Le Village du Peuple Etrange Voyageur

pour nos pensées, nos petites histoires et nos joutes littéraires autour des voyages

Le deal à ne pas rater :
Cdiscount : -30€ dès 300€ d’achat sur une sélection Apple
Voir le deal

+8
Dolma
Lilie
fabizan
Wapata
geob
lahaut
Albatros
mamina
12 participants

    Debriefing II

    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Mer 28 Juin - 10:43

    Le restaurant des "Gentils"  

    (2)

      La veille de partir, je suis passé les voir vers 15h. Il n'y avait personne dans le restaurant. Elle a surgi de la cuisine, étonnée de me voir à cette heure. Alors, avec des pincettes, je lui ai demandé si ils pouvaient me garder quelques affaires - j'étais prêt à recevoir un refus pour diverses raisons, cela ne m'aurait en aucun cas déstabilisé. Sa réaction a été instantané : oui, bien sûr ! Et même ravie de me venir en aide ! Son mari est arrivé à son tour , visiblement après une sieste tant il m'a paru amorphe - mes derniers jours se déroulèrent sous une forte chaleur et la chape d'une pollution exceptionnelle...  de quoi fatiguer tout le monde ! Aussitôt, elle lui annonça qu'ils allaient me garder quelques affaires, cela le réveilla complètement, il retrouva son sourire : avec plaisir Jon ! (j'ai renoncé à me faire appeler par mon prénom, le "r" est imprononçable pour eux). Je viendrai manger ce soir, leur dis-je. Valait mieux avertir car s'il n'y avait pas de clients, ils fermaient après 19h.

    A la nuit tombée, les rues du quartier du Kholoï sont quasiment désertes et faiblement éclairées, silencieuses. Quelques rares commerces ou boutiques restent ouverts en espérant un client alors que la plupart  des habitants sont postés devant leur écran de télévision ; de temps en temps un livreur de repas passe rapidement sur sa moto, c'est un quartier vraiment calme à environ un kilomètre du centre ville.

    Chez les "Gentils" aucun client. Je suis allé devant l'entrée de leur cuisine pour  les saluer. Ils étaient en train de préparer une commande. Ils me demandèrent si ma valise était prête pour demain, si j'avais rendu la moto, si j'était content de rentrer en France... Ni content, ni malheureux, après tout je ne rentrai pas pour reprendre le boulot, et puis ces températures qui frôlaient les quarante degrés ainsi que la pollution persistante avec son taux effarant de "P.M. 2,5" n'incitaient pas à rester dans le nord de la Thaïlande -les thaïlandais prennent de plus en conscience de la dangerosité de ces "P. M. 2,5". Après quelques minutes de discussion, ils m'ont demandé qu'est-ce que je voulais manger. Surtout pas de plat chaud ! faites moi plutôt une salade, dis-je, en prétextant la température. Alors, avec un grand sourire, elle m'a décrit une salade qui, en fait, se trouve sur le menu : crevettes, salade verte, nouilles très fines, presque translucides -les "glass noodles"-  tomates, oignon, coriandre, basilic... Les préparation demande du temps car il faut laisser refroidir après la cuisson des crevettes et des nouilles. C'est un des plats le plus cher sur la carte : 120 baths ! Autrement dit 3€50 ! En général, dans les restaurants populaires ou sur les trottoirs des marchés de nuit, les bons plats courants coûtent en moyenne 1€50 !

    Une dizaine de minutes plus tard, me voici attablé devant cette salade rafraîchissante et gouteuse.  J'ai commencé à la manger tranquillement en regardant la rue dans cette chaude nuit thaïlandaise. La lumière de la salle du restaurant éclairait la rue sur quelques mètres,  la rendant ainsi moins sombre qu'en dehors de son périmètre où seuls quelques lampadaires aux lumières jaunes permettent d'échapper à la nuit noire. Atmosphère dépaysante, étrange,  pour quelqu'un qui débarquerait de sa ville occidentale, inondée de lumière électrique à la tombée de la nuit. Mais, en fin de compte, on s'habitue à tout, on s'adapte... sinon on reste chez soi !

    Un jeune couple de "farangs" entra dans la lumière du restaurant, de l'autre côté de la rue. Ils arrivaient de la droite, donc ils devaient loger au "Legend", le "resort" de luxe au bord de la rivière Kok. Tout en marchant, ils tournèrent la tête vers le restaurant, ralentirent un peu comme si ils hésitaient à y entrer. L'être humain se départit difficilement de son instinct grégaire, lorsqu'il passe devant un restaurant où il n'y a personne,  il n'entrera pas ; quand il y a un client, ça rassure. Même pas deux minutes plus plus tard, les revoilà et ils entrèrent  pour s'attabler derrière moi. Les "gentils" surgirent de la cuisine, leur présentèrent la carte. Ils se partagent bien les rôles, lui fait l'article et elle... elle prend la commande. Une fois tout réglé, le couple se mit à discuter... en français ! Mais  je ne me sentis pas obligé de me signaler tout de suite, de poser les questions habituelles : oh ! vous êtes français? Vous venez d'où? Ouh là ! me suis-je dis, mangeons d'abord, discutons ensuite. A un moment donné, je me suis levé pour aller remplir mon verre d'eau : dans la plupart des restaurants thaïlandais, il y a un endroit où trônent un récipient contenant de l'eau, une sorte de fontaine,  et une glacière remplie de glaçons (il y a toujours un livreur de glaçons dans des sacs de jute qui fournit les commerces) , ainsi qu'une boite, ou un grand verre, pleins de pailles parce que les thaïlandais ne boivent jamais à même le verre ou n'importe quel contenant. Après avoir rempli mon verre, je regagnai ma table en passant devant la leur et je les entendis parler de leur envie de boire, de se désaltérer, alors je me suis arrêté pour leur expliquer le système. Ils furent surpris. Evidemment, dans les restaurants des grands hôtels, on vous servira à table toutes les boissons que vous aurez commandé, mais chez les "Gentils" on vous l'apportera si vous avez commandé un soda en bouteille ou une canette sortis tout droit d'un vieux frigidaire rarement dégivré...

    Mon repas terminé, je me suis levé pour discuter avec le couple de français. C'tait leur première fois en Thaïlande dans le cadre d'un voyage de noces ! Ils ne se contentaient pas de visiter des temples, musées, ou autres sites, ils n'hésitaient pas à se balader dans des endroits où il n'y a à voir de touristique à part la vraie vie quotidienne des thaïlandais, à tenter de leur parler malgré la barrière de la langue et, malgré tout, toujours trouver une personne qui comprendra et fournira le renseignement demandé. Notre discussion dura une dizaine de minutes environ et comme on approchait des 20H, je les informai qu'il était temps de partir puisqu'il n'y avait plus de clients, la probabilité d'en avoir d'autres à cette heure là me paraissait quasi nulle, et les "Gentils" souhaitaient sans doute baisser  le rideau de fer de leur restaurant.

    - Allez payer en premier, dis-je, je vais leur faire mes adieux.

    La jeune femme avait aussi consommé la même salade que moi. Madame "Gentil" compta donc 120 baths auxquels elle ajouta le plat du mari et la somme totale, en la regardant d'un point de vue occidental, était vraiment dérisoire. Les Français s'en allèrent sous les remerciements empressés des "Gentils", je leur souhaitai le meilleur possible pour l'avenir, et ce fut à mon tour de payer. Je posai sur la table 120 baths mais, à ma grande surprise, madame "Gentil" me dit en souriant : non, non, c'est le prix pour les thaïlandais, pour toi c'est discount : 90 baths ! Le monde à l'envers ! Cela me toucha, tous les deux me regardaient avec bienveillance,  leurs sourires n'avaient rien de comparable avec le fameux sourire thaïlandais qui n'est qu'une crispation des zygomatiques.  Elle prit mon billet de 100 baths, me rendit celui de 20 avec une pièce de 10 baths et, avec son mari, ils continuèrent à me questionner sur mon voyage de retour, sur tous les avions que je devrais prendre : Chiang Rai/Bangkok ; Bangkok/Taipeh ; Taipeh/Paris...

    Ils n'avaient jamais pris l'avion !

    Nous n'étions pas pressés de nous dire au revoir - un "au revoir" qui sonnait pour moi comme un potentiel adieu. Elle me demanda à quelle heure je partais demain matin. Oui, il faut que je me lève de bonne heure, alors je dois y aller, dis-je. Soudain, je n'en crus pas mes yeux, le visage de madame "Gentil" rosit légèrement, afficha une tristesse inattendue, oh juste une seconde, une ombre vite dissipée, et puis le sourire revint aussitôt - les thaïlandais sont pudiques, ils s'efforcent de dominer leurs émotions, et surtout de ne pas perdre la face.

