Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages


  • Répondre au sujet

Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Partagez
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Mer 5 Juin - 21:49

Plus tard, vers 19h

L’intérieur de ma tente est devenu en l’espace de dix minutes un cimetière de sandlfies. Les mesquins s’y sont introduits en même temps que moi, une bonne vingtaine ! Mon bandana fétiche étant l’arme du crime, il faudra que je pense à le passer à l’eau demain, avant de partir. (…)

J’espère passer une bonne nuit sous tente, et surtout, me réveiller sans nouvelles piqûres ! Jusqu’à présent, j’arrive à m’en sortir avec quatre sur le pied gauche, une ou deux sur le pied droit, une sous la fesse droite, et une autre là où la lune se sépare en deux croissants fessiers. Mon pied gauche m’emmerde terriblement, avec les chaussures, ça frotte et même la crème antihistaminique ne me soulage pas complètement. La gêne occasionnée par ces bestioles est proportionnellement inverse à leur taille : je les déteste ! Y a pire dans la vie, mais que c’est emmerdant !



En vrac, choses écoutées auprès du very talkative old ranger :

- La Nouvelle-Zélande est grande consommatrice de poissons et fruits de mer,
- Nelson est le meilleur endroit du pays pour manger des fruits de mer,
- La foresterie est la première industrie du pays,
- L’industrie laitière est la seconde,
- La pêche et l’agriculture sont aussi de grosses industries,
- La viande est chère,
- Mars/Avril est encore une bonne saison pour randonner en NZ, quand tous les touristes sont partis, et avant l’hiver,
- 90% des Kiwis n’ont jamais vu un kiwi sauvage,
- La randonnée est une pratique très importante chez les Néo-Zélandais. Dès que Noël est passé, ils vont randonner dans tous les coins du pays (ça confirme donc mes premières impressions).


(...)

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Mer 5 Juin - 22:54

Nelson,
04.12.2011

Ford’s. C’est le nom du restaurant recommandé par l’ancien ranger du Nelson Lakes N.P. Recommandé pour son poisson et ses fruits de mer, entre autre. Pas un choix énorme sur le menu, mais le fish of the day m’allait très bien, d’autant plus que c’était un poisson dont je n’avais jamais entendu parler. Un poisson local forcément, au nom qui m’a échappé bien que j’ai redemandé son nom en payant la note (j’en ai marre de ne pas avoir de mémoire auditive !).

Quand le serveur l’a apporté, j’ai cru qu’il s’était planté, je croyais avoir une escalope de dinde dans l’assiette ! J’ai scruté quelques secondes avant de prendre les couverts. En tâtant, ça ressemblait aussi à une escalope de dinde. Je pique la fourchette, et je dois aussi utiliser mon couteau (à viande) pour réellement « couper » la bête. Au toucher, ça ressemblait donc aussi à une bonne escalope de dinde, en plus tendre. Vint le moment de vérité quand j’introduisis le premier morceau dans ma bouche, que je l’emprisonnais et commençais à le passer au moulin à saveurs. Oh ! Orgasme ! Culotte mouillée, yeux pétillants, mais bouche fermée tout de même : ce poisson (car c’est bien du poisson !) est un délice !

Chaque bouchée fût délectée avec le même plaisir, un plaisir que j’ai oublié après presqu’une décennie à vivre en Irlande. Je me demandais justement si ce poisson était vraiment si délicieux, plutôt si ce plat était réellement si bien cuisiné (j’orgasmais même sur les légumes, jusqu’aux baby potatoes, so crispy and nice !), ou si c’était simplement l’effet d’un palais ayant perdu l’habitude des saveurs. Je crois vraiment que mon standard gustatif a baissé après tant d’années en Irlande. Mon seul menu trois étoiles est composé du poulet si tendre cuisiné par Maureen et des brocolis-carrotes-mashed potatoes tout aussi tendres. Attention ! Ceci n’est certainement pas une offense à la cuisine de Maureen, au contraire ! Ses plats sont les meilleurs que je puisse manger en Irlande, tellement « homie » et cuits à la perfection . Les restos à Dublin, j’en ai testés des tas : libanais, indonésiens, marocains, créoles, mauriciens, japonais, et je ne parle pas des fades indiens et de leur plat star chicken Tikka Masala ou des italiens qui servent (tous) des pizzas au cheddar. Manque d’originalité, manque de saveurs.

