Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    C'etait un de ces "jours sombres"...

    Partagez
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Mar 5 Mai - 23:55

    Sauvé inextremiste, je n'avais jamais cru le ressortir des cartons celui-ci...

    C'était en réponse à Glatch je crois... sur une discu lancée par Dolma... Discussion avortée... à vous de la faire revivre!
    Je n'en ai sauvé que le dernier post que j'avais mis en date du 2.02.08, ci-dessous.

    Chacun son inspiration... langue
    ------------------------------------------------------------------


    Salut les mômes,

    Dîtes, vos cités z'ont bien changées !
    De mon temps, dans mon HLM que'qu'part dans Paname-les-bains, je me tapais de graves délires, avec mes potes entre thé au jasmin et binouzes.
    Au 8e, on f'sait chier personnes, s'asseyait sur mon tapis indien que j'avais ramené de ma chambre de bonne, quand j'tais près de la Sorbonne. C'est un pote qu'a repris cette piaule d'ailleurs. Je l'aimais bien
    c'te chambre sous les toits, y avait les chiottes sur le palier et pis un putain d'escalier qui me tuait les poumons, mais l'était chouette, j'y avais la place pour mon plumard de camp, pis surtout pour mes vynils, Pink Floyd et Johnny surtout. J'avais aussi le portrait d'Guevara sur la porte, c'ui-la, je l'ai laissé à mon pote qu'a repris la piaule, un peu anar à l'époque (s'est fait récupéré depuis, comme Dylan et d'autres). Ouai, la piaule de bonne, l'a fallu que je la laisse, me suis retrouvée maquée avec un homme, qui v'lait des
    mômes et qui m'promettait la lune. 'Lors j'ai d'ménagé dans c't HLM...
    Ce connard, m'a larguée pour une blondasse, qui kiffait plus que moi sa moustache au Nanard. j'avais quoi, 20 ans tout juste, une môme...
    Le pote à qui j'avais laissé ma piaule de la Sorbonne, v'nait me voir de temps en temps, l'aimait bien le H, pis jouait de la gratte, y connaissait 2-3 accords c'est tout, mais se démerdait bien.
    Au rez-de-chaussée, dans c't HLM, y avait un connard de chasseur réac, j'vous jure! Une fois je montais chez moi, j'avais encore la clope au bec, pis il a ouvert sa porte, avec sa carabine pointée sur moi... dans son couloir d'entrée, j'y ai vu des têtes de renard... sûr qu'il en était pas un lui de renard, pas filou pour un sou... me demande ce qu'il foutait à Paname-les-bains ce vieux chnoc.
    Pis je me souviens, au 2e, dans le HLM, y avait une bande d'allumés, bien à fond dans les années hippies... Vivaient à 6 ou 8 là d'dans, f'saient un boucan d'enfer, ceux du dessous, z'étaient furax!
    moi, j'emmerdais personne, je fumais tranquille sur mon tapis indien, le soir après l'usine.

    Pis un jour j'en ai eu marre de c'te vie de merde. Quand j'ai pu, me suis pris un billet sans retour pour Katmandou. J'avais plus un sou en poche après, mais m'en foutais. On m'avait promis le paradis sur Terre là-bas. Et c'est vrai que ça l'était. Mais après que'q'zannées, c'était plus pareil. On a vu débarquer des hordes de blanbecs, qui v'naient s'enfumer les crânes comme des cons (pas qu'on le f'sait pas nous, hein!), la pour consommer uniquement... Katmand' c'tait plus pareil. Alors après 6 ou 7 ans, me suis cassée...
    Dans un bus, suis tombée en Amour avec un Kangourou, m'a ramenée dans sa hutte, que'q'part dans
    le nord ouest Australien. On était bien là-bas, y avait personne qui nous f'sait chier. Pis un jour, l'a clapsé dans une mine... j'ai cru clapser moi aussi, j'ai même perdu le petit bout que j'avais dans le bidon. Putain de
    chienne de vie, j'vous jure! Me suis promise de plus jamais retomber dans le piège, c'couillon de Cupidon, un vrai couillu! J'avais p'u rien à foutre dans ce désert rouge, 'lors m'en suis revenue dans l'Hexagone...
    L'horreur, jours sombres comme jamais! J'ai touché un peu les Ass et Dicks, pis ça m'a gavé, je
    me suis mise à faire les saisons, pa'c'que je voulais des tunes, pour me recasser ailleurs.

    Dès que j'ai pu, j'ai sauté dans le premier ferry... j'ai atteri sur une île paumée, en Irlande. Putain de temps de chiotte, j'ai pas supporté 3 mois... pas que les gens z'étaient pas sympas, non, on me laissait même fumer ce que je voulais sans m'emmerder. Mais moi, m'faut du soleil, tu comprends.

