau ». Tu parles !). Tout est bien qui finit bien. Juste avant de partir, il a trouvé la planque du robinet de gaz, si bien qu´on a pu casse-croûter en réchauffant nos conserves plutôt que de redescendre affamés après des efforts physiques aussi énormes ! Tu sais pourquoi maintenant j´ai des courbatures partout.

    Aïe, Hossein va m´attendre pour de bon. Je lui ai répondu que je préférais le plan cinoche en soirée et en duo plutôt que, comme il me l´avait proposé, la journée à faire le clown dans un parc d´attraction Mickey avec ses mômes. C´est à son tour de les avoir ce dimanche. Même si je kiffe les ptites têtes ébouriffées et les joues barbouillées de glace fraise-chocolat, je me vois mal jouer la bonne copine de sa progéniture. Je les ai rencontrés par hasard en ville l´autre jour. Deux ptits gars et une fifille à croquer, bilingues et tout et tout. J´suis pas prête, c´est tout. N´importe qui peut comprendre ça. Comme si notre histoire n´était pas assez emmêlée comme ça.

    Zou, j´enfile un jean et un haut échancré et j´y vais.

    PS. Au fait j´t´ai pas dit. Dans le cadre de mon programme « revivre », j´me suis mise au Karaté. Enfin... je vais m´y mettre. Gamine, j´avais bien marché au judo et je sens que je vais lover de retrouver les réflexes du tatami. Mon dos supporte de moins en moins les joggings sur les berges bétonnées et comme tous ces trucs à la mode, Tai-chi, yoga, pilates, feldenkrais etc. me bottent pas du tout, je vais me ressourcer en kimono. Ouaip, je fais la guerre au temps qui passe ! Tu f´rais bien t´y mettre aussi avec ton pt´it mari...


    _________________
    Agathe
    avatar
    fabizan

    Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par fabizan le Dim 14 Juin - 17:22

    Eh Juliette, tu la connais bien la Fabienne apparemment ! Sauf que la salade Thaïlandaise, elle l'a partagée avec toi pour te faire plaisir, l'exotisme c'est pas son truc, le tatami non plus d'ailleurs, elle est plutôt adepte de couches plus moelleuses !
    Au fait je crois qu'elle sait garder un secret, tu peux donc tout lui raconter !
    (Merci Agathe pour ce numéro spécial)


    _________________
    Fabienne
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Invité le Lun 15 Juin - 10:55

    "Et puis, la vie qu’elles menaient, couchées à pas d’heure, du coup réveillées que l’après-midi, puis elles se pomponnaient, se maquillaient, musique à fond, se moquant de tous ceux qui passaient, faisant la bringue dans le dancing du coin « le Romantica » j'crois bien, pour rentrer avec un homme différent chaque nuit… oui, oui j’ai tout vu… et surtout tout entendu… ça je peux pas raconter !!!"

    Seigneur !!!!, le monde est vraiment tout petit.

    Il me semble bien que vous êtes la Paulette de cet été là. Tous les trois jours vous sortiez du camping-car la tête hérissée de piques roses et bleues qui tenaient vos bigoudis. Nous avions droit à votre sourire crispé et on se fichait de vous dans votre dos. On se disait que Marcel, votre mari devait vous honorer en pensant aux deux nanas d’à côté. Fallait voir ses regards concupiscents glissés en douce quand il allumait le barbecue. Ca le gênait pas de nous envoyer les volutes puantes de sardines grillées.

    Là où je ne suis pas d’accord, c’est pour le bruit nocturne. Vous poussez le bouchon un peu trop, parce que la nuit, nous, on n’était pas là. On rentrait à l’aube pour dormir jusqu’à deux heures de l’après-midi. J’vous dis, ce sont les sardines grillées qui nous réveillaient et même qu’après tout l’alcool ingurgité la nuit, cette odeur nous soulevait le cœur.

    Vous restiez en paréo et êtes rentrée blanche, c’est aussi bien parce que nous, cet été là, nous avons tellement somnolé sur la plage en plein soleil, qu’il nous reste sur les épaules et le dos une multitude de taches brunes archi laides. Juliette voulait que le dermato lui enlève parce qu’elle avait la trouille du cancer de la peau, il lui a dit « niet, faudrait passer une meule sur toute la peau, c’est impossible ».

    Rentrer avec un homme différent !!! Pile-poil vrai, j’me disais bien que je voyais le rideau du camping-car se soulever !!!
    Juliette est d’accord pour que je raconte, mais là, j’ai pas l’temps.

    A bientôt Paulette, trop drôle de se retrouver dans ce village.
    avatar
    IooI

    Localisation : Île Moon's Terre

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par IooI le Lun 15 Juin - 20:21

    De la fiction je vous dis... de la fiction !!!!

    Moi j'espère qu'c'en est pas, d'la fiction.

    IooI, le vrai.


    _________________
    J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Lun 15 Juin - 22:08

    IooI a écrit:
    Moi j'espère qu'c'en est pas, d'la fiction.

    IooI, le vrai.

    Vrai IooI,

    si c´était pas de la fiction, Mamislava s´appellerait Mamina, Fabienne serait Fabizan et Juliette pourrait être appelée Agathe.

    Or si tu relis bien, ca le fait pas.


    _________________
    Agathe
    avatar
    IooI

    Localisation : Île Moon's Terre

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par IooI le Lun 15 Juin - 23:05

    PAF s´est tordu le pied


    Un faible du pied, est-ce fiable ?
    Hin hin hin...

    IooI, le pied.


    _________________
    J'aime mon p'tit bout de tissu à fleurs.

    carmencita

    Localisation : Hyères Var

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par carmencita le Mar 16 Juin - 12:35

    Glatch a écrit:
    IooI a écrit:
    Moi j'espère qu'c'en est pas, d'la fiction.

    IooI, le vrai.

    Vrai IooI,

    si c´était pas de la fiction, Mamislava s´appellerait Mamina, Fabienne serait Fabizan et Juliette pourrait être appelée Agathe.

    Or si tu relis bien, ca le fait pas.

    Et moi??? je suis où dant tout celà?
    Dans les arènes sans doute, en train de mater un beaqu toréador.................
    En robe de gitane, avec un éventail et des castagnettes..........
    Vous pourriez me rejoindre, les Juliette, Paulette, Maminette, iololino, Fabizanette, pondychérynette,
    On se ferait un flamenco d'enfer.
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Glatch le Mar 16 Juin - 16:09

    carmencita a écrit:
    Et moi??? je suis où dant tout celà?

    Je te rappelle, ma Poulette, que je t´ai proposé un rôle (de fiction, comme pour nous, les autres acteurs et actrices, pas de favoritisme sur le plateau...), et que tu as fait ta starlette en prétextant que tu saurais te débrouiller toute seule.

    Ma proposition tient toujours.


    _________________
    Agathe

    Contenu sponsorisé

    Re: dernier soubresaut arqué

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 22 Oct - 18:14