    Alors je suis parti,  je me suis retourné deux fois en quelques mètres avant de sortir du restaurant et de plonger dans la nuit du Kholoï, comme si je voulais imprimer à jamais dans ma mémoire les "Gentils", toujours devant leur cuisine, peut être contents de constater que je ne partais pas en leur tournant le dos. J'ai encore dans les oreilles le son de leur voix qui me lançaient...

    Chok dii ! Chok dii !


    https://www.peuplevoyageur.net/t1482-dernieres-nouvelles-de-la-thailande
    (voir la photo du restaurant)


    Maadadayo !
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Mar 1 Aoû - 23:11


    Croisière dans la brume.

    De Reykjavik à Tromso, en Suède, du 24 juillet au 3 aout.


    Pourquoi faire une croisière? Pour une raison très simple : je n'en ai jamais fait ! J'essaie de cocher le plus possible de choses, alors voilà je coche la case croisière. Et puis épris par une furieuse envie de partir, après avoir lu la biographie de Stendhal, l'écrivain qui voulait toujours prendre la route, je réalise que l'expression "partir, c'est mourir un peur" est absurde, non, partir, c'est sortir de sa morne routine, c'est sentir que la vie coule toujours dans les veines, et tant qu'on peut mettre un pied devant l'autre sans l'aide de personne, partir c'est lancer à la cantonade... et à la mort : maadadayo ! (pas encore !)

    Au fond, tout ça c'est la faute à Stendhal !

    Dimanche 23 juillet, premier jour de la croisière.

    Paris, 3 h du matin. Mes trois réveils ont sonné avec un bel ensemble. Me ler, fut à ma grande surprise, suffisamment aisé. Par contre, prendre un petit déjeuner, impossible, je l'aurai vite dégobillé ! Une heure plus tard, me voici en bas de mon immeuble, le taxi commandé m'attend. Le chauffeur s'avère être d'origine tunisienne, et comme tout ce qui concerne ce pays m'interpelle, nous avons engagé une conversation sur l'actualité de la Tunisie, son passé, son régime politique. Au début, je n'étais pas chaud pour parler, le cerveau encore en "stand bye", mais le chauffeur m'a incité sans le vouloir à ne pas reprendre ma nuit interrompue,à rester bien éveillé et à avoir du répondant. A titre anecdotique, je lui ai fait part d'un souvenir concernant le voyage en train dans son pays : sur les wagons, on pouvait lire en grandes lettres blanches "S.N.C.F." ! Il y a en a toujours, me dit-il, on les a pas remplacés ! Reliquats de la colonisation, ai-je pensé. A la fin de la course, devant le terminal C.D.G. 1, après avoir sorti ma valise du coffre, il m'a serré la main et souhaité un bon voyage.
    C'est la première fois qu'un chauffeur de taxi me serre la main.

    Reykjavik

    Paris-Reykjavik sur Icelandair, décollage avec 20 minutes de retard, vers 7h45, arrivée en Islande 3h30 plus tard mais pas dans le même fuseau horaire - ils nous précèdent de deux heures - : mince ! me voilà dans le pays de Syrgamur ! Etrange impression d'atterrir dans une campagne aux terres désolées, l'aéroport me parait vraiment à l'échelle humaine, le trajet en bus jusqu'à la capitale traverse des zones si desertiques que je me suis demandé si je n'allais pas voir des dromadaires !
    La capitale, le bus ne fait que passer, sa destination c'est le port où nous devons embarquer sur le Norwegian Sar. On voit quelques touristes se balader dans des rues quasiment sans circulation automobile, ils semblent égarés, ils errent à la recherche d'un je ne sais quoi qu'ils ne trouveront jamais.

    Avant d'embarquer, contrôle des bagages, passeport, on vous tire même le portrait avant de vous demander si vous n'avez pas eu la Covit. Après, un seul désir : intégrer sa cabine, se reposer... mais les cabines ne sont ouvertes qu'à 15 h ! Grosse fatigue ! En plus, on m'a livré ma valise vers 18h30 suite à un quiproquo déclenché à l'aéroport par les employés qui accueillaient les apprentis croisiéristes. En effet, j'ai fait la connaissance à Roissy d'une française en partance pour la même croisière, nous étions les seuls à ne pas parler Français lorsque l'agence de voyage islandaise nous a accueilli dans l'aéroport et enregistrés en même temps, mis des étiquettes sur nos bagages, à la vas-y que je te pousse... car elle a donc récupéré sa valise et... la mienne ! En préparant son voyage, elle a eu la bonne idée de téléphoner à la N.C.L., elle a réussi à obtenir quelqu'un qui parle Français, en l'occurrence un anglais ! Celui-ci l'a bien renseignée sur le Norwegian Star, comment fonctionne une croisière, quels sont les restaurants où on y mange gratuit (inclus dans la pension complète de la croisier), plein de choses encore, et ce détail semble-t-il ignoré ou pas des agences qui vendent ce produit : il y a 20 dollards de frais de service par jour ! Ouh là ! On se calme ! Si les agences avertissaient les éventuels clients de ces frais supplémentaires, peut être que certains mettraient tout de suite les voiles ! Mais l'anglais lui a dit quelque chose de vraiment étonnant... de la part d'un employé de la compagnie : vous pouvez négocier à bord le montant, le réduire, ou bien ne rien payer ! En tout cas, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd !

    Le Norwegian Star a quitté le port de Reykjavik à 18 h

    (photos plus tard, wifi aléatoire sur le navire)


    Maadadayo !

    fabizan
    fabizan


    Localisation : Sainte Enimie Lozère

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par fabizan Mar 1 Aoû - 23:51

    Est tu sûr que Tromso soit en Suède ? question

    J'attends la suite et les photos avec impatience ! sourire


    _________________
    Fabienne
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Mer 2 Aoû - 12:25

    fabizan a écrit:Est tu sûr que Tromso soit en Suède ? question

    Avec le réchauffement climatique, rien d'impossible rire rire

    fabizan a écrit:J'attends la suite et les photos avec impatience ! sourire

    Moi aussi


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Mer 2 Aoû - 12:35

    Geob : Qu'as-tu pensé du confort d'Icelandair ?

    geob a écrit:le trajet en bus jusqu'à la capitale traverse des zones si desertiques que je me suis demandé si je n'allais pas voir des dromadaires !
    Jamais vu  rire  rire  rire  rire  rire  rire  C'est vrai que c'est déroutant. Et tu as eu la chance de voir des lupins. En hiver, c'est vraiment désertique

    Geob a écrit: nous étions les seuls à ne pas parler Français
    Tu veux dire anglais ?

    Bonne croisière Geob, à moins que tu ne sois déjà rentré


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Jeu 3 Aoû - 10:42

    Lundi 24 juillet, escale à Isafjordur


    J'ai compris. Dès que j'entendrais du boucan, ça voudra dire que le bateau arrive au port, mais pas à quai. En effet ils mettent à l'eau leurs  "tenders" qui peuvent contenir 80 personnes et, en quelques minutes, les débarquer sur la terre ferme. Ce matin, au petit déjeuner, je vois le temps brumeux, humide, à travers les baies qui dégoulinent d'eau, pas très engageant, et puis il manque du ciel bleu. Bon, je reste à bord. Je savais qu'on venant ici que je ne souffrirais pas de la canicule, mais à ce point là ! Impression de connaitre un avant gout d'un moins de novembre pluvieux à Paris.

    Faut toujours lire ce qui est écrit en petit, comme dans les contrats d'assurance. Je m'aperçois en retrouvant mon document de voyage confirmation/facture que, en fin de compte, l'employé anglais de la N.C.L., n'a pas contrevu aux intérêts de la compagnie mais seulement, d'une manière désinvolte et espérons pas intentionnelle,  de tous les employés émigrés (Philippines, Indonésie, Inde) qui travaillent sur le Norwegian Star. La compagnie, comme n'importe quel employeur, trouve très agréable de réduire sa masse salariale alors, si on en croit ces discrètes annotations :

    Pour récompenser l'excellence du service à bord, nous vous demandons d'autoriser NCL à facturer votre compte à bord pour des frais de service quotidiens discrétionnaires, conformes aux normes internationales (?), pour chaque passager de 3 ans ou plus. Lors du règlement de votre compte à bord, vous aurez l'option de confirmer ou de refuser les frais de service, ou de modifier le montant optionnel à votre guise.

