Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Je me souviens... là-bas, au Canada.

Partagez
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 1 Juin - 17:56

Port-au-Persil

Un peu plus au nord, Port-au-Persil, un souvenir d’enchantement.
Petite rivière se jetant en escalier dans le fleuve à proximité du petit port de pêche.
Reflets du soleil sur cette eau pure au chant mélodieux.
Personne. Que nous, et quelques oiseaux qui barbotent sur la grève.
Cadre enchanteur, calme apaisant.

La photo prise à cet endroit ce jour là est une des plus réussies de ce voyage.
La pause fut une des plus réparatrices même si elle fut brève, trop brève.

Encore un emprunt, mais tellement proche de ce que j'ai pu ressentir ici :
« S'arrêter dans cet espace, c'est faire le détour
pour retrouver le temps qui prend son temps.
Mais c'est aussi s'arrêter en soi-même.
Retourner à soi.
S'offrir ce lieu où, pour un instant, tout recommence.
»
Sabine Anctil


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 1 Juin - 17:59

L’île d’Orléans

« Pour supporter
Le difficile
Et l'inutile
Y a l'tour de l'île
Quarante-deux milles
De choses tranquilles
»
Félix Leclerc

Qu’il fait bon en faire le tour tranquillement, pour apprécier ses petits villages de maisons de pierres, ses vieilles fermes entourées de prairies, ses petites chapelles et églises, ses bois, chênaies et érablières, ses vignobles et pommeraies, sa côte laurentienne…

Prendre le temps de s’arrêter en haut d’une côte, au sommet d'un observatoire, ou au bout d’une jetée de grosses pierres pour contempler ce petit bout de terre si fertile, les eaux grises ou bleues selon le temps, les rives proches ou lointaines, nettes ou perdues dans la brume.

Prendre le temps d’une balade sur un petit sentier au milieu des champs, le long d’un petit ruisseau et de son corsage de fleurs multicolores et délicieusement odorantes… jusqu’au petit bois d’érables qui cache une meute de chiens de traîneaux en vacances de neige, mais pas de caresses.

Prendre le temps d’une cueillette de gourmandes.

Prendre le temps d’une nuit à l’auberge du P’tit Bonheur qui porte si bien son nom, havre de douceur et de chaleur dans ses vieilles pierres tricentenaires ceintes de verdure, sur la butte, avec la vue qui porte loin…

Prendre le temps au cours d’une fraîche et ventée journée de printemps aux nuées chargées ou dans la douceur d’un été ensoleillé qui, ici, se respire plus aisément grâce à la « mer ».

Qu’il aurait été agréable d’y séjourner un peu plus que les quelques heures que j’ai pu lui offrir, ou plutôt m’offrir, au cours de mes circuits.
Qu’il aurait été agréable de revenir sur cette île en automne, sous la féerie des couleurs canadiennes, ou en hiver, pour goûter à la saveur de ce joyau pris dans les neiges et les glaces.
Un jour il faudra bien remédier à ces « qu’il aurait été agréable… » !




_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 1 Juin - 18:05

Baie Saint Paul, capitale artistique du Québec paraît-il.
Le site en lui-même ne peut qu’inspirer l’artiste. Ceintes de collines verdoyantes, une crique où reposent quelques embarcations, et une petite ville aux maisons colorées autour de son clocher.
La vue est belle du belvédère du Centre d’Interprétation, sur la colline.
Les œuvres sont belles au centre d’exposition, au centre-ville. Panel de paysages réalistes ou impressionnistes aux tons pastels ou lumineux. Ici, une scène de vie de Baie-St-Paul, là un éclat de campagne québécoise, plus loin la « mer » qu’est le St Laurent.
Baie St Paul, pause artistique très appréciée.


L’Ile aux Coudres, comme une promesse non tenue.
Par deux fois prévue au programme, par deux fois ignorée faute de temps.
Une perle d’île encore à découvrir.
"Qu'il aurait été agréable..."


