Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Partagez
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Dim 22 Jan - 21:05

Weekend bivouac à Noirmoutier, 21 & 22 janvier 2017

J’y suis arrivée tranquillement peu après 15h, hier, samedi. Un dernier virage sur le continent et me voici sur le pont qui le relie à l’île. Je suis surprise de me retrouver sur une 2 x 2 voies, limitée à 110km/h. Bien aménagée pour faire venir les touristes me dis-je immédiatement. La 2 x 2 voies dure. Snacks, spécialités vendéennes, restos, hôtels. Tout est fermé, mais les panneaux racoleurs sur le bord de la route, eux, restent à l’année.
Ce sont mes premières impressions de Noirmoutier. Qui donnèrent le ton. J’ai essayé. Mais je n’ai pas réussi à me connecté à ce lieu. Je n’ai pas aimé. Et ils sont rares, les lieux où j’ai mis les pieds sur la planète, et où j’ai dit que je n’avais pas aimé. Etait-ce moi qui n’étais pas alignée avec les astres ? C’est de toute façon, forcément moi, puisqu’un ressenti, c’est subjectif.
Je suis d’abord allée au Gois. Une ancienne villageoise y ayant séjourné m’avait conseillé d’y être deux heures avant la marée basse, pour y observer notamment les mouvements d’eau sur le passage. L’eau recouvrait encore largement la route sous-marine, alors je décidai de rejoindre le tout nord de l’île, vers les villages du Vieil et du Petit Vieil, conseillés là aussi par cette même ancienne villageoise pour y planter ma tente. Mignonnets villages, qui ne me charmèrent pas pour autant (pis cette 4 voies qui fend l’île en deux, du nord au sud, que je venais d’emprunter, et ces panneaux qui faisaient le tapin tout du long, ne m’avaient toujours pas mis dans de bonnes conditions). Et surtout, un accès à la mer bien trop construit : toutes les maisons donnent en accès direct sur la plage, ça peut être charmant pour l’oeil, mais pour planter sa tente, c’est inconcevable ! De plus, toutes les petites plages auxquelles je pouvais avoir accès indiquaient des interdictions de planter la tente très visibles. N’ayant pas le temps de chercher plus longtemps, je décidai que ce ne serait donc pas dans cette partie de l’île que je dormirais sous tente. Il était temps de retourner au Gois pour observer le spectacle... A nouveau par cette fichue autoroute !
Arf ! Arrivée au Gois, j’avais loupé la fente de la mer en deux : les voitures passaient déjà, le bitume était déjà totalement découvert ! Pas grave, le soleil commençait à baisser, le ciel était bleu parsemé à l’ouest de jolis moutons blancs. J’ai parlé à quelques personnes, des pêcheurs d’huîtres pour leur entrée dominicale, ou de bigorneaux, qu’ils feraient tremper dans l’eau pendant deux jours avant de les déguster à l’apéro.
- C’est bien meilleur que des cacahuètes !

Et puis ce couple, qui observait les bernaches et autres plumeux à la longue-vue.
- Vous savez où je pourrais planter ma tente, sur l’île, cette nuit ? Un endroit calme, si possible avec vue sur la mer ? Au nord, c’est trop habité, et il y a des panneaux interdisant les toiles de tente sur les plages...
Ils me conseillèrent d’un commun accord la plage des Boucholeurs, pas très loin d’ici, vers Barbâtre, côté sud-ouest.
- C’est une grande plage, et il y a la dune. Il y a aussi une forêt de pins, vous y serez à l’abri du vent. Pis il y a des habitations pas trop loin si des fois vous aviez besoin de quelque chose.
On a discuté un bon moment. Ils habitaient en Vendée et avaient une petite maison sur Noirmoutier.
- Je vous aurais bien proposé de venir chez nous, mais on n’a qu’une pièce, c’est tout petit, me dis gentiment l’homme.
Plus tard, quand j’installais ma tente, je regrettais de ne pas avoir eu l’idée de leur proposer d’amener les croissants le lendemain matin, et de leur raconter ma nuit sous tente, pour les remercier de leur bon tuyau.

