Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Variations autour des cinq sens

    Partagez
    avatar
    Fabricia

    Localisation : Alpes Maritimes

    Variations autour des cinq sens

    Message par Fabricia le Mer 15 Juin - 8:35

    Bonjour à tutti !
    C'est un sujet qui avait été traité sur VF il y a déjà longtemps... mais voulez-vous exprimer ici vos impressions personnelles ressenties au cours de vos voyages ?

    Ils sont au nombre de cinq… et ont imprimé de bons et de moins bons souvenirs dans ma mémoire de voyageuse.

    OUÏE – les battoirs et les chants des lavandières en face de notre chambre, au bord du lac Pichola à Udaipur, en Inde, avant le lever du soleil

    … et aussi le mugissement d’une sirène dans la salle à manger d’un restaurant à Lucknow (en Inde) au moment où le serveur dépose devant moi un "sizzler" fumant. Le détecteur d’incendie a failli m’asperger et je n’ai dû mon salut qu’à l’intervention rapide du patron;

    Le sizzler est un plat que je n’ai mangé qu’en Inde. Présenté dans une coupelle de métal chauffé au rouge, des légumes-pays épicés, quelques morceaux de poulet parsemés d’herbes fraîches, et apporté posé sur un plateau de bois pour ne pas se brûler les mains. Le plat grésille en exhalant des senteurs délicates. Ce sont les vapeurs brûlantes qui ont alerté les détecteurs d’incendie fixés au plafond des restaurants, et aussi dans les chambres, et déclenché la bruyante alarme. J’étais juste au-dessous d’un de ces spots de sécurité. Et dans les secondes qui suivent, un jet d’eau violent peut arroser tout ce qui est à sa portée…

    TOUCHER la fine texture du sable rouge des dunes de Merzouga, au Maroc

    … et aussi le contact désagréable avec une mue de cobra dans les ruines du fort de Golconde (Inde)

    GOÙT – le "mocktail" délicieux de fruits et crème fraîche savouré dans le salon Shalimar de l’hôtel Oberoi à Delhi, Inde

    … et aussi le répugnant "kokoresh", ragoût de tripes de mouton, en Cappadoce (Turquie centrale) dans un boui-boui perdu au milieu des cheminées de fées.

    ODORAT - les délicates senteurs des parfums orientaux dans le Marché égyptien d’Istanbul, en Turquie…

    … et aussi la puanteur du souk des tanneurs à Fès (Maroc). Les visiteuses ont droit à un bouquet de roses ou de feuilles de menthe fraîche, selon la saison, afin de protéger leurs narines délicates agressées par les épouvantables remugles dégagés des cuves de chaux corrosive où de pauvres gars, pieds nus, foulent à longueur de journée les peaux de chèvres et de moutons…

    VUE – les mosaïques étincelantes des rizières sous les rayons du soleil à Bali, Indonésie…

    … et aussi le survol des bidonvilles gigantesques au bord des pistes d’atterrissage de Bombay (Inde). L’avion semble s’écraser sur ces milliers de pauvres baraques agglutinées. Il faut toute l’habileté et le sang-froid des pilotes pour se poser dans ce décor de cauchemar.

    Fabricia


    _________________
    Fabricia
    "Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Mer 15 Juin - 13:46

    Bonjour Fabricia,

    Ma mémoire défaille parce que je n'ai plus le souvenir de cette discussion sur vf.
    Lire ta perception de tes cinq sens est un plaisir et c'est si bien exprimé que je me retrouve bec clos et mots en rade parce qu'incapable de transcrire aussi bien.

    Tous mes voyages ont imprimé un maelström de sensations. Mes yeux, mes oreilles, mon nez, ma bouche, ma peau et ma mémoire se sont imprégnés d'une infinité de variations et je ne sais pas raconter.

    Surnagent ainsi des cris de muezzin, des odeurs d'urine et d'épices, des mains calleuses, du feu des papilles, des aboiements dans des nuits silencieuses, de la moiteur de l'air, de la transpiration aussitôt évaporée, du froid piquant de l'eau d'un torrent, des odeurs alléchantes de viande grillée avant de comprendre qu'il s'agissait d'un bûcher funéraire, la douleur vive dans ma bouche en croquant une glace et ainsi de suite...

    Je ne sais pas être plus précise car tous les lieux se sont mélangés dans ma tête désordonnée mais j'attends avec impatience les perceptions des autres villageois.

    Il y avait si longtemps que tu n'avais pas écrit et je retrouve ta grâce.


