Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


    Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Partagez
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Ven 20 Mar - 14:35

    Bonjour à tous,

    Vous arrive-t-il parfois, à vous qui êtes en France ou ailleurs, de vouloir mettre tout le monde dehors ? Nan, je parle pas des émigrés et des sans-papiers. Je parle des Français justement.
    Moi pour être franche, il m´arrive de temps à autre, que ce soit au boulot (là ça arrive particulièrement souvent) ou en faisant des courses, de vouloir vider la Bavière des Bavarois et l´Allemagne des Allemands.
    Allez, ouste ! Tout de monde dehors. Foutez-moi la paix dix minutes. Vous reviendrez quand on vous aura fait signe !
    Vous me direz, si on vide Ilmmünster des Ilmmünsterois, il reste quoi ? Une Hongroise, une Anglaise, deux Brésiliennes, deux Italiens, deux Polonais (les deux prêtres catholiques!), deux Françaises (Charlotte et sa mère) et 300 Turcs.

    C´est bon, vous me voyez déjà venir avec mes gros sabots tous crottés de généralisations et mes idées préconçues. Les Allemands sont ceci les Allemands sont celà, les Bavarois sont pires !
    Mais non ! Ce n´est pas du tout mon propos. Enfin... un petit peu quand même. Surtout qu´à vrai dire, je sais pas trop où je voulais en venir, si ce n´est extérioriser un bon coup mon ras-le-bol du moment et discuter éventuellement avec vous de la part qu´occupe le cliché quand on s´applique à vouloir disserter sur la mentalité d´un peuple, qu´il soit allemand, canadien, français ou autre. Achtung ! je ne prétends en aucun cas percer ici-même les secrets de l´âme allemande (d´autant que de ce côté du Rhin, on a tendance à s´auto-analyser bien assez souvent, histoire oblige, et on n´y parvient pas forcément !!).

    Pourquoi cette poussée d´eczéma maintenant ? Non pas que la France me manque (mon pays d´origine me manque souvent mais ce n´est pas le sujet du jour) mais simplement que ces mêmes Allemands, qui m´offrent hospitalité et gagne-pain me tapent sur le système plus souvent qu´à leur tour. Voilà, c´est dit.

    Je pourrais vous faire un récapitulatif des instants ou j´aurais voulu pouvoir les étrangler en série, les Germains dans leur foutue course quotidienne au bonheur et à la perfection et souvent pour leur manque de souplesse et d´humour caractéristique. Allez deux petits exemples typiquement bavarois, sans quoi vous allez finir par me taxer de paranoia. Et puis, il faut bien la faire tourner la turbine à potins de cette rubrique. Je vous préviens, les exemples sont au ras des pâquerettes. Il n´empèche que, en un sens, il m´ont marquée parce qu´il sont assez révélateurs...