J’ai perdu beaucoup de ma « francité » en vivant en Irlande, mais j’ai réalisé il y a quelques années que certains aspects de ma gauloiserie étaient toujours très présents, l’un d’entre eux étant l’éducation gustative, plus que gastronomique. Mon palais reconnaît et aime les bonnes choses, et bien que celles-ci ne me manquent pas, jamais, au quotidien (sauf si on prononce le mot « fromage »), je sais les apprécier quand elles se présentent à moi. Donc mon orgasme de tout à l’heure, il faudrait que des gens habitués aux bonnes choses goûtent à leur tour ce plat de la mer, pour confirmer, ou pas, si c’était effectivement justifié.

Ce poisson-escalope-de-dinde, je l’ai dégusté en remerciant le vieux ranger, un verre de sauvignon blanc local dans la main droite. Le détail marrant, c’est que Ford’s, je suis tombée dessus par hasard en traversant la rue, et que je ne le cherchais même pas ! A la base, je me dirigeais vers un café turque-méditerranéen dans lequel j’avais mangé un très bon breakfast à mon arrivée à Nelson Lundi dernier. Et à voir le nombre de café-restos qui servent des menus appétissants, je me dis que les Néo-Zélandais, contrairement aux Irlandais, savent apprécier la nourriture comme un plaisir de la vie, et non pas la considérer dans sa seule fonction vitale et physique. Donc de Ford’s et son poisson orgasmique, j’ai voulu en tenter ses desserts. Le risqué tiramisu qui m’écœure ou me déçoit dans 50% des cas, fût celui pour lequel je fis pourtant mon choix. Une large portion qui me faisait déjà saliver arriva sous mon nez. Fraîche à vue d’œil, elle l’était aussi sous la langue qui claquait : double orgasme ! Je ne me souviens pas avoir mangé un tiramisu aussi bon !

Là encore, en savourant ce délice le sourire aux lèvres, je me demandais si mon jugement n’était pas affecté par tant d’années de privation gustative, mon niveau d’exigence pour apprécier un plat réduit au minimum, faisant d’un plat disons médiocre pour un Français lambda, un plat d’excellence sous mes papilles. J’avais eu les mêmes sensations orgasmiques en Pologne en janvier dernier, avec de simples produits frais, légumes de saisons, viande locale, et dans des endroits populaires pour les locaux. Une décennie en Irlande, ça fade le palais !

Ford’s, un endroit que je conseillerai évidemment à qui saura apprécier les plaisirs de l’assiette. Et voià ! Quelques pages griffonnées sur un simple diner actuellement en digestion. La partie gauloise qu’on ne peut me retirer…

(...)


Lilie
avatar
Invité
Invité

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Invité le Jeu 6 Juin - 12:44

La lecture de ce dernier extrait, m'a subitement donné l'idée d'ouvrir une nouvelle discussion sous cette même rubrique ! clin d'oeil sourire
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Jeu 6 Juin - 13:12

Pour les interesses, je viens de decouvrir le site du resto: http://www.fordsnelson.co.nz/

Je crois meme que je vais les contacter pour essayer de retrouver le nom de ce fish of the day!


Lilie
avatar
gallia

Localisation : Campagne québécoise, Outaouais

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par gallia le Sam 8 Juin - 15:52

bravo vraiment intéressant de découvrir le pays des kiwis à travers tes yeux et tes papilles gustatives.
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 17 Juin - 23:15

5.12.2011
Takaka, Golden Bay
 
Je roulais sous un ciel bleu parsemé d’agneaux blancs, laissant dans le rétroviseur le bas tapis gris qui recouvrait les collines de Nelson. J’étais en route pour Golden Bay, tout au Nord Ouest de l’île du Sud, fenêtre baissée, radio en sourdine, lunettes noires sur le nez et les lèvres en arc-en-ciel retourné. Les noms sur les pancartes avaient maintenant tous des sonorités polynésiennes maories : Motueka, Riwaka, Kaiteriteriri, Marahau, et Takaka, là où je me dirigeais. Une amie italienne m’a beaucoup parlé de ce town et de ses environs, pour y avoir passé quelques semaines l’année passée, il y a un an exactement.
 