    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Lilie le Mer 15 Juin - 14:04

    pondy a écrit:Bonjour Fabricia,

    Il y avait si longtemps que tu n'avais pas écrit et je retrouve ta grâce.



    top !

    La meme que dans tes photos, Fabricia.

    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Lilie le Mer 15 Juin - 14:28

    Je me souviens bien de cette discussion d'il y a quelques annees sur VF. Difficile exercice, mais bien bel effort de memoire. Je me lance, j'ai le temps devant moi...


    OUIE - Le chant nocturne des coqs dans un village Baduy, en pleine foret indonesienne, qui couvraient les toux insessantes d'un abri familial voisin, et les pleurs etripants d'un bebe en souffrance. Les chants polynesiens del dia de la lingua sur l'Ile de Paques, me procurant une sensation de plenitude et d'appartenance; le meuglement d'un boeuf foncant droit sur moi, en pleine nuit andine peruvienne.


    ODORAT - L'odeur des vendanges, du raisin presse qui embaume la campagne de mon enfance tous les mois de Septembre depuis des generations; l'odeur de la cuisine de ma grand-mere; l'odeur des offrandes dans les espaces publics balinais, un doux melange de riz chaud et d'encens; l'odeur des arbres a cafe en fleur et des clous de girofles qui sechent sur les bords des routes, partout, sur cette meme ile; un camembert bien fait car laisse hors du frigo pendant des jours, et qui fume sous mes naseaux.


    GOUT - Une bonne G.uinness onctueuse, fraiche, servie comme il se doit dans un sombre pub dublinois, un old men pub, ou le decor et l'atmosphere jouent tout autant que l'experience du barman dans l'appreciation de cette pint magique qui suspend le temps; Un poisson frais peche dans le Pacifique, vide de ses tripes sur les rochers volcaniques de l'Ile de Paques, entaille et deguste cru avec les mains, avec un simple zest de citron presse: menu gastronomique 5 etoiles.


    TOUCHER - La peau rugueuse d'un iguane d'origine inconnue, sur mes epaules, en Malaysie; mes fesses qui tapent et qui douleurent sur une selle de cheval au galop en Colombie, apres des mois, voire annees, sans avoir monte; la premiere sensation de paralysie dans ma bouche en machouillant boule de coca et cal dans le Nord Ouest Argentin.



    VUE -
    Couchers de soleil andins, irlandais, pasquans: des moments d'osmose et de bien-etre; Un lac brumeux qui se decouvre et m'appelle en haut d'un sentier alpin; la robe eternellement changeante d'Uluru et ses stigmates qu'on ne voit jamais sur les photos du monolite le plus celebre du monde; la vue sur le vignoble depuis la terrasse de chez mes parents: j'appartiens.



    Lilie

    PS: Ouah! Merci Fabricia pour ce merveilleux exercice memoriel. sourire
    avatar
    Skyrgamur

    Localisation : une île : Île de France

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Skyrgamur le Mer 15 Juin - 14:36

    Fabricia, Lilie, que du bonheur à vous lire. top !
    Merci bravo bravo bravo


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
     
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Mer 15 Juin - 14:41

    Et l'air du moment, cette perception à la fois puissante et délicate, où faut-il classer cela ?
    Dans l'odorat ? Le toucher ?(il frôle la peau, l'air du moment, parfois même il se colle dessus comme la petite vérole sur le bas-clergé breton).

    Il me semble que c'est l'air du moment que je garde en souvenance, et qu'il me suffit de fermer les yeux pour en retrouver toute la texture; les odeurs, la moiteur de l'air ou sa brûlure, les... Non, je raconte n'importe quoi, ce n'est pas ça. C'est le chant d'un oiseau invisible... Mais non, c'est bien sûr la découverte de son nid solidement lié à l'arbuste qu'il avait choisi... à moins que...
    Bah, j'en sais rien, mais alors rien du tout.
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Lilie le Mer 15 Juin - 15:20

    Voici le sujet sur VF dont parle Fabricia:

    Voyage autour des 5 sens

    http://voyageforum.com/v.f?post=71239;search_string=sens%20odorat%20ouie%20vue%20toucher%20gout;

    Lilie
    avatar
    Fabricia

    Localisation : Alpes Maritimes

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Fabricia le Mer 15 Juin - 16:16

    ... et voilà, il suffisait de proposer ! Bravo et merci à vous, chères aminautes : vous aussi avez en mémoire des tonnes de souvenirs parfumés, entendus, vus, dégustés et palpés à partager ici ...
    ... et d'autres que je viens de retrouver dans mes tiroirs (extraits de VF http://voyageforum.com/v.f?post=214243#214243

    N'en déplaise à certains : c'est encore de l'Inde qu'il s'agit... Décrire ce qu’on a ressenti avec nos cinq sens, en voyage ?

