Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Partagez
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Mar 6 Sep - 12:28

Août 2011
Me voici partie pour 15 jours d'un circuit autour de l'Islande qui s'intitule chez le voyagiste : "Le Tour du Pays de Feu".

Le Tour du Pays de Feu...
...aurait dû s'appeler "Le Tour du Pays des Eaux".


Les eaux océaniques qui encerclent cette île aux côtes superbes.
Eaux vertes écumées par le vent dont le ressac s’écrase à grand fracas sur les falaises basaltiques noires de la péninsule Snæfellsnes ; eaux bleu profond qui s’étalent langoureusement dans de tranquilles fjords verts qui accueillent phoques et oiseaux marins divers pour leurs siestes ou leurs repas.

Eaux du ciel qui n’auront de cesse de rejoindre la terre pratiquement tous les jours de ce voyage, en ondées ou bruines sans conséquences, en averse de ‘‘pluie verticale islandaise’’ rinçante, en fantastiques jeux de nuages et de nuées éclairant les terres sauvages de luminosités célestes.
Eaux du ciel décidant de rester là-haut en amas blancs, gris, noirs, jouant à cache-cache avec les sommets enneigés et autres merveilles des hauteurs… pour notre plus grande frustration.

Eaux qui coulent partout, dans tous les sens. Rus, ruisseaux, torrents, rivières, des kilomètres - des milliers de kilomètres - d’eaux qui ondulent, serpentent, galopent, caracolent, sautent, gazouillent, chantent…
Eaux limpides ou chargées de sédiments des multiples gués à traverser sans cesse, à pieds, en véhicule.
Milliers, millions peut-être de chutes d’eau. Celles, anonymes, qui gazouillent sur un ou deux mètres avec un filet cristallin de la largeur de la main, celles qui chantent en rebonds joyeux de rochers en rochers entre les herbes folles, celles qui grondent en fracassant leurs centaines de tonnes par seconde dans leur canyon quelques dizaines de mètres plus bas. Glymur, Goðafoss, Dettifoss, Gullfoss… pour ne citer que les plus connues de ces chutes fantastiques.

Eaux stagnantes, rampantes, cachées, qui baignent partout les champs de linaigrettes, grassettes et autres herbes à marais, dans une boue rouge ou noire, ces eaux dans lesquelles il nous faut sans cesse patauger ; eaux retenues dans ces mousses blanches, grises, vertes, fluorescentes, qui rendent spongieux et glissant le sol rocheux des champs de lave noire…

Eaux calmes, dormantes des lacs et lagunes aux couleurs variées. Le vert d’Ásbyrgi, les bleus de ces cratères assoupis aux parois colorées de rouges, verts, ocres, jaunes… ou encore les bleus lumineux ou les gris reflets du ciel tourmenté de ces retenues lacustres réputées de Mývatn ou du côté de Þingvellir, ou de toutes ces gouilles, mares, lacs, croisés, longés, entraperçus…

Eaux chaudes et douces dans lesquelles il fait bon se plonger dans le relatif froid ambiant, se délasser après quelques belles randonnées, que ce soit dans un ‘‘pot chaud’’ de bois trônant sur la terrasse de notre gîte, dans le « blue lagoon » des bains aux bleus irréels de Mývatn ou en pleine nature au milieu du fantastique et coloré Landmannalaugar…

Eaux figées qui habitent les hauteurs. Neiges résiduelles de l’hiver dernier en multiples névés plus ou moins noircis de cendres volcaniques. Eaux glacées en calottes immenses occupant près de 12% de la surface du pays, généralement installées sur de terribles volcans endormis comme le Snæfellsjökull ou bien vivants tels Vatnajökull, Langjökull ou le bien connu Eyjafjallajökull. Eaux glaciaires qui s’évacuent en de longues et nombreuses langues aux moraines de graviers noirs, qui descendent vers la mer, se perdent parfois en lagons habités d’icebergs blancs et bleus fondant et dérivant…

Eaux de la terre au tempérament volcanique, qui s’expulsent du sol par tous les moyens. Eaux claires et brûlantes qui coulent en surface ou captées, canalisées, pour une utilisation agricole ou énergétique ; eaux sulfureuses bouillonnantes qui glougloutent dans les trous jaunes et blancs puants des sulfatares de Námaskard, Leihrnjúkur ou Geysir ; eaux sous pression qui jaillissent en vapeur constante, fumerolles du champ de lave de la fissure du Kraffla, ou en jets intermittents puissants du Strokkur, si célèbre fiston du Geysir…

Les eaux des fjörður, des foss, des vatn, des jökull...
Islande, terre des eaux.