    M'restait des tunes, j'avais pas touché à c'que mon Kangourou m'avait laissé du fond de sa mine... j'voulais pas. Mais là, m'suis dit qu'il serait heureux si je l'utilisais comme ça... 'lors j'ai pris un vol pour Mexico. Pouah,!trop grande pour moi c'te ville, y ai pas trainé mes os bien longtemps... j'ai pris des bus, plein... pis j'ai trouvé un nid au soleil, que'q'part dans ces montagnes. Y a les Aztecs qui me parlent la nuit, pis mes plants ils poussent comme ça ici !
    Finis les jours sombres, j'ai retrouvé mon paradis je crois.

    J'ai laissé mon tapis indien au 8e dans c'te vieux HLM, si vous le retrouvez, j'aimerais bien que vous me l'envoyiez, la bière j'ai pas par ici, mais z'ont d'ces alcools à vous démonter le crâne!
    Je connais pas mon adresse, mais c'est un tapis volant, il me retrouvera sans doute.

    Germaine


    Dernière édition par Lilie le Sam 9 Mai - 20:07, édité 1 fois
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Jours sombres

    Message par Patand le Ven 8 Mai - 16:58

    Ben Lilie c'est un récit truculent, coloré, poignant, dans un langage fleuri particulier, cette Germaine en a vu des vertes et des pas mûres. Mais tout ça forge le caractère et rend plus fort. Est-ce ta vie passée ? Si oui bravo fallait le faire. J'aime beaucoup ce style. bravo
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Ven 8 Mai - 17:17

    Oh non, loin d'etre ma vie, Germaine a quelques decennies de plus que moi! rire

    C'est un personnage recurrent du repertoire de Renaud qui s'exprime ici... en relisant, tu devrais retrouver certains elements d'une chanson tres connue...

    Elle s'etait exprimee au Vefistan, sur une discussion lancee par Dolma ("jours sombres"), avant que celle-ci ne disparaisse du monde virtuel. pleurs

    Lilie
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Germaine

    Message par Patand le Ven 8 Mai - 18:15

    Ah ! bon je ne connais pas. Pas même beaucoup les chansons de Renaud. Je ne l'aime pas. Et je ne suis pas restée assez longtemps sur VF pour me rappeler de quelque chose comme ça de Dolma. pensif
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Sam 9 Mai - 20:01

    Jour, jour!

    Renaud, le personnage, non plus je n'aime pas. J'ai eu une epoque ou je n'ecoutais que lui (j'ai tous ces albums :-s). Si tu regardes de plus pres ses textes, pas forcement ses plus connus, c'est un poete, dans la lignee des Brassens. Ce n'est pas un chanteur, je te l'accorde, ses tous premiers albums sont difficilement ecoutables tellement sa voix fait mal aux esgourdes et son ton est faux.

    Alors voici pour toi :)

    Tiré d'un site non-officiel et maintenant endormi il me semble (le hlm de Renaud):

    "Germaine, Germaine, Une java ou un tango / C'est du pareil au même Pour te dire que je t'aime / Qu'importe le tempo" (Germaine)

    "J'fais un saut au huitième Pour construire un moment / Avec ma copine Germaine, Un monde rempli d'enfants" (Dans mon HLM)

    Germaine est-elle vraiment un personnage créé par Renaud ou a t-elle vraiment existé ? En tout cas elle serait une hippie très bonne amie de Renaud et peut-être même plus que ça. Elle habiterait une chambre de bonne où Renaud et ses amis aiment aller.
    Voici les deux chansons ou elle apparait :
    Germaine (Renaud Séchan)

    Elle habitait, Germaine,
    une chambre de bonne,
    quelque part dans l'cinquième
    à coté d'la Sorbonne.
    Les WC sur l'pallier,
    une fenêtre sur la cour,
    en haut d'un escalier
    qu'avait jamais vu l'jour.
    Et sur les murs sans joie
    de ce pauvre boui-boui,
    y'avait Che Guevara,
    Les Pink Floyd et Johnny.
    Sur l'vieil électrophone
    trop souvent détraqué,
    elle écoutait les Stones
    et Maxime Le Forestier.

    Germaine, Germaine,
    une java ou un tango,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime,
    qu'importe le tempo.
    Germaine, Germaine,
    un rock'n'roll ou un slow,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime
    et que j't'ai dans la peau.