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 1 Juin - 18:09

Ste Anne de Beaupré.
Quand les cars de touristes et pèlerins sont partis en fin de journée, ou pas encore arrivés au petit matin. Sa Basilique est alors pour nous seuls (ou presque).
Imposant édifice de pierre grise avec ses deux flèches de 91 mètres de haut.
Imposante nef aux blanches colonnes menant aux plafonds magnifiquement sculptés, décorés, avec ses autels et ses vitraux de toute beauté. Dans la tranquillité d’une heure creuse, sans bondieuserie excessive, il est toujours agréable de se promener au cœur de cette basilique.
La plénitude nous envahit quand en plus nous gardons sur les oreilles le casque d’une petite boîte à musique diffusant un Ave Maria païen.
Ce sentiment de bien-être s’accentue encore quand nous descendons au sous-sol, dans la chapelle de l’Immaculée Conception. Voûte au bleu lumineux envoûtant, murs tapissés de fresques splendides, recueillement et douce impression de temps suspendu, de paix intérieure qui coule doucement en nous…
Il est des lieux, des couleurs qui résonnent en nous, sans pour autant êtres croyants pratiquants...

music Ave Maria
Pardonne-moi
Si devant toi
Je me tiens debout
Moi qui ne sais pas me mettre à genoux ...


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 1 Juin - 20:00

Saint Siméon et le souvenir de quelques heures d’attente d’un traversier, assis sur le sable chaud de la plage aux eaux très fraîches où seuls les plus courageux ont osé se tremper…


Ruban d'asphalte rectiligne qui monte et descend de collines en collines dans la campagne québécoise, entre bois, forêts d’épinettes, champs… et qui laisse entrevoir les montagnes de l’arrière-pays.

Route panoramique du fleuve qui offre une vue imprenable sur le fleuve et se termine sur le bac de Baie-Ste-Catherine.

Tous ces villes et villages trop rapidement traversés ou oubliés, aux noms qui chantent à nos oreilles…
Saint-Tite-des-Caps, Les Eboulements, Baie-des-Rochers, St-Joseph-de-la-Rive, Pointe-au-Pic, Saint-Aimé-des-Lacs…

Tous ces villages, ces îles, ces fonds de vallons, ces territoires de l’arrière pays aux promesses de nature, de beauté, d’accueil simple et chaleureux, que je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir…

Tant de perles que j’espère pouvoir un jour ajouter à mon collier.



_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Skyrgamur le Dim 2 Juin - 11:47

Pardonne-moi
Si devant toi
Je me tiens debout
Moi qui ne sais pas me mettre à genoux ...

Pourquoi chante-t-elle son Avé Maria à genoux ??? pensif


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
gallia

Localisation : Campagne québécoise, Outaouais

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par gallia le Sam 8 Juin - 15:27

ah, Port-au-Persil !
c'est vraiment beau. J'ai adoré ce petit village où on était quasiment seuls au monde.
J'ai aimé son petit four à pain et sa petite chapelle. Splendide !
La petite source qui coule derrière.

C'est magnifique le Charlevoix, un des plus beaux endroits au Québec.
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par fabizan le Sam 8 Juin - 19:20

Tiens une revenante ! salut Gallia sourire


_________________
Fabienne
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Sam 8 Juin - 21:14

sourire Gallia de retour...

Et que diriez-vous d'aller un peu du côté de la ville de Québec maintenant ?


Québec

Je retrouve toujours avec plaisir la capitale québécoise, place forte dominant le fleuve et couronnée de son château digne des constructions de Louis II de Bavière.

Québec est souvent présentée comme la ville la plus européenne d’Amériques du Nord. L’européenne que je suis est ici heureuse de trouver des ruelles étroites avec leurs enseignes à l’ancienne, des bâtiments de vieilles pierres, des restes de ville fortifiée. Tout simplement une histoire, une marque du passage des ancêtres.