    C'est moi qui souligne. Si on comprend bien, NCL nous envoie ce message : mesdames et messieurs les passagers, vous êtes responsables de la contribution au niveau de vie de notre personnel. Mais je suppose que pour traiter cette comptabilité annexe, ça doit engendrer des frais supplémentaires.. prélevés sur... des frais de service quotidiens discrétionnaires !  Norwegian Cruise Line (NCL) dont le siège social est à Miami, et ses navires naviguant sous un pavillon de complaisance, Nassau, n'est donc pas une O.N.G. car son but est hautement lucratif. Reconnaissons tout de même que, d'après des croisiéristes Français, cette croisière est d'un niveau au dessus des croisières Costa et MSC en Méditerranée.

    Convoqué à la réception pour enregistrer une carte bancaire, j'ai demandé quelqu'un qui parle français. Un grand type barbu, brun de peau, sans doute d'origine indienne, s'est présenté au guichet. Après avoir réglé le problème de la carte, j'aborde le sujet des frais de service. Il me dit d'emblée qu'il pouvait me faire une ristourne de 240 dollars. Mais oui, cher monsieur, je suis d'accord, je ne suis pas du genre à décourager les bonnes initiaves !

    Après midi sur le Norwegian Star, parfois je me perds, puis je découvre la piscine sous une brume tenace. Pas pour moi ! Pour savoir où se trouve l'avant du navire dans les coursives, il suffit de regarder la moquette et suivre la direction des poissons stylisés!...

    PS : effectivement je voulais dire ... no speak english ! Et Tromso est bien en Norvège et hier à Honningvag j'étais pas loin de la sympathique Russie. Croisé une employée russe du Norwegian qui a tenu à me préciser qu'elle est une Russe blanche de l'Ouest !!!


    ....
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Jeu 3 Aoû - 11:09

    Tu n'es pas descendu à Ísafjörður ? surpris surpris surpris
    C'est pourtant une jolie ville avec ses maisons colorées


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Lun 7 Aoû - 21:26

    Correction : la croisière en tant que telle a bien commencé le 23 juillet et non le 24 comme c'est indiqué dans le titre, à 18h, port de Reykjavik

    Debriefing II - Page 9 P1060118

    Debriefing II - Page 9 P1060119


    Debriefing II - Page 9 Piscin10
    ...je découvre la piscine sous une brume tenace...


    Icelandair, correct, peu de place pour les jambes, en revanche Tromso-Oslo et Oslo-Paris, deux vols sur S.A.S. impeccables !...
    ......


    Mardi 25 juillet, escale à Akureyri

    ( tiens un nom qui ne finit pas en "UR")


    Norwegian Star, à quai. Ballade dans cette petite ville fort agrable. 10h30, les rues ne sont pas animées, les boutiques fermées. Au même endroit à midi, cafés, terrasses, boutiques ouverts et pas mal de gens (pas que les passagers du Norwegian Star). Les horaires sont atypiques pour nous, habitués à la nuit qui tombe, mais en Islande la nuit se fait toujours attendre, les heures de fermetures se situent vers les 22h, voir minuit !

    Je découvre un café-librairie tenu par un jeune barbu blond, coiffé d'un bonnet de laine...  image du Pêcheur d'Islande ! Si j'habitais Arukeyri, je deviendrais vite un habitué dans cet environnement de livres, en plus il y a la wifi gratuit.

    Debriefing II - Page 9 Cafeli10

    Il y a aussi une grande pharmacie moderne tenue par des jeunes femmes bien charmantes. J'ai acheté des gouttes pour les yeux. La parapharmacie est bien fournie, il y a des rayons avec des  vitamines et oligo-éléments, enfin, bref, une pharmacie comme en on trouve à Paris. Un café, une pharmacie, il y a aussi des restaurants chinois, indiens, une église toute grise : l'entrée coùte 5€ ! C'est envoyé un mauvais signal à un mécréant ! Parfois je m'interroge : pourquoi ne fairons-t-on pas payer les touristes qui voudront visiter Notre Dame de Paris, dès qu'elle ouvrira?

    Visite du jardin botanique, inaugurée par la première femme président au monde, et de l'Islande par la même occasion ! Intéressant, enfin surtout pour les passionnés aux mains vertes.

    Akureyri, c'est une ville que j'aime bien, mais je n'ai fait que survoler, je suis juste de passage.


    Debriefing II - Page 9 P1060121

    Debriefing II - Page 9 P1060120

    Debriefing II - Page 9 Jarb-010

    Debriefing II - Page 9 P1060123

    Debriefing II - Page 9 P1060122

    Debriefing II - Page 9 P1060126
    les poubelles de rue sont originales !

    Debriefing II - Page 9 P1060124

    Debriefing II - Page 9 P1060125

    Debriefing II - Page 9 Lambda10
    Touriste lambda...


    ...
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Lun 7 Aoû - 22:56

    Je trouve que chez Icelandair il y a plus de place pour les jambes que chez les autres compagnies. Mais toi, tu as de grandes pattes.
    As-tu dégusté les pylsurs ? (saucisses)
    J'adore la libraire Eymundsson, j'y passe des heures.
    En ce qui concerne l'église, je l'ai trouvée ouverte une seule fois car ils préparaient un concert et les ouvriers déplaçaient tout un tas de caisses. Je suis étonnée qu'ils demandent 5€ pour y entrer. Je n'ai jamais vu d'église payante. Hormis la grande église de Reykjavík, mais ce n'est pas l'accès à l'église qui est payant mais l'accès à l'ascenseur.
    As-tu remarqué, au jardin botanique, que les fleurs ont un décalage de 3 mois avec la France ?


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Mer 9 Aoû - 22:40

    Mercredi 26 juillet, escale à Seydisfjordur.


    Tender Boat pour débarquer. Tender, ça veut dire "offre". Quand j'ai lu la première fois sur le "Freestyle", fascicule de quatre pages distribué tous les jours, en français : "Dernier offre 4pm", je me suis demandé de quelle offre s'agissait-il. Bon, alors ne manquons pas l'offre !

    Debriefing II - Page 9 Norv10
    Chaque soir, devant sa cabine, le journal dans sa langue (traducteur automatique, parfois c'est désopilant !) avec les informations pour les restaurants, les spectacles, etc.... photo pas nette, juste pour donner une idée du fascicule informatif quotidien, et c'était du jour où je n'ai pas débarqué !

    Seydisfjordur, c'est vraiment le bled...

    Debriefing II - Page 9 P1060210


    ...le bled au bord de la mer, entouré de montagnes aux pentes abruptes, si proches à en devenir dangereuses pour les habitations après plusieurs jours de pluie diluvienne, comme indiqué par plusieurs panneaux avec la photo des sinistrés qui reconstruisent ce qui a été détruit par la nature.

    Une maison avec un pavillon de pirate, visiblement une maison-atelier d'artiste. J'entre dans son jardin extraordinaire -enfin un petit peu- parce qu'il n'y a pas de clôture évidente, juste des plots de couleurs, peut être des œuvres minimalistes? Tout à coup, je vois un grand blond au visage émacié qui sort de sa maison, il s'avance vers moi et me fait comprendre que je suis entré dans un lieu qui se visite et que ça coute 5€ ! Hein? Quoi? Effectivement, il m'indique avec son index droit d'artiste une petite pancarte où tout est indiqué. Alors je lui dit que ce n'est pas évident, qu'il faut en mettre une plus grande ! Il m'en a dégotté une autre, plus grande, devant l'entrée de son espace vital ! Merde ! Comme j'étais près de la façade, je ne l'ai pas remarqué ! Il a l'air excédé, à tel point que je me demande si ces pancartes ne sont pas là pour éloigner les curieux, assurer sa tranquillité. 5€? Je ne les ai pas sur moi, je suis en Islande... donc je sors le violon : sorry, sorry, pas vu ces trucs, moi !

    Debriefing II - Page 9 P1060211

    Debriefing II - Page 9 P1060213

    Debriefing II - Page 9 P1060212

    Il a fini par retourner dans son antre.

    Allons voir cette église blanche, au loin.

    Debriefing II - Page 9 P1060214


    Sur le chemin, je remarque un bâtiment style hangar mais l'entrée est coiffée par une enseigne en... islandais, bien entendu. A droite de l'entrée, un distributeur de billets de banque. L'intérieur se révèle être un supermarché ! On y vend de tout, même des avocats ! Quelques croisiéristes sont déjà à l'intérieur, forment une file d'attente à la caisse. Mais il y a deux caisses automatiques, et une jeune fille bien blonde pour aider ceux qui comprennent pas les explications en islandais... alors elle m'a aidé.
     