    J’avais déjà voyagé depuis plus de 20 ans en Europe ainsi qu’outre-Atlantique et dans quelques pays autour du bassin méditerranéen. Beaucoup de bonheur au souvenir de ces pays variés dont j’avais tant rêvé, mais rien de comparable à l’émotion que j’ai éprouvée lorsque j’ai atterri à l’aéroport de New-Delhi, au cœur de ces Indes qui avaient tant occupé mon esprit depuis mon plus jeune âge.

    ODORAT A la descente de l’avion, j’ai été saisie par l’odeur étrange, mélange d’épices et de poussière qui flottait au-dessus du tarmac brûlant. L’odorat est, semble-t-il, le sens le plus chargé en évocations de tous les événements marquants dans notre vie d’humains.

    Il suffit de sentir un parfum ou une émanation (plus ou moins agréable) pour qu’on soit immédiatement transporté dans un lieu ou un quelconque moment situé dans le passé… Puissance telle que certains psychologues utilisent ces moyens olfactifs pour aider les personnes amnésiques à retrouver la mémoire.




    OUÏE Le trajet vers le centre de la capitale indienne est riche en spectacles insolites : une foule compacte circule le long des routes, débordant sur les voies de circulation encombrées par un flot ininterrompu de camions énormes, de bus débordant de passagers, taxis, vieilles guimbardes, motos, scooters, rickshaws, vélos… et les fameuses vaches indifférentes aux klaxons furieux des conducteurs obligés de piler net devant le symbole indien le plus sacré. Bruits, vacarme, tintamarre… Pourquoi n’ai-je pas un magnétophone pour enregistrer ce fond sonore ? Inutile, de longues années plus tard, j’ai encore tout ce boucan dans les oreilles…

    VUE Mon regard s’emplit de couleurs éclatantes : soleil radieux et ciel bleu éblouissant, kaléidoscope de saris, turbans sikhs, longuis, salwar-kamiz, tuniques et jodhpurs, tourbillons de poussière ocre, donnent le vertige à l’occidentale habituée aux teintes neutres en vogue dans mon pays. Les forteresses de grès rouge, les coupoles de marbre blanc opalescent, enluminures et pierres incrustées, bassins d’eau verte, buissons de bougainvillées pourpres, voûtes de banians aux branches enchevêtrées, pelouses de gazon épais… Festival multicolore.

    GOÛT Surprenants plats épicés dont on peut dire que ce sont des volcans en fusion pour mes papilles délicates ! Je ne sais plus distinguer le goût de ces jolis légumes, qui me sont pourtant familiers, ici noyés d’une vague brûlante. La moins agréable de mes sensations indiennes.

    TOUCHER Malgré une densité à nulle autre pareille, il est exclu d’avoir un contact, le plus léger soit-il, dans la foule incessante qui se déplace en rangs serrés sans jamais se toucher. On ne serre pas la main, le joli salut « namaste », ou « namaskar », les deux mains jointes à la hauteur de la poitrine et une inclinaison discrète au lieu de nos poignées de mains. Indécence totale de s’embrasser, même sur les deux joues. Se toucher est une manifestation réservée à l’intimité.



    ... Racontez encore !


    _________________
    Fabricia
    "Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Mer 15 Juin - 17:38

    Le premier lien vf, j'peux lire.
    Le deuxième : vlan, Fabricia 30OO et quelques caractères, Pataugas 300 et quelques caractères.

    Ca me fout en rogne et je ne me connecterai pas.

    D'ailleurs y'a matière ici à nourrir l'imagination des sens.
    Lilie, c'est très chouette tes souvenirs-sens uels.
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par bardak le Mer 15 Juin - 20:11

    Bravo bravo bravo bravo
    Fabricia, Lilie, vos souvenirs sont superbes.
    Aura-t-on la chance d'en avoir d'autres encore ?


