Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages

Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

5 participants

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Mar 25 Juin - 23:17

    15 juin 2024


    Réveil à 5h chez mes parents, après une soirée crêperie en famille.
    En se couchant, Kinderette énervée comme une puce dans le lit, il lui a fallu au moins une heure pour s'endormir, en tournant, en virant dans tous les sens et en ne faisant rien d'autre que s'énérver encore davantage. Et moi aussi, par la même occasion...

    10 degrés au départ de Nantes ce matin. On sait qu'on va prendre une vingtaine de degrés supplémentaires en attérissant à Catania 3 heures plus tard. 2h20 en réalité. Dans la file d'embarquement, on discute avec un couple cinquantenaire. Eux aussi font un séjour itinérant, mais à l'inverse de nous, en commençant par les îles Eoliennes. Et nous seront dans le même vol retour 10 jours plus tard.

    Le vol passe vite. J'ouvre les yeux et à travers le hublot, je devine la Corse, meringue flottante, mirage au milieu d'un bleu sans horizon. Puis, si proche, la plate Sardaigne. Il me semble avoir le temps de fermer à nouveau les yeux avant de les ouvrir sur un autre mirage : des madeleines flottantes, petites, en ricochets, sur notre gauche. Cette fois-ci, "ce doit être les Eoliennes !" dis-je à Kinderette collée au hublot. "Et au loin, ça doit être Stromboli !", avec son cône parfait qui semble en apesanteur au-dessus de la Méditerranée. Superbe ! Oh ! Et, ça y est ! La Sicile par sa côte Nord !

    Le pilote nous fait une annonce à l'amorce de l'aterrissage, mentionnant l'Etna. J'ai mal compris et j'ai cru que nous étions du mauvais côté de l'appareil pour le voir. En fait, non ! Et c'est Kinderette qui a été la première à l'apercevoir. Avec son filin de fumée, il était superbement dégagé et observable, dominant l'île faite de sierra, aride mais pour autant visiblement très cultivée.

    Superbe aterrissage, contournant l'Etna toujours sur notre gauche. Et puis, on passe par le Sud du volcan sicilien, on vole vers l'Est jusqu'à dépasser la côte Est de la Sicile et de Catania, pour faire demi-tour et revenir vers la Sicile, passer très bas au-dessus de longues plages de sable avec déjà beaucoup de bronzeux en activité à cette heure matinale de mi-juin. Aterrissage, et l'Etna est toujours là, majestueux, même depuis le tarmac.

    - Je n'avais pas réalisé qu'en fait, où qu'on soit sur l'île, on le verra sans doute tout le temps !, lançais-je, ravie, à Kinderette.

    Il fait bon quand on sort de l'avion à 9h40 : 26 degrés, nous a annoncé le pilote, avant de nous avouer qu'il nous enviait, puisque lui et l'équipage repartait vers la grisaille nantaise...

    (...)

    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Mer 26 Juin - 12:58

    (...)

    Passage aux toilettes à la sortie de l'avion. Mon premier contact du voyage avec des Italiens. Je suis première dans la file à attendre qu'une de la douzaine de portes occupées s'ouvre. Deux mamies plus loin derrière moi s'impatientent, m'interpellent. Je comprends ce qu'elles veulent, mais comme je suis bête sans italien, je réponds "Scusa, non parlo italiano...", et leur réponse ne se fait pas attendre : elles remontent la file, me passent devant ainsi que devant les 2 jeunes italiennes qui étaient entre elles et moi, et vont se coler devant les portes pour se précipiter sur les deux premières qui s'ouvriront. Ah !... Ca, c'est vraiment l'une des raisons qui fait que je ne pourrai pas vivre en Italie ! Ca fait trop longtemps que je suis imprégnée du civisme irlandais, j'ai déjà du mal avec ces incivilités en France, alors en Italie, où on est quand même quelques degrés au-dessus, ce serait trop pour moi ! J'avais déjà expérimenté ce même manque de civilités à Rome il y a 20 ans et déjà, ça m'avait tapé sur le système.

    - Mais je suis chez eux, c'est à moi de m'adapter, ai-je lancé plus tard à Kinderette lorsque nous étions sur la route et que je lui faisais part de mes états d'âme sur ce point culturel qui m'exaspère.

    La route, justement, elle s'est faite sans encombre. Après un arrêt dans un café à l'extérieur du terminal pour un premier espresso, une pizzette et une pause toilettes pour Kinderette, nous avons récupéré la voiture (une Fiat Panda au lieu d'une Fiat 500, ouin ! Ouin ! Ouin !) et nous sommes retrouvées très vite, après deux ronds-points, sur une voie rapide, puis une nationale sans circulation... Et avec toujours l'Etna que Kinderette admirait, sur notre droite cette fois.

    Que ça fait du bien ce changement de décor : ciel bleu sans un seul nuage, palmiers, cactus en masse partout sur les bords des routes, tout comme les oliviers ! Je fais remarquer à Kinderette très vite que ça paraît très pauvre. Et l'un des aspects visibles, c'est l'état des routes, des panneaux, mais surtout les routes bordées de plastique et détritus en tout genre.

    - Ca fait longtemps que je n'ai pas vu ça. En Europe, je crois que c'est la première fois.

    La dernière fois que j'ai vu autant de déchets de plastique amassés sur les bords des routes, partout, ce devait être en Amérique du Sud. Ca me fait mal, mais j'essaie de passer outre. Le dépaysement est total et je suis de toute manière émerveillée de tout. J'ai sous les yeux des paysages qui me sont totalement nouveaux, absolument pas familiers. C'est la première fois que je me retrouve sur une terre réellement et purement méditerranéenne.

    Nous avons mis une heure à rejoindre notre azienda agricola, acceuillies par Fanco, très gentil et tranquille. De toute manière, c'est vraiment l'impression que nous avons eu toutes les deux, Kinderette et moi, au fur et à mesure de la journée : des gens très sympathiques et accueillants et tranquilos (sauf quand il s'agit d'attendre ou d'être sur la route, mais ça...). Du loueur de voiture aux commerçants d'épicerie locals dans les vieux quartiers de Bronte (ville de 17k habitants pas du tout touristique), en passant par la pharmacie pour produits anti et après moustiques, les gens qui descendent de voiture devant nous quand on passe à pied ou encore la caissière du supermarché, dans lequel j'ai bavé sur les tomates, oranges, pêches et citrons. Une vraie agréable surprise, ces Siciliens. Ce midi, Fanco nous a tuyauté une auberge en pleine campagne, à deux kilomètres de son azienda. Kinderette m'a appris alors que nous regardions le menu, que Bronte et sa région avaient pour spécialité la pistache (Kinderette a eu des infos privilégiées avant départ que je n'ai pas eues, l'une des meilleures amies de son père étant Sicilienne). Eh bien, pistache dans l'assiette ce fut ! D'abord en antipasti, pistache concassée avec huile d'olive et poivre, sel, tartiné sur une très fine tranche de pain croustillante : un délice ! D'ailleurs, quand j'ai demandé à Kinderette ce qu'elle avait préféré de la journée, elle m'a dit "l'arrivée en avion" et cet antipasti à la pistache.