Dernière édition par Wapiti le Mer 7 Sep - 9:49, édité 2 fois (Raison : poussières de basaltes encrassant les lettres issues du clavier... ;-))


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Invité
Invité

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Invité le Mar 6 Sep - 18:00

sourire
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par mamina le Mar 6 Sep - 19:26


j'ai bien hâte d'aller à ta suite sur cette belle terre d'Islande ! top !

lahaut

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par lahaut le Mar 6 Sep - 21:46

Et les photos ???? ....même pas un résumé pour la MS !!
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Mar 6 Sep - 21:55

lahaut a écrit:Et les photos ???? ....même pas un résumé pour la MS !!
Tu me fatigues, Lahaut !
Les photos, c'est pour plus tard (ou dans une autre rubrique !)...
...et pour ton résumé, il est en gras bleu en bas du texte !! Héé, chausse tes lunettes, Miro !


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Skyrgamur le Mer 7 Sep - 8:58

Ça, c'est du résumé pour la MS : 4 mots. mort de rire !

Continue, top ! j'ai sorti la boîte de mouchoirs pleurs pleurs pleurs


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Lilie le Mer 7 Sep - 9:40

Belle invitation a l'imaginaire. sourire


Lilie
avatar
Fabricia

Localisation : Alpes Maritimes

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Fabricia le Mer 7 Sep - 13:26

Merci et bravo, Wap', de ce début de récit au Pays des Eaux...

Encore !


_________________
Fabricia
"Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Jeu 8 Sep - 18:57

Jour 1 : Barrons-nous à l'ouest ! clin d'oeil

Tarmac de Roissy CDG. L’aérobus nous mène. Surprise de découvrir un aéronef aux couleurs de la dernière tournée de Iron Maiden… Grosse surprise en comprenant que c’est dans cet avion même que nous volerons vers Keflavik. Sourires amusés.
Heureusement, le vol n’a pas été hard rock – si ce n’est l’espèce de langue incompréhensible éructée par l’équipage… c’est ça l’Islandais ? Va falloir s’y faire… – en un peu moins des 3h30 prévues. Petite déception à l'arrivée : pas de douane, pas de tampon sur mon passeport...

Une petite heure de route pour passer de Keflavik à Reykjavik. Première découverte des paysages, des habitations. C’est à la fois dépaysant… et pas vraiment. La même route au retour, avec des yeux moins ignorants, n’apportera pas les mêmes impressions… forcément.
Notre guesthouse Mobby Dick - ça ne s'invente pas - est en plein centre, pratique pour cette première soirée, livrés à nous-mêmes.
Petite balade décoiffante et plus que rafraichissante en front de mer pour rejoindre le port où nous dînons d'excellents poissons au Hofnin, puis dans les rues colorées mais quasi-vides du centre-ville pour rejoindre Hallgrimskirkja, l’église luthérienne aux formes modernes rappelant les orgues basaltiques, qui domine la petite capitale. Il est 22h30 passées, entre chien et loup, lorsque nous rejoignons la guesthouse sous de violentes et froides bourrasques d’est.



_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Jeu 8 Sep - 19:11

Jour 2 : Premières découvertes islandaises...

Le jour est bien levé avant 5 heures, la nuit aura donc duré moins de 6 heures ; mais c’est déjà pas mal quand on sait qu’il y a à peine un mois et demi elle n’existait pas ici.

Notre guide islandais Jön et son van rouge à remorque nous récupèrent pour un grand circuit autour de l’île.
Après un très rapide tour guidée du centre, sortie de Reykjavik, petite ville aux maisons colorées et typiques en son cœur, aux quartiers plus modernes et aseptisés en sa banlieue.