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Mer 15 Juin - 21:26

    VUE lors de mon petit séjour en Islande, nous étions dans un car d’Excursions Reykjavik, plein de touristes de plusieurs pays, et nous avons vu une superbe aurore boréale verte irisée sourire sourire. Personne a pris une photo, car nous faisions justement une excursion pour aller voir des aurores boréales.
    Quand nous sommes arrivé à la destination, le chauffeur nous a indiqué des aurores boréales.
    La nuit était déjà bien avancée, mais la neige et les beaux nuages blancs l’éclairaient d’une lumière presque surnaturelle.
    Personne ne savait où la terre finissait et commençait la voûte céleste, et personne n’arrivait à voir les aurores boréales que le chauffeur indiquait.
    Je ne crois pas qu’il nous mentait, c’est juste qu’il a des yeux d’Islandais, qui sont habitués à faire la différence entre les aurores boréales et les nuages « normaux ».
    Il nous a amené à un autre endroit. Et pareil. Et a un autre endroit. Et idem.
    Alors, un monsieur qui avait apporté un appareil photo avec un trépied, s’est mis à photographier la neige, les nuages, nous que regardions la neige et les nuages, et nous que nous regardions les uns les autres pour voir si quelqu’un avait découvert la lumière tant désirée des aurores boréales.
    Superbe souvenir sourire !


    lahaut

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par lahaut le Mer 15 Juin - 22:58

    Vue: sur une choppe de bière à Berlin ...envie de la boire tout de suite !!
    Odorat :hum ..qu'il sent bon ce breuvage allemand!
    Toucher : Quelle sensation de douceur et de bonheur de prendre à pleine main cette choppe de bière fraiche !!
    Ouie: même en posant bien mon oreille sur la choppe ....j'entends rien !!
    Goût: waouh ...quel délice de sentir dans sa bouche cette boisson rafraichissante !!
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Mer 15 Juin - 23:28

    Quelle poesie Lahaut sourire !
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par mamina le Mer 15 Juin - 23:46



    Je cherche, je cherche.... mais tout s'emmêle !
    Comment arriver à dissocier les 5 sens en voyage ?
    A la fois les odeurs, les images, les sons, les gouts, le toucher envahissent mon cerveau...
    C'est différent dans chaque pays mais si intense à chaque fois... et c'est le coeur qui fait boum !

    J'ai vraiment du mal à organiser mes sensations, au final je crois cela reste les rencontres qui ont de l'importance, ce sont les gens que je revois, que j'entends rire, dont je sens la peau, que je n'ai pu empêcher de caresser ou de prendre dans les bras...
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Wapiti le Jeu 16 Juin - 9:43

    Mali.

    L'odeur si caractéristique de l'oignon sauvage qui me pique le nez dans cette traversée nocturne du haut plateau près de Bandiagara ; nous ne voyons rien mais nous n'avons aucun doute sur la multitude de champs nous environnant.
    Les effluves délicieuses d'un "poulet bicyclette - riz sauce tomates oignons" qui émanent du coin cuisine et nous font baver d'envie bien avant que le met n'atteigne nos assiettes...
    La puanteur des tas de poiscailles séchant au soleil sur le port de Mopti.

    La texture et le goût surprenant du pain de singe, fruit du baobab, substance fraiche et délicatement acidulée,bien loin de ce que la vue de ce coton blanc ne pouvait me laisser imaginer.
    A l'inverse, le goût âcre, amer et détestable de la noix de cola, friandise préférée des vieux et sages Dogons.
    Le fondant parfumé du capitaine, poisson du fleuve Niger grillé sur notre pinasse ; les arômes délicieux du fameux "poulet bicyclette - riz sauce tomates oignons" de notre chef cuistot.
    Le goût si banal, commun et récurrent de ces légumes jardinière en boîte que je ne pourrais plus manger au cours de la deuxième partie du voyage, trop souvent croisés dans mon assiette, en version chaude ou froide...
    Le parfum si loin de ce que nous connaissons en France des mangues qui fondent sous le palais, ou des oranges qui ne ressemblent à rien, petites, frippées et pourtant si savoureuses.

    Le toucher.
    Cette sensation qui vous enveloppe le corps quand vous descendez sur le tarmac de l'aéroport de Mopti-Sévaré. Un air brûlant de poussière de latérite rouge qui s'empresse de vous caresser les narines, les moindres parcelles de peau exposées aux derniers rayons du soleil couchant, et même de s'infiltrer rapidement partout, pour vous mener très rapidement à une dégoulinade transpirante sous les toiles de coton et à une jubilation intérieure : Mali, nous voilà !
    La caresse du vent rafraichissant sur la pinasse qui vogue sur le Niger ou celle du coulis d'air qui vous enveloppe quand la nuit tombe sur le campement.
    Le délice des giclées d'eau puisée dans un demi seau pour rincer et rafraichir la carcasse poussiéreuse après une chaude et fatigante journée de marche.
    Le contact chaud et rugueux de ces roches rouges et ocres qu'il a fallu escalader et dés-escalader plusieurs jours durant, celui des tronc de baobabs abordés de plus près et caressés avec respect.
    La jubilation sans cesse renouvelée d'une brassée de sable blond et encore tiède du jour qui coule entre les doigts, pour se former un creux douillet pour la nuit sous la voûte céleste africaine.
    Ces petites mains crasseuses et souvent collantes de morve et de bave qui s'insinuent dans les vôtres sans vous demander l'autorisation, pour vous accompagner le long du sentier. Sensation à la fois si désagréable et si plaisante que ces intrusions enfantines amicales. Dépasser le premier dégoût (après tout, l'alcogel est là pour cela !), il faut profiter de ces contacts humains qui restent magnifiques souvenirs.