    - Moi, presque pareil : l'arrivée en avion avec les Eoliennes, l'Etna, la plage, mais plus que l'antipasti, c'est le plat principal de ce midi que j'ai adoré !

    Là aussi, de la pistache ! Une délicieuse viande de porc cuite à la perfection enrobée d'une chapelure frie de pistaches concassées, farine et huile d'olive... Ca croustillait et la viande était topissime ! Même Kinderette, en la savourant, m'a dit que même si ce n'était pas une viande qu'elle avait l'habitude de manger, qu'elle l'aimait vraiment bien. Et avec ça, on a pris chacune une limonade. Une vraie, avec du dépôt dans le fond de la bouteille ! Un bonheur pour mes papilles ! Je vais passer 10 jours à me délecter de saveurs simples auxquelles je n'ai pas accès en Irlande et qui me manquent toujours autant : fraises, pêches, tomates, produits simples, locaux, cuisinés avec savoir-faire et tellement savoureux ! L'Italie telle qu'on la reconnaît et telle qu'on l'aime !

    Après le déjeuner, vers 15 heures, on est venues se poser et se reposer dans notre chambre de l'Azienda, en attendant que la température commence à rebaisser un peu pour ressortir et aller palper un peu la ville de Bronte.

    Demain, je pense aller à la découverte de jolis villages perchés dans les terres, vers l'Ouest de Bronte, dans la circonscription d'Enna, je crois. J'ai vu en consultant vite fait le net cet après-midi que certains sont considérés comme les plus beaux de Sicile. Nous verrons bien, de toute manière, peu importe le contenu de la journée, ce sera bien ! C'est nouveau, c'est inconnu, alors ce cera forcément bien !



    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Mer 26 Juin - 20:07

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2010


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2011



    Vue depuis le balcon de notre chambre, au milieu des oliviers, avec vue sur l'Etna :

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2012


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2013


    Lilie
    Wapiti
    Wapiti
    Admin


    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Wapiti Jeu 27 Juin - 11:35

    Chouette, chouette ! On repart en voyage ! rêveur
    Et tu vas me ramener vers de bons souvenirs, Lilie, aussi. bisou


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    geob
    geob


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par geob Jeu 27 Juin - 11:44


    Cela réveille aussi en moi quelques souvenirs, hiver 1978/1979 !
    Lipari est-elle au programme? Je n'y suis resté que deux jours !
    J'ai vu les photos des aventurières vulcanologues ! top !

    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Skyrgamur Jeu 27 Juin - 20:01

    Lilie, des madeleines, la meringue. Tu n'étais pas en manque de sucre ?
    Superbe la vue de ta fenêtre.
    Les mamies te disaient qu'elles allaient faire pipi dans leur culotte si tu ne les laissais pas passer rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Ven 28 Juin - 0:12

    16 juin 2024, Bronte
    21h45

    “Le plus important, c’est le voyage, pas la destination. » Ce pourrait être l’intitulé de notre journée. Du voyage comme je l’aime, avec son lot d’imprévus ! Et je crois que Kinderette, aussi, aime ça…

    Google Maps… Je le sais en Irlande, qu’il ne faut pas s’y fier, que ses itinéraires les plus courts le sont en théorie, basés sur la distance… Et non sur l’état des routes ! Eh bien, c’est pareil pour la Sicile ! Je me suis fait avoir comme une bleue, en prenant  l’itinéraire Google en direction de Troina, notre destination du jour, sans aucun doute possible, aucune réflexion, bêtement, stupidement.

    De Troina, je n’avais vu qu’une photo, hier, d’un village perché sur un promotoire, village trouvé en observant simplement Google Maps lorsque je cherchais quoi faire dans les environs de Bronte. A 50 minutes de route, cela me paraissait idéal. Et puis, je m’étais dit que pour aller dans un village perché sur les hauteurs, la route prendrait elle aussi de la hauteur et qu’on aurait forcément accès à de beaux panoramas sur le trajet. Et à voir les zigzags sur la carte de mon petit écran de smartphone, j’en doutais guère ! Mais je ne savais rien de plus sur notre destination ni sur le trajet, et ne voulais surtout rien savoir de plus ! D’ailleurs, ce voyage, je ne l’ai pas préparé en réalité. J’ai fait mon itinéraire des 10 jours de voyage en fonction de Google Maps, et c’est tout. Je n’ai fait aucune recherche, ne me suis absolument pas documentée, je n’ai ni Lonely Planet, ni Guide du Routard avec moi, pas même une carte de la Sicile, puisque de Catania, nous avons pris la route pour Bronte qui, je l’ai découvert hier, n’est absolument pas touristique !

    [22h, on va éteindre la lumière, je souhaite que Kinderette fasse de bonnes nuits d’ici mercredi – le 19, et demain, réveil à 8h45 pour check out à 10h]

    Notes du jour pour ne pas oublier :

    La route ! De montagne, qui monte continuellement, sans aucune circulation, défoncée (je me suis même dit qu’il ne fallait pas que je crève sur cette route, sinon on pourrait attendre longtemps sans habitation ni circulation, moi qui n’ai jamais changé de roue de ma vie !).

    Panorama sierra superbe sur la gauche

    Arrêt photo troupeau de moutons, espèce laine longue et blanche, oreilles tombantes, tête fine, une espèce que je ne connaissais pas

    Arrêt photo plus loin, Kinderette descend de voiture pour prendre en photo le panorama. Au volant, j’entends un chien de garde aboyer en vociférant. Soudain, l’idée d’un chien de ferme qui viendrait la mordre me vient à l’esprit : je regarde partout autour de moi, toujours au volant, et j’aperçois finalement sur la gauche, à 100 mètres de là, un patou ou milieu d’un troupeau de moutons.
    « Il faudra faire attention aux chiens de ferme et de troupeaux quand tu descendras par la suite, parce qu’ici, les chiens, dans les montagnes, ce sont des chiens de travail, ils peuvent être agressifs. »

    Et puis, Google Maps m’envoie sur la gauche alors que je vois bien que la route principale bifurque vers la droite. 20 mètres plus loin, je m’arrête sur route défoncée, un troupeau de chèvres à cloches sur la route. Suivront 15 kilomètres de piste en 2ème ! Le chassis n’a frotté qu’une fois, je pense que je suis prête pour le Dakar en Fiat Panda ! Piste parfois goudronnée sur une moitié de la route, parfois pas du tout.