    - J´ai vécu à Düsseldorf pendant un temps et puis je me suis décidée, sur un coup de tête, de rentrer un beau jour à Munich. Ayant signé pour un nouvel emploi avant d´avoir trouvé un nouveau loft à mon gôut (!), je logeais chez un copain qui m´avait laissé le sien pendant qu´il vivait aux Etats-Unis.
    A Düsseldorf, les gens sont en général très ouverts et pas autant à cheval sur les convenances que leurs voisins souabes ou bavarois. On se tutoie très vite et on se dit plus facilement « Tchüss » (salut) plutôt que le bienséant « Auf Wiederschauen » (aurevoir). Bref, ayant séjourné chez les Rhénans, j´étais devenue cool de chez babacool.
    Le premier matin, alors que je pars enthousiaste découvrir ma nouvelle fonction, je décide de vider ma poubelle en descendant. Le temps de trouver le local à ordures dans mon nouvel environnement, j´ai la bonne idée de faire tourner le moteur de ma R5 parce que l´hiver est rude et que mon pare brise est recouvert de 5 cm de neige. J´avise une benne dans laquelle je m´apprête à jeter mon sac, lorsqu´une mémé haute d´environ 150 cm, réhaussée par des chaussons à talons, me houspille dans un patois auquel je ne comprends strictement rien (l´heure est matinale, il fait encore sombre, les oiseaux ne chantent pas encore, je n´ai bu qu´un café court). Mais je sens bien que, même si nous ne sommes jamais rencontrées, elle ne met pas beaucoup de formes pour faire ma connaissance. Il me faut un certain temps pour réaliser ce qui la travaille si méchamment. Logeant au 19a, je viens de jeter mon sac, Ô hérésie ! dans la benne du 19b. Je lui rétorque poliment que je suis pressée et surtout nouvelle dans cette immeuble mais que j´ai pris bonne note du message et que désormais, je saurai m´en souvenir.
    Ouh là ! N´allez pas croire que j´allais m´en tirer à si bon compte. Que fait Super Harpie ? Elle se dresse sur la pointe des mules taille 35, fourrées de surcroît, se hisse en équilibre sur le bord de la benne qui est relativement élevée, s´y engouffre quasiment la tête la première en quète de MA poubelle, farfouille un instant et redescend, toujours aussi venimeuse, pour me lâcher l´objet peu ragoûtant sur les pieds tout en m´indiquant furieusement le container du 19a.
    La diplomatie n´étant pas mon fort, je décide pour une fois de ne pas réagir et surtout de ne pas me mettre en retard ce matin là. Je bous intérieurement mais me contente de tourner les talons sans dire un mot.
    Je m´apprête à monter dans ma voiture, dont le moteur tourne depuis dix minutes quand un barbu à lunettes, attaché-case tristounet à la main et bandeau en laine sexy sur les oreilles m´aborde de façon aussi peu gracieuse que la mégère du 19b (ça me rappelle l´histoire des glaçons de DeCléricy dans l´airbus) pour me prier de bien vouloir couper mon moteur... j´asphyxie toute la rue.
    « Pardon ? »
    Et que je fais le susceptible, et que je ne supporte pas l´ironie de la réplique de la demoiselle. Et que je me mets en rogne. Narguant l´individu, je ris un bon coup, secoue la tête et m´installe, encore incrédule, au volant. Que fait l´illuminé ? Il ouvre sa malette, en extrait un bloc et un crayon puis s´applique à relever mon numéro d´immatriculation.
    Je crois me souvenir qu´à ce moment je lui ai adressé un signe de la main pour le moins hostile et que je suis partie en faisant hurler les chevaux de ma R5.

    Le deuxième exemple est tout aussi édifiant. Résumons le parce qu´étant donné la longueur du numéro 1, on va finir par y passer la journée.

    - J´habitais déjà Ilmmünster et, il y a quelques années de ça, j´avais encore ma R5 (sans option ni fermeture automatique des portières). Un soir, je rentre en train de Munich et découvre un petit papier aux allures de PV alors que mon véhicule est garé en règle sur le parking de la gare d´Ilmmünster. Je rentre à la maison persuadée qu´il s´agit là d´un malentendu pour appeler la Polizei.
    Mon interlocuteur m´indique que non, on n´est pas aussi crétins que j´ai l´air de vouloir l´insinuer dans la police allemande. On m´a pénalisée parce que j´avais laissé ma portière avant gauche ouverte et que ça, ma bonne Dame, c´est un grave délit d´incitation au vol.

    Franchement, vous garderiez votre calme, vous, dans ce genre d´occasions ? J´en vois déjà qui bombent le torse en approuvant d´un signe de tête !

    Peu importe. J´assume et j´ai même développé une théorie qui n´engage que moi. A la rigueur, si besoin est, je serais prête à l´étayer. S´il y avait un Allemand sur le forum, je suis convaincue qu´il serait ravi d´argumenter pour ou contre mes âneries. Ce n´est pas encore le cas. Profitons-en pour médire un chouia.

    Sans vouloir rentrer dans le schéma stéréotypé, j´ai la conviction que beaucoup d´Allemands sont des rêveurs doublés de grands romantiques et qu´ils courent jusqu´à l´essoufflement derrière un certain Idéal. Comme rien n´est moins évident que d´attraper un idéal au vol, ils sont là à se résigner pour certains, malheureux pour d´autres, ou encore frustrés voire aigris.

    Au commencement, l´Allemand est animé de bons sentiments (générosité, politesse exaltée, fidélité, fiabilité, honnêteté, assiduîté, méticulosité, exigeance envers soi-même... pour n´en citer que quelques uns) qui lui permettent souvent de s´élever au dessus de la basse réalité de la vie et surtout de la masse des « autres » (les ceux qui sont différents et qui n´ont pas été élevés et nourris comme eux à ces valeurs).
    Or confronté immanquablement à la réalité du quotidien, il arrive que l´Allemand tombe de haut et ait du mal atterrir sur un tarmac qui n´est pas aussi lisse qu´il le voudrait.
    Alors on râle, on se permet de donner des leçons, on se complique l´existence et celle des « autres » par la même occasion, on aimerait bien être différent, plus décontracté, plus drôle, moins rigide, moins braqué, moins pessimiste, moins « je sais tout », plus français, plus italien, plus américain, plus finlandais... Mais c´est tellement compliqué qu´on préfère faire comme si de rien n´était et continuer à râler tout en essayant de se maintenir au dessus de la mêlée.
    Voilà pour les vacheries !