    L'ouïe qui s'éveille au petit matin sur une terrasse du pays Dogon dans une cacophonie grandissante de chants de coqs, caquetages de poules, jappements canins, bêlements divers, papotages et rires d'enfants et parfois d'appel à la prière de muezzin. Matins délicieux.
    De loin en loin ou dans la cour d'à côté, ce rythme régulier du mil que les femmes pilent à longueur de journée. Poum. Poum. Poum. Battement de cœur du Mali, parfois accompagné de rires et de chants féminins qui appellent à une pause avec elles, à prendre le pilon pour les relayer...
    Autre rythme battement de cœur de ce pays, celui endiablé des djembés qui accompagnent la danse effrénée du caïman exécutée par nos guides puis par la myriade d'enfants présents à cette fête en notre honneur.
    Lancinants "donne-moi bonbon, donne-moi bic, donne-moi bidon" enfantins tout au long du sentier, qui finiront par user notre patience à leur égard... Ô combien préférons-nous les "bonjour ! ça va ? ça va ?" de ces mêmes enfants ou leurs rires à nous observer et accompagner.
    Douces mélodies de reggae diffusée sur la pinasse à quelques mètres de notre bivouac sur le sable des berges du Niger pour nous réveiller en douceur et lever dans les premières lueurs du jour qui pointe...

    La vue. Le sens sans cesse sollicité et qui imprime le mieux les souvenirs. Multitude de flashs sans pouvoir donner un ordre de priorité à l'un ou aux autres.
    Paysages rouges-oranges et poussiéreux d'horizontales et de verticales de la falaise de Bandiagara, avec ses pointes de verdures arboricoles poussiéreuses en cette saison sèche...
    Villages caméléons de terre rouge et de toits noirs pointus...
    Explosion de couleurs vives et de formes, affolement de corps qui virevoltent, sur les marchés dogons et maliens dans un piaillement qui peut très vite saoûler (quand l'ouïe rejoint la vue).
    Paysage de farwest américain du côté des Monts Hombori, étendue plane de végétation jaune d'où s'élèvent des pitons rocheux de roses et oranges.
    Beautés architecturales de Tombouctou l'ensablée, de Djennée la cité-île, de Mopti la commerçante avec leurs maisons typiques et leurs mosquées de pisé si mondialement connues.
    Beauté de tous ces corps noirs croisés..
    Mais encore...

    Confortablement calés sur la pinasse, un thé à la menthe à la main, face rougie vers l'ouest, quand le rythme lent du djembé fait communion avec les somptueuses couleurs d'un soleil couchant sur la "mer"... Quand les 5 sens se rejoignent en un instant de plénitude délicieusement dégusté...



    Merci Fabricia pour ce merveilleux premier voyage dans mes souvenirs sensoriels que tu viens de m'offrir.
    Sans aucun doute une autre destination prochainement, car comme d'autres, chaque pays, chaque voyage m'offre des sensations différentes (même si certaines sont récurrentes) et mérite à lui seul une plongée particulière dans ses souvenirs...



    Dernière édition par Wapiti le Jeu 16 Juin - 10:45, édité 2 fois


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    bardak

    Localisation : Dans mon canapé

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par bardak le Jeu 16 Juin - 10:43

    Ah, quel bonheur de lire tout cela quand, coincé au bureau, on ne peut que regarder avec envie les collines verdoyantes au-delà de la ville. Au contact de ces souvenirs sensoriels, on a soudain les jambes qui s'agitent et une envie brutale de faire un bout de chemin en un lieu encore inconnu.

    Merci Wapiti, ma journée soudain a quelque chose de plus léger.


    _________________
    "Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
    Sénèque
    avatar
    Fabricia

    Localisation : Alpes Maritimes

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Fabricia le Jeu 16 Juin - 12:15

    C'est un réel plaisir de lire ces inépuisables souvenirs évoqués grâce à vos cinq sens toujours en éveil !
    Merci encore à Snounit et à Loopkin de VF qui en ont été les initiateurs.