    Jusqu’à ce que la « route » soit « barrée » d’une simple ficèle blanche à peine visible, tendue entre deux piquets. Une piste de sable monte à droite. Je prends. Et fais demi-tour car après la légère montée, la piste redescends à pic sur pur sol en sable comme dans le désert ! Marche arrière jusqu’à la piste d’origine. Demi-tour. Un 4x4 blanc arrive.
    - « Troina ? ». Il a compris, me fait signe de le suivre. Je lui réponds en signes de la main que route trop pentue.
    -« Si ! Si ! Piano ! Piano ! » et me dit qu’il va à Troina et de le suivre. En réalité, il nous attendra pendant tout le trajet jusqu’à Troina, 10 kilomètres plus loin, s’arrêtant encore à 3 reprises alors qu’on l’avait perdu de vue depuis de longues minutes : une fois quand la route s’annonçait à nouveau dangereuse (= défoncée), pour nous ouvrir la voie ; une autre fois quand enfin la piste rejoignait la route principale à un carrefour et qu’il fallait tourner à gauche ; et une dernière fois à l’entrée de Troina pour nous indiquer la rue à prendre pour aller vers le centre avec parking.
    Incroyable ! Grazie Mille ! Et aussi à nos bonnes étoiles !

    A Troina, couple francophone (lui Suisse Italien peut-être car accent) croisé en haut de marches nous tuyaute le musée de la photo de Robert Capa à voir absolument, photographe américain qui a documenté la libération de la deuxième guerre mondiale ici. = Merci encore nos bonnes étoiles !

    Vieille ville superbe, « l’un des plus beaux villages d’Italie », dixit panneau dans la ville. Mais vivante et habitée, pas ville musée.

    T
    rès calme en ce dimanche aprèm. Rien ouvert pour manger, retour voiture dans laquelle nous reste un paquet de biscuits dans le sac à dos. Nous retombons sur le couple francophone / franco-italien, ils sont avec une femme de Troina qui nous indique la direction à prendre pour trouver à manger. 5 minutes plus tard, à pied, petit « boui-boui » ou tavola calda comme ça s’appelle ici, nourriture maison prise sur le pouce, quelques petites tables. Ici, 1 table à l’extérieur occupée par les 2 femmes qui attendent les clients, et 2 comptoirs de chaque côté du mur avec 5 tabourets hauts à l’intérieur et la vitrine « à manger » face à l’entrée. « scusa, non parlo itlaliano », phrase magique que je dois dire 10 fois par jour depuis hier. La commerçante-cuisinière me propose de faire un mix de ce qu’elle a… pour 7 euros le plateau chacune ! Delicioso ! Ces saveurs ! Je dis à Kinderette que je veux revenir en vacances en Italie juste pour la nourriture !

    Visite du musée Robert Capa = petit mais super, émouvant et très intéressant. Kinderette a adoré, l’a dévoré, tout lu, a pris en photo absolument toutes les photos exposées et panneaux informatifs, m’a dit l’avoir trouvé très intéressant pour se rendre compte de ce qu’était la guerre.

    Puis terrace panoramique, vue sur Etna, village perché, sierra : superbe.

    Retour à notre hébergement par route principale qui mène à Catania. Plus long sur la carte mais au moins une vraie belle route (tout de même des moutons sur la route par endroits), têtes d’épingle nombreuses, zigzags, en redescente.

    Découvert une fois rentrée que Troina est à environs 1100m d’altitude.

    Retour azienda vers 19h, repas de fraises achetées hier, petits pains du midi et biscuits (pas faim car mangé tard dans l'après-midi).

    Ce que Kinderette a préféré de sa journée : la route jusqu’à Troina avec aussi les animaux sur et en bord de route et le bon croissant frais à la pistache ramené par Fanco pour notre petit déjeuner ! J’avoue que moi qui jusqu’ici n’aimais pas la saveur pistache autrement que le fruit dans sa coque à l’apéro, là, je me suis moi aussi régalée ! Sorte de crème onctueuse à la pistache dans un croissant qui ne pouvait pas être plus garni… Tout ce que je présente à mes papilles ici est un vrai bonheur !

    Lilie

    PS : au final, toutes les notes que j'ai grifonnées à partir de 22h ce jour-là ont dû me prendre 1 heure à écrire ! rire
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Dim 30 Juin - 0:06

    Carnet de maison

    Il est vrai que je dois revenir sur cette non-organisation particulière liée à ce voyage.
    Paradoxalement, c’est la première fois que je cadre aussi bien un parcours, c’est-à-dire que c’est la première fois que je réserve absolument toutes les nuits sur un voyage (davantage vacances, la nuance entre les deux étant pour moi souvent liée à cette liberté ou absence de cadre en voyage, mais aussi à la durée, plus longue, qui le permet), et tous mes transports à l’avance. Mais, mis à part ces nuits, le contenu des journées étaient totalement inconnu, n’ayant pris le temps de ne rechercher absolument rien sur notre destination ! J’ai dû prendre les vols en août ou septembre dernier. Quant au parcours, arrêté début janvier avec les réservations de logements et véhicule, il était organisé autour de l’essence même de ces vacances : Etna, Vulcano, Stromboli. A partir de là, Google Maps et Booking pour organiser la logistique. A chaque fois, succincte vérification Google si hésitation pour les points de chute nocturnes, par exemple pour Riposto ou nous passions les 3 nuits suivantes après Bronte, je me souviens l’avoir choisi à la faveur de Taormina sur base de critères simples : plus proche du refuge des guides pour notre ascension de l’Etna, bien moins populaire des touristes selon les premières lignes des premiers liens qui ressortaient en recherche Google et donc plus à mon goût, et bien moins cher pour mon budget non extensible.