    Je crois que le meilleur moyen de visiter l'Islande c'est de louer une voiture, il y a toujours un hôtel et un endroit pour se ravitailler.  
                                                                                         
    Quant à l'église, bon, l'intérieur est sobre mais agréable, apaisant, et il y un joli orgue  - d'après mon ami organiste...  c'est un orgue d'un facteur allemand du 19e siècle, Steinmeier, de la belle facture pour répertoire romantique.

    Debriefing II - Page 9 Orgue210

    Debriefing II - Page 9 Orgue110
                                                                                                                         
    Dans les pays du Nord, derrière les vitres d'une fenêtre il y a souvent de sobres décorations, des lampes de chevet (Dannemark, Suède...). Alors je ne manque pas de photographier celle-ci...

    Debriefing II - Page 9 Consul10

    Ce n'est qu'une fois sur le Norwegian Star que je m'aperçois que c'est la maison du consulat de Suède, ou son souvenir, le témoignage d'un passé révolu?


    Debriefing II - Page 9 P1060215

    Debriefing II - Page 9 P1060217

    Debriefing II - Page 9 P1060218


    ...
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Jeu 17 Aoû - 21:34


    Jeudi 27 juillet, escale à Djupivogur.


    Le "Freestyle Daily" affiche la météo du jour qui ressemble à tous les jours précédents : nuageux, 8°. Depuis le départ de Reykjavik, le ciel bleu reste invisible aux croisiéristes. Pourtant, nous ne sommes pas seuls à naviguer...

    Debriefing II - Page 9 P1060127

    ... C'est bien la croisière dans la brume !

    Comme quoi, tout le monde ne cherche pas l'image d'Epinal, à savoir croisière sous le soleil et un ciel bleu, rappelons qu'ici on navigue pas sur le cimetière de la Méditerranée.

    Débarquement à Djupigovur, vers 10h du matin et après environ cinq minutes de traversée. Le navire utilise plusieurs "tenders" (80 personnes) lorsque l'escale ne se fait pas à quai. Ils sont retreuillés sur le 7e pont avant de lever l'ancre.

    Debriefing II - Page 9 P1060219

    Précision : il faut toujours avoir sur soi sa "clé" de cabine, ça ressemble à une carte bancaire...

    Debriefing II - Page 9 Carte10


    ... qui sert pour tout, entrer dans sa cabine (une fois, complètement étourdi, j'avais utilisé ma carte bancaire et sur le coup je n'avais pas compris pourquoi cela ne s'ouvrait pas alors que la lumière verte clignotait !), la faire flasher en débarquant et en embarquant. Une autre précision en ce qui concerne les contrôles : dans le port de Reykjavik, on passe dans un bâtiment spacieux où les bagages sont scannés puis vous êtes photographié par une hôtesse qui vous remet votre carte nominative, et cette photo est enregistrée pour les postes de contrôle du navire, ainsi, quand revenez d'une escale, vous repassez au contrôle en présentant votre carte, il faut alors qu'après avoir été flashé ce soit bien votre visage qui apparaisse sur l'écran du contrôleur.

    Journée froide, tout le monde est bien habillé, le ciel gris "bas et lourd, pèse comme un couvercle", alors je me précipite vers le plus vieux bâtiment de Djupigodur, Langabud fin 18e, qui a eu la bonne idée de se transformer en café, bon, il y a aussi un musée, mais j'ai surtout envie de boire un capuccino qui s'avère être juste un café au lait ! C'est pas grave, au moins c'est chaud ! Langabud est rempli, je ne suis pas le seul à avoir froid, et puis tout les croisiéristes profitent de la wifi gratuite car sur le Norwegian Star cela coute cher.

    Debriefing II - Page 9 Vieux_10
    Dans l'aile qui conduit au musée

    Un petit tour au musée. Œuvres d'un artiste dont je n'ai pas pris le nom (je suis dilettante et désinvolte).

    Debriefing II - Page 9 P1060220

    Enfin, je sors du Langabud pour élargir un peu ma vision de Djupivodur. A chaque escale, on trouve des petites boutiques de produits locaux, et de superbes pulls en laine - dans les années à venir, ça ne sera plus un produit pertinent ! Comme tous les touristes, j'essaie de monter quelque part pour avoir un point de vue général. Les chinois sont adeptes de cette pratique...

    Debriefing II - Page 9 P1060221

    ... Là, ça doit être un tour organisé. Il y a beaucoup de chinois, quelques thaïlandais avec qui j'ai échangé quelques mots, et autres asiatiques sur le Norwegian Star. Pour chaque escale des tours sont proposés, de 149 à 500$. J'ai en ai pris aucun.

    A Djupivodur, il y a aussi un supermarché et un distributeur de billets. Je retire 2000 couronnes que je filerai le dernier jour au philippin qui fait ma cabine tous les jours d'une manière impeccable.

    A propos de la cabine située à la proue du navire, sans aucune autre dessus de la mienne, pourvue d'un hublot rectangulaire qui donne directement sur la mer, je la trouve très confortable : j'aimerais avoir cette penderie qui offre une capacité de rangement optimum, étagères à l'intérieur sur le coté, ainsi qu'un meuble et un bureau pourvus de tiroirs profonds qui s'ouvrent et se referment avec un doigt, tout cela fabriqué solidement, fait pour durer ; pendant que j'y suis, j'aimerais aussi avoir chez moi cette cabine de douche avec porte coulissante dans laquelle on ne se sent pas enfermé ! Eh oui, plus on vieillit, plus on aspire au confort. Avec le changement régulier des draps, taies d'oreiller, serviettes de bain épaisses, cette cabine équivaut au minimum à la chambre d'un hôtel trois étoiles.

    Il suffit de faire quelques centaines de mètres pour se trouver dans une nature sans doute plus intéressante l'hiver, sous la neige.

    Debriefing II - Page 9 P1060222

    Debriefing II - Page 9 P1060223

    Debriefing II - Page 9 P1060224

    Après un kilomètre, retour sur Djupivodur.

    Debriefing II - Page 9 P1060225

    Debriefing II - Page 9 P1060227

    Debriefing II - Page 9 P1060226



    Je repère un bâtiment qui attire des gens. Je m'approche, c'est un musée qui présente toutes les pierres de l'Islande. J'entre. Quelques personnes s'apprêtent à sortir après une discussion avec le grand blond islandais, le gardien. Dès qu'il me voit, celui-ci m'indique un panneau où il est précisé que le droit d'entrée est de 5€. Cinq euros? Décidément, c'est une manie ! Alors je fais comme tout le monde : je sors aussitôt !

    Retour au Langabud, je ne vais pas tarder à reprendre un "tender" pour réembarquer. Par la fenêtre, je constate qu'il y a une file d'attente sur le quai, j'ai l'impression que les croisiéristes partagent mon désir de revenir... au bercail !

    Debriefing II - Page 9 P1060228

    Le Norwegian Start fait bien les choses : des employés du navire proposent des gobelets avec du chocolat chaud dans la file d'attente.

    ...
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Jeu 17 Aoû - 22:11

    Le café islandais est réputé pour être du jus de chaussettes. Tu en payes 1 et tu peux en boire autant que tu veux


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Lun 28 Aoû - 21:43

     Vendredi 28 juillet, samedi 29 juillet. En mer.



    Deux jours sans escales, deux jours sans excursions, ils avaient au moins le mérite d'alléger la fréquentation du Garden Café sur le douzième pont,  le buffet à volonté excellent et idéal pour prendre du poids. Alors le Garden Café fut pris  d'assaut du matin jusqu'en fin d'après midi durant ces deux journées.  Un buffet à volonté sur plusieurs pôles offrant un choix appréciable de plats, légumes, fruits, fromages (non, pas de fromages au lait cru, mais très hygiéniques et sans saveurs), pâtisseries du bord vraiment délicieuses, un seul endroit "bar à graines" avec par exemple, des cerneaux de noix en vrac vite repérés et vite consommés, œufs au plat ou en omelette à la demande cuisinés devant vous (pendant le service du petit déjeuner), des glaces, divers pains, et puis surtout, inhérent au système du buffet à volonté et son corollaire du syndrome "les yeux plus gros que le ventre",  quelquefois le spectacle indécent d'un gaspillage éhonté de nourriture dans les assiettes abandonnées sur les tables.