    _________________
    Fabricia
    "Le présent est un leurre puisqu'il se transforme sans cesse en passé" (selon Flora Groult)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Jeu 16 Juin - 12:37

    Lors d’une croisière, dans un immense paquebot, à la prédominance de touristes italiens.

    Ouïe la voix chantante des italiens, lorsque je me retrouvais dans les ascenseurs avec eux, et qu’ils me parlaient car ils me croyaient aussi italienne.

    Toucher les coups de coudes d’un grand nombre d’italiens « excusi excusi », aux moments des repas, car ils n’aimaient pas faire la queue. Au bout de quelques jours, certains allemands et certains français se sont mis au même niveau de politesse.
    Pourtant le paquebot avait plusieurs restaurants, et certains ouverts presque 24h / 24h et c’était à volonté. C’est pour dire que personne ne mourait de faim, et qu’au bout de quinze jours on était tous plus dodus !

    Vue le visage souriant d’un grand nombre d’italiens.
    L’arrivée très matinale et brumeuse à certaines îles, mais la description est trop longue…

    Une petite anecdote, qui n’a pas été vraiment une anecdote pour tout le monde. Un couple qui avait déjà fait d’autres croisières m’a raconté que lors d’une croisière, un homme avait trop bu, s’est disputé avec sa femme et l’a jeté par-dessus bord mon dieu !.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Invité le Dim 19 Fév - 11:19

    J’ai récemment eu envie de me balader... sourire

    Oh, pas au sens où vous l’entendez !

    Nul besoin de chaussures de randonnée, d’un lainage ou d’une polaire (par ces temps rigoureux), ni même d’une carte, d’un GPS ou d’une boussole pour l’entreprendre !
    Et encore moins d’une montre !

    Non, rien de tout cela ne m’a été nécessaire pour effectuer la balade "virtuelle" que j’ai récemment effectué, en explorant tout simplement...
    Certains petits recoins de notre Village qui m’étaient jusqu’alors, totalement inconnus !

    Le "nez au vent", me suis donc promené sans but particulier, tout simplement au gré de mes envies, comme je l’aurais réellement fait dans le petit village
    d’un pays inconnu !

    Afin de ne pas troubler le calme du Village qui venait de s’endormir, c’est sur la "pointe des pieds" que je me suis alors silencieusement introduit
    dans vos greniers et dans vos caves ! rire
    Ouvrant les coffres et les malles, recouverts d’une fine (quelquefois plus épaisse !) pellicule de poussière, que n’ai-je découvert ! surpris

    De pures merveilles ! sourire

    De véritables petits bijoux ! sourire

    Qu’il m’était décemment impossible de laisser sombrer dans l’éternel oubli ! dodo
    Je me suis alors permis d’exhumer certains de vos anciens (ou moins anciens) textes, afin de les ramener à la lumière du jour !

    Parmi les nombreux petits trésors mis à jour, j’en ai choisi un, que j’ai aujourd’hui décidé de vous (re)présenter, espérant par cette action,
    vous donner peut-être envie de le faire "revivre"... rêveur

    ***

    Un "véritable" Voyageur se doit à mon avis d’utiliser les "Cinq Sens" au cours de ses voyages !

    Comment sinon ?
    Pouvoir espérer profiter de la chance qui nous a été donnée de découvrir toutes ces "merveilles" disséminées aux quatre coins de notre si vaste Monde !

    Voici parmi tant d’autres, quelques exemples d’utilisation "personnelle" des "Cinq Sens" que la nature nous a si généreusement octroyé...

    Je vais dans un premier temps en choisir un, celui de l’Odorat...
    Car le premier des sens que j’utilise au cours de mes lointains voyages est... L’Odorat !

    Cela pourrait peut-être vous surprendre ?
    Et pourtant, réfléchissez bien !

    N’est-ce pas celui-là, qui dès l’ouverture des portes de l’avion (pour ceux qui bien entendu, ont choisi ce mode de transport) vous permet d’être immédiatement submergé par les "odeurs" du Pays que vous vous apprêtez à visiter ?

    Mais je vous vois "venir" ! langue
    Certains vont déjà me parler plutôt des odeurs de kérosène ou de l’absence d’odeurs des grands aéroports aseptisés !

    Non, non, faites un effort que diable !
    Fermez les yeux et souvenez-vous... Ne sentez-vous pas, cette soudaine odeur qui vous prend à la gorge dès votre sortie de l’avion ? Cette forte et tenace odeur d’humidité qui, (surtout quand l’aéroport où vous venez d’atterrir ne possède pas encore de passerelles modernes) caractérise les pays tropicaux ou équatoriaux ?