    En réservant tout début janvier, je m’étais dit que j’aurais le temps d’ici juin de me pencher sur le contenu, ou du moins les centres d’intérêts, options possibles pour occuper ces 10 jours entre les volcans de Sicile et des Eoliennes. Et puis, prise dans le tourbillon professionnel, je n’ai pas eu l’énergie ni la tête pour m’y mettre, et me suis retrouvée à la veille du départ à partir avec mon itinéraire contenant uniquement nos réservations de logements, voiture, trains, bateaux et excursion au sommet de l’Etna détaillé sur pdf comme unique guide de ce voyage. Pas de carte, ni guide papier, aucune documentation ou recherche sur le net, que ce soit sur le climat, l’économie, l’histoire, les lieux touristiques, les volcans pourtant… Rien ! Je suis arrivée en Sicile totalement vierge d’attentes, d’images, de connaissances, d’anticipations, de recommandations ou de programme. Pas que ça m’ait dérangé en fait, bien au contraire ! Moi qui aime être surprise, être émerveillée, apprendre, ne pas prévoir, ne rien anticiper en vadrouille, au final, ces vacances s’inscrivaient dans cette veine, même si on suivrait un parcours logistique tout tracé.

    Alors, je me retrouvais souvent le soir, au moment du couché, à aller fureter sur mon smartphone, un peu (une 15aine de minutes tout au plus), pour étudier « vite fait » ce qu’on pourrait faire le lendemain, ou du moins me donner un cap. Outils de prédilection : Google Maps avec comme critère temps de trajet dans un rayon d’une heure de route de notre hébergement et en complément, un site où je furetais sans vraiment vouloir creuser (toujours avec cet esprit de me laisser porter, de ne pas savoir, de « on verra bien »), peut-être le site officiel du tourisme en Sicile d’ailleurs, je ne sais toujours pas : visitsicily.info

    C’est comme ça que, lors de notre première soirée en Sicile, après avoir constaté qu’il n’y avait pas grand-chose à voir / faire dans les alentours proches de Bronte, le nom de Troina a attiré mon attention sur la carte (Google Maps sur écran de smartphone), puisque ç’avait l’air de se situer un peu en altitude, dans « les montagnes », et à moins d’une heure de route de notre hébergement. Et en tapant son nom ensuite sur Google ou Visit Sicily, j’ai vu une photo d’une ville perchée sur un promontoire naturel, et ça m’a suffit à me décider sur le programme du lendemain, si on peut appeler ça un programme.

    Alors… Troina… Il faut d’abord, vraiment, que je revienne sur le trajet ! Epique ! Je crois que je m’en souviendrai toute ma vie, malgré ma mémoire ultra sélective qui balaye très facilement les évènements passés, même proches (j’ai théorisé avoir un petit cerveau qui a comme technique, pour laisser de la place sur le disque dur à espace limité, de virer tout ce qui lui semble superflu, le superflu tel que défini par mon cerveau étant tout de même la majorité des informations passées).

    Comme je l’ai écrit dans mon carnet de voyage le soir-même, il est vrai que j’ai suivi aveuglément et sans le remettre en question l’itinéraire proposé par Google Maps lorsque j’ai démarré la voiture en partant de Bronte, sans même étudier la nature des « routes » à emprunter. En fait, je n’avais tout simplement pas imaginé qu’on puisse se trouver sur ce genre de trajet en Sicile.

    Google avait annoncé 50 minutes de route jusqu’à Troina, on a mis 1h30, avec quelques arrêts photos certes, mais tout de même.

    Très vite après être parties, on a emprunté une petite route qui ne cessait de monter et de serpenter dans la montagne, nous laissant apercevoir sur la gauche, vallées et sierras et plus loin, toujours dominant le reste du paysage, l’Etna au sommet dégagé. Cactus, route défoncée (nids de poules de partout), et même un serpent mort écrasé sur la route (mon dieu ! Il y a des serpents sur cette île ? me souviens-je avoir lancé à Kinderette), les panoramas arides et désolés que nous traversions nous émerveillaient tant nous évoluions dans un dépaysement perpétuel. On roulait sans jamais croisé personne, ça me surprenait, mais en même temps, à part quelques rares fermes isolées, nous ne voyons aucune habitation, et c’est dès ces premières 15 minutes de route que j’ai dit à Kinderette, qu’il ne faudrait pas qu’une roue crève, parce qu’on pourrait attendre longtemps qu’on vienne nous aider ! On a découvert aussi sur cette première partie du trajet ce qu’étaient des arbres à pistache (merci l’appli du smartphone qui identifie les espèces végétales sur base de photo !).

    Et puis, on aperçoit un premier troupeau de moutons dans un pré bordant la route, près d’une ferme. On s’arrête, Kinderette descend prendre quelques photos. Un chien type fox terrier apparaît soudainement dans mon rétroviseur, j’ai brièvement une idée de risque de morsure qui me traverse l’esprit comme un éclaire, avant que ma fille ne remonte dans la voiture toute enjouée :

    - Il est arrivé sans faire de bruit, là, tout de suite, quand je revenais à la voiture, me lance-t-elle en parlant du chien. Je ne l’avais pas vu, il m’a surpris, mais il n’avait pas l’air méchant, je l’ai même pris en photo !

    Et on repart, pour s’arrêter un kilomètre plus loin peut-être au panorama avec le patou dans son troupeau, qui ne cessait d’aboyer en notre direction. C’est parce que ça faisait deux arrêts coup sur coup avec chiens de ferme/de berger qui m’avaient surpris, que j’ai pris conscience qu’il fallait faire attention avant de descendre pour des arrêts photos par la suite, et surtout, que nous étions dans une région agricole plutôt isolée, de montagnes. Et en terme d’isolement, ce n’était que le début en réalité !

    Peu de temps après, Google m’a fait bifurqué sur la gauche comme je le mentionne dans mon carnet de voyage. La route principale continuait dans un virage à 90 degrés vers la droite effectivement, mais ce n’était absolument pas notre itinéraire puisqu’elle rejoignait, il me semble, la côte Est de la Sicile, alors que Troina se situait à l’Ouest de la où nous étions. Je n'avais donc pas le choix et sans hésitation aucune, j’ai pris cette bifurquation vers la gauche, je savais que c’était le bon chemin, en direction de l’Ouest où se trouvait notre destination.
    Sauf que tout de suite, en tournant à gauche, j’ai compris qu’on changeait de nature de route, de terrain. Là, la largeur a d’abord rétréci, et puis le goudron était partiellement effrité sur les côtés. Et 100 mètres plus loin, alors qu’on continuait à monter, le troupeau de chèvres sur la route ! Chèvres avec cloches ! L’une d’entre elles reste en plein milieu de la route, en nous fixant, face à nous, les autres montent sur le muret sur notre gauche et avancent dans notre direction, . Je dis à Kinderette de ne pas descendre, parce que la chèvre qui est en plein milieu de la route, franchement, elle n’a pas l’air de vouloir me laisser passer.

    - Les chèvres, c’est pas comme des moutons, Kinderette. Si elle a envie de charger la tête la première avec ses cornes, elle peut !

    Et vue la longueur de cornes de cette espèce, je n’avais pas envie de l’énerver !