    Le soir, il valait mieux diner dans un des deux restaurants à la carte, servis par une ribambelle de philippins, filles et garçons, qui vous mettaient d'office votre serviette sur vos genoux, rien que pour vous démontrer à quel point ils étaient là pour vous servir. En tant cas, le menu proposait des plats, viande ou poisson, vraiment remarquables et finement cuisinés. Un soir, on m'installa près de deux dames bien portantes. A quelques mètres de nous, des Chinois attablés autour d'une table ronde semblaient être quelque peu alcoolisés. L'un d'entre eux, le plus excité, riait d'un rire hystérique, très aigu, on aurait dit un castrat dévergondé avec son boys 'band. Mes commensales (bon, nos tables étaient si proches) affichaient une mine désapprobatrice, mais pas méchante, plutôt la certitude d'être l'incarnation d'une société polie, bien éduquée, une pensée du genre : ah la la ces chinois, faut les supporter ! Nous échangeâmes nos impressions en anglais, en souriant, après tout nous étions en croisière pas dans un couvent. Vint le moment de la sempiternelle question : where you come from? United States, me répondirent-elles. Je leur fis part de ma surprise : la plupart du temps, lorsqu'on pose cette question, un américain cite en premier son Etat  avant son pays. J'eus l'impression que ma remarque les avait flattées, ensuite elles m'indiquèrent qu'elles venaient de l'Oregon.

    Je n'ai pas fait de statistiques, je n'ai pas demander à consulter la liste des passagers, mais il me semble que les Asiatiques (des Chinois, en général) étaient les plus nombreux, ensuite les Scandinaves, les Américains, les Anglais,  les Allemands, les Français... je ne sais combien mais nous devions être très minoritaires, et aussi quelques Africains....

    Le navire naviguait sur l'Océan Arctique, toujours vers le Nord, en direction du Svalbard.

    Debriefing II - Page 9 P1060229

    Dehors, 7/8 degrés. L'après midi, j'allais marcher sur le 7e pont qui permettait de faire le tour du Norwegian Star (environ 500 mètres). Une demie heure de marche soutenue, le temps d'effectuer plusieurs tours....

    Debriefing II - Page 9 P1060230
    (la poupe du navire sur le 7e pont)

    ...

    Maadadayo !
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Mar 5 Sep - 21:31

    Vendredi 28 juillet, samedi 29 juillet. En Mer (2)


       Pendant ces deux jours en mer, le navire changea de fuseau horaire. Un soir, avant d'entrer dans ma cabine, je pris le journal pour le lendemain et un petit carton sur le support prévu à cet effet...

    Debriefing II - Page 9 Notice10

    Debriefing II - Page 9 Notic10

    ... parfois, je trouvais des documents nominatifs, surtout des incitations à réserver de prochaines croisières bradées. Bradées, certes, mais si vous vous laissez griser par l'ambiance festive d'une croisière vous dépensez sans compter. Au fond, pour la plupart des gens, cette croisière était le voyage de leur vie, alors ils ne comptaient pas et n'hésitaient pas à se rendre au spectacle avec leur verre de cocktail en main car ils avaient évidemment pris "l'option boisson", une option qui permet de s'alcooliser à volonté -  on en veut pour son argent -, arboraient aussi leur tenues de soirée à l'occasion d'un dîner dans un restaurant "tenue correcte exigée" mais avec supplément, plus 20% pour le service, sans oublier de se faire prendre en photo pour immortaliser ces moments festifs et joyeux afin de remplir l'album de famille - la moyenne d'âge des croisiéristes était de plus de cinquante ans.

    Croisiere et handicap.


    Une croisière, c'est une ville en mouvement, une ville qui se déplace d'un endroit à l'autre, une ville de plus de 2000 personnes. Ainsi, vous pouviez parler à une personne et ne plus la revoir pendant plusieurs jours. Ce fut à Seydisfjordur que je vis pour la première fois cette famille et leur enfant handicapé sur un fauteuil roulant. L'enfant blond avait une dizaine d'années, il semblait émerveillé d'être là, et surtout de ne pas être cantonné dans son état d'handicapé, de vivre et de découvrir comme tous les passagers du navire. Ils se dirigeaient vers la cascade sur un sentier qui devenait de plus en plus escarpé. Alors le père pris son adolescent dans ses bras pour s'approcher le plus possible de la cascade. J'imaginai qu'il avait agi de la sorte pour descendre l'échelle de coupée et embarquer sur le "tender boat", tandis que le personnel se chargeait du fauteuil - pliable. Je les revis plus tard au Garden Café, sans le fauteuil. Le père, visage souriant, se tenait derrière son fils et l'aidait à marcher. L'enfant avançait comme un robot désarticulé, chaque membre de son corps semblait fonctionner indépendamment les uns des autres, il ressemblait plutôt à une marionnette actionnée par des fils, des fils invisibles dans les mains de son père. J'étais impressionné, admiratif, devant cette famille - apparemment scandinave - qui vivait pleinement sa croisière avec leur enfant handicapé sans se soucier du regard des autres : ils nous donnaient une leçon de vie, magnifique. Il y avait aussi cette jeune femme brune, imposante,  qui se déplaçait sur son tricycle électrique, croisée plusieurs sur le navire, mais j'étais loin d'imaginé que je la reverrai dehors au cours d'une escale après une courte navigation sur le"tender boat". Le personnel du Norwegian Star était remarquablement formé pour s'occuper des handicapés : le véhicule de cette femme ne se pliait pas, et elle ne pouvait marcher, pourtant ce n'est que par l'échelle de coupée qu'on embarque sur le "tender boat"...

    Comme tous les soirs, au Garden Café sur le douzième pont, fermé à 21h30, tranquillité, boire encore un thé ou un café, tailler une bavette tout en regardant la l'océan Arctique sous le soleil des latitudes du Nord, un soleil au raz de l'eau qui diffuse une lumière douce, reposante...

    Debriefing II - Page 9 Garden10
    (vers 23h, une petite partie bâbord du Garden, à la poupe du navire. Je devais marcher pendant environ deux cents mètres pour regagner ma cabine. Sur la droite, la pause de trois navigants)

    Maadadayo !
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Dim 17 Sep - 22:19


    Samedi 30 juillet. Longyearbyen.



    J'écarte les rideaux du hublot, il est 04h45. On doit être dans les îles du Svalbard, 78° de latitude nord (Paris : 49°), entre le Groenland et les îles François Joseph sous pavillon de la Russie - d'ailleurs les Russes revendiquent dorénavant le Svalbard depuis que la Norvège applique les sanctions économiques contre leur pays en raison de la guerre en Ukraine.

    Debriefing II - Page 9 P1060231

    Le navire avance lentement dans un fjord. Ces traces de neige sur les hauteurs me semblent irréelles tant elles sont impeccables, les bords nets.

    Cette fois-ci, pas de "tender boat", le Norwegian Star est à quai. Et c'est l'escale la plus sinistre. L'horizon est bouché par une montagne qui ressemble à une sombre muraille. On devine un téléphérique à l'abandon qui servait pour l'exploitation d'une mine de charbon.

    Vers 10h, je débarque. Le centre de Longyearbyen se trouve à environ deux kilomètres. Je croise un couple assez âgé qui a déjà fait demi tour. C'est trop loin, disent-ils. Mais une fois au "centre" de Longyearbyen, que dire? Impression d'être dans le "Far-North", aux confins du monde, dernière ville avant le pôle Nord. Pourtant, il y a un magasin... thai !

    Debriefing II - Page 9 P1060232

    Le journal du jour, le "Freestyle Daily", indique que la plupart des lieux commerçants "exigent que les clients enlèvent leurs chaussures avant d'entrer". En fait, cela doit l'être quand la neige est présente pendant de longs mois, et cela devient alors compréhensible. Ma recherche d'un endroit pour boire un café me fait découvrir celui-ci...

    Debriefing II - Page 9 Long10

    ... C'est à l'étage. C'est le seul commerce où j'ai enlevé mes chaussures, avant de monter l'escalier qui débouche sur un espace peu encombré, juste un comptoir sur la droite pour commander les boissons, choisir une pâtisserie

    Ce 30 juillet est bien gris, il fait 5 degrés environ. Il y a une vingtaine ou trentaine d'années, à cette époque là, la neige devait recouvrir les sommets aux alentours, mais Longyearbyen subit le réchauffement climatique à une vitesse folle. On nous parle des ours polaires, qu'il y aurait eu une attaque d'ours dans le coin, une personne serait morte. J'ai vu un groupe de touristes sortirent d'un petit hôtel, embarquer dans un car, sans doute pour se rendre au Spitzberg, peut être dans l'espoir de voir ces charmantes bestioles aux griffes acérées? Va falloir qu'ils s'adaptent au changement climatique, les ours ! Et qu'ils prennent goût à la viande de touristes !