    C’est ce même sens qui vous permettra ensuite de sentir en ville...

    La délicate odeur de ces épices ou celle parfois tenace de certains fruits tropicaux sur l’un de ces nombreux marchés, qu’il soit dans une casbah d’Afrique du Nord,
    dans une petite ruelle d’Indonésie, de Thaïlande, du Mexique ou de Malaisie !

    Ces odeurs de cuisine, qui mélangées à d’autres odeurs propres au pays visité vous permettra (avec un peu d’habitude) de pouvoir presque établir une "carte d’identité" olfactive pour chaque pays !

    Ou de sentir à la campagne...

    L’odeur particulière de la terre mouillée, que ce soit dans notre propre pays ou après le passage d’un bref orage tropical ou équatorial,
    dans un pays beaucoup plus lointain !

    Et que dire, de celle bien plus enivrante de certaines fleurs !

    Allez, je vous laisse pour aujourd'hui !
    J'ai quelques "Odeurs" à puiser dans mes souvenirs... clin d'oeil


    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Lilie le Dim 19 Fév - 14:44

    Merci Albatros de faire le ménage de printemps en avance... t'as beaucoup de travail à faire par ici tu sais, les greniers du Village sont remplis de coffres à secrets! clin d'oeil

    Voici donc pour faire écho à ton passage sur les odeurs à l'arrivée à l'aéroport, un extrait de mon journal de bord de voyage hiver 2009-2010 :



    "Descendue de la passerelle de l’avion, sans même être sortie en plein air, la première odeur qui pénètre mes naseaux est celle désagréable de la cigarette. Je suis pourtant à l’intérieur du terminal.
    Une fois mon nez habitué à l’odeur, il cherche désespérément d’autres parfums alors que je suis les interminables pancartes qui m’indiquent la sortie. Je ne sens rien, juste l’air conditionné.
    Quelques niveaux sous terre, me voici dans la navette qui doit elle aussi me mener à la sortie. J’aperçois mon reflet dans la vitre du bolide sous-terrain : traits tirés. Je me dis que la fatigue doit contribuer à ces premières impressions négatives de retour. J’essaie de me remémorer les bonnes choses de la Colombie, mais je n’y arrive pas, les souvenirs sont bloqués quelque part dans ma petite tête qui se demande ce qu’elle fait là. Ascenseurs futuristes, escalators, la navette part et moi je cherche le ciel, que je n’ai toujours pas vu depuis ma descente d’avion il y a une demi-heure.
    Faute d’air libre, je me dirige vers les toilettes, pour me rafraichir, et changer mes vêtements que j’ai sur moi depuis que j’ai quitté Manizales dans le bus de nuit, il y a plus de vingt quatre heures.
    Passage à l’immigration, et encore de nouveaux panneaux à suivre, des tapis roulants, et le sol reluisant de l’aéroport, ses ascenseurs en verre. Et toujours pas d’odeurs. Je me crois dans un film futuriste, tout parait si aseptisé, tout est réglé comme une pendule. Je me crois dans le film “The Island” que j’ai vu l’autre soir à l’hôtel de Riosucio, quand je revenais des montagnes avec Felipe. Je me sens extra-terrestre. Je me sens d’ailleurs. Je me sens perdue.

    Après une heure à suivre les panneaux de sortie, j’ai enfin la possibilité de sortir dehors. Mais c’est sombre, un immense toit en métal cache toujours le ciel, c’est la ligne de taxis. Je n’ai pas envie de bouffer du pot d’échappement comme “Bienvenue en Europe”. Alors je monte encore de nouveaux étages, pour me rendre aux départs.
    Oui, le vol Bogota-Madrid ayant été retardé de deux heures au départ, on m’a changé ma connexion pour Dublin, cette dernière étant maintenant à 20h30, ce qui me laisse toute la journée devant moi. Je veux en profiter pour visiter enfin Madrid, dont je ne connais que son aéroport ultra moderne jusqu’à présent.

    (...)

    Toujours pas d’odeur dans mes narines. Le terminal 1 est loin.

    (...)

    Trois heures quasiment que l’avion a atterri, et je n’ai rien vu d’autre que l’aéroport, à peine aperçu le ciel, et toujours rien senti que la clope et l’air conditionné, si celui-ci sent quelque chose.

    Changement de métro. Les gens courent à nouveau. Mais pourquoi ils courent ?! me dis-je, il y a un métro toutes les trois minutes ! Soudain, je me dis que d’ici quelques jours sûrement, moi aussi je me mettrai à courir...