J’aime tout particulièrement flâner dans la basse ville, du côté du quartier du Petit-Champlain, surtout par une belle journée d’avril où les rues, les toits, les murs sont encore brillants de la dernière averse et la ville est relativement déserte en ce printemps peu touristique.

En été, la vieille ville est en effervescence, grouillant de touristes qui déambulent entre les façades aux toits colorés, les maisons anciennes restaurées, les remparts et leurs majestueux canons, les boutiques d’artisanat amérindien, les parterres de fleurs aux blasons de la ville et de la province, la ruelle au Trésor et ses artistes peintres et dessinateurs, les calèches, les amuseurs publics, jongleurs, clowns et chansonniers…

Lors du Carnaval, c’est une autre effervescence, à la fois plus ouatée par la neige qui tapisse tout et par les épaisseurs de vêtements et doudounes indispensables, mais plus éclatante dans le froid vif d’un glacial jour de beau temps hivernal. Et bruyante de la multitude de carnavaleux qui déambulent en portant alternativement à leur bouche leurs cornes au doux son de rut de caribou, et leur canne emplie de caribou reconstituant et débridant. A cette époque de l’année, c’est un tourbillon d’activités : patins sur la glace couvrant une place ou un espace habituellement vert, glissades avec ou sans luge, promenades en chiens de traîneaux sur les Plaines d’Abraham, course de canots sur le Saint-Laurent gelé, sucrage de bec au sucre d’érable glacé, « amuseries » de saltimbanques en tout genre, sculptures sur neige et sur glace, féerie lumineuse des parades nocturnes,…


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
gallia

Localisation : Campagne québécoise, Outaouais

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par gallia le Mar 18 Juin - 15:35

rire
oui une revenante, qui a enfin changé son mot de passe, pour un mot de passe facile à retenir.
Alors je viendrais sûrement plus souvent. Mais j'aime l'idée de venir et repartir.

Et, puis je vous lis souvent même quand je n'écris pas.

Bref, je lis le passage sur Québec ce soir
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Mar 18 Juin - 17:16

Ho bin alors, si tu viens relire Québec ce soir, je t'en offre un extrait supplémentaire clin d'oeil



De Québec, je préfère me souvenir… 

Me souvenir de quelques heures de promenade sur ses Plaines d’Abraham, dans la douce chaleur d’un après-midi estival aux buissons fleuris et bancs ombragés accueillants, dans un jour éclatant de soleil et de froid hivernal au milieu de l’animation carnavalesque, dans la solitude d’une tempête de neige printanière tardive. Pendant les minutes suspendues à l’observation silencieuse et immobile du trou de la marmotte curieuse qui finira par sortir son museau, ou celles amusées à regarder la course effrénée dans les arbres des petits gris joueurs.

Me souvenir de ces déambulations tranquilles dans les rues aux façades propres et alignées de maisons serrées aux toits colorés qui nous menaient de portes en remparts, de canons à château. Dans la bruyante effervescence du Carnaval de février aux magnifiques sculptures sur glace qui parsèment la ville, dans la cohue touristique de juillet-août ou dans la tranquillité d’une journée fraîche d’avril. Noms de rues évocateurs, perspectives photogéniques, plaisirs des yeux… Du côté notamment de la Place Royale avec ses maisons de pierres, son ensemble appelé Maison Chevalier, son église Notre-Dame de la Victoire et sa plus récente et étonnante Fresque des Québécois. Du côté de l’escalier Casse-Cou à emprunter avec prudence pour descendre dans le Petit Champlain avec ses enseignes anciennes qui décorent les façades et son atmosphère si particulière….

Me souvenir de ces visites dans ses églises et ses nombreux petits musées divers et variés, de qualité variable à mon goût… Mais dont le point d’orgue restera toujours son Musée de la Civilisation et surtout son exposition permanente « Mémoires ».