Ce matin à l’agence de location de voitures, quand j’ai dit que je mettais le cap vers Golden Bay, la nana a échangé la voiture qui m’était destinée contre une plus récente :
 
-   I prefer to give you a more recent car, because you need good brakes to drive down Takaka Hill, it’s very steep. (je prefere vous donner une voiture plus recente, parce qu'il te faut de bons freins pour descendre Takaka Hill, c'est tres raide)
 
Ah… Mon amie italienne m’avait effectivement parlé de l’arrivée spectaculaire sur la vallée de Takaka, “en descendant la montagne”, je ne pensais cependant pas que ça nécessitait une voiture avec de bons freins. Je précise que je suis passée par une agence qui loue des voitures anciennes, moins chères et pratique commune en Nouvelle-Zélande (pratique que je trouve brillante !). Après échange, j’ai donc une Mazda blanche, automatique, essence, et qui affiche 240 000 km au compteur !
 
Alors sous le soleil, les lèvres affichant toujours le contentement, j’entamais la quinzaine de kilomètres en lacets ascendants, en direction du sommet de Takaka Hill, les vergers et pâtures sur ma gauche, bientôt dans le vide sous mes roues, ou sur les versants d’en face. Une belle route, rien à voir avec ce que je connais des serpentins irlandais, qui eux nécessitent une réelle attention (surtout pour éviter les nids de poules parfois de la taille d’un canyon). Une route lisse et large toute en tête d’épingle, de ces routes qui raviraient le moindre pilote du Dimanche. La boîte automatique me facilitait d’autant plus la chose et me laissait tout le loisir d’apprécier le paysage en contrebas.
Une goutte d’eau sur le pare-brise… Bah merde, alors ! Voici que soudainement, je me trouve à battre les essuie-glaces et à remplacer mes lunettes de soleil par mes lunettes de pluie ! Tour d’œil autour de moi, et je m’aperçois que la vue s’est bouchée aussi vite qu’une huître mal lunée ! Brume nuageuse dense, j’approche du sommet sans nul doute, et je reste positive me disant que je retomberai les lunettes noires dès que j’entamerai la descente sur l’autre vallée.
 
Je suis sortie des nuages quelques kilomètres plus loin effectivement, une fois passé le sommet, sauf que je n’ai jamais retrouvé le soleil, une muraille de grisaille laissant simplement passer sa lumière éblouissante qui nécessitait tout de même… mes lunettes noires ! Le tableau qui s’offrait face à moi n’en était pour le moins ravissant : une vallée verdoyante de pâtures et d’arbres de toutes sortes s’en allait saluer l’horizon tandis que de part et d’autres de cet étroit couloir d’émeraude, de moyennes montagnes se répondait en miroir. La vallée de Takaka était là en contrebas, et la descente toute en virages serrés ne méritait certainement pas les précautions prises plus d’une heure auparavant à l’agence de Nelson. La fille m’ayant avoué qu’elle n’était jamais allée à Takaka, je ne m’étonnais finalement pas de cette information exagérée. La chaîne de montagnes d’Abel Tasman sur ma droite, des jolis monts sur ma gauche, je traversais la vallée abondante, le sourire revenu sur le visage, en ne cessant d’envier ces vaches de part et d’autres de la route, broutant l’herbe tendre des pâturages qui abritaient aussi de nombreux agneaux nés quelques semaines plus tôt. Quelques maisons parsemaient ici et là le territoire, et boy ! Que la vie doit être bonne par ici ! J’ai grandi en ayant des hectares de campagne comme terrain de jeu, et je sais qu’il n’y a pas d’enfance plus heureuse d’insouciance que celle passée à explorer la nature et ses trésors, ignorant les dangers de la civilisation urbaine.


(...)


Lilie
avatar
geob

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par geob le Mer 19 Juin - 10:31

J'ai lu, hier, qu'un néo-zélandais de 11 ans a fait un enfant à une femme de 36 ans !
Mince alors ! Ce sont de sacrés gaillards ! Faut pas s'étonner qu'ils nous écrabouillent en rugby !
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Mer 19 Juin - 11:44

rire c'est ma premiere reaction, la deuxieme qui suit instantanement, c'est que si c'avait ete dans l'autre sens, on aurait parle de pedophilie.