Nous longeons la côte ouest vers le nord, l’océan gris à gauche, le plafond de gris au-dessus et mangeant les sommets des reliefs bruns et noirs à notre droite.
Premier fjord, Hvalfjörður, « fjord de la baleine »… aucune en vue.
Au fond du fjord, nous enjambons une rivière aux saumons et ses pêcheurs bottés au bord de l’eau glacée.


Un peu plus loin, nous randonnons entre serpolet, linaigrettes et autres graminées sauvages et arbustes locaux pour atteindre Glymur, la cascade la plus haute d’Islande. Cordes à tenir, terrain délité, ça grimpe… presque au sec. Les nuages courent sur les sommets alentours, la bruine s’invite par moments, le soleil ne daigne pas éclairer les coteaux verts et bruns. La vue est néanmoins belle, la balade ‘décrassante’, le pique-nique sur sol spongieux agréable face à la chute.



Notre van repart le long du fjord, puis à travers collines, sommets et vallées, le long d’un lac et son chapelet de petits pavillons colorés, d’une rivière, au milieu de la verdure, sous le plafond gris.
De loin en loin nous découvrons nos premières fermes islandaises : des champs vert vif ou vert blond récemment moissonnés aux gros ballots blancs éparpillés, deux ou trois bâtisses, murs blancs toits rouges, ou murs blancs toits bleus, ou encore murs blancs toits verts, plus rarement différemment colorés, et souvent parmi elles une chapelle et son petit clocher assorti.

Le deuxième arrêt du jour nous permet de découvrir Deildartunghver, zone fumante de vapeur d’eau bouillante soufrée. C’est la plus importante source d’eau chaude d’Europe parait-il, l’eau étant exploitée pour chauffer les villes voisines mais aussi les serres agricoles des fermes environnantes. Ou comment sur cette île septentrionale ils peuvent produire leurs fruits et légumes… Cette eau qui sort bouillante du sol et s’écoule en un ruisseau fumant et puant au milieu de l’herbe bien verte, voilà qui est surprenant. J’aspire à grandes goulées cette chaude vapeur sulfurée aux bienfaits reconnus sur mes sinus fragiles.



Un bout de piste vallonnée plus loin nous amène aux chutes Hraunfossar et Barnafoss, nouvelle source d’émerveillement que cette eau qui « fuite » du noir basalte pour s’écouler dans cette rivière Hvítá au bleu laiteux typique des rivières de glacier.


Sous le plafond gris qui s’abaisse encore et dégouline, nous filons vers l’ouest retrouver Borgarfjörður puis la N54 qui nous mène entre relief et océan jusqu’à la péninsule Snæfellsnes où nous attend notre premier hébergement, bâtiment tout en longueur incluant plusieurs modules de chambrées et de cuisines & salle à manger. Première popote à organiser sous les ordres de notre guide… Et une surprise : un « pot chaud », bac à jacuzzi pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes, trône sur la terrasse de chaque module. Nous serons trois à expérimenter ce bain chaud délassant dans le froid d’une soirée pluvieuse islandaise. « Pas si pire ! » comme diraient nos amis québécois.




Dernière édition par Wapiti le Jeu 8 Sep - 20:11, édité 1 fois (Raison : foutues poussières basaltorthographiques !)


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Skyrgamur le Jeu 8 Sep - 19:57



_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Ven 9 Sep - 12:08

surpris T'as rangé tes mouchoirs, Lutine ?! sourire


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Skyrgamur le Ven 9 Sep - 12:21

Voui, voui, voui.
maintenant, j'ai la pêche et la banane.


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Ven 9 Sep - 12:35

Jour 3 – Péninsule Snӕfellsnes

Au réveil le plafond s’est un peu levé et il ne pleut plus. Bon présage. Nous commençons à deviner les langues glaciaires du Snӕfellsjökull. Au fil de la journée, le ciel se dégagera, nous permettant d’en découvrir plus, presque le sommet, mais jamais en entier, toujours coiffé d’un bonnet ou d’une écharpe nuageuse.
Journée côtière et très ventée, finalement bien ensoleillée.
Nous découvrons nos premiers coteaux de basalte noir couvert de gris blanc, nos premiers champs de lave basaltique, plaine de roche noire déchiquetée couverte de blanc gris… ce blanc gris typique de la mousse, première colonisatrice du basalte, prémices d’une vie végétale verte à venir, qu’elle hébergera dans son épaisseur retenant l’eau vitale jusqu’à former humus, terre, et finalement champs… dans quelques dizaines de milliers d’années.