    Ceci étant dit, bien que non allemande, moi non plus je ne suis pas parfaite. Moi aussi j´ai mes humeurs les jours où rien ne va. J´insiste : les Germains ont des vrais bons côtés. Une prochaine fois où j´aurai autant de temps à perdre qu´aujourd´hui, j´essaierai de vous en convaincre !

    Et vous, comment percevez-vous vos concitoyens les jours où la mauvaise foi l´emporte ?!

    PS : ceci explique peut-être cela... il neigeotte à Ilmmünster par un joyeux moins 2 degrés en ce soi-disant premier jour de printemps.


    _________________
    Agathe
    avatar
    Béatrice

    Localisation : Lodève (Hérault)-France

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Béatrice le Ven 20 Mar - 15:37

    salut Agathe
    J'ai halluciné sur tes personnages ... non ... c'est du réel ?????
    J'aimerais bien savoir ce qu'en pense Achille !

    En fait je ne suis pas sure qu'on puisse voir les choses sous le même angle que toi car il me semble que quand on vit dans son pays d'origine et qu'on est en pleine crise de mauvaise foi, on ne prend pas en compte les caractéristiques des gens du pays puisqu'on est de la même origine qu'eux

    Lorsque j'essayais de démarrer ma vieille 205 à 7h du mat en hiver et que je voyais une lumière s'allumer et une bonne femme me regarder fixement de l'air de me dire : "dépêche toi de te tirer avec ta bagnole pourrie ou je sors mon fusil à pompe", je ne pensais pas ma colère en terme de race. c'était plus du genre : "ta gueule connasse, le jour où je pourrais m'acheter une rolls je n'habiterai de toute façon plus dans le quartier" !

    Par contre j'ai des souvenirs lors de mon court séjour à Vienne lorsqu'on est allées voir les Noces de Figaro, de gens extrêmement psycho-rigides et je me disais que je n'aurais pas supporté de vivre dans ce pays. Je ne connais pas l'Allemagne mais ta description n'est pas du tout alléchante !

    Tu n'envisages pas de te rapatrier en France avec ta famille ????


    _________________

    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Ven 20 Mar - 19:28

    fille de la foret a écrit:salut Agathe
    J'ai halluciné sur tes personnages ... non ... c'est du réel ?????
    J'aimerais bien savoir ce qu'en pense Achille !

    Salut Béa,

    Merci pour ton message. Figure-toi qu´en effet, pour une fois, rien ne sort de mon imagination mais qu´il s´agit bien de vécu. Et je n´ai pas cité l´autre abruti (le flic) qui me colle un PV (encore un) parce que les pansements de ma boite de premier secours sont périmés, de la dame qui m´appelle une fois au bureau et qui me demande si je sais et si je peux lui garantir que le pilote de son vol nr... pour Capetown n´est pas noir, du type qui menace d´annuler son billet d´avion sans payer les frais si on ne lui réserve pas au préalable une place à gauche dans le sens du soleil levant (!), du type dans un bar qui fait tout un manège pour que le serveur baisse le son de la musique et menace de partir sans payer alors que c´est un pianiste qui joue en live dans la pièce voisine.

    Mais attention ! j´ai bien précisé qu´il m´arrivait jeter un regard sombre sur les Allemands les jours où les problèmes s´accumulent. Et je me réserve le droit, dans un deuxième round, de prendre leur défense et de vanter leurs qualités (en creusant bien, ça devrait pouvoir se faire).

    Je pourrais d´ailleurs m´amuser à dresser toute une série de tableaux un brin caricaturaux (j´y ai un peu pensé) présentant votre voisin d´outre-Rhin dans des situations types : l´Allemand en vacances, l´Allemand au travail, l´Allemand dragueur, l´Allemand bourré etc. Mais je crains de verser à ce moment-là dans le cliché trop facile.