    Alors, j’ai attendu, on a tout de même ouvert les fenêtres pour photos et vidéos, mais quand j’ai vu que Madame au gros caractère commençait à avancer vers la voiture tout en me fixant d’un air chèvre, j’ai remonté ma vitre et me suis mise à avancer, en me disant qu’elle me laisserait ainsi forcément passer. Ce qu’elle fit. Plus tard sur le trajet, des vaches avec cloches, puis des chevaux avec cloches également sur les bords du chemin, autant de rencontres animales qui enchanteront Kinderette.

    Et puis, très vite, l’était de la route s’est déterioré. Des bosses, ça montait, ça descendait (enfin, là, on avait plutôt amorcer une tendance à la redescente en altitude, avant de remonter plus tard vers Troina la percheé). Et du goudron qui se faisait de plus en plus rares, des crevasses de plus en plus fréquentes et longues. A cet endroit, la route trahissait clairement les éclats d’humeur du ciel, je n’avais aucun mal à imaginer des orages avec pluies torentielles emportant la route sur laquelle nous étions. De route, nous étions peu à peu passé sur une piste en réalité, faite de terre, de cailloux, de pierres, pratiquable en deuxième uniquement.

    Jusqu’à atteindre, après plusieurs kilomètres de piste, cette ficelle blanche qui bloquait le passage.

    - Tiens… Peut-être un fermier qui la bloque ce matin pour ses troupeaux… Ils font vraiment ce qu’ils veulent sur les routes, par ici !

    Une piste parallèle à la route commence sur la droite au niveau de la ficelle et monte sur une butte ensablée, sans que je ne puisse en voir l’issue. Il semble évident que ce soit l’itinéraire bis, que j’emprunte donc. Sauf que je m’arrête rapidement en haut de cette butte, puisque pour poursuivre le trajet, il faudrait que je m’engage sur une piste ensablée qui descend à pic pendant plusieurs dizaines de mètres ! Impraticable avec une Fiat Panda, il faut un 4x4 pour passer ça !

    - Tant pis, fais-je à Kinderette, je ne peux pas passer, je dois faire marche arrière jusqu’à la route, puis on repartira d’où on est venue… Au moins, on sera venue jusqu’ici, c’était quand même chouette !

    Je rejoins la route en marche arrière, puis fait demi-tour pour repartir en sens inverse. C’est à ce moment là qu’un 4X4 blanc est arrivé par là où je m’apprêtais à repartir et que vitre baissé, j’ai demandé à son conducteur « Troina ? »
    Il m’a répondu « Troina ! Si ! » en se désignant et en m’indiquant droit devant lui, enfin, plutôt, la piste que j’avais essayé de suivre. Ce à quoi je lui ai répondu en inclinant la main à la quasi verticale et en pointant mon véhicule en disant « no pasa ! »
    Et lui, sur de lui « Si, si ! Piano ! Piano ! » et en me faisait signe de le suivre.
    Devant son assurance, je faisais donc à nouveau demi-tour et lui emboîtais. le pas sur la piste. Avec son 4X4, c’est forcément plus simple de la descendre, cette piste en sable complètement abrupte ! Moi, j’ai mis le frein à main au sommet, je disais à Kinderette que je ne passais pas, pas possible, que j’avais peur de glisser. Et ce monsieur, en bas de la piste, qui me faisais signe avec son bras d’avancer, moi qui lui faisait signe, avec mon bras aussi que non, et lui qui répondait de son bras d’avancer ! Bon.. et bien je m’engageais… Pédale d’embrayage et pédale de frein, en première, par petits à-coups. Je n’ai jamais autant craint que les freins lâchent sur un véhicule !

    - Franchement, Kinderette, je ne repasse pas par là au retour ! lançai-je à ma copilote qui filmait la scène depuis son siège passager.

    Après avoir produit un litre d’huile de sueur en rejoignant la route qui reprenait au bas de la piste pour continuer vers notre droite, je constatais que la ficelle qui bloquait la route, et cette piste, c’était en fait tout simplement parce que la route en question s’était fait emporter avec un glissement de terrain qui laissait un trou béant dans le sol !
    Une fois la descente avalée, notre bon samaritain, toujours au volant de son 4X4 repris la route, à faible allure, s’assurant que nous le suivions bien, et puis, quand la route fut meilleur, il disparu. Mais 2 kilomètres plus loin, je le vis à nouveau à l’arrêt. Il nous avait attendu pour nous ouvrir la voie sur une autre portion où la route avait disparu du côté droit de la chaussée et s’assurer que nous passions cette portion potentiellement dangereuse pour un conducteur non averti en toute sécurité ! Incroyable ce monsieur !

    - Ils sont vraiment super gentils les Siciliens !

    Il nous attendit aussi pour tourner à gauche au stop lorsqu’enfin (enfin !) cette piste reprenait la route régionale qui remontait jusqu’au perchoir rocheux sur lequel se trouvait Troina. Et quand il fut assuré que nous le suivions dans la bonne direction, il reprit son allure de croisière dans les virages de montagne et bientôt, je ne le vis plus pendant plusieurs kilomètres de montée… Jusqu’à ce que nous arrivions à l’entrée de Troina et que je le vis encore une fois garé sur le bas-côté… A nous attendre, une fois de plus ! Quand il nous aperçu dans son rétroviseur, suffisamment proche de lui, il reprit la route, en éclaireur, pour nous engager sur la rue qui nous mènerait vers un parking central. Et là, j’ai bifurqué à droite pensant trouver un parking pour me repérer dans la ville, sur mon téléphone… Au lieu de le suivre et d’avoir une chance de le remercier de vive voix ! Je le perdis donc évidemment de vue et n’eut aucune chance de le revoir par la suite, même si en fait, je repris la route sur laquelle il m’avait engagée et que 500 mètres plus loin se trouvait le parking au pied du centre-ville historique sur lequel je laissais la voiture pour la journée. Mais pour moi, pour nous, cet épisode de notre voyage représente toute la gentillesse et la générosité que nous avons perçue de la part des Siciliens pendant toute la durée de notre séjour, du premier au dernier jour, constamment.

    (...)


    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Dim 30 Juin - 0:16

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2015


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2014


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2016



    Photos Kinderette (qui a naturellement pris beaucoup plus de photos / vidéos que moi sur ce trajet !) :




    Et puis, vidéo qui s'autodétruira d'ici peu quand les quelques lecteurs l'auront visionnée... clin d'oeil




    Lilie
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Skyrgamur Dim 30 Juin - 0:25

    Visionné


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Dim 30 Juin - 0:37

    clin d'oeil top !