    Ça sentait bon chez elle
    l'herbe et le patchouli,
    le parfum des poubelles
    au petit matin gris.
    On buvait de la bière
    et du thé au jasmin
    assis en rond par terre
    sur un tapis indien.
    Les voisins du dessous
    étaient bien sympathiques,
    quand on f'sait trop les fous
    ils se plaignaient qu'aux flics.
    Enfin bref, chez Germaine,
    c'était vraiment Byzance,
    tous les jours de la s'maine
    on était en vacances.

    Germaine, Germaine,
    une java ou un tango,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime,
    qu'importe le tempo. (oh oh !)
    Germaine, Germaine,
    un rock'n'roll ou un slow,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime
    et que j't'ai dans la peau. (poil au dos)

    Mais quand elle est partie
    un jour pour Katmandou,
    moi j'vous jure, les amis,
    ça m'a fichu un coup.
    Sur la place Saint-Michel,
    où elle traînait parfois,
    on parle encore d'elle,
    des sanglots dans la voix.
    Moi j'ai repris sa piaule
    mais c'est plus comme avant,
    c'est même plus vraiment drôle,
    elle me manque souvent.
    Mais son électrophone,
    elle me l'a laissé,
    comme ses disques des Stones
    et d'Maxime Le Forestier*

    Germaine, Germaine,
    une java ou un tango,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime
    et qu'j'aime la Kanterbraü. (oh oh !)
    Germaine, Germaine,
    un rock'n'roll ou un slow,
    c'est du pareil au même
    pour te dire que je t'aime
    et que j't'ai dans la peau.

    Dans mon HLM(Renaud Séchan)

    Au rez-d'-chaussée, dans mon HLM
    Y'a une espèce de barbouze
    Qui surveille les entrées,
    Qui tire sur tout c' qui bouge,
    Surtout si c'est bronzé,
    Passe ses nuits dans les caves
    Avec son Beretta,
    Traque les mômes qui chouravent
    Le pinard aux bourgeois.
    Y s' recrée l'Indochine
    Dans sa p'tite vie d' peigne cul.
    Sa femme sort pas d' la cuisine,
    Sinon y cogne dessus.
    Il est tellement givré
    Que même dans la Légion
    Z'ont fini par le j'ter,
    C'est vous dire s'il est con !

    Putain c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

    Au premier, dans mon HLM,
    Y'a l' jeune cadre dynamique,
    Costard en alpaga,
    C'ui qu'a payé vingt briques
    Son deux pièces plus loggia.
    Il en a chié vingt ans
    Pour en arriver là,
    Maintenant il est content
    Mais y parle de s' casser.
    Toute façon, y peut pas,
    Y lui reste à payer
    Le lave vaisselle, la télé,
    Et la sciure pour ses chats,
    Parc' que naturellement
    C' bon contribuable centriste,
    Il aime pas les enfants,
    C'est vous dire s'il est triste !

    Putain c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

    Au deuxième, dans mon HLM,
    Y'a une bande d'allumés
    Qui vivent à six ou huit
    Dans soixante mètres carrés,
    Y'a tout l' temps d' la musique.
    Des anciens d' soixante-huit,
    Y'en a un qu'est chômeur
    Y'en a un qu'est instit',
    Y'en a une, c'est ma soeur.
    Y vivent comme ça, relax
    Y'a des mat'lats par terre,
    Les voisins sont furax;
    Y font un boucan d'enfer,
    Y payent jamais leur loyer,
    Quand les huissiers déboulent
    Y écrivent à Libé,
    C'est vous dire s'ils sont cools !

    Putain, c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

    Au troisième, dans mon HLM;
    Y'a l'espèce de connasse,
    Celle qui bosse dans la pub',
    L'hiver à Avoriaz,
    Le mois d' juillet au Club.
    Comme toutes les décolorées,
    Elle a sa Mini-Cooper,
    Elle allume tout l' quartier
    Quand elle sort son cocker.
    Aux manifs de gonzesses,
    Elle est au premier rang,
    Mais elle veut pas d'enfants
    Parc' que ça fait vieillir,
    Ca ramollit les fesses
    Et pi ça fout des rides,
    Elle l'a lu dans l'Express,
    C'est vous dire si elle lit !

    Putain c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

    Au quatrième, dans mon HLM,
    Y'a celui qu' les voisins
    Appellent " le communiste ",
    Même qu'ça lui plaît pas bien,
    Y dit qu'il est trotskiste !
    J'ai jamais bien pigé
    La différence profonde,
    Y pourrait m'expliquer
    Mais ça prendrait des plombes.
    Depuis sa pétition,
    Y'a trois ans pour l' Chili,
    Tout l'immeuble le soupçonne
    A chaque nouveau graffiti,
    N'empêche que " Mort aux cons "
    Dans la cage d'escalier,
    C'est moi qui l'ai marqué,
    C'est vous dire si j'ai raison !