Lilie
avatar
Invité
Invité

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Invité le Mer 19 Juin - 13:27

Lilie, c'est tragiquement vrai !!!!
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Jeu 20 Juin - 12:24

J’arrivai à Takaka une heure et demi seulement après avoir quitté Nelson, bien plus vite que ce à quoi je m’attendais. J’ai trouvé un « quirky » backpacker, home feeling, le couple tenancier kiwi-japonais et le bébé marcheur habitant sur place. Un beau petit jardin, du mobilier de récup’, peintures murales maison, un chat caractériel  (pléonasme), et un espace dinatoire en pein air mais couvert. Un backpacker qui finalement s’inscrit dans l’esprit de la localité qu’on pourrait qualifier si on voulait être fainéant et plein d’à prioris, de « hippie ». Mon amie m’avait bien dit qu’il y avait beaucoup d’artistes à Takaka, je ne m’attendais cependant pas à trouver un town d’artistes en tout genre. Et il semble que la majorité des touristes y séjournant (Boy ! Pas mal de touristes ici, mais ils se fondent bien dans la masse locale), soient évidemment à la recherche d’un endroit de ce genre, un peu en marge des circuits habituels. Artisanat en tout genre, reflexologie, méditation, homéopathie, se confondent avec les services et biens habituels. J’y ai trouvé un tattoo shop, fermé quand j’y suis allée ; j’y retournerai demain, en espérant qu’il accepte de faire ce que je veux (le tattooist de Nelson a prétexté un agenda complet alors que je voyais ses pages blanches, parce que tatouage trop petit sans doute et/ou pas son genre).
 
Demain, je compte aller à Cape Farewell, la partie la plus au Nord Ouest de l’île.
 
Gosh ! Encore du monde qui arrive, il est 19h30 et l’endroit paraît plein ! Un groupe de quatre mecs anglais… j’espère qu’ils ne vont pas foutre le boxon ce soir : je connais bien les groupes de mecs anglais… et leurs cargaisons de bières dans le frigo…


(...)


Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Dim 7 Juil - 21:58

06.12.2011

Déluge estival néo-zélandais, j’en ai un bel exemple aujourd’hui. Le vert d’hier s’efface derrière un mur de pluie blanc, les montagnes d’Abel Tasman gommées à peine plus haut que leur base. Ca ne m’a pas empêché d’aller jusqu’au cap tout au nord ouest du territoire, qui sépare justement les côtes de l’île du sud entre nord et ouest. Cap influent clairement sur la pluie…

J’ai choisi de commencé par le côté extérieur de Farewell Spit, par la côte ouest donc, pour aller voir ces rochers insulaires résultant d’une forte érosion. Belle approche terrestre à travers les pâturages, la végétation endémique et les moutons, avant d’arriver aux dunes de sable gris qui ouvrent les portes sur une grande plage sauvage en nuance de gris, et ces îlots rocheux presqu’accessible à marée basse (illusion simplement). Une colonie de phoques à fourrure habitent cette plage, et les visiteurs bipèdes sont priés de les respecter comme l’indique un panneau sur le sentier avant l’arrivée aux dunes. Pas beaucoup de visiteurs aujourd’hui pour eux, la pluie décourageant les habituels voyageurs. Des hûitriers-pies à bec rouge comme autres occupants de cette plage et quelques goélands. Je suis restée deux heures sur Wharariki Beach, deux grosses averses, un ciel chargé, une petite éclaircie sur la fin et pas loin de cent photos que le ciel sombre en contraste avec l’océan et le sable clairs a pu rendre joliment présentable même en absence de luminosité.

J’aime beaucoup la mer sous la grisaille et la pluie. Plus que les trop calmes atols, même si je n’ai jamais vu ou approché ces derniers. Le ciel qui chiale dans sa baignoire, j’ai toujours aimé. En écrivant ces mots, je souris en me disant que l’Irlande avait vraiment tout pour me plaire, effectivement. La Nouvelle-Zélande, au niveau géographique, certainement plus encore. Elle combine absolument tout des paysages qui me fascinent, le climat qui me convient, avec un vrai été aux températures clémentes (même si parfois ponctué de pluie), un vrai hiver neigeux et rigoureux, et la pluie comme il en faut pour donner au pays sa toison verte. Reviendrai-je en Nouvelle-Zélande ? Je ne sais pas. Si l’occasion se présente, avec du temps devant moi (c’est-à-dire minimum deux mois), évidemment. Si non, alors je me contenterai avec plaisir de ces deux petites semaines qui m’offrent tout ce que j’attendais, en terme de paysages et de satisfaction personnelle.