Belle promenade matinale entre les villages côtiers d’Arnastapi et Hellnar. Petit port de pêche bien paisible, sentier côtier le long de noires falaises basaltiques tombant dans le bleu calme de l’océan, embruns iodés, mouettes piailleuses, premiers coups de soleil faciaux… Nous arpentons un sentier qui circule entre herbe rase et petites fleurs de rocaille, zone humide et ses sempiternelles linaigrettes, amas rocheux et constructions basaltiques torturées et champs de lave colonisés de mousse.
Le « Vieux Fidèle Rouge », surnom donné au van de Jön, nous attend devant un petit centre d’interprétation sur la géologie, la flore, la faune et l’activité économique de la région.



Les ventres crient famine et c’est avec enthousiasme que quelques kilomètres plus loin nous portons glaciaire et caisse jusqu’à un phare qui protégera notre pique-nique du vent.

Quelques kilomètres plus loin, nous repartons marcher sur la côte, du côté de Dritvik. Plage de graviers noirs lissés par la mer et hégergeant les restes rouillés de la carcasse d’un navire naufragé, à nouveau falaises basaltiques tourmentées et végétation rase battue par les vents… et au terme du sentier, prairie fleurie au milieu de laquelle trône une cabane-refuge orange flashy et s’égaient quelques moutons curieux. C’est ici l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les dures conditions de vie de ces pêcheurs du siècle dernier et pour nos hommes de se tester aux pierres de force qui servaient aux marins. Verdict : deux demi-portions ! On ne rigole pas : ils ont quand-même réussi à soulever et porter les 54 kg d’une caillasse ronde sans prise…




Nous reprenons notre route toujours plus à l’ouest, puis vers le nord dans ce paysage entre côte escarpée ou morne plaine basaltique et sommets glacés du Snӕfellsjökull, volcan assagi qui aurait inspiré Jules Verne pour son Voyage au Centre de la Terre.
La dernière mini-rando du jour nous permet de grimper au sommet d’un des mini-cratères qui peuplent comme de gros boutons explosés la plaine sur les failles éruptives de la région. Le Saxhόll est notre victime du jour. Pente ardue de scories noires qui roulent sous les pieds, parois supérieures de roches tourmentées donnant sur un cratère vide rocheux, fleurs improbables qui s’épanouissent à nos pieds, altitude en son sommet : 55 mètres. Nous avons vaincu notre premier volcan ! HaHa !


Dernier petit arrêt, sous un ciel à nouveau plombé et menaçant, à Hellissandur pour visiter la Hutte de Thorvald, ancienne demeure de pêcheurs au toit velu d’herbe et à l’intérieur reconstitué. Petites tailles, veillez vos têtes !



Quelques tours de roue encore pour atteindre sous la pluie la petite ville de Grundarfjörður sur la côte nord de la péninsule. Un module de l’A.J. nous attend, il est tard, le groupe s’organise : équipes de cuisine, de table, de vaisselle et de douche… et une bonne nuit à la clé.




Résumé pour SMS : à l'ouest, sentiers côtiers au pied des volcans... du noir, du bleu, du vert, du vent, du soleil, c'était top ! clin d'oeil


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Sam 10 Sep - 14:44

Jour 4 – Goûtons au Snӕfellsnes du nord

Un temps plus dégagé ce matin nous permet de découvrir un peu mieux les environs de cette petite ville ceinte de montagnes d’une zone volcanique apaisée depuis très très longtemps. Les nuages s’accrochent néanmoins aux plus hauts sommets qui nous resteront mystérieux. Des cascades jaillissent de partout.