Je me suis avancée sur le passage jusqu’à son premier virage. Au début, je n’osais pas trop m’aventurer à l’extérieur du bitume, de peur de laisser mes bottes dans la vase. C’est intéressant cette construction de l’Homme tout de même, qui fait inévitablement penser au passage biblique de Moïse fendant la mer en deux. Je ne me suis pas renseignée sur ce passage, sa construction, les études d’ingénierie qu’il a du nécessité, sa raison d’être primaire. J’ai aimé y observer les oiseaux, et la cacophonie des bernaches. Un peu. Car le passage du Gois, c’est avant tout une route. Et au bout d’une heure, le trafic, qui me gênait depuis le départ, était trop intense, et me gâchait tout le plaisir. Et puis le soleil, bien qu’encore assez haut, se rapprochait doucement de la ligne d’horizon, et il me fallait trouver un lieu d’hôtellerie 1000 étoiles. J’ai donc pris la route en direction de Barbâtre, village du sud de l’île, à peu près au même niveau que le Gois, mais côté ouest. Village fantôme. A 18h, aucun commerce n’était ouvert. Aucun volet non plus. Pas une âme, pas un vélo, pas une voiture qui circulait. 3 kilomètres plus loin, je me garais entre les pins et la dune sur le parking de la plage des Boucholeurs.
Pas de panneau d’interdiction de bivouac sur la plage (mais interdiction d’y faire du feu). Un sentier pédestre s’enfonce dans la forêt de pin. Là, tout une série d’interdiction, dont celle d’y planter une tente. Je m’y suis balader. Ce n’est pas une forêt à proprement parler, plutôt la naissance de la dune parsemée de végétation épineuse. Et c’est effectivement à l’abri du vent. C’eût été une balade fort plaisante si... la nuisance sonore de la 4 voies ne venait pas tout gâcher ! Je n’entendais même plus le bruit des vagues qui n’étaient pourtant qu’une centaine de mètres plus loin (alors qu’à vol d’oiseau, l’autoroute était à un kilomètre plus dans les terres !). Alors interdiction ou pas, je n’aurais de toute manière pas planter ma tente ici à cause de ça ! Je suis donc revenue sur la plage, et j’ai trouvé facilement un spot, qui n’était pas dans la zone protégée de la dune, directement en bord de plage : du sable fin, un vrai nid douillet pour la nuit ! Seuls les parcs à huîtres découverts en contre-bas mettaient un bémol à ma tranquillité, me disant qu’au petit matin, je serai peut-être réveillée par un tracteur... J’ai attendu que les deux voitures quitte le parking pour installer ma tente. Là, même avec le bruit des vagues, à marée basse, certes, j’entendais encore les véhicules sur la D38. Mais le lieu était chouette : j’avais une plage immense de sable fin, une dune magnifique, pour moi toute seule... et ce, pour toute la nuit, jusqu’au matin ! J’ai mangé en terrasse, avec vue sur la mer. Il ne faisait pas froid. Beaucoup moins que trois semaines auparavant dans la baie du Mont Saint Michel. Preuve en est, je suis restée près de deux heures dehors, à regarder les étoiles, allongée sur la dune moelleuse. Je me suis aventurée à aller me balader sur la plage, mais même avec ma lampe, j’avais peur de ne pas retrouver ma tente... alors suis revenue m’allonger à ses côtés, pour observer la nuit dévoilée par les moutons. Pollution sonore, mais lumineuse également, pour toute la partie de l’île et je n’observais les étoiles qu’à partir d’une certaine hauteur par rapport à l’horizon. Côté mer, c’était couvert. J’étais surprise de voir à quelle point je voyais bien dans cette nuit hivernale. On oublie. On oublie qu’on voit la nuit. Je me suis souvenue de ma première fois sur l’Ile de Pâques. Piti m’avait emmenée galoper loin et on était rentrés de nuit, chacun sur notre monture. Je lui disais de m’attendre, que je ne vois rien. Lui, il était habitué, il voyait la nuit. Et puis quelques jours plus tard, je m’étais adaptée : j’avais retrouvé ma nature, et moi aussi, je voyais dans la nuit noire. Ca fait du bien, de temps en temps, de se rappeler à sa nature d’animal.