    Oui, tu as raison. Qu´en pense Achille ? Achille n´est pas bavarois. Il est originaire du centre-nord de l´Allemagne et lorsqu´il est venu me rejoindre en Bavière, je crois pouvoir affirmer à sa place qu´il a éprouvé encore plus de difficultés que moi à se faire au « folklore » bavarois ! Il pensait d´ailleurs ne jamais pouvoir s´adapter et parlait de déménager. Pourtant c´est quelqu´un de vraiment curieux et tolérant. Et puis, petit à petit, il a appris à gratter la couche superficielle qui lui déplaisait. Il les trouvait trop petit-bourgeois, trop bourrus, trop tordus avec leur patois que lui même avait du mal à décoder. Finalement, maintenant il voit le verre plutôt vide que plein. Ce qui ne l´empèche pas de vouloir déménager en France !

    Mais j´anticiperais sur la deuxième partie (« Etude approximative, un jour où tout va comme sur des roulettes ») si j´en disais plus ce soir. N´y comptez pas !


    _________________
    Agathe
    avatar
    Wapiti
    Admin

    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Wapiti le Ven 20 Mar - 19:42

    Glatch a écrit:A la rigueur, si besoin est, je serais prête à l´étayer. S´il y avait un Allemand sur le forum, je suis convaincue qu´il serait ravi d´argumenter pour ou contre mes âneries. Ce n´est pas encore le cas. Profitons-en pour médire un chouia.
    Il faut qu'on lance une invitation à Hery ? langue


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par mamina le Ven 20 Mar - 20:53

    Ouh ! que ça du bien hein ma Glatchounette de pousser son petit coup de g.... du jour !

    Bien sur qu'il ne faut pas généraliser, bien sur qu'il ne faut pas tomber dans la caricature mais je pense que lorsqu'on est dépaysé, même simplement immigré dans une autre région que la sienne, les jours où on est un peu trop confronté au "détail qui tue" ça explose vite...

    Je vous raconte la chose qui m'a le plus démolie dans le Nord (région au demeurant hyper sympa) c'est ma voisine qui toutes les semaines dépoussiérait et faisait briller au Pliz sa grille de jardin en fer forgé !!!! moi qui passait un coup de jet d'eau une fois par an ! et ici, dans le Béarn, pas triste non plus !!! mais, moi, la Bretonne je dois avoir les oreilles qui sifflent aussi !

    Demain Glatch y'aura un truc qui te fera rire ! et ton humour, ça marche pas avec les Bavarois ?
    avatar
    Wapata

    Localisation : les pieds dans mon lac, la tête dans mes montagnes

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Wapata le Ven 20 Mar - 23:21

    Glatch a écrit:
    l´Allemand en vacances, l´Allemand bourré etc.


    non ça ira Agathe ....... eux on les connait gag ! gag !


    _________________
    Patrick / Pádraic

    "Veux tu vivre heureux ??? Alors voyages avec 2 sacs : l'un pour donner, l'autre pour recevoir." [Johann Wolfgang Von Goethe]
    http://wapata74.wordpress.com/
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Sam 21 Mar - 10:33

    Glatch a écrit: Finalement, maintenant il voit le verre plutôt vide que plein. Ce qui ne l´empèche pas de vouloir déménager en France !
    Oups à la relecture, je vois qu´il s´agit là d´un lapsus.
    Achille voit le verre plutôt plein depuis quelques heures donc (sachant que nous sommes à Ilmmünster depuis la naissance de Charlotte !)

    Ok Wapata je ne parlerai pas des Allemands qui se lèvent à 06heures du matin pour aller réserver les chaises longues autour de la piscine de l´hôtel en étendant leurs serviettes de bain dessus puis vont se recoucher.
    Ok Wapiti pour inviter Hery (pense à créer une rubrique "langues africaines") et tout ceux que tu voudras!
    Ok Mamina pour parler la prochaine fois de l´éventuelle compatibilité de l´humour français et bavarois.
    Pas ok pour vos réponses. Vous vous fuitez tous, bandes de losers, quand il s´agit de dire tout le mal que vous pensez de vos compatriotes, même en quelques mots clé!


    _________________
    Agathe
    avatar
    Béatrice

    Localisation : Lodève (Hérault)-France

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Béatrice le Sam 21 Mar - 9:47

    Glatch a écrit:
    Pas ok pour vos réponses. Vous vous fuitez tous, bandes de losers, quand il s´agit de dire tout le mal que vous pensez de vos compatriotes, même en quelques mots clé!