La matinée est occupée à randonner autour de Kirkjufell, la « montagne église » qui trône dans la baie telle un paquebot presqu’île. Au pied de cette pyramide verte, nous pataugeons dans les graminées humides, linaigrettes et autres mousses et zones spongieuses, entre terre et mer, entre moutons et oiseaux marins. Les uns crient et piaillent dans les rochers au-dessus de nous, les autres bêlent et déambulent sur la petite plage de sable noir, comme un monde à l’envers… Heureusement, certains brouteurs d’herbe et picoreurs de vase salée remettent les choses à leur place.
Ceux qui ont opté ce matin pour les guêtres ou sur-pantalons se félicitent, les autres, dont je fais partie, constatent les dégâts sur leurs frocs crottés de boue rouge… tant pis, il faudra me supporter quelques jours dans cet état, je n’ai pas 8 pantalons en stock !



Traversée de la ville et d’un champ de lave ancien, et nous voici dans le petit port de pêche de Stykkishólmur, à l’entrée de l’immense baie peuplée d’îles du Hvammsfjörður (extrémité du Breidafjörður). Pique-nique ensoleillé au pied du phare sur la pointe s’avançant dans l’océan, abritant le petit port et dominant le village – oups, pardon, ici c’est une ville –.
Balade digestive depuis le port dans les ruelles colorées quasi-désertes, jusqu’à l’église à l’architecture très moderne, comme la plupart des églises de ce pays. L’intérieur épuré ne fait que ressortir la vierge illuminée de bleue de la toile centrale… une vierge elfique !
La marée basse nous donne l’occasion de quelques clichés plutôt sympas.



Un saut de puce plus loin et nous reprenons nos godillots pour gravir une petite colline dominant les lieux, en silence, sans se retourner et en formulant trois vœux comme le veut la tradition. Ainsi avons-nous vaincu Helgafell, la « montagne sacrée » et ses 73 mètres ! La vue ensoleillée sur la baie et ses îles est bien agréable, le paysage champêtre et lacustre au pied de la colline, pas moins appréciable.

Notre véhicule file vers l’est, laissant de côté la N60 qui monte aux fjords du nord-ouest, dans un paysage aux formes et couleurs variées sous le ciel changeant.


Nous nous enfonçons dans la large vallée de Dalir pour atteindre au soleil déclinant Eriksstaðir où notre gîte nous attend à moins de 100 mètres d’une ferme viking reconstituée, et pas la moindre : celle de Erik Le Rouge et son fils Leif le Chanceux ! Visite express gratuite pour cause d’horaire de fermeture dépassé. Ambiance feu de bois (au gaz !), peaux de bêtes et bois bruts dans cette longue bâtisse de pierres et bois au toit herbeux.


Le long jour déclinant dans cette vallée verte, agricole, isolée et tranquille, au milieu de laquelle coule une rivière aux méandres colorés, est des plus agréables. Zénitude. La chapelle au toit pointu rouge et son petit cimetière de croix blanches ajoutent un cachet supplémentaire à la ‘ferme’ qui nous accueillent.



Résumé pour SMS : Au nord de l'ouest, randonnons entre monts et océan avant de virer à l'est vers la vallée des Vikings...



_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Dim 11 Sep - 19:08

Jour 5 – A la chasse aux phoques du côté de Vatnses

Si le couchant était plein de promesses, ensoleillé, le lever matinal se fait sous un plafond bas, très gris et aux perspectives humides.

Le programme prévoyait le passage du col Laxárdalsheiði, mais de fait nous circulons dans une vallée presque parallèle un peu plus au sud.
Notre véhicule dérange une colonie d’oies cendrées que nous pouvons alors observer prendre leur envol. Toujours magique que ces rencontres éphémères et fortuites.
La route se transforme vite en une piste de gravier noir grimpant tranquillement mais sûrement au milieu des alpages, terres sauvages à moutons, le long du torrent qu’il nous faudra traverser plusieurs fois à gués plus ou moins larges et profonds. De quoi amuser nos paparazzis.
L’ascension se finit dans le brouillard nuageux avant de plonger vers les fjords du nord. Ambiance fantômesque qui a ses charmes, avouons-le, même si on aurait apprécié profiter un peu plus de la vue sur les sommets.