En me couchant, j’ai réalisé que je n’avais pas dormi sur une plage depuis près de 10 ans. C’était en Australie. Et je me suis dit aussi, que la dernière fois que j’avais fait l’amour sur une plage, c’était à la même époque, et aussi en Australie. J’ai souris.

J’ai eu bien chaud dans la nuit. Pour autant, je n’arrivais pas à m’endormir. Quelque chose me chiffonnait, mais je n’arrivais pas à comprendre quoi. J’étais pourtant bien avec moi-même, pas d’émotions particulières qui se manifestaient. Et puis au bout de quelques heures, j’ai compris : ce qui m’embêtait, c’est que je n’arrivais pas à me connecter avec cette île, qui d’ailleurs ne me donnait pas du tout l’impression d’en être une. Moi qui pourtant, adore les îles et les insulaires ! Je n’arrivais pas à me connecter, elle n’arrivait pas à me plaire. Et dans ma tente, j’entendais toujours ce bruit sourd, qui venait de la départementale. Je me suis dit que j’avais encore la journée du Dimanche pour me faire accrocher, pour y percevoir ses charmes et ses atouts.

(...)

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Dim 22 Jan - 21:59

J’ai ouvert les yeux à 9h. J’ai su instantanément que le paysage ne serait pas lunaire comme il l’avait été dans la baie du Mont Saint-Michel au réveil. Le froid ne m’a pas saisi. Il faisait frais, mais c’était raisonnable. Ce plaisir, toujours, de dézipper la porte de la toile de tente, et de découvrir ce que la Vie a à nous offrir à cet endroit de la Terre. Des morceaux de givre tombent de la paroie-porte quand je la plie sur elle-même. Et devant moi, un ciel bleu cristal, une mer basse, du sable, givré par endroit, des brins d’herbes à dunes. Des empruntes de chien sur le sable. Etaient-elles là hier soir ? Je sors de la tente. Quel kiffe total d’avoir cet endroit, à cet instant, pour moi toute seule ! Le soleil est derrière moi, derrière la dune. Il se lève timidement sur l’eau reculée. Je m’habille et pars profiter de la plage. Le sable en atteste : je ne suis pas la première promeneuse ici, ce matin. Il y a même les traces d’une voiture qui descend tout droit vers la mer. Je n’ai rien entendu. C’est beau la mer. C’est bon le vent froid sur mon visage. Ce pourrait être une plage de n’importe où dans le monde me dis-je à ce moment-là. Australie, Brésil, ... En terme de paysage, pas de température, évidemment. C’est un paysage universel, que la mer, la plage de sable fin à perte de vue, les dunes. Trois bandes parallèles. Doit y en avoir en Afrique aussi, certainement.

Une fois la tente pliée et les affaires en repos dans le coffre de ma voiture, je profitai de la lumière de lever du jour (oui, en hiver, même vers 10h, le soleil est encore bas !) pour retourner près du passage du Gois, mais cette fois-ci pour me balader dans la réserve naturelle du Polder Sébastopol, avancée de terre artificielle et protégée de la mer par une digue. Une zone humide. Des canaux. Des oiseaux. C’était le début de journée, j’étais bien décidée à me laisser envahir par les émois de la nature, du sauvage. J’ai eu beau essayé, là encore, je n’ai pas réussi à faire abstraction de nuisances de circulations de cette p*tain de 4 voies ! Dimanche matin 10h, y a pas foule, certes, mais quand même ! Un endroit comme celui-ci, j’aimerais pouvoir en profiter sans entendre les ronrons des engins motorisés ! Alors là non plus, je n’ai pas réussi à me sentir loin de tout.
J’ai repris ma voiture, direction Noirmoutier-en-l’île. Un pain au chocolat et une ballade furtive plus tard, je repartais pour retourner vers le Vieil, le Petit vieil, que je souhaitais prendre le temps d’explorer. Plages, rues. Vide. Sans charme. Je veux dire, je peux comprendre où les gens y trouvent du charme, mais... non, encéphalogramme plat. Pis toutes ces maisons aux volets fermés, j’ai l’impression d’être dans un musée. Il n’y a pas de vie. Sur la plage du Vieil, j’ai quand même discuté avec une dame et son enfant, et j’ai croisé un ancien. Peu de voitures garées devant les maisons. Noirmoutier vit l’été. L’hiver, les patates, le sel, et les hôtels hibernent. Rien à voir avec la Bretagne. La Bretagne vit toute l’année. Même si certains endroits sont blindés de touristes l’été. J’étais à Locronan en Novembre dernier. J’ai vite imaginé ce que c’était l’été, puisque des parkings à cars ont été aménagés à l’entrée du blède. Pourtant, en plein hiver, librairie, boulangeries, crêperies, boucheries : ils sont ouverts. Le village n’existe pas que pour et par les touristes. L’île aux Moines, plus proche encore du continent que ne l’est Noirmoutier, qui à elle par contre garder son caractère d’île, n’a rien à voir avec Noirmoutier : certes plus petites, mais on a plaisir à s’y ballader à pied, on imagine fort bien les ruelles qui n’ont pas changer depuis des décennies, la vie d’antan, les paysages sont encore là, il n’y a pas de circulations... et les volets sont ouverts, un peu plus l’été que l’hiver, certes, mais des gens y vivent à l’année.