    Ah non Agathe, là tu m'insultes, il me semble avoir assumé !!!


    _________________

    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Dim 22 Mar - 11:07

    fille de la foret a écrit: Ah non Agathe, là tu m'insultes, il me semble avoir assumé !!!

    Oui, tu as raison, Béa. D´ailleurs je te l´ai dit !
    En remerciement, je lance tout de suite la deuxième partie sur les Germains.


    _________________
    Agathe
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Dim 22 Mar - 11:09

    Les Allemands – Etude approximative un jour où tout va comme sur des roulettes.



    A quoi peut bien ressembler une journée où il fait bon vivre de l´autre côté du Rhin ?
    Réfléchissons bien.

    Ce pourrait être n´importe quel jour de la semaine qui démarre par une expédition à la boulangerie (y aller avant l´aube dans la mesure du possible, à la limite se recoucher. Les Allemands sont lève-tôt et à compter de 10heures, les rayons rappellent vite les rayons des années RDA) d´où l´on rapporte profusion de petits pains au blé, au seigle, à l´épeautre, garnis de graines de pavot, de sésame, de tournesol, parfumés au cumin ou fourrés aux noix et aux raisins secs, un gros pain complet au seigle sans oublier les bretzels blonds et croustillants sur lesquels il fait bon étaler une lichette de beurre. Jusque là on ne peut que se féliciter d´avoir choisi d´habiter en Germanie.

    Au passage, un conseil d´ami à tous les curieux qui viendraient faire un saut dans les environs: ne tartinez jamais Ô grand jamais un bretzel de nutella. Cela équivaudrait, disons le sans exagérer, à mélanger un Margaux 45 avec du sirop de cassis. Une de mes collègues le fait, elle (le coup du nutella, pas du Margaux moins à portée de nos bourses... les chiches augmentations salariales de ces dernières années ne nous permettent pas tant de folies en grands millésimes) mais étant bavaroise, allemande et blonde de surcroît, elle est toute excusée. De même que : ne jamais prendre le brunch bavarois (saucisses blanches et bière de la même couleur) passé midi. Ce serait enfreindre la tradition !

    Ce pourrait être une journée où on n´allume pas le poste de radio. De vous à moi, il faut vraiment être chômeur ou aimer s´enfoncer dans la déprime (à la limite cloué sur un lit d´hôpital mais c´est pas comme ça qu´on va accélérer le processus de la guérison) pour écouter la radio en Allemagne. Que ce soit Bayern 1, 2, 3 ou 4 qui ne se différencient que par la nature des programmes (musique exclusivement anglo-américaine, culture ou info) mais pas par l´originalité ni l´insolence du ton! Les infos donnent tout bonnement une impression de fin du monde qu´on annoncerait à longueur de bulletins : « Berlin.... blablabla. München..... blablabla. Paris.... der Präsident Sarkosy blablabla. Mexico.... der Präsident Sarkosy blablabla... » le tout ânnoné donc sur un ton digne de l´enterrement de Mao.

    Oups ! comme le temps passe. N´avais-je pas plutôt promis de vanter en deuxième partie les bons côtés de nos cousins, les Germains ? Allons-y donc.

    Admettons que nous prenne l´envie d´écouter de la musique. Pratique pour couvrir le bruit assourdissant des scies électriques qui rythme la vie du village de campagne du matin au soir (j´ai choisi une journée estivale pour être sûre de bénéficier de plus de six heures de soleil d´affilée). Comme on n´a pas l´embarras du choix, on pique dans la réserve Allemagne le disque du groupe Wortfront (les chanteurs sont d´origine autrichienne et suisse mais chantent en allemand. Le tout donne un mélange de pop mélancolique, tendant vers la musique de chambre ou le hip hop ! pour servir des textes cyniques et critiques à souhait sur notre la modernité de notre époque. A écouter d´urgence).

    Poursuivons. Ce pourrait être une journée où on ne vous remonte pas les bretelles en pleine rue parce que, comble de l´indiscipline, vous avez traversé au feu rouge (ça m´est arrivé hier encore), mais plutôt un jour où vous vous embarquez (serait-il possible d´avoir enfin la paix !) en forêt ou en montagne chaussés de l´équipement (high-tech dans la mesure du possible. Dans le cas contraire, vous seriez automatiquement catégorisé sans revenus, vivant aux crochets de l´état et du contribuable).