Demain, si le temps le permet, j’aimerais faire une dernière journée de marche, une boucle de sept heures, dans la partie ma plus au nord du trop fréquenté Abel Tasman National Park dans lequel je ne pensais pourtant pas mettre les pieds. Mais un Kiwi cinquantenaire à qui j’avais annoncé mon séjour dans Golden Bay m’avais parlé de cette journée de rando dans une partie peu fréquentée du parc, à l’extrémité Est de Golden Bay, celle-ci étant aussi l’extrémité Nord du parc national. Et le Visitor Centre de Takaka me l’a conseillée en me la présentant aussi comme une belle rando, peu fréquentée. S’il pleut comme aujourd’hui, c’est-a-dire forte pluie à longueur de journée, non-stop, je n’irai pas, rien d’agréable, et surtout absolument aucun paysage à apprécier, que ce soit côté mer comme côté terre. S’il pleut un peu et que la vue reste dégagée, alors ce ne sera pas un problème. Je me suis arrêtée à la supérette tout à l’heure pour prévoir la nourriture en cas de journée de marche, et je mettrai le réveil à sonner à 7 heures demain, peut-être avant… Je vais regarder les prévisions météos de ce pas !

(...)

Lilie

lahaut

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par lahaut le Dim 7 Juil - 22:04

carnet bien
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 8 Juil - 13:54

07.12.2011
Takaka

Je suis soudainement prise d’une crise de bâillements, et du coup de barre qui va avec. J’avais pourtant bien envie d’écrire des pages pour coucher quelques mots sur cette jolie journée de rando, sous le soleil, mes deux heures sur une plage paradisiaque en compagnie des cormorans-pingouins du coin, une vingtaine de kilomètres dans le Nord du Parc National d’Abel Tasman, le très (trop) populaire.

Je ne comptais pas y mettre les pieds, à cause de sa popularité, mais quand j’ai appris que cette partie du parc était peu fréquentée par les hordes de touristes qui ne peuvent y avoir accès ni en tours organisés, ni en transports en commun, alors je l’ai considéré dans mon programme de « vacances au calme » en Nouvelle-Zélande.
J’y ai tout de même rencontré près d’une quinzaine de personnes, mais en deuxième partie de journée principalement. Ce matin, la plus belle moitié du jour niveau paysages et temps, j’ai eu le parc pour moi toute seule (il semblait !), sous le ciel bleu revenu !

Des arbres-fougères argentées, endémiques et symboles du pays (sa feuille, qu’on voit sur le maillot des All Blacks), forêt dense qui abrite son lot de mélodies volatiles, forêt qui vient s’échouer en collines vertes sur de magnifiques plages et criques qui se découvrent à marée descendantes, les jeux de lumière des sables et eaux turquoises qui s’entremêlent, chemins ombragés ou découverts pour profiter du joli panorama qui monte et descend sans arrêt, et puis dans les terres, toujours plus de montagnes collineuses qui s’étendent et se perdent dans la grisaille.

J’étais bien aujourd’hui, à ne penser à rien, juste être dans le présent, sentir les végétaux sur mon passage, écouter les oiseaux ou le bercement des vagues s’échouant sur le sable, observer la danse des cormorans qui se baignent, se sèchent, se nettoyent, puis retournent se baigner, se sécher, se nettoyer, en boucle. Sentir mes pieds s’enfoncer dans le sable granuleux, le soleil sur ma peau et remarquer qui chauffe plus fort ici que par chez moi. Fermer les yeux et imaginer les Maoris d’antant sur cette terre fertile et sans doute abondante de nourriture. Fermer les yeux, et exisiter.

Une belle journée.


(...)

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 8 Juil - 14:18

09.12.2011
Christchurch Airport

Il est midi, et je suis tranquillement installée sur un carré de pelouse à l’extérieur du terminal. Histoire de passer mes derniers moment néo-zélandais au soleil et, autour de moi, une bonne dizaine de voyageurs sont allongés à prendre le soleil également. Ce n’est certainement pas en France, pays des « pas-le-droit de l’Homme », qu’on laisserait les passagers et leurs bagages attendre leur vol en prenant un bain de soleil sur les pelouses de l’aéroport ! Pays relativement tranquille, cette Nouvelle-Zélande, vraiment !

Au petit aéroport de Nelson ce matin, j’observais les gens. J’étais la seule touriste apparemment, les autres étaient tous là pour accueillir ou visiter famille et amis il semble. Beaucoup de sourires et d’embrassades, ces Kiwis prêtaient vraiment à la sympathie. C’est de toute manière ce que j’ai observé durant mon court séjour ici, au supermarché ou dans les rues, ils paraissent dans leurs relations publiques, très ouverts et sympathiques, la parole et le sourire facile.