De ces deux villages, j’ai essayé d’aller me perdre dans la campagne, et puis je n’ai plus eu envie de me forcer : ça faisait presque 24 heures que j’étais sur l’île, la sauce n’avait pas prise, et pis c’est tout. Ce n’est pas une obligation d’aimer tous les lieux que l’on va découvrir. Heureusement d’ailleurs. Mais c’est rare quand ça m’arrive, extrêmement rare.

J’ai fini mon périple par la plage aux Dames. J’y avais fait le larbin du photographe de mariage de mon frère il y a quelques années. Là, et dans le quartier de Banzeau, à Noirmoutier-en-l’île, que j’ai retrouvé en demandant à une dame. Quartier fantôme, le plus fantôme de tout ce que j’ai vu sur Noirmoutier ! Et pourtant c’est en plein centre, derrière le château. Quel est le charme de ruelles tortueuses aux volets bleus, si ces volets sont tous fermés ? Un quartier de 200 mètres sur 100 mètres à tout casser. Je m’y ai fait des photos sans goût pour témoigner d’une ville fantôme. Une dizaine de minutes.

Un sandwich le long du port, pour profiter du soleil. Et bien que j’avais encore du temps devant moi, avant 14 heures, je n’avais qu’une envie : quitter Noirmoutier. Et ne plus y revenir. Je crois pourtant l’avoir découverte à la période de l’année qui me convient le mieux, celle durant laquelle mêmes les offices de tourisme sont fermés.

Je n’ai pas aimé Noirmoutier.

Lilie
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Skyrgamur le Dim 22 Jan - 22:22

Noirmoutier un jour, Noirmoutier c'est pas l'amour


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 10:34

Voici quelques photos du passage du Gois:



D'autres photos suivront sans doute. clin d'oeil

Lilie




lahaut

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par lahaut le Lun 23 Jan - 11:06

Sympa quand même ton bivouac top ! ...c'est bizarre tu dis qu'il n'y a pas un chat sur l'île et tu entends une grande circulation de la 4 voies ! pensif
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par fabizan le Lun 23 Jan - 13:07

Lorsque j'étais allée à Noirmoutier la 1ère fois, on avait emprunté le Gois pour le retour car plus court pour rentrer à Pornic. J'étais pas rassurée du tout, en bonne trouillarde de la flotte, je me disais "pourvu que le calendrier des marées ne se soit pas trompé et que l'eau n'arrive pas trop vite". sourire

Sinon, jolies photos Lilie avec ce beau ciel moutonneux top !


_________________
Fabienne
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 16:26

lahaut a écrit:Sympa quand même ton bivouac top ! ...c'est bizarre tu dis qu'il n'y a pas un chat sur l'île  et tu entends une grande circulation de la 4 voies ! pensif

Oui Lahaut, tu sais, je suis une géraldine, je suis compliquée... langue

Lilie



Dernière édition par Lilie le Lun 23 Jan - 18:14, édité 2 fois
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 17:17

Autour du Gois et polder Sébastopol à côté:



Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 18:14

Lilie a écrit:
lahaut a écrit:Sympa quand même ton bivouac top ! ...c'est bizarre tu dis qu'il n'y a pas un chat sur l'île  et tu entends une grande circulation de la 4 voies ! pensif

Oui Lahaut, tu sais, je suis une géraldine, je suis compliquée... langue

Lilie


Dites... je viens de réaliser.... LAHAUT A LU MON PAVE???!!!  lecteur  Han!! Han!! Han!!  Mais que pasa???!!!