    Deux ou trois heures plus tard, une seule envie : retrouver le Norwegian Star. Et prendre un raccourci en suivant le bord de la mer. Je vois un couple assailli par une bonne dizaine d'oiseaux, la dame ne cesse d'agiter ses mains au dessus de la tête. Je suis surpris : ce bord de mer ressemble plutôt à une petite zone industrielle endormie.

    Debriefing II - Page 9 P1060311

    Debriefing II - Page 9 P1060312

    Merde ! Je suis tout à coup dans le film d'Hitchcock "Les oiseaux" ! (j'ai lu la nouvelle de Daphné du Maurier après avoir vu le film). Ils font demi-tour et, me voyant, ils s'arrêtent pour me dire que c'est sans doute c'est un lieu où les sternes de l'Arctique ont des nids. Effectivement, ces volatiles sont réputés pour s'attaquer à quiconque s'aventure sur leur aire de nidification. Je continue pour voir le bord de la mer mais une sterne lance son cri d'attaque. Je la repère tout de suite pour une raison très simple : elle fonce sur moi en piqué en émettant son "cri d'alarme" ! J'agite mon bras pour l'éloigner, pas très longtemps, la revoilà, mauvaise, furieuse. J'agite mes deux bras, et je tiens mon appareil photo dans une main, donc impossible de prendre une photo, vaine tentative. Ouh là ! Courageux comme pas deux, je fais demi tour. La sterne s'est posée sur le toit d'un véhicule, elle vérifie que je m'éloigne.

    Debriefing II - Page 9 P1060310


    Je retourne sur la route étroite qui mène au quai de débarquement.


    Debriefing II - Page 9 P1060313

    Dans ma cabine du Norwegian Star, je lis l'article sur la sterne arctique -wikipedia (très intéressant) Et je découvre des vidéos qui illustre bien ma mésaventure. Comme celle-ci, par exemple :


    Moi j'étais à environ cinq cents mètres du port (bien limité en surface), où, à part le couple rencontré, je n'ai vu personne d'autres.

    Quelques vues de Longyearbyen, le genre d'endroit où je n'habiterai pas, mais il y a toujours des originaux qui adorent vivre ici.

    Debriefing II - Page 9 P1060235

    Debriefing II - Page 9 P1060234

    Debriefing II - Page 9 P1060233

    Debriefing II - Page 9 P1060237

    Debriefing II - Page 9 P1060236

    Debriefing II - Page 9 P1060314

    Debriefing II - Page 9 P1060238

    Debriefing II - Page 9 P1060315

    Quelques heures à Longyearbyen, juste un survol !

    ...

    Maadadayo !


    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Dim 17 Sep - 23:21

    Tu as eu de la chance que les ternes ne te lâchent pas une bombe malodorante. rire rire rire


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    fabizan
    fabizan


    Localisation : Sainte Enimie Lozère

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par fabizan Lun 18 Sep - 0:09

    Il y a une émission que j'ai beaucoup aimé qui s'intitulait "Drôles de villes pour une rencontre" avec la journaliste Alexandra Alevêque.
    Une de ces émissions concernait Longyearbyen et ça paraissait un peu plus "riant" que sur tes photos ! sourire
    J'avais appris qu'on y trouvait la réserve mondiale de semences surpris


    _________________
    Fabienne
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Lun 25 Sep - 22:27


    Une journée en mer, vers la Norvège continentale, 31 juillet


    Départ de Longyearbyen dans la nuit. Une nuit bien lumineuse !

    Debriefing II - Page 9 P1060316

    Debriefing II - Page 9 P1060317
    (Vers minuit et demie dans ma cabine)

    Debriefing II - Page 9 P1060318
    (Vers O1h, sur le pont, à la proue)

    Mardi 1er aout, Alta. (Norvège continentale)

    Je lis sur le "Freestyle Daily" du jour :

    SHUTTLE SERVICE- Des navettes Alta entre le navire et le centre ville seront disponibles de 09h00 à 17h30 à 20$ par adulte/15$ par enfant (3-12ans) à débiter sur votre compte à bord...

    Le centre ville se trouve à 5 klm. Pas question de payer 20 dollars ! Je prends le "Tender boat" pour la terre ferme vers 10h - mon heure favorite pour quitter le bateau ou débarquer à quai. J'ai embarqué en même temps que des policiers norvégiens qui avaient sans doute effectué quelques contrôles sur le navire (pavillon de complaisance, siège social à Miami)
    Debriefing II - Page 9 Tender10

    Sur la terre ferme, quelle voie suivre pour se rendre dans la ville de Alta? Je choisis la mauvaise en croyant prendre un raccourci : la petite route qui longe la rade.

    Debriefing II - Page 9 P1060321

    Debriefing II - Page 9 P1060320

    Debriefing II - Page 9 P1060319

    Au bout de 45 minutes, je croise deux dames de la croisière sur le chemin du retour. Elles m'expliquent que nous sommes pas sur la bonne route et qu'elles viennent de faire pas mal de km avant de s'en retourner. Je fais de même. Et j'essaie une autre voie, la bonne... mais à mi-chemin je décide de revenir au débarcadère des "Tender boat". Je ne verrai pas Alta, cette ville s'en remettra !

    ... L'homme est déraciné
    il est comme de la poussière sur le chemin

    Tao Yuan Ming



    Maadadayo !

    ...
    Wapiti
    Wapiti
    Admin


    Localisation : Annecy et Thonon (74) France

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Wapiti Mer 27 Sep - 19:27

    L'Islande... le Svalbard... la Norvège... rêveur
    J'ai bien fait de passer par ici ce soir ! sourire


    _________________
    "Nous méritons toutes nos rencontres, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu'il nous appartient de déchiffrer." F. Mauriac
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Sam 7 Oct - 22:04

    Mercredi 2 aout, Honningsvaag.


    Escale la plus agréable à ce jour. Débarquement à quai, la ville est juste à une centaine de mètres. Honningsvaag est la ville la plus septentrionale de Norvège continentale. Quand on regarde une carte de la Norvège, on ne peut être que surpris par la façon dont l'Histoire a dessiné les frontières, à l'ouest de la Suède et de la Finlande. En effet, en remontant vers le nord, le territoire de la Norvège se rétrécit, passe au dessus de la Suède et de la Finlande pour finir à l'est sur une frontière avec la Russie, longue de 197 kilomètres. A Honningsvaag, je suis à environ 600 kilomètres du grand port de Mourmansk, en Russie. Ici, c'est un petit port de pêche qui accueille les navires de croisières - vu la taille des quais, cela ne se bouscule pas ; peut être un ou deux navires par jour (?) pendant la saison propice à ce genre de navigation.

    Vues de Honningsvaag

    Debriefing II - Page 9 P1060324

    Debriefing II - Page 9 P1060322

    Debriefing II - Page 9 P1060323

    Debriefing II - Page 9 P1060325

    Debriefing II - Page 9 P1060327
    (que font-ils?)

    Debriefing II - Page 9 P1060326
    (des barrières anti-avalanche?)

    Debriefing II - Page 9 P1060328

    Debriefing II - Page 9 P1060330

    Debriefing II - Page 9 P1060329
    (Sur les hauteurs de cette petite ville, après avoir pris cette photo, je me suis retourné et, à ma grande  stupeur -ils ont rigolé !- quelques chinois s'apprêtaient à faire le même cadrage)

    Debriefing II - Page 9 P1060331

    Debriefing II - Page 9 Honnin10

    Debriefing II - Page 9 P1060332
    (au fond, la cheminée du Norwegian Star)

    Un rebelle.