    Putain c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !

    Pi y'a aussi, dans mon HLM,
    Un nouveau romantique,
    Un ancien combattant,
    Un loubard, et un flic
    Qui s' balade en survêtement
    Y fait chaque jour son jogging
    Avec son berger all'mand,
    De la cave au parking,
    C'est vachement enrichissant.
    Quand j'en ai marre d' ces braves gens
    J' fais un saut au huitième
    Pour construire un moment
    'vec ma copine Germaine,
    Un monde rempli d'enfants.
    Et quand l' jour se lève
    On s' quitte en y croyant,
    C'est vous dire si on rêve !

    Putain c' qu'il est blême, mon HLM !
    Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !


    Lilie
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Patand le Sam 9 Mai - 22:55

    sourire Merci Lilie, ces deux textes sont bien écrit, très imagés soixantuitard en plein. Mais c'est c'est pas ma tasse de thé. Ca ne me parle pas du tout. Le principale c'est que ça te plaise et à d'autres aussi. Il en faut pour tous les goûts. Merci de me les avoir envoyer, je les ai bien lus. Grosses bises.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Sam 9 Mai - 23:16

    Soir, soir,

    Si ca l'a ete, ce n'est plus ma pint de Guinness non plus. Je n'ecoute plus Renaud depuis quelques annees deja. Sans savoir pourquoi... J'ai du me faire recuperer sans doute, j'ai pris des rides et des cheveux blancs,ca doit etre ca. clin d'oeil

    Lilie
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par mamina le Dim 10 Mai - 0:48

    Qu'est-ce-qu'on a pu l'écouter Renaud quand les enfants étaient ados ! moi j'aimais bien, ça a été le premier concert de mon ainée, je me souviens avoir mis le réveil à 1 h du matin pour aller la chercher... et après, pendant un mois, elle nous a cassé les oreilles !... puis il y a eu U2, un autre genre... et Goldman qui était venu fêter les 20 ans de leur lycée (inconnu alors !) et la période Rita Mitsoukou... les années 80 quoi !
    Heureusement, nous on restait fidèle à Ferrat, Brel, Moustaki, Reggiani et les week-end, c'étaient eux qui supportaient nos idoles à nous !
    Résultats : à nous tous on doit pouvoir gagner à "n'oubliez pas les paroles" !
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Patand le Dim 10 Mai - 4:05

    Oui Mamina, j'ai connu Moustaki, Reggiani, Ferrat, brel, de merveilleux chanteurs bien que j'étais un peu jeune ( 17-18 ans ). Mes idoles à moi étaient Sheila, Claude François, Françoise Hardy, puis Isaac Hayes, James Brown, jimmy Hendrix, les beatles, les rolling Stones, Johnny Halliday, Eddy Mitchell, et enfin tous les chanteurs de Disco. Une autre génération tout ça. Maintenant j'aime Amy Whinehouse, Micky Green, Duffy, Mika. J'évolue avec notre temps. Sauf que je ne vais pas aux concerts pour cause de grande fatigue, mais sinon j'irais plus que de raison. Mon cerveau reste jeune mais le corps ne suit pas, il me fait des infidélités pour cause de maladie. J'enrage, je voudrais faire tant de choses et surtout voyager, mais bast ! rien, nada. Je ronge mon frein.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Lun 11 Mai - 1:46

    Mamina, si j'avais une machine a remonter le temps, je donnerais n'importe quoi pour etre aux 20 ans de l'innauguration du lycee de ta fille le jour ou JJG y est venu, meme si sa voix de l'epoque a lui aussi etait insupportable. JJG! ah! Jean-Jacques! l'un de mes plus vieux souvenir d'enfance, a sauter sur le lit de mon grand frere-qui m'avait deja file le virus lui meme refile par ma jeune tante- en chantant a tue-tete ce que je comprenais de "la vie par procuration" ("elle maisduvieupa sur son balcon").

    Et puis j'ai fait sens inverse. Ce n'est qu'en arrivant a la vingtaine que j'ai decouvert Brel, Brassens, Piaf, Bruand et d'autres. J'ai toujours garde JJG en pole position par contre.