    PS : j'ai ri à ton commentaire sur les mamies aux toilettes ! rire
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Dim 30 Juin - 17:18

    (...)

    Quant à Troina, quelle belle surprise ! J’ai eu chaud sous plus de 30 degrés à monter et descendre rues et marches de la ville, malgré le ciel complètement couvert et le vent des hauteurs qui nous caressait la peau en ce dimanche de juin. On découvre d’abord grâce à des fresques, 10 au total, que Troina fut la capitale normande de la Sicile au 11ème siècle (quelques années seulement avant qu’un certain Guillaume ne franchisse la Manche…). J’avais connaissance de la présence normande en Sicile (on m’avait aussi parlé d’une superbe église d’époque normande à Palermo), mais n’en avais aucun détail avant cette journée à Troina. Ces 10 fresques que l’on suit dans les rues du centre historique composent ce qui s’appelle le Musée diffus de l’histoire normande, une très bonne idée je trouve, que ce musée en plein air qui fait découvrir au visiteur les vieilles rues de la ville à travers un parcours ludique et original. On apprend que les Normands ont libéré la Sicile des Arabes, qu’ils sont restés 30 ans installés à Troina, position défensive géographique naturelle qui leur permettait de contrôler toute la Sicile (la même raison pour laquelle les Allemands s’y étaient installés pendant WWII). Ce « musée diffus », c’est ce même couple italo-français qui nous en a parlé en arrivant en haut de nos premières marches menant à la ville historique et au pied d’une fresque. Monsieur parlait en français à madame dont nous n’avons pas entendu le son de la voix, mais monsieur aux allures méditerranéenne avait tout de même l’accent d’un non natif français, d’une langue plutôt latine, je pense qu’il était soit italien, soit suisse italien. Et lorsqu’il s’est trouvé en haut des marches en attendant madame qui peinait à le suivre et à qui il lançait des encouragements, et qu’il nous a entendu à côté de lui parler français, il a engagé la conversation. Et outre ces fresques de l’histoire normande locale, il nous a surtout fortement conseillé d’aller voir le musée du photographe américain qui avait documenté la libération de Troina à la seconde guerre mondiale.
    Il avait tellement appuyé sur ce point, qui n’était d’ailleurs pas du tout quelque chose à quoi je m’attendais en venant à Troina, qu’on avait naturellement décidé d’aller découvrir ce musée, Kinderette étant tout à fait d’accord pour y aller (elle est vraiment top comme compagnonne de vadrouille !).
    Robert Capa, Hongrois en réalité, juif communiste qui avait fui la répression de son pays à la fin des années 20. Devenu photoreporter, il a couvert le débarquement de Normandie avec les troupes alliées, mais chose dont je n’avais jamais entendu parler, aussi celui de Sicile, en 1943. Bah oui… La Sicile est une île, alors pour la libérer, il a forcément fallu passer par la mer ici aussi ! Et c’est ce sujet qui est couvert dans ce superbe musée ouvert en 2021, à Troina, parce qu’il a notamment couvert la libération de Troina en août 1943, dernière position stratégique que tenaient les Allemands sur l’île. Une 60 aine de ses photos sont exposées. J’ai tout lu, tout regardé, tout observé avec attention, j’ai admiré son œil surtout. Ses photos mettent en lumière les civils, les soldats, des scènes de combat comme de libération et le tout est très émouvant. Concernant la bataille de Troina, on apprend qu’elle fut difficile, dura plusieurs jours et que de nombreux soldats et civils perdirent la vie.

    Kinderette m’a fait part très rapidement de son intérêt pour le sujet :

    - J’aime bien, parce que je me rends compte de ce qu’était la guerre. On en parle à l’école, mais je n’arrive pas à imaginer à quoi ça ressemblait.
    - Tu sais, c’est un peu pareil pour moi. Je n’ai pas connu cette guerre, et j’ai encore parfois du mal à m’imaginer comment c’était. Je pense que c’est difficile si on ne l’a pas vécu. C’est pour ça que c’est important ces témoignages, comme ici, ou ceux des vieilles personnes qui l’ont vécue.

    L’occasion d’évoquer brièvement ma grand-mère décédée il y a un peu plus de 2 ans, le seul arrière grand-parent que Kinderette a connu et grâce à qui on a pu avoir des bribes de cette guerre vécue par une jeune fille de la campagne française en zone occupée, grâce à qui j’ai compris avec les années et par reconstitution ce à quoi pouvait ressembler cette guerre pour les civils.

    Un film d’archive sur le débarquement de Sicile, filmé par Robert Capa, le genre d’images que je n’avais jamais vues :

    - J’imagine qu’il existe ce genre de musée en Normandie, avec films d’archives aussi, peut-être même de lui, mais je n’ai jamais visité les côtes normandes.

    L’occasion d’évoquer ce pan de l’histoire de France avec Kinderette, cette région de la France, son importance historique, et de lui rappeler que sans les « Anglais » et sans les Américains, la France ne serait pas libre aujourd’hui, mais qu’en vrai, « les Français n’aiment pas trop qu’on leur rappelle, que ce sont les Anglais et les Américains qui les ont libérés ».

    J’ai attendu une 20 aine de minutes que Kinderette, qui observait chacun des clichés avec attention, qui les photographiait tous ainsi que tous les panneaux ou objets, finisse son tour du musée que j’avais effectué avec pourtant beaucoup d’intérêt.

    Un musée émouvant, bel hommage à Robert Capa, à son humanisme et à son travail, qu’on a toutes les deux beaucoup apprécié et qui fut l’une des belles surprises de cette journée à Troina.



    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Dim 30 Juin - 17:30

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2017


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2018


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2019


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2020


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2022


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2023


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2024


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2025


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2027


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2026



    Photo de Troina par Kinderette en repartant par la "vraie" route :



    Lilie
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Skyrgamur Dim 30 Juin - 22:39

    En Normandie, il y a des musées de la guerre, du débarquement et autres un peu partout. Beaucoup de noms de rue rendent hommage aux soldats. Ma rue rend hommage à un p'tit gars qui est venu du Canada et n'est pas reparti.


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Lun 1 Juil - 14:02

    Ca fait quelques années que je me dis que ce serait intéressant, un jour, d'aller faire un tour du côté des côtes normandes effectivement. top !

    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Lun 1 Juil - 14:04

    Lundi 17 juin 2024
    Riposto, 22h08

    Dans le lit, la flème d’écrire.