Québec. J’aurais aimé passer mon année d’étude dans l’enceinte de cette ville. J’ai toujours eu le sentiment d’y passer trop rapidement. Je regrette de n’avoir jamais pu prendre le bac pour la rive opposée afin d’admirer le lever du soleil sur la ville…
Un jour peut-être, si je reviens dans ce coin-là…


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
gallia

Localisation : Campagne québécoise, Outaouais

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par gallia le Mar 18 Juin - 22:40

Waouh deux passages pour le prix d'un.

J'aime beaucoup le deuxième passage.
C'est aussi ce que j'ai ressenti.

Par contre, j'ai été déçue d'apprendre que la Place Royale avait été refaite, c'est sûr qu'il y a plus de cachet comme ça et ça doit être à cause de mes cours en archéologie... et en urbanisme... que je trouve cela bizarre, je n'ai pas vu la place avant travaux, c'était peut-être devenu affreux vu que le quartier était délabré mais j'aurai bien aimé voir l'évolution...
Enfin ça reste une belle place de Québec.

Le musée de la civilation, c'est "le musée " à mon goût. J'aime la façon dont ils abordent les différents sujets du moins ceux que j'ai vu et la façon dont ils mettent les collections en valeur.

Je garde un bon souvenir du musée de l'Amérique Française et un vague souvenir des autres...


La suite sourire
au fait, tu vas forcément être obligée de retouner dans ce coin là... du moins au Québec, tu n'as pas vu l'Outaouais. banane
avatar
Wapiti
Admin

Localisation : Annecy et Thonon (74) France

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Wapiti le Jeu 20 Juin - 10:10

Une petite balade rafraichissante aujourd'hui...
Peut-être mon extrait préféré...

En canot

A une centaine de kilomètres au nord-ouest de Montréal, nous sommes partis à la rencontre de l’identité profonde du Québec, au Parc du Mont Tremblant. Nous avons troqué là véhicule, bagages et papiers contre trois canots qui devaient nous permettre de vaincre en trois jours la rivière de La Diable, loin de toute civilisation, en pleine nature sauvage.

Il est très difficile de décrire l’expérience.
Raconter les événements de notre expédition ne pourrait faire sourire que ceux qui y ont participé : descente de rapides, traversée de lac (par vent force au moins 7 !), averse surprise à la montée des tentes, raviolis et guimauves au feu de bois, joutes nautiques, histoires de chaussettes, de kleenex, de bûcheron… simples moments entre amis.
Décrire les paysages rencontrés me semble impossible. Je n’ai pas les mots, je n’ai pas l’art d’écriture d’un Bernard CLAVEL. Au mieux pourrais-je vous joindre quelques photos. Et encore, ces images sont-elles fixes, insonores, inodores et ne rendent pas entièrement les luminosités particulières.

Je me dois d’essayer tout de même…

La Diable est une rivière à l’humeur changeante, se la coulant douce entre ses rives proches, un moment transformée en zone marécageuse. Humeur régulièrement nerveuse offrant des rapides à la longueur, la profondeur et la violence variables. Pleine de surprise, s’ouvrant soudain sur un lac de plusieurs hectares battus par les vents, ou sur des chutes vertigineuses.
Son eau est aux mains d’un peintre jouant de sa palette : tantôt noire, plus souvent dans les verts, vert lagune et vert profond, parfois clairement bleue, un moment violette sous l’effet de la luminosité d’un soleil couchant… Eau plutôt fraîche, pour ne pas dire froide, ailleurs beaucoup plus tempérée et agréable à la baignade.
Les rives sont composées d’une forêt dense d’épinettes ou d’essences multiples, forêt typique d’Amérique du Nord. Ici, une zone couverte de joncs où les maringouins pullulent. Un peu plus loin, une petite plage de sable ou de galets. Vert dominant. Camaïeu de verts, du plus sombre au plus tendre.
Au-delà, peu de lignes pour arrêter le regard : le Québec n’est que très peu montagneux sur son flanc ouest. Au mieux apercevons-nous quelques collines verdoyantes. L’horizon, rarement bleu durant notre séjour, mais chargé de nuées orageuses, se colore régulièrement de gris et violets et vire à l’orange en soirée. La voûte céleste si pure nous a servi de baldaquin durant ces nuits fraîches et courtes.