    Ce pourrait être une journée où il n´y pas de bouchons sur l´axe Munich-Berlin (en gros 15 jours sur 365) et où il ne vous arrive aucun accrochage sur la route. Dans le cas malheureux d´un accident, s´armer de beaucoup de temps et de patience. Il faut automatiquement faire appel à l´éternelle Polizei plutôt que régler l´incident et dresser un constat entre personnes adultes et responsables. A la limite, passer l´arme à gauche dans l´accident permet un gain de temps considérable.

    Ce pourrait être une journée où il ne fait pas trop trop beau. Dans ce cas en effet, les chemins de randonnée sont embouteillés (pensez à bien garder votre droite si vous ne tenez pas à vous faire fusiller du regard tous les quarts d´heure) et les terrasses extérieures des chalets de montagne ou les Biergarten (les jardins de bière typiques de la Bavière) sont bondés. Comptez sur une bonne bière blonde ou blanche (plus fromentée, moins amère) aux multiples vertus thérapeutiques pour vous permettre d´affronter avec force les impondérables de la deuxième partie de la journée.

    Ce pourrait être une après-midi où vous préférez rechercher la fraicheur d´une salle climatisée de cinéma. Le cinéma allemand jouit d´un certain renouveau, depuis quelques années en particulier grâce à l´apparition d´une nouvelle génération de jeunes réalisateurs et acteurs talentueux (désolée, Sebastian Koch est déjà pris, j´en suis raide dingue). Profitez-en pour revoir Good bye Lenin, La vie des autres, Sophie Scholl ou La bande à Baader. Ne vous étonnez pas en revanche si, comme en France, les complexes de cinéma multi-salles dépersonnalisés prennent le pas sur les petits cinémas de quartier indépendants.

    Ce pourrait être une soirée passée à la maison, pourquoi pas après tout... Le journal télévisé (un modèle de concision et de professionnalisme comparé au nombrilisme du voisin français) commence pile-poil à 20h mais à 20h15 au plus tard, la météo est pliée. Au pire on déborde de quinze minutes sur l´horaire, surtout si le hasard veut qu´un jeune internaute souabe désoeuvré vienne de faire un carnage à l´arme à feu dans son lycée.

    Aie aie aie. La nuit va bientôt tomber et on n´a pas encore vu cité un seul vrai point positif. L´attention baissant à vue d´oeil et le temps que je me suis accordé touchant à sa fin, je juge honnète de vous dresser ci-dessous une liste (non exhaustive) des qualités propres aux Allemands.

    Les Allemands sont des êtres disciplinés, rigoureux, sérieux, ponctuels, organisés, ordonnés, propres, ambitieux, réfléchis, efficaces, énergiques, endurants, fiables, curieux, voyageurs, joyeux-fêtards à leurs heures, très moqueurs vis à vis de Sarkosy...

    Dans l´espoir de n´avoir rien oublié, je vous souhaite un bon dimanche.


    Dernière édition par Glatch le Dim 22 Mar - 13:21, édité 1 fois


    _________________
    Agathe
    avatar
    mamina

    Localisation : Près de Pau, sur le chemin de St Jacques...

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par mamina le Dim 22 Mar - 11:59

    Et tu fais quoi toi, l'indisciplinée, aujourd'hui dimanche par ce grand beau temps ?
    avatar
    Glatch

    Localisation : Ilmmünster, Bavière, Allemagne

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Glatch le Dim 22 Mar - 13:25

    Je suis allée chercher le calme en forêt ce matin et je vais y retourner cet aprem, après être passée chercher ma fifille qui est allée faire du dada et assister à un concours d´équitation. Le tout en m´équipant de gants et d´un bonnet "par ce grand beau temps".

    Et toi ?
    Au fait, comptes-tu toujours venir en Bavière avec Pavelpic?


    _________________
    Agathe
    avatar
    Béatrice

    Localisation : Lodève (Hérault)-France

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Béatrice le Dim 22 Mar - 17:10

    c'est si dur que ça de trouver des qualités aux allemands ??? rire
    En fait, les allemands routards que j'ai pu rencontrer durant mes voyages étaient plutôt de chouettes personnes, mais bien évidemment ils ne sont pas représentatifs de la majorité !!!


    _________________


    Contenu sponsorisé

    Re: Les Allemands – Etude approximative un jour de mauvaise humeur.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 21 Oct - 5:17