Nous retrouvons finalement la N1 bitumée et un paysage côtier avec Hrútafjörður, pour filer toujours plus à l’est jusqu’à la péninsule Vatnses dont nous longeons les côtes à la recherche des phoques. Quelques arrêts et mini-marches dans des sites connus de notre guide, pour un succès mitigé : certes, il y a des phoques, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont bien loin. Vive les jumelles et tant pis pour nos petits zooms !
Mais point trop de déception, les points de réjouissance sont multiples. Tout d’abord, le temps s’est dégagé et c’est sous le soleil que nous profitons de cette route qui nous offre quelques belles images, au gré d’une cascade, d’une petite plage égayée de bois flottés ou d’un virage surplombant le fjord… et quelques belles surprises comme ces sternes arctiques juvéniles au vol encore hésitant qui virevoltent autour de la route et forcent le chauffeur à beaucoup de précaution pour ne pas perpétrer de massacre. En guise de remerciement, un parent pose sur un piquet pour nos objectifs jamais rassasiés.



C’est au terme d’une belle balade dans une petite baie aux bleus lumineux ensorceleurs que notre « chasse-photos » finira par nous dégoter une bonne dizaine de ces phoques, juste au-dessous d’un petit phare, là, à bout de doigts (et surtout de viseurs), sur les rochers que nous surplombons. Observation curieuse réciproque. Messieurs pausent, posent, plongent, nous narguent… nous savourons.

Un peu plus tard, sur la côte est de la péninsule enfin contournée, nous descendons contempler le « Manteau Blanc », Hvitserkur, formation rocheuse qui me fait penser à un mammouth laineux se désaltérant à l’océan. Nous longeons la berge de sable noir jusqu’à Osar où nous nous trouvons face à… la Côte d’Azur des phoques ! Il y en a plus de 150 alignés en rangs d’oignons sur la plage d’en face, à se faire dorer au soleil de fin d’après-midi. Le nombre et leur insouciante attitude léthargique fait de ce spectacle un instant assez magique.
Quelques mètres plus haut, entre champs d’orge et autres céréales, les fermiers rassemblent le troupeau bovin (parmi les rares vaches que nous croiserons sur ces terres islandaises) pour la traite du soir. Décalage saisissant typiquement islandais.



Après cette journée iodée, il nous reste un beau paquet de kilomètres à avaler pour rejoindre Akureyri, capitale du nord de l’île. Si le soleil nous a globalement accompagné au cours de nos balades de la journée, les nuages indécrochables et le plafond qui redescend vers nous en cette fin de journée nous empêchent d’apprécier toute la beauté des sommets côtoyés et paysages au milieu desquels filent la N1 et notre équipage.
C’est très tard que nous arrivons à notre gîte, mais ce soir c’est fête : nous dégustons une bonne soupe de notre cueillette du jour de champignons islandais, fierté de nos cueilleuses et cuisinières. Miam !
Je m’endors bercée du gazouillis du ruisseau qui file derrière notre baraque.



Résumé pour SMS : A la chasse au phoques ! langue


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Invité
Invité

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Invité le Dim 11 Sep - 19:30

Heu Wapiti ! Gourmande et curieuse je viens de pianoter "champignons islande" chez gloglgogle et je tombe sur devinez quoi ? Des hallucinogènes (amanites tue-mouches) ! Heu Wapiti !
J'essaie un deuxième lien: encore des amanites tue-mouches !
Heu Wapiti !
Je comprends qu'elles aient été contentes, les cueilleuses et les cuisinières... clindnoel

Je m’endors bercée du gazouillis du ruisseau qui file derrière notre baraque.
pensif vouivouivoui...