    Notes sous insistance de Kinderette :

    - Mais en plus, aujourd’hui, c’était trop bien !
    - Qu’est-ce qu’était trop bien ?
    - « La moto qui nous a doublées par la droite (sur 4 voies, entre Bronte et Riposto alors que je doublais moi-même un autre véhicule, mais apparemment pas assez rapidement, la moto étant donc passée entre moi et le véhicule que je doublais).
    - Le bus énervé derrière nous au départ de Bronte = appel de phares car je ne roulais pas assez vite = 80km/h au lieu de 70km/h limités + gesticulait et me collait aux fesses (quand j’étais à 90, il me laissait tranquille).
    - Un camion que tout le monde doublait (malgré ligne blanche continue et virage) et le bus derriète était encore plus énervé car je ne doublais pas.
    - Une voiture a doublé le bus + nous + camion et il y avait un virage pas loin.
    - On a fait le tour de l’Etna en 180 degrés par le Sud, en partant de l’Ouest et maintenant on est à l’Est de l’Etna.
    - On est au bord de la mer. Pas de plage de sable mais plage de galets de lave.
    - Ca faisait un bassin avec une digue.
    - Je me suis baignée.
    - Le papy qui vendait des fruits dans des seaux en face du port, à l’arrière de son petit camion et il était assis sur une chaise à l’ombre d’un parasol.
    - Et maman elle est allée faire des courses et elle a voulu prendre des pêches et elle ne comprenait pas le monsieur qui pesait et donc elle a fini avec un kilo de pêches. Alors elle a voulu remettre les yaourts qu’elle avait pris avqnt les pêches et elle a fait tomber un yaourt par terre. Il y en avait partout. Donc elle est retournée voir le monsieur des pêches et il était gentil, il ne s’est même pas énervé pour nettoyer.
    - L’appartement où on loge à Riposto, il y a 3 balcons et il y en a un qu’a une très bonne vue sur l'Etna et le coucher de soleil ce soir, il a rendu le ciel beau et la vue sur l’Etna, elle était jolie.
    - Il y a beaucoup de chats en Sicile et la plupart passent leur temps dehors, ils n’ont pas l’air de chats d’appartement.
    - Ce midi, après avoir visité vite fait le port de Riposto, on est allée manger dans une caffeteria à côté de la où on loge (en attendant le check-in à 14h) et on a pris 2 pâtisseries salées différentes remplies de tomates, d’olives, jambon et fromage qu’étaient très, très bonnes. Et on a pris une boule de gelata à la pistache qu’était très bonne.
    - Et après on a découvert que les locaux aimaient bien prendre de la granita avec beaucoup de crème dessus (et la vendeuse nous en a fait goûter !)
    - Et sur la route de Bronte à Riposto, Maman elle faisait que de parler des gens qui la doublaient et c’était drôle. Et elle répétait que l’Etna fumait beaucoup et qui si ça se trouve, mercredi on ne pourra pas y aller ou il faudra prendre un passage différent.
    - Il ne fait jamais trop chaud mais on transpire quand même. Même le soir, il fait hyper bon.
    - L’eau du bassin où je me suis baignée ce soir, elle était assez froide pour moi et si je passais assez de temps dedans, je tremblais de froid (tout le monde entrait dans l’eau sans problème…).
    - Les cailloux dans la mer étaient couverts de mousse et ça glissait. Je suis tombée quelques fois.
    - J’ai nagé sur le dos et ça faisait longtemps que je ne l’avais pas fait et ça faisait du bien au cuir-chevelu.



    Lilie

    PS : 13 ans, mais elle me prend toujours comme script !  roulebilles  rire
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Lun 1 Juil - 14:32

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2029



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2028



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2030



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2031



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2032



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2033



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2034



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2035



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2038



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2036



    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Pxl_2037


    Lilie
    geob
    geob


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par geob Lun 1 Juil - 21:49

    L’occasion d’évoquer ce pan de l’histoire de France avec Kinderette, cette région de la France, son importance historique, et de lui rappeler que sans les « Anglais » et sans les Américains, la France ne serait pas libre aujourd’hui, mais qu’en vrai, « les Français n’aiment pas trop qu’on leur rappelle, que ce sont les Anglais et les Américains qui les ont libérés ».

             C'est déjà une bonne base pour intéresser une adolescente au 6 juin 1944. Plus tard, elle découvrira la complexité de l'Histoire, du moins si elle continue à avoir un esprit curieux aussi aiguisé.

    Il se trouve que je suis en train de lire le livre peut être définitif sur le débarquement, tant il est fourni en documents, photos jamais vues, témoignages des Alliés et des Allemands. Comme le signale Skyrgamur, il ne faut pas oublier les Canadiens qui sont arrivés les premiers en Angleterre dès 1940, suivis par différentes nationalités qui ont aussi participé au débarquement, et soulignons le rôle important de la Résistance la veille et le jour du dit débarquement.

    DE SABLE ET D'ACIER - Nouvelle histoire du Débarquement - de Peter Caddick-Adams - Editions Passés Composés/Ministère des Armées.


    J'abrège, ce n'est pas le lieu pour parler d'un livre mais je ne résiste pas à transmettre ce témoignage d'un Anglais à propos des Américains, bien accueillis par la société anglaise qui fut sidéré par le racisme endémique de ces visiteurs d'outre-Atlantique :

    J'aime bien les Américains, dommage qu'ils sont venus avec des Blancs !

    Enfin, parmi les innombrables photos jamais vues, celle-ci, particulièrement émouvante...

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Capa10

    A gauche, Endre Friedman, autrement dit Robert Capa et à droite Hemingway... qui a été le premier à délivrer le bar de l'hôtel Meurice en arrivant à Paris (ce n'est pas dans le livre, bon je ne suis qu'à la page 165 sur 875 très denses)

    Maadadayo !

    https://youtu.be/PFARqRz6_rk?feature=shared

    https://youtu.be/BBuTPkXGg9A?feature=shared

    https://youtu.be/k5m7vueKdPE?feature=shared

    https://youtu.be/QKzxgEKsc34?feature=shared
    (des infos détaillées dans le livre, comme l'importance de l'avancée des troupes sovietiques à l'est)
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Skyrgamur Lun 1 Juil - 22:15

    J'aime beaucoup le façon de raconter de Kinderette, surtout l'épisode yaourt-pêches rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    fabizan
    fabizan


    Localisation : Sainte Enimie Lozère

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par fabizan Lun 1 Juil - 23:05

    Au fait Lilie, la vidéo qui s'autodétruira, l'a fait avant que je puisse la visionner ! pensif


    _________________
    Fabienne
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Skyrgamur Lun 1 Juil - 23:07

    Il faut être rapide avec Lilie !!! rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Lun 1 Juil - 23:54

    fabizan a écrit:Au fait Lilie, la vidéo qui s'autodétruira, l'a fait avant que je puisse la visionner !  pensif

    Elle est toujours là, en tout cas, de mon côté, elle est toujours visionnable, mais seulement quand tu es connectée. clin d'oeil

    Lilie
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Lun 1 Juil - 23:55

    Merci Geob pour la connexion à Robert Capa. top !

