Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Des moments sublimes

    Partagez
    avatar
    geob

    Des moments sublimes

    Message par geob le Sam 11 Aoû - 11:38


    Jeux Olympiques de Mexico, 1968. Quelques semaines auparavant, l'armée mexicaine a abattu deux à trois cents étudiants qui manifestaient. Bah ! On n'allait pas annuler les Jeux pour si peu, business is business, surtout lorsqu'on sait que Avery Brundage dirigeait le C.I.O - Brundage, l'homme qui, en 1936, a léché les bottes des dignitaires nazis et obtenu d'eux des contrats pour son entreprise aux USA !


    Défilé d'ouverture. Le public siffle la délégation de l'U.R.S.S., applaudit la délégation de la Tchécoslovaquie. Maigre consolation, mais grande émotion au souvenir du printemps de Prague ! Et puis, il y eut ces directs dans la nuit, à la télévision, où l'on vit des moments sublimes, comme quand Bob Beamon déplia ses ailes pour faire un saut en longueur qui sembla ne jamais se terminer, pour atterrir 8 m 90 plus loin, en dehors de la limite prévue pour mesurer les sauts !!! Ah les officiels ont mis du temps pour mesurer cette distance inouïe, en 1968 ! (On peut encore le dire aujourd'hui). Mon frère et moi, nous nous souvenons de notre joie en voyant, en direct, la dernière ligne droite de Colette Besson, sur le 400 mètres ! Et puis, cette surprise au saut en hauteur, avec cet américain qui saute... sur le dos !!! Alors que tous les autres pratiquaient le "ventral" ! Depuis, le Fosbury Flop a fait école !


    Et puis, il y a eu ce 200 mètres que tout le monde a oublié. Tommie Smith le gagne en relâchant son effort dans les 20/30 derniers mètres, en "roue libre", et il lève les bras en signe de victoire - largement en moins de 20 s ! ( Usan Bolt devrait avoir une petite pensée pour Tommie Smith). Devant l'australien Peter Norman - prends en de la graine, Lemaitre ! Et John Carlos !


    Et il y eut ce moment plus que sublime, qui restera éternellement dans notre mémoire, ce moment prodigieux, où ces trois hommes sont montés sur le podium pour recevoir les médailles. Durant l'hymne national, ils levèrent un poing ganté de noir. Smith et Carlos firent preuve d'un courage invraisemblable, lorsqu'on considère cette époque. Et ils en subirent le prix d'une manière violente, dramatique. Je ne vais pas énumérer toutes les horribles conséquences de leur acte d'homme digne de ce nom, ayez la curiosité de regarder sur internet, et vous verrez aussi les conséquences dans leurs vies privées - idem pour Norman. Mais ce que je ne savais pas, c'est ce qu'il était advenu de Peter Norman, jusqu'à ce je lise le bouquin de Pascal Boniface, J.O-Politiques !




    Peter Norman a été solidaire de Smith et Carlos - voilà ce que j'appelle les vraies valeurs de l'Olympisme - et lui aussi en a payé le prix ! En Australie, il a été ostracisé, rejeté, mis au ban de la société. Il n'a même pas été sélectionné pour les jeux de Munich, en 1972. L’Australie a démontré qu'elle était un état croupion des U.S.A !!! (1).


    Peter Norman est mort en 2006. Deux hommes vinrent en Australie pour porter son cercueil : Tommie Smith et John Carlos.



    1) J'ai lu dernièrement un polar vraiment curieux : Le serpent de Sydney, de Michael Larsen. C'est la première fois que je lis un polar avec autant de digressions sur la science, l'histoire, la sociologie, etc, et bien sûr sur la dangerosité des serpents en Australie - les plus dangereux au monde, comme le taïpan ! Mais aussi, l'auteur décrit les australiens comme des types qui ont l'intelligence entre leurs cuisses, des ploucs inconscients tant ils surjouent la virilité ! On apprend aussi que les services secrets australiens étaient un état dans l'état dans les années 60, et que les américains étaient comme chez eux en Australie.

    Rien d'étonnant, donc, sur ce qu'a subi Peter Norman.






    Maadadayo !
    avatar
    Fabricia

    Localisation : Alpes Maritimes

    Re: Des moments sublimes

    Message par Fabricia le Sam 11 Aoû - 15:32

    Merci Geob, pour ce bel hommage !


    _________________
    Fabricia
    "Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)

      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 20:33