    Enfin, je me trouve à l’air libre, sortie du monde sous-terrain ! Plaza de España. Je respire à fond, et à mon désespoir, je ne sens rien, que l’air frais sur mon visage. Frais, mais pas froid, bonne surprise, la première. Quelques mètres dans une allée, et enfin une odeur ! Celle de la crotte de chien... Puis celle de l’alcool quand je passe un banc habité par deux clochards. Puis à nouveau, plus rien."

    Lilie
    avatar
    Lilie

    Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Lilie le Dim 19 Fév - 14:46

    Et sur le même journal de bord, trois mois plus tôt :

    "30 octobre 2009
    Santiago, Chili

    - J'avais oublié -

    J'avais oublié les odeurs.

    (...)"

    Il semble que pour moi aussi, ce soit les odeurs qui me tapent en premier à l'oeil. clin d'oeil


    Lilie
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Wapiti le Dim 19 Fév - 18:04

    Albatros a écrit:J'ai quelques "Odeurs" à puiser dans mes souvenirs... clin d'oeil
    Tu partageras un peu ? ange


    Côté odorat...
    Je me rends compte que je suis quand-même bien en peine pour me souvenir des odeurs de mes voyages.
    A cela diverses raisons, dont cette sale manie d'avoir les sinus franchement encombrés avant même de partir (avec le bon principe qui veut qu'il faut attendre les vacances pour être malade) ou après une même brève séquence dans les univers climatisés des métros, aéroports et avions...
    Et puis ce nez trop 'fin' trop souvent agressé par les 'mauvaises' odeurs et qui m'a obligée à développer un mode 'off' où je me refuse à sentir, respirer mon univers...

    Alors il faut qu'une odeur soit très puissante pour dépasser tout cela en voyage...
    et c'est rare...
    et c'est rarement une 'bonne' odeur...

    Les si détestées fumées de cigarettes et cigares dans les lieux publics (argh ! terribles ces heures d'attente de passage de douane à l'arrivée à Tashkent !),
    les dégagements polluants des pots d'échappement des zones urbaines du monde entier (souvenirs prégnant de ces villes sud-américaines),
    les relents d'urines ou d'excréments animaliers ou humains qui trainent le long de multiples ruelles ou portes cochères dans de trop nombreuses villes,
    les relents de transpiration, de tabac, de fritures et d'ail de certains autochtones qui m'avoisinent dans les transports en commun,
    la puanteur des tas de poiscailles en plein soleil sur les quais de Mopti,
    ou celle du guano de ces îles à volatiles, du côté de Paracas (Pérou), de l'Île Bonaventure (Québec) ou des Sept-Îles bretonnes,
    l'haleine détestable du camélidé égyptien ou mauritanien qui bave à deux pas de moi,
    les pestilences du quartier des tanneurs à Marrakech,
    la bénéfique mais désagréable odeur d'oeufs pourris des gouilles soufrées d'Islande,...
    voilà les premiers souvenirs qui remontent quand j'active le mode "odeurs de voyages"...

    Il faut laisser passer quelques très longues minutes pour raviver d'autres senteurs plus appétissantes.

    Le délicieux fumet du poulet bicyclette sauce tomates oignons malien,
    l'appétissant relent de mouton rôti des restaurants ouzbeks,
    les effluves sucrées du thé à la menthe qui gicle dans les verres sous les mains expertes du chamelier maure,
    l'attirant parfum des oranges fraichement pressées sur les marchés péruviens ou boliviens...
    Ces embruns océaniques salés qui fouettent le visage et dégagent les sinus lors d'une marche côtière ou d'une excursion maritime,
    cet encens entêtant mais envoûtant des temples bouddhistes,
    le doux parfum de roses qui flotte dans cette belle vallée marocaine,
    les effluves qui émanent de LA boulangerie de Montréal, où, vaincus par le manque, nous avons succombé à l'achat d'une baguette de pain...
    Cette odeur de feu de bois qu'il est agréable de sentir dans la fraiche soirée des bivouacs ou la chaleur d'un refuge en montagne,
    mais qu'il est désagréable de retrouver imprégnée dans les vêtements pour des jours et des semaines...
    Le parfum de ces lingettes pour bébé qui a le don de me faire repartir dans l'instant en souvenirs dans ces étendues sableuses du Sahara...

    Finalement, en sollicitant bien la mémoire, ça revient ! sourire





    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac

    Contenu sponsorisé

    Re: Variations autour des cinq sens

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 15 Aoû - 22:36