Lahaut? Lahaut?? C'est bien toi derrière cet écran???  marteau

Lilie
avatar
Solcha

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Solcha le Lun 23 Jan - 18:17

Lahaut lit les pavés, Lahaut fait le ménage, Lahaut veille à ce que chacun poste au bon endroit (non ce n'est pas une nouvelle série "Martine") mais, on dirait bien que Lahaut est en voie de "géraldinisation" rire


_________________
¡ Pura vida !
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 19:45

rire

Le masque est levé! langue

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Lun 23 Jan - 19:46

Photos du bivouac:



Lilie
avatar
Solcha

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Solcha le Lun 23 Jan - 20:25

Super!! Vraiment sympa!


_________________
¡ Pura vida !

lahaut

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par lahaut le Lun 23 Jan - 21:47

Moi en voie de géraldinisation ! surpris Plutôt attraper le choléra !!
Avant que je mette du rouge à lèvre et de porter des bigoudis , Lilie Wapiti , Fabizan et Solcha porteront une mini jupe ... et aucune chance que cela se produise un jour !!

Il n'est pas si gros que cela ton pavé ! clin d'oeil
Sympa les nouvelles photos !
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par fabizan le Lun 23 Jan - 23:26

lahaut a écrit: , Lilie Wapiti , Fabizan et Solcha porteront une mini jupe ... et aucune chance que cela se produise un jour  !!

Si tu crois que je t'ai attendu pour porter des minijupes rire langue


_________________
Fabienne
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Mar 24 Jan - 10:16

Dimanche, le ciel reflétait la couleur des volets locaux:




Lilie
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par mamina le Mar 24 Jan - 12:08

Ravie de découvrir tes impressions et surtout tes photos !
Bon tu n'as peut-être pas trop aimé l'ambiance de l'île mais les images que tu ramènes sont superbes !
Avec ce ciel bleu, juste les moutons qu'il faut, la lumière basse de l'hiver, tu as fait un super reportage !
Chouette aussi ton bivouac...
Bisous pyrénéens, on est rentré...
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Mar 24 Jan - 19:39

Merci Mamina. Oui, la lumière était jolie. sourire

La Plage aux Dames:



Lilie
avatar
fabizan

Localisation : Pornic (Loire-Atlantique)

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par fabizan le Mar 24 Jan - 20:52

C'est vrai qu'elles sont belles tes photos top !


_________________
Fabienne
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Mar 24 Jan - 23:59

Rue de Banzeau et alentours, quartier musée fantôme de Noirmoutier-en-l'ile:



Lilie

lahaut

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par lahaut le Mer 25 Jan - 10:41

C'est vrai qu'il n'y a pas un chat ........... même mort !!! je file !

En été cela doit être noir de monde !
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Skyrgamur le Mer 25 Jan - 14:29

Tu as le nom des 3 ivrognes Lilie ?


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Lilie le Mer 25 Jan - 14:34

Lahaut, Fabizan, et Lilie!

Lilie
avatar
Skyrgamur

Localisation : une île : Île de France

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Skyrgamur le Mer 25 Jan - 14:43

rire rire rire rire
J'en connais une qui ne va pas être contente !!!


_________________
Skyrgamur, le lutin Islandais
 
avatar
mamina

Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par mamina le Mer 25 Jan - 20:27

Ben honnêtement, j'y trouve un certain charme et même un charme certain à ce quartier dépeuplé !
sûrement plus même qu'avec la foule...
C'est drôle parce-que tes photos ne reflètent pas du tout ton état d'esprit !
Quand tu les revois tu ne regrettes pas d'avoir mieux cherché l'âme de l'île?
Bises glacées...

Contenu sponsorisé

Re: Noir-moutier d'un weekend de janvier 2017

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 10:58