    Lilie
    fabizan
    fabizan


    Localisation : Sainte Enimie Lozère

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par fabizan Mar 2 Juil - 13:22

    Lilie a écrit:
    fabizan a écrit:Au fait Lilie, la vidéo qui s'autodétruira, l'a fait avant que je puisse la visionner !  pensif

    Elle est toujours là, en tout cas, de mon côté, elle est toujours visionnable, mais seulement quand tu es connectée. clin d'oeil

    Lilie

    Je suis toujours connectée, mais comme par magie, aujourd'hui elle est là ! sourire

    T'inquiètes pas pour la vulgarité (d'ailleurs la vulgarité c'est pas ça, ça c'est de la grossièreté !). Tu m'entendrais au volant, tu verrais que tu es une petite joueuse rire


    _________________
    Fabienne
    Lilie
    Lilie


    Localisation : Pieds sur Terre, tête en l'Eire

    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Lilie Mar 2 Juil - 22:29

    18 juin 2024
    20h
    Riposto


    Aujourd’hui, on a relativement « took it easy ».

    Levée à 9h30 pour moi après une mauvaise nuit (chambre hyper bruyante, premier étage, à l’angle d’une rue principale), je pense avoir dormi 5 à 6h en alternance avec phases de réveil. Kinderette a émergé une demie-heure plus tard. Elle a dormi comme un loir, et c’est le principal. Depuis le début du séjour, je veille à faire des journées par trop chargées et à ce qu’elle se repose bien (j’ai en tête la chaleur à plus de 30 degrés à laquelle nous ne sommes pas habituées), de manière à ce qu’elle soit en forme et dans les meilleures conditions pour notre excursion au sommet de l’Etna.

    Donc, aujourd’hui, départ vers 11h en direction de Taormina à environ 40 minutes de là.

    - On y passera une petite demie-journée, juste pour avoir un aperçu. J’aimerais qu’on en parte vers 16h pour être de retour à l’appart’ vers 17h, se poser tranquillement et que tu ne te couches pas trop tard pour l’Etna, demain.

    Bon, je ne vais pas m’étendre sur Taormina : cité touristique par excellence. Pas ma came, ni celle de Kinderette ai-je découvert, de ses propres mots quand je m’étonnais de son silence et de son absence de prise de photos.

    - J’aime pas trop, y a que des gens.


    Comprendre « des touristes », comme nous.

    En effet, pour ma part, je préfère largement Riposto où nous logeons pour ces 3 nuits.
    La petite ville de bord de mer n’a certes par le charme des places, des rues et l’histoire de Taormina, mais au moins nous n'y croisons que des Siciliens du crû, qui y vivent et y travaillent. Quelques familles sur la plage de galets à 18h, avec une 10 aine de bambinos dans l’eau tout au plus, profitant d’une baignade avant de rentrer pour le dîner. Des commerçants, boulangeries, bureaux de tabacs, prêt à porter, boucherie, poste. Une dizaine de papys à jouer aux cartes sur une table à l’ombre des palmiers, près du port. Il me semble qu’ils parlaient sicilien parce que je ne comprenais absolument rien et que ça ne sonnait pas italien. Une caffetteria où nous avons mangé hier midi à l’angle de notre logement, temps de déjeuner durant lequel nous avons vu un défilé de locaux venant acheter différentes sortes de pâtisseries, granitas que nous avons découvertes grâce à eux lorsqu’à force d’observer presque chaque personne qui entrait en commander, j’ai demandé à la vendeuse, en pointant du doigt, ce que c’était. Elle nous en a d’ailleurs offert pour goûter. Adorable, comme tous les Siciliens que je croise jusqu’à présent.
    Sauf sur la route ! C’est comme s’ils se transformaient dès qu’on leur mettait un volant ou un guidon entre les mains ! Gremlins siciliens ! Dr Jekyll et Mr Hyde ! Incroyable ! Eux qui sont si tranquilos en piétons et dans leur quotidien, se transforment en créatures possédées dès qu’ils sont sur la route !


    21h

    Je viens de coucher Kinderette après lui avoir fait un bon massage du visage, en espérant que ça l’aide à s’endormir rapidement. Demain, réveil à 7h30. Le sac est fait. Les sandwichs aussi, car nous mangerons pendant l’excursion.

    Au programme : 9h45, rdv au gîte des guides, quelque part vers 1800 mètres, je crois. Ils fournissent les chaussures. Le reste, bonnets, gants, vêtements chauds seront dans mon sac à dos et nous avons emmené chacune un pantalon de rando.
    A cette saison, il n’y a pas de neige au sommet. Les températures selon ce que j’ai regardé aujourd’hui sont entre 10 et 15 degrés il semble. Les températures que nous avions à Dublin avant de partir… On devrait s’en sortir ! Je laisserai peut-être des vêtements dans le coffre une fois au refuge, mais je préfère prévoir et à l’heure où j’écris, j’ai le maximum de nos couches vestimentaires dans mon sac à dos.

    Du refuge des guides, je crois que c’est téléphérique avec départ du refuge à 10h30. Et après le téléphérique, on monte un bon bout d’altitude en 4X4 jusqu’à environ 2800 m je crois. De là, la suite se fait à pied jusqu’au sommet de l’Etna à 3300 mètres.

    J’ai hâte. Je suis impatiente de cette nouvelle aventure, de cette nouvelle inconnue. Dans mon sac à dos, il y a un briquet acheté au bureau de tabac cet après-midi, ici, à Riposto, lorsque j’allais au supermarché pour acheter de quoi faire notre lunch pour demain. Kinderette était restée à l’appart’. Un briquet, pour allumer les 2 bougies achetées elles aussi discrètement avant notre départ. L’une d’elle a la forme d’un 1, l’autre d’un 3. Elles aussi sont dans mon sac à dos et m’accompagneront jusqu’au sommet de l’Etna, demain, 19 juin 2024. Et j’espère que ma grande fille pourra y souffler ses bougies !

    Mont Etna, Monsieur le volcan de cette très belle et accueillante Sicile, s’il te plaît, accueille-nous et donne-nous un peu de ta force pour nous aider à venir te saluer, demain.


    (...)

    Lilie

    Contenu sponsorisé


    Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes) Empty Re: Des volcans et des îles (Sicile et îles Eoliennes)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 22 Juil - 18:59