    Patand, si ton corps te fait des infidelites, tu peux encore profiter de ton esprit pour te faire voyager, bien au dela de ce que ton corps pourrait te permettre. Ton corps ne te permettrait pas de voyager ni dans le temps, ni dans les etoiles, ni dans l'abecedaire de Glatch... sourire

    Lilie
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Patand le Lun 11 Mai - 2:40

    ange Lilie oh si ! mon esprit me fait voyager bien au-delà de ce que tu pourrais imaginer, je suis assez particulière. Ceci depuis l'enfance. Ca arrive que lors de mon sommeil, pas tous les jours er lorsque je ne m'y attend pas. J'ai déjà écrit quelque chose sur TD, il faudrait que je retrouve ce post. Autrement dit je vois les esprits des personnes décédées de ma famille et j'entend leur voix, ce qui me panique. Je me vois aussi au-dessus de mon corps allongé sur mon lit, je suis au plafond et je me vois, je m'étudie un peu puis je pars dans un tunnel noir à grande vitesse, j'y rencontre des personnes ou plutôt je les devine que j'ai connues ou non, au bout de ce tunnel il y a une grande lumière dorée et lorsque j'y arrive une voix entourée de lumière me dit que je n'ai rien à faire ici et que je dois retourner d'où je viens. Je suis décue car je me sens tellement bien ici, je suis heureuse au-delà de tout ce qu'on pourrait imaginer et je n'ai pas du tout envie de partir, j'ai du mal à traduire ce bien être, les mots ne sont pas assez forts. Mais je me retourne et je repars dans ce tunnel à mon grand regret, à très grande vitesse, au bout de quelques secondes ou plus je ne sais pas traduire le temps, je me retrouve dans ma chambre au-dessus de mon corps qui lui est toujours allongé sur mon lit et je plonge immédiatement dedans. Je me réveil et je sais que j'ai voyagé autrement, je n'en doute pas, ce n'est pas une NDE non plus car je ne suis pas morte, n'ai eu aucun accident de quelque ordre que ce soit. Mais c'est ainsi. Je ne demande à personne de me croire ou de me plaindre. Ca m'arrive de temps en temps et pis c'est tout ! Mais une chose est sûr je n'ai pas peur de mourir, je sais qu'il y a un autre monde au-delà de notre vie terrestre, un monde où la souffrance et les problèmes rencontrés ici bas n'existent plus. J'ai hâte dans un certain sens de partir pour de bon. J'attend. Je précise que je ne fume pas la moquette ni ne prend aucune substances illicites. Ca c 'est pour les personnes sceptiques. Vous êtes libres de penser ce que vous voulez. Voilà Lilie, tu vois mon corps défaillant n'empêche pas mon esprit de voyager, et ma force de caractère et ma volonté sont grandes. Bises.
    avatar
    Patand

    Localisation : Vendée

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Patand le Lun 11 Mai - 8:44

    Il y a 2 ans, un soir je me couche et je m'endors comme à l'accoutumé. A un moment donné je sens que je m'éveille et je me vois flottée, j'aperçois mon corps à distance, sous moi, sur mon lit, comme en spectatrice. Je me trouve dans un état de forte tension émotionnelle. Je m'accoutume petit à petit à l'étrangeté de ma nouvelle condition. Puis je me sent aspirée dans un tunnel noir qui est finalement devenu brillant. C'était comme si j'étais entrain de voyager. Mon esprit est allé directement à la lumière. Cette lumière n'était qu'amour et compréhension et les gens que je rencontrais aussi. C'était un endroit où je voulais rester. Mais une voix m'a dit que je devais repartir, je ne pouvais pas rester. Une voix m'appelait par mon prénom, doucement d'abord et puis de plus en plus fort. J'ouvre les yeux et je vois le visage de mon cher André penché sur moi, aux yeux anxieux et à la voix voilée de larmes. Il essaie de me relever. Je suis tout simplement tombée de mon lit et je murmure : " non je ne veux pas repartir et je veux rester dans la lumière ". Revenue sur mon lit où mon mari retape mon oreiller et ma couette, je lui raconte mon voyage, mon rêve bien que je sache parfaitement que ce n'en était pas un. Mon mari attendri m'entoure de chaleur et m'apporte mon café et mon croissant. Je n'ai pas eu le droit de me lever de la journée. Ce voyage mon mari l'a pris au sérieux, même si officiellement il n'y crois pas. Un voyage comme ça c'est tous les jours que je partirais. Je n'ai plus peur de mourir.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Lilie le Lun 11 Mai - 15:08

    Aucun sceptimisme de ma part. J'ai moi-meme certaines bizarreries... et a force de voyages et de rencontres, les voyages a travers le temps, l'espace, les atomes, le corps humain etc. ne me surprennent plus d'un poil. clin d'oeil Je n'ai pas de religion (je ne les aime pas autant le dire), mais beauuuucoup de croyances.

    Lilie

    Contenu sponsorisé

    Re: C'etait un de ces "jours sombres"...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 25 Mai - 7:21