Il en restait pour l'omelette du petit déj ?
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Lilie le Lun 12 Sep - 12:21

... Et toujours pas de trace de Lahaut. Quel ingrat!

langue


Lilie
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Lun 12 Sep - 17:35

pataugas a écrit:Heu Wapiti ! Gourmande et curieuse je viens de pianoter "champignons islande" chez gloglgogle et je tombe sur devinez quoi ? Des hallucinogènes (amanites tue-mouches) ! Heu Wapiti !
.../...
Il en restait pour l'omelette du petit déj ?
Je ne suis absolument pas une pro des champignons et ne peux donc préciser quel spécimen nous avons dégusté, mais il me semble avoir compris qu'ils étaient du genre "champignons de Paris". Et personne n'a été malade !
Et non, il n'en restait plus pour le p'tit dèj, les gourmandes et gourmands ont raclé tous les plats le soir-même.



Lilie a écrit:... Et toujours pas de trace de Lahaut. Quel ingrat!
J'espère vraiment qu'il ne s'est pas vexé de ma dernière réponse à son encontre... C'est vrai que ça manquait un peu d'émoticône...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Mar 13 Sep - 11:31

Jour 6 – Longue et volcanique journée du côté de Mývatn

A trainer auprès des phoques hier, nous avons été obligés de zapper le musée Glaumbaer du Skagafjörður et le jardin botanique d’Akureyri qui étaient prévus au programme. Si c’est perdu pour le premier, nous nous rattrapons ce matin sur le second, malgré le programme très chargé de la journée. C’est l’occasion de rencontrer nos premiers (et seuls) lupins fleuris et de poser quelques noms complémentaires sur la flore locale rencontrée jusqu’à maintenant.
Nous prenons également le temps d’arpenter quelques rues du centre-ville, de faire quelques rencontres trollesques ou encore du livreur de skyr, et de gérer le ravitaillement. Le plein au magasin d’alcool d’Etat de Peste Noire, que nous ne connaissons pas encore, est fait, c’est reparti !



Toujours plus à l’est, notre route croise Goδafoss, la « Chute des Dieux » aux débit et grondement impressionnants. Là, Þorgeir le Diseur de Loi aurait jeté ses idoles dieux vikings pour montrer l’exemple d’adoption de la religion chrétienne à son peuple. Pause quelque peu touristique devant ces « Niagara » islandaises, mais pas moins agréable.


Encore plus à l’est, c’est une région fabuleuse qui nous accueille : Mývatn.

Le pique-nique tant attendu par nos estomacs, pourtant implanté dans les magnifiques pseudocratères dominant les rives du lac, va pourtant tourner au pugilat, perdu d’avance pour nous, avec les moucherons… Que ce lac porte, malheureusement, bien son nom ! (Mývatn = "lac des moucherons")
Le paysage est néanmoins superbe, mis en valeur (ou gâché selon le degré d’optimisme de chacun) par le ciel tourmenté, ponctuellement arroseur en blanches ondées ou dévoileur en chauds rayons des couleurs et beautés de la nature environnante.

Nous ne pouvons nous éterniser sur ces rives, fautes aux maudites bestioles et au temps qui file, et partons très vite à la découverte du champ de lave chaotique de Dimmuborgir. Roche noire déstructurée, cimetière de trolls fêtards pétrifiés par les premiers rayons de soleil matinaux. Roches et sables noirs sont colonisés de buissons de saules laineux ou à feuille d’if, et de bouleaux arctiques, de touffes de serpolets, armérie maritime (ou gazon d'Olympe) et graminées brunes aux noms déjà envolés… La balade est sympa dans ce dédale et nous ne manquons pas la visite à l’« église elfique ».

A chaque fois que nous remontons en voiture aujourd’hui, une averse ne tarde pas à nous arroser. Pourvu que notre chance dure ! – Aïe ! Quiconque connait un tant soit peu l’humeur des dieux nordiques du temps devant cette notion de chance se doute de ce qui va suivre… –


.../...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Skyrgamur le Mar 13 Sep - 12:08

Wapiti a écrit: Nous prenons également le temps d’arpenter quelques rues du centre-ville, de faire quelques rencontres trollesques ou encore du livreur de skyr, et de gérer le ravitaillement. Le plein au magasin d’alcool d’Etat de Peste Noire, que nous ne connaissons pas encore, est fait, c’est reparti !


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Wapiti le Mar 13 Sep - 14:24

.../...