    En fin d'après midi, nous cherchons avec une croisiériste très dynamique un endroit pour boire une bière. Nous allons à ce café/restaurant où j'ai bu un chocolat chaud, ce matin. C'est un grand bâtiment en bois, tout en longueur, qui côtoie les bateaux amarrés grâce à sa terrasse étroite qui permet d'en faire le tour. Après avoir pris et payés nos bières au comptoir, à l'intérieur, nous sortons et trouvons une place adossée au fond du bâtiment : juste l'espace de deux tables et quelques chaises. Il y a un client, un jeune homme barbu, vêtu d'un pull rayé - un marin en rade? Quel plaisir d'être là, sur cette avancée au milieu des bateaux, à boire de la bière, à regarder le ciel et les goélands dans cette lumière du Nord, douce et apaisante. Le jeune homme nous entend parler français, alors, l'étant lui aussi, il nous propose de venir à sa table. Les échanges démarrent vite, il s'appelle Roland, je lui demande s'il navigue sur un bateau qui fait escale car je ne l'imagine pas être en croisière, vu son allure de routard de la mer. Erreur ! C'est un croisiériste comme nous sur le Norwegian Star ! Il voyage avec sa compagne qui est restée à bord. D'ailleurs il l'appelle au téléphone, met le haut parleur pour nous la faire entendre, et lui raconte qu'il boit de la bière avec deux Français et qu'il va bientôt regagner le bord. Sa compagne a un accent dont je ne perçois pas trop l'origine. Elle est slovène, dit-il, on s'est connu à Bordeaux. Elle s'appelle Anna, elle a travaillé dans le tourisme et elle a même été hôtesse d'accueil pendant une croisière en Méditerranée. Et lui, qu'est-ce qu'il fait, comment il gagne sa vie? Je loue plusieurs appartements dans la région de Bordeaux, dit-il, ainsi je suis libre de voyager quand je veux, comme je veux. C'est grâce à sa volonté de fer qu'il a pu acquérir ce patrimoine immobilier. En effet, depuis l'âge de 15 ans et jusqu'à 30 ans, il a travaillé sans prendre des vacances, je n'ai pas eu de jeunesse, précise-t-il, j'ai pris tous les contrats qu'on me proposait, enfin, les contrats, disons plutôt les propositions au black où tout le monde y trouve son compte -et il le fait encore aujourd'hui, puisqu'il a tous les talents : électricien, maçon, peintre... et le bouche à oreille le sert beaucoup car il livre un travail impeccable. En rentrant en France, Roland va continuer, dans son camping car, à tracer sa route à travers les campagnes où on l'appelle, à se faire payer cash et donc à vivre en dehors des contingences sociales : il ne cotise pas à la sécurité sociale, il compte sur sa bonne étoile, il n'a pas intérêt à avoir un accident ou à tomber malade ! Je te souhaite de rester en bonne santé, lui dis-je, admiratif et en même temps bien content de n'avoir pas vécu ce genre de vie consacré au travail pour amasser un capital - je ne suis socialement pas rentable !

    Voilà-t-il pas qu'il nous propose de boire une bière. Alors il nous extrait de son sac en plastique deux canettes, achetées au supermarché parce que c'est moins cher. Et puis, comme beaucoup de voyageurs Français qui se définissent marginaux, il nous parle de la France tracassière, ennuyeuse. Au moins, ici, on est bien, dit-il, en Norvège c'est bien organisé, c'est nickel, les gens sont sympathiques. Tout à coup l'inquiétude se lit sur son visage, il planque les canettes de bière. Que se passe-t-il? C'est le patron du bar-restaurant qui ramasse des verres vides derrière nous. T'inquiètes, lui dis-je en souriant, c'est sympa ici, on est en Norvège, et je n'image pas que le propriétaire des lieux viendra te faire une remarque.

    Ce qui s'avéra juste.

    Et puis, à un moment donné, il évoque l'avenir avec sa compagne. Ils ne restent pas toujours ensemble, parfois ils éprouvent le besoin de mettre en parenthèses leur relation pendant une semaine, parfois elle l'accompagne dans son camping car et l'aide beaucoup dans ses travaux, mais il pense surtout aux vieux jours, à leurs vieux jours, dans une grande maison, entourés d'enfants... Ah bon? je suis étonné. Oui, avec Anna on veut des enfants, j'ai la nostalgie des grandes réunions de famille... Si tu veux des enfants, pourquoi ne pas en adopter? Il y a trop d'enfants malheureux sur terre (j'ai failli dire : pour ajouter du malheur au malheur), tu ne crois pas? Il acquiesce, d'ailleurs ils ont aussi pensé à cette éventualité. Alors je lui dit ce dialogue de "En attendant Godot" :

    "Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un instant, puis c'est la nuit à nouveau..."

    On approche des 20h, il faut réembarquer, le Norwegian Star va bientôt lever l'ancre. Avant de partir, je remarque ce goéland contemplatif. Je m'approche... il reste imperturbable, sur de lui.

    Alors j'ai vu dans cet oiseau la réincarnation de Jonathan Livingston !!!

    Debriefing II - Page 9 Goelan10





    Maadadayo !
    Skyrgamur
    Skyrgamur


    Localisation : Normandie

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Skyrgamur Sam 7 Oct - 23:00

    Croquignolet ce village


    _________________
    Skyrgamur, le lutin Islandais
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Ven 20 Oct - 11:00

    Jeudi 3 aout, Hammerfest


    C'est le dernier jour de navigation. Arrivée à Hammerfest vers 7h, et comme le départ pour Tromso est prévu pour 13h30, je décide de rester à bord. Et c'est très agréable car il ne reste que quelques personnes autour de la piscine, ou sur les transats. Je prends quelques photos dans une totale tranquillité.

    Debriefing II - Page 9 Hammer10

    Debriefing II - Page 9 Batea10
    (pavillon de Nassau)

    Debriefing II - Page 9 Norw10


    Comme prévu, le Norwegian Star quitte le port en début d'après midi pour sa dernière navigation. C'est la journée où nous sommes invités à clôturer nos comptes. La réception se trouve sur le pont 7, à coté de l'Atrium où je repère Roland et sa compagne Anna attablés avec des gens - se sont des Français. Il y a du monde devant la réception, je me mets dans la file d'attente, côté "comptabilité". L'employé, visiblement d'origine indienne, s'évertue à rester calme, à régler convenablement tous les problèmes soulevés par les croisiéristes dont surtout celui des 20$ par jour et par personne (s'il s'agit d'un couple) que beaucoup de gens semblent découvrir. J'attends mon tour, et je révise mentalement mon anglais de niveau scolaire pour préparer mes phrases. A un moment donné, je me retourne et je vois Anna dans la file d'attente. Ni une, ni deux, je vais la voir, lui raconte que je connais Roland depuis hier et je lui demande si elle peut m'aider étant donné mon usage d'un anglais très basique. Mon tour étant arrivé, elle s'installe à côté de moi au comptoir et entame le dialogue avec l'employé du Norwegian Star, avec mon relevé de compte. Anna s'exprime avec douceur et... compétence. Comme nous l'avait dit Roland, elle avait travaillé sur un navire de croisière, elle connait donc le sujet. Mais voilà-t-il pas qu'un type à la barbe blanche s'approche de nous, nous écoute, en arborant son relevé de compte : c'est un Français ! Une fois mon compte clôturé, je remercie Anna pour sa gentillesse. Aussitôt le Français l'aborde, lui explique son problème, et Anna s'occupe de lui naturellement, comme si c'était son rôle sur le navire, au grand dam du croisiériste allemand, derrière moi, qui commence à trouver le temps long.

    Anna est une personne vraiment adorable...


    Maadadayo !

    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Ven 3 Nov - 22:13

    Tromso-Oslo-Paris,  4 aout


    Le 3 aout était donc la dernière journée de navigation, et l'arrivée à Tromso vers 22h marquait la fin de la croisière. C'était aussi la journée où nous avions été informé des procédures pour le débarquement du lendemain, le 4 aout : cela consistait principalement à mettre une étiquette de couleur sur son bagage, une couleur qui indiquait l' horaire de débarquement suivant notre statut de client, par exemple si vous étiez en voyage individuel, inscrit pour une dernière excursion, ou alors si vous aviez réservé un hôtel, bref, trois couleurs, quant à ceux ou celles qui avaient les vols compris, nous avions un horaire spécial et une étiquette verte qui n'était pas proposé à la réception mais livrée dans notre cabine. Nous avions aussi la consigne de déposer notre bagage devant notre cabine avant 23 h, et de garder avec soi le nécessaire pour une journée de voyage. A l'heure dite, ma valise disparut devant ma porte, un employé l'emmena dans un endroit où je la retrouverais sur le quai.