Une dimension sonore.
Le bruit de nos canots glissant tranquillement à fleur d’eau au rythme irrégulier de nos pagaies. Le chant naturel de la Diable variant au gré de ses humeurs, tendre murmure des eaux langoureuses, clapotis contre les berges, chant guilleret des rapides ou rythme imprimé des flux et reflux maritimes sur le lac.
Le bruissement permanent de la forêt alentour, transformé en grincements et gémissements sous l’orage qui nous envoie une pluie crépitante sur nos capes de pluie et toiles de tentes. Le vent assourdissant durant la traversée du lac.
Les marques de présence des autres êtres vivants de ces bois : vrombissements des quelques maringouins croisés, envols et conversations d’oiseaux de toute espèce, renâclement d’un orignal et course d’un wapiti dérangés par notre arrivée, hurlements nocturnes des loups, frôlements et reniflements des tentes par des visiteurs non identifiés aux pattes de velours…
Les appels d’un canot à l’autre, les rires, le crépitement du feu de bois, le souffle du voisin de tente, l’insistance régulière de la goutte qui perle à la couture du dôme et s’écrase dans la timbale destinée à la recevoir.

Fermez les yeux, respirez profondément.
Fragrances de bois mouillés, de résine, de mousse, de terre. Effluves d’eaux stagnantes. Air vif et pur apporté par le vent. Senteur typique annonciatrice de la pluie qui arrive. Relents de passages animaliers. Odeurs de feu de bois qui imprègnent tous les textiles, fumée généralement âcre et irritante, parfois aux essences très parfumées, après le repas un temps sucré par les guimauves qui fondent. Délicieux fumet qui se dégage de la marmite posée sur le feu… petit goût de brûlé quand la cuisinière a oublié sa surveillance rapprochée. Émanations d’humidité stagnante dans nos sacs, dans les tentes trop rapidement pliées le matin, et doux parfums de chaussettes qui accompagnent nos nuits…

Non, il faut le vivre pour le percevoir dans sa réalité et toute sa magie. Mes mots sont loin d’être à la hauteur de cette beauté offerte à tous les sens.
Je pense que c’est dans ces lieux que l’on comprend la nature profonde du Canada et que l’on commence à appréhender ce qui a façonné son peuple à la culture si particulière. Un peuple empreint de respect devant cette nature immense et sauvage à peine conquise par ses pionniers aventuriers. Cette nature qui dicte sa loi au rythme des saisons, qui ne pardonne pas l’erreur, qui est si belle et forte et pourtant si fragile devant l’instinct d’appropriation et de destruction de l’Homme. Cette nature qu’il faut absolument respecter et protéger.
En guise de conclusion, je reprendrai une phrase qui n’est pas mienne : « Quiconque prétend connaître le Canada sans avoir un jour navigué en canot sur ses lacs, ne dit pas la vérité. »
Simple vérité.
 


_________________
"Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
avatar
Fabricia

Localisation : Alpes Maritimes

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Fabricia le Jeu 20 Juin - 11:34

bravo Wap' !
Tes jolis mots pleins de poésie peuvent rivaliser sans crainte avec ceux de Bernard Clavel et Louis Hémon (relire une fois encore Maria Chapdelaine)...
Canada, pluriel et  magnifique !


_________________
Fabricia
"Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)
avatar
Invité
Invité

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Invité le Jeu 20 Juin - 13:08

rêveur
avatar
gallia

Localisation : Campagne québécoise, Outaouais

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par gallia le Jeu 20 Juin - 15:20

bisou
Tu écris vraiment bien et ça transporte loin en canot.
Vivement les vacances sourire

Contenu sponsorisé

Re: Je me souviens... là-bas, au Canada.

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 22:38