Nous grimpons un col et redescendons au-delà sur le site de Námaskard et ses marmites d’eau bouillante sulfureuse. Paysage lunaire coloré. Ça fume, ça gloupe-gloupe dans un décor irréel de bleus lagon, d’ocres jaunes, d’oranges, de blanc de sels et noirs de ciel, et une très forte odeur d’œufs pourris. Être posée là, au milieu de toute cette activité volcanique, avoir le droit de marcher à quelques centimètres de ces phénomènes géothermiques somme toute dangereux, avoir un tel décor coloré tout autour, c’est proprement… hallucinant. Instants magiques. Pendant que le regard s’affole et se régale, j’hume encore une fois à pleins poumons ces vapeurs pestilentielles… Entre le plein d’iode océanique et cette cure de souffre volcanique, je me soigne à moindre frais… pour la Sécu !


Un peu plus haut, au-delà de la station géothermique, nous randonnons sur le champ de lave fumante de Leirhnjúkur, sur la fissure éruptive du Krafla des années 1975/1985. Sur le sentier qui nous mène, rencontre pacifique avec un bruant des neiges et des lagopèdes caméléons pas le moins effrayés du monde de notre présence. Le sentier grimpe et nous conduit ensuite vers quelques trous colorés fumants, puis court dans le chaos de roche noire nue duquel se dégage de chaudes vapeurs plus ou moins soufrées. Se dire qu’il y a à peine 30-35 ans, tout n’était ici que lave en fusion rougeoyante, et qu’aujourd’hui j’arpente ce terrain qui n’est pas complètement apaisé puisqu’il fume encore… j’en frissonne d’humilité et de plaisir.
Mais ce qui devait arriver arriva ici : la bruine nous a rejoints hors du véhicule, s’est installée, a forci, s’est transformée en une « pluie verticale islandaise », nous trempant de pied en cape. Peu de clichés donc de ces instants magiques sur la zone volcanique la plus active que nous aurons fréquentée au cours de ce voyage.


Retour vers un temps plus sec et le lac Mývatn, avec quelques « arrêts japonais » - comprenez brèves pauses pour photographes - : au cratère du Víti et ses eaux bleues sur parois jaunes-orangées et mousse vert fluo, à la centrale géothermique aux multiples forages et kilomètres de tuyauteries, et aux toilettes islandaises les plus ventées que nous ayons fréquentées !


La dernière pause est des plus attendues et des plus agréables au terme de cette très longue journée riche en découvertes : les bains thermaux du « blue lagoon du nord » nous accueillent pour près d’une heure de trempette dans des eaux bien chaudes au bleu laiteux, la tête aérée par le vent frais et le soleil revenu en cette fin de jour.

Mývatn est un haut lieu touristique de l’Islande, comme nous avons pu le constater avec les foules rencontrées aujourd’hui sur les différents sites et comme nous le constaterons surtout ce soir à l’auberge qui nous accueille, petite dizaine au milieu d’une grosse centaine… Quelle bataille à la cuisine commune malgré l’heure très très tardive !



Résumé pour SMS : Rencontre avec des trolls, des moucherons, des sulfatares, de la pluie, des fumerolles, des volcans, des eaux lagon... longue journée !


Dernière édition par Wapiti le Mer 14 Sep - 9:32, édité 1 fois


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Invité
Invité

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Invité le Mar 13 Sep - 14:46

J'attends impatiemment que la gastronomie islandaise fasse son apparition...
miam !

Et pas qu'avec un vulgaire camion débordant de skyr, n'est-ce pas ?
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par mamina le Mar 13 Sep - 22:54


Je me régale d'autant plus qu'à travers quelques images où je retrouve des lieux connus, j'en découvre plein d'autres nouveaux ! et puis je sens venir le plus beau ! neutre

Combien de fois faut-il aller en Islande pour être rassasiée ?
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Skyrgamur le Mer 14 Sep - 9:28

Wapiti a écrit: nous randonnons sur le champ de lave fumante de Leirhnjúkur, sur la fissure éruptive du Krafla des années 1975/19785.

Bazar, je ne me croyais pas si vieille langue rire


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 

Contenu sponsorisé

Re: Un tour d'Islande, au pays du feu... et des eaux.

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 26 Sep - 23:54