    Nous devions débarquer à 8h15 du matin, le 4 aout. Devant la passerelle, je compris à quel point l'organisation était remarquable. En effet, c'était plus facile -au fait, comme à l'embarquement au départ- de descendre la passerelle avec un petit sac plutôt que de trainer  le bagage principal sur ses roulettes, et puis ce n'était pas la bousculade. Vers 8h, quelques passagers s'apprêtaient à débarquer  mais nous attendîmes notre tour. Une hôtesse me demanda pourquoi nous attendions, alors je la renseignai. Pas de problèmes, allez-y, nous dit-elle. Sur le quai, quelques employés du Norwegian Star nous souhaitaient un bon voyage, ensuite, après quelques mètres, passage obligé dans un grand bâtiment tout en longueur où nous découvrîmes toutes les valises des croisiéristes rangées selon l'étiquette de couleur. Deux grandes jeunes femmes blondes (visiblement norvégiennes), vêtues d'un gilet jaune, étaient là pour donner un coup de main. L'une d'entre elles s'informa de la couleur de nos étiquettes de bagages et nous indiqua le secteur où elles se trouvaient.  Sur le coup, je me suis dit qu'il allait falloir chercher une aiguille dans une botte de foin : je me rendis compte que nous étions parmi les premiers à avoir débarquer,  vu la multitude de bagages alignés comme les célèbres soldats en terre cuite de l'armée enterrée en Chine !

    Bagages en main, sortie au fond du bâtiment, et nous voici sur un parking où des bus attendaient les voyageurs. Un type s'approcha de nous, regarda l'étiquette sur notre valise : Airport? Yes ! Follow me ! (ce qui s'appelle être pris en charge de A jusqu'à Z !!!) Le bus qui nous emmena à l'aéroport de Tromso ne transportait que quatre ou cinq passagers : en fait, on aurait dû prendre son temps pour quitter le Norwegian Star. Nous fûmes quasiment quatre heures en avance ! Anna et Roland arrivèrent une heure plus tard (en taxi), avec pour bagages deux petits sacs, un baluchon, parce qu'ils ne voulaient rien mettre en soute pour ne pas perdre du temps à l'arrivée sur un petit aéroport d'un bled au nord de Tromso dont je ne me souviens plus du nom, pour ensuite embarquer dans un vol pour Olso, enfin prendre un vol pour le sud de la France afin d'enchaîner sur un ultime vol pour leur destination. J'étais stupéfait, émerveillé ! Bon sang ! Quelle volonté impressionnante pour payer le moins cher possible ! J'avais devant moi les routards du ciel ! Adieu Anna et Roland, que Mercure veille sur vous !

    Debriefing II - Page 9 Aerom10

    Debriefing II - Page 9 Trom10
    (A côté de l'aéroport de Tromso. Sur la piste cyclable, pas mal de norvégiens préparent la saison d'hiver)

    Tromso-Oslo-Paris (les vols)

    Belle surprise. Le vol se fit sur la S.A.S, et toujours confortable (il y a belle lurette que je n'avais pris cette compagnie), de la place pour les jambes,  un service à bord fourni et gratuit. Atterrissage à Oslo, une capitale entourée par la nature. Vol pour Paris, l'avion de la S.A.S. avec une trentaine de passagers, un service aux petits soins car les hôtesses n'étaient vraiment pas débordées, et les  Carlsberg étaient posé sur ma tablette avec un grand sourire et d'aimables plaisanteries.

    Et puis voilà Paris.

    Alors, cette croisière, ça valait le coup de la faire? Et comment ! Bouger, c'est vivre ! Mais avant de bouger, il faut vaincre cette procrastination qui corrode la volonté, se désengluer de la routine qui offre un confort illusoire, et surtout haïr cette phrase stupide : "l'espoir fait vivre" ! Et puis voyager, naviguer vers un horizon inatteignable : je serais bien parti pour des mois !


    Debriefing II - Page 9 P1060239


    Un autre élément m'a convaincu de cocher la case "croisière", le plus rapidement possible, à n'importe quel prix : le souvenir de mon père. Après la mort de notre mère, nous l'avions incité à ne pas s'enfermer dans son veuvage, à voir le monde comme il en avait toujours eu l'envie, de rencontrer des gens, et, pourquoi pas, faire une croisière. Alors il réserva une croisière dans une agence de voyage, cinq mois en avance. Un mois avant de partir, il décéda d'une crise cardiaque.

    Notre père qui êtes aux cieux, soyez satisfait : votre fils a fait la croisière que vous aviez espéré.


    P.S. : "croisière scandinave" n'était pas en soi une véritable croisière, plutôt un transport maritime !


    Maadadayo !

    fabizan
    fabizan


    Localisation : Sainte Enimie Lozère

    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par fabizan Ven 3 Nov - 23:41

    J'ai bien aimé te suivre sur ce "transport maritime" scandinave ! sourire


    _________________
    Fabienne
    geob
    geob


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par geob Sam 6 Avr - 22:56

    Partir, revenir



    Cela fait plus d'une semaine que je suis revenu de Thaïlande, pas de soucis je ne travaille pas mais je ne puis m'empêcher de renâcler déjà pour les taches quotidiennes fastidieuses qui m'incombent comme penser aux repas, faire la vaisselle et la lessive, enfin bref tout ceux à quoi j'ai échappé pendant quasiment quatre mois en menant une vie de sybarite sans pour autant être fortuné, loin s'en faut !

    Partir, revenir,

     d'Asie ou peut être d'ailleurs, c'est devenu pénible car les avions sont pleins à l'aller et au retour, et la classe économique devient une bétaillère tant les compagnies aériennes s'ingénient à y mettre un maximum de sièges. L'idéal serait de voyager en "business class", l'idéal serait aussi d'avoir un meilleur revenu pour se le permettre, ou alors "business class" et ne s'absenter qu'un mois au lieu de quatre, le choix est vite décidé : s'absenter de France le plus longtemps possible mais d'une manière confortable, agréable, vu les prix raisonnables toujours en vigeur en Thailande, et surtout grâce à l'affabilité, la gentillesse et l'honnetete des gens qui perdurent au fil des ans - c'est peut être là le véritable dépaysement par rapport à la France.

    Cela faisait quelques années que je n'avais atterri à l'aéroport de Doha. Je n'ai rien reconnu. Bon, je n'ai pas une vision d'ensemble de cet aéroport et je suppose qu'il s'est considérablement agrandi pour préparer la coupe du monde de football qui s'est déroulée chez eux. J'ai dû demander plusieurs fois où je devais embarquer pour Bangkok. Niveau supérieur, qu'on m'a dit, et prenez le train ! Effectivement, une rame similaire à celle d'un métro mais en plus luxueux, plus lumineux, plus spacieux, m'a permis de rejoindre rapidement la porte de mon embarquement. Cela existe aussi à Roissy, ce genre de transport, plus proche d'une rame de métro parisien - en France, on a pas l'argent du pétrole !-, ainsi qu'à Bangkok, à ma grande surprise, c'est la première fois que je l'ai vu et pris pour l'embarquement du retour en France - plus semblable à celui de Roissy que de Doha.

    Revenir.

    Nouvelle escale à Doha. Et découverte, là encore, d'un secteur de l'aéroport que je ne connaissais pas, et c'est vraiment magnifique !

    Debriefing II - Page 9 Doha110

    Debriefing II - Page 9 Doha410

    Debriefing II - Page 9 Doha510

    Debriefing II - Page 9 Doha610

    Debriefing II - Page 9 Doha710

    Debriefing II - Page 9 Doha310
    ( Boire du café, du café Ralph Laurens !!!)

    Debriefing II - Page 9 Doha210
    (Et même manger une glace... pas encore sous une marque de grand luxe !)

    Au terminal n°1 de Roissy, les Français et les Européens ne passent plus les contrôles devant des policiers. On arrive devant une première porte vitrée, on scanne son passeport et la porte s'ouvre. Ensuite, on se trouve dans un sas où il faut regarder l'objectif d'une caméra, et votre visage apparait sur un écran. Si le système a reconnu le même visage du passeport la deuxième porte s'ouvre et vous libère. "Big brother is wachting you", mais j'ai plutôt penser au feuilleton anglais de 1967, "Le prisonnier", de Patrick Mc Goohan, qui a tant marqué les esprits, et violemment quand en cette année 1967 des téléspectateurs anglais ont voulu faire un sort à Patrick Mc Goohan en raison du dernier épisode très, très, très perturbant mais, après tout, Flaubert disait bien que la bêtise c'est de conclure, et Mc Goohan laissait donc la voie ouverte à toutes les hypothèses, à toutes les suppositions si l'on voulait bien s'en donner la peine.



    Partir,

    l'hiver prochain? Ce ne serait peut être pas raisonnable mais, en paraphrasant le camarade Arthur, je dirais qu'on n'est pas sérieux quand on a 73 ans !

    Maadadayo !

    Contenu sponsorisé


    Debriefing II - Page 9 Empty Re: Debriefing II

    Message par Contenu sponsorisé

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Dim 21 Avr - 17:08