J’ai mon vol dans moins de quatre heures pour Brisbane, et je crois qu’un barbecue incluant la peu commune viande de crocodile m’y attend. Ah ! Il faut que je me prépare mentalement à retranspirer 24/24 ! Le climat chaud et chargé d’humidité de Brisbane ne me convient vraiment pas, et j’étais bien mieux sous la vingtaine de degrés néo-zélandais !



14h30

A nouveau sur la pelouse à l’extérieur du terminal, check-in effectué, sandwich avalé. J’aperçois quelques Polynésiens ici, à l’aéroport, staff ou voyageurs. Et immédiatement, ils me renvoient sur l’Ile de Pâques, à l’autre extrémité de la Polynésie. Ils sont vraiment beaux avec leurs grands yeux et leur carrure osseuse, les traits fins et une couleur de peau que j’adore ! Je sais qu’ils n’ont rien à voir avec les Polynésiens que je cottoye sur l’Ile de P^ques (peut-être plus similaires que je ne le pense, après tout), mais ils provoquent chez moi une sympathie et une proximité intérieure inévitable. Je me sens, très légèrement, plus proche de « Mon Ile » que d’habitude. Et ça fait du bien. (…)



9.12.2011
Brisbane

On vient d’attérir, l’avion roule encore. Je sourris. (…) … Et les pelouses des pistes d’atterrissage sont déjà pleines de « funny birds » !


***Fin.****

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 8 Juil - 14:25

Pour les photos, c'est ICI.


Et en cadeau, rien que pour vous:











clin d'oeil 

Lilie
avatar
Solcha

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Solcha le Lun 8 Juil - 14:44

.
Lilie a écrit:Ce n’est certainement pas en France, pays des « pas-le-droit de l’Homme », qu’on laisserait les passagers et leurs bagages attendre leur vol en prenant un bain de soleil sur les pelouses de l’aéroport !

Qui a vu du soleil cette année??  rire 

Lilie a écrit:

***Fin.****

Lilie

ah mince, déja!
Bon, ben je vais recommencer du début alors
.
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 8 Juil - 15:41

J'ai mis un coup d'accélérateur pour le terminer ici, histoire qu'il ne reste pas en plan comme l'est et le restera mon tour d'adieu à l'Irlande. clin d'oeil 

Lilie
avatar
Lilie

Localisation : Pieds sur Terre, tête dans les étoiles

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Lilie le Lun 8 Juil - 15:44

.
Lilie a écrit:Pour les interesses, je viens de decouvrir le site du resto: http://www.fordsnelson.co.nz/

Je crois meme que je vais les contacter pour essayer de retrouver le nom de ce fish of the day!


Lilie
.

Chose faite le jour-même de ce post, toujours en attente de réponse que je n'attend plus, donc. clin d'oeil 

Lilie
avatar
Invité
Invité

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Invité le Mar 9 Juil - 9:27

"... histoire qu'il ne reste pas en plan comme l'est et le restera mon tour d'adieu à l'Irlande. "

C'est pas mal aussi de laisser les choses en suspens, parfois, ça indique que justement ce n'est pas un adieu...
avatar
geob

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par geob le Mar 9 Juil - 16:02

Ce n’est certainement pas en France, pays des « pas-le-droit de l’Homme », qu’on laisserait les passagers et leurs bagages attendre leur vol en prenant un bain de soleil sur les pelouses de l’aéroport

Je me marre quand je vois les gardiens du jardin du Luxembourg faire la chasse aux gens -souvent des touristes étrangers qui n'en reviennent pas- qui s'assoient sur nos fabuleuses pelouses !!!

lahaut

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par lahaut le Mar 9 Juil - 23:29

dommage, carnet fini !
avatar
bardak

Localisation : Dans mon canapé

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par bardak le Sam 14 Sep - 22:53

Très jolis petits morceaux de Nouvelle-Zélande... merci pour ces jolis moments top ! 

Je me régale aujourd'hui au village.


_________________
"Il est parfois bon d'avoir un grain de folie"
Sénèque

Contenu sponsorisé

Re: Petits extraits d'un carnet de vacances neo-zelandaises

Message par Contenu sponsorisé

  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 